La Russie est toujours en vie

La Russie a perdu contre son "adversaire favori", la Suède, contre qui elle était invaincue depuis onze rencontres consécutives en compétition officielle. Elle risque maintenant d'être la première éliminée. Il faut remettre tout de suite le couvert face à l'équipe des jeunes stars nord-américaines, qui a fait forte impression en battant la Finlande.

TARASENKO Vladimir 110515 032On attendait la réaction de l'entraîneur Oleg Znarok. Il a cassé la ligne du SKA - dotée d'un faible temps de jeu au premier match - en envoyant en réserve Shipachyov. Cela permet de replacer Kuznetsov au centre, à sa place. Vladislav Namestnikov est introduit pour son premier match officiel sous le maillot russe. Les ailiers Kucherov et Tarasenko ont aussi été intervertis sur les deux premières lignes.

L'Amérique du Nord n'avait aucune raison de changer quoi que ce soit, sauf qu'elle a perdu un joueur majeur sur blessure : le défenseur déjà majeur Aaron Ekblad.

Les deux équipes ont joué la veille, mais les "gamins" semblent logiquement plus imperméables à la fatigue. La première période est marquée par la différence de vitesse entre les deux équipes. Bien sûr, Pavel Datsyuk, 38 ans, n'arrive pas à contenir contre la bande Connor McDavid, qui a la moitié de son âge. Mais si ça se voit, c'est parce que Datsyuk, lui, a tout tenté pour arrêter la contre-attaque, pendant que Markov, Ovechkin et Tarasenko lambinaient encore en zone offensive... Bref, McDavid se retrouve à 2 contre 1 face à un Emelin hésitant, et il peut servir une cage ouverte au second poteau à la jeune star américaine Auston Matthews (1-0). But d'entrée pour le prodige drafté par les Maple Leafs de Toronto, sur la patinoire où il fera sa carrière NHL ! En fin de tiers, les "flèches noires" nord-américaines se retrouvent carrément à 3 contre 1, et Dylan Larkin la joue peut-être trop facile. Marchenko revient fort pour gêner l'action, avant que Bobrovsky ne signe l'arrêt décisif.

La Russie hérite de deux avantages numériques en début de deuxième période, et elle inspire toujours le désarroi dans cer exercice. Cela aurait même pu être pire car Connor McDavid s'échappe en infériorité, mais Nikolaï Kulyomin parvient à rattraper sa propre erreur en lui enlevant le palet. À son tour, Vladimir Tarasenko obtient un face-à-face avec le gardien, qu'il ne remporte pas.

MATTHEWS Auston 160506 042On approche de la mi-match, et de l'action qui va tout changer. Seth Jones essaie de contrer un lancer de Telegin, mais il a laissé partir dans son dos Namestnikov qui se retrouve seul au rebond. Son revers échoue sur le poteau, mais un mouvement malheureux de la botte de Matt Murray renvoie le palet vers son propre but (1-1). Namestnikov inaugure avec un soupçon de chance son compteur international.

Les Nord-Américains sont peut-être un peu trop enthousiastes vers l'avant, et Ovechkin frappe le poteau en conclusion d'une action à 3 contre 2. Dans le coin, Jacob Trouba dégage dans le plexi, et un ricochet improbable fait atterrir le palet exactement dans la crosse de Nikita Kucherov, seul face à Murray qu'il fusille entre les jambières (2-1). Comme si le destin avait choisi la Russie...

Psychologiquement, tout a changé. Evgeni Kuznetsov déborde Morgan Rielly et conclut son action individuelle par un tir en angle dans le haut du filet. Vladimir Tarasenko enchaîne avec un tir en pivot anodin de Tarasenko, sur lequel Datsyuk a su masquer le gardien (4-1). Ces quatre buts encaissés en six minutes provoquent la sortie de Matt Murray. C'est John Gibson qui prend place dans les cages nord-américaines.

Les "Young Guns" réagissent très vite. Aleksei Marchenko plonge devant un tir de Nugent-Hopkins, mais le palet ressort pour Morgan Rielly, qui décoche un lancer lointain au-dessus de la mitaine de Bobrovsky (4-2). Le suspense reste entier pour la dernière période.

Peu après la reprise, Malkin accroche Gaudreau et part en prison. Telegin se jette devant un palet, et trois joueurs nord-américains attaquent alors la cage : MacKinnon décale dans l'axe Ryan Nugent-Hopkins qui gagne un duel d'escrime avec Zaitsev pour envoyer le palet au fond (4-3). Il reste dix-sept minutes qui s'annoncent très longues pour la Russie... surtout quand elle se retrouve à 3 contre 5. Panarin a fait trébucher Trouba, et Anisimov a envoyé le palet par-dessus les plexis.

Durant cette double infériorité, Sergei Bobrovsky tient le fort, comme en préparation face aux Canadiens. Le gardien russe ne craque pas jusqu'à la fin, même quand il faut finir le match à 4 sur 6. Il est battu une seule fois... quand Shayne Gostibehere fait résonner le poteau à quinze secondes de la fin. Le destin a choisi la Russie, vous dit-on.

MALKIN Yevgeni 150516 634Les Russes ne sont pas encore guéris, en particulier un Malkin aux passes mystérieusement imprécises. Mais ils ont repris cet ingrédient si important : la confiance. Nikita Zaïtsev est aussi en train de s'imposer comme le meneur de la défense, en bloquant des tirs, en remportant ses duels, et en organisant les sorties de zone.

Tout est remis en cause dans ce groupe, où les deux équipes joueront leur qualification en demi-finale lors de leur troisième match. Victoire impérative, de nouveau.

toiles du match : *** Sergei Bobrovsky (RUS), ** Ryan Nugent-Hopkins (N-AM), * Evgeny Kuznetsov (RUS).

Commentaires d'après-match

Evgeni Malkin (attaquant de la Russie) : "J'essaie de ne pas prêter attention à mes stats. Bien sûr, je ne suis pas satisfait de mon jeu. Mais ce n'est que le début du tournoi, il y a encore une opportunité de s'améliorer. Ce match nous donnera confiance. Les quatre lignes ont fonctionné donc, à mon avis, le coach a trouvé les combinaisons optimales. La première période est notre problème éternel. Nous en discutons sans cesse dans le vestiaire. Et nous avons pris trop de pénalités, y compris moi. Nous savions qu'une défaite serait éliminatoire, et cela a ajouté de la nervosité."

Todd McLellan (entraîneur de l'Amérique du Nord) : "Notre système de croyances aurait pu complètement s'écrouler. Ce n'est pas le cas. Il a un peu craqué. Nous avons perdu quelques briques. Mais nous avons su tout rassembler en troisième période. Je ne suis donc pas inquiet pour notre équipe. Notre système de croyances sera encore là, donc nous jouerons bien. Ce sont des jeunes, ils vont venir pour jouer et ils vont s'amuser en le faisant. Nous sommes déçus de ne pas avoir gagné ce soir, mais nous serons prêts contre la Suède."

 

Amérique du Nord - Russie 3-4 (1-0, 1-4, 1-0)
Lundi 19 septembre 2016 à 20h00 au Air Canada Centre de Toronto. 19078 spectateurs.
Arbitrage de Gord Dwyer et Dan O'Halloran (CAN) assistés de Shane Heyer et Derek Amell (CAN).
Pénalités : Amérique du Nord 10' (0', 6', 4'), Russie 16' (4', 4', 8').
Tirs : Amérique du Nord 46 (9, 18, 19), Russie 25 (11, 10, 4).

Évolution du score :
1-0 à 05'14" : Matthews assisté de McDavid et Scheifele
1-1 à 29'29" : Namestnikov assisté de Telegin et Anisimov
1-2 à 30'19" : Kucherov assisté de Kulyomin
1-3 à 33'37" : Kuznetsov assisté de Panarin et Zaitsev
1-4 à 35'43" : Tarasenko assisté de Datsyuk et Ovechkin
2-4 à 37'56" : Rielly assisté de Nugent-Hopkins et Gaudreau
3-4 à 43'01" : Nugent-Hopkins assisté de MacKinnon et Parayko (sup. num.)


Amérique du Nord U23

Attaquants :
Jonathan Drouin - Nathan MacKinnon (+1, 2') - Ryan Nugent-Hopkins (+1)
Auston Matthews (+1) - Connor McDavid (C, 2') - Mark Scheifele (-1)
Johnny Gaudreau - Jack Eichel (-2) - Dylan Larkin (-2)
Vincent Trocheck (-1) - Sean Couturier (A, -1) - Brandon Saad (A, -1, 2')

Défenseurs :
Ryan Murray (-1) - Seth Jones (-1)
Morgan Rielly - Colton Parayko (2')
Shayne Gostisbehere - Jacob Trouba (-2)

Gardien :
Matt Murray puis à 35'43" John Gibson [sorti à 58'37"]

En réserve : Connor Hellebuyck (G), Aaron Ekblad (D, haut du corps), JT Miller (A).

Russie

Attaquants :
Aleksandr Ovechkin (C) - Pavel Datsyuk (A) - Vladimir Tarasenko
Nikolaï Kulyomin - Evgeni Malkin (A, 2') - Nikita Kucherov
Artemi Panarin (+1, 2') - Evgeni Kuznetsov (+1, 4') - Evgeni Dadonov
Ivan Telegin (+1) - Artyom Anisimov (+1, 2') - Vladislav Namestnikov (+1)

Défenseurs :
Evgeni Orlov (+1, 2') - Nikita Zaitsev (+1)
Andrei Markov (+1, 4') - Aleksei Emelin (+2)
Dmitry Kulikov (-1) - Aleksei Marchenko

Gardien :
Sergei Bobrovsky

Remplaçant : Semyon Varlamov (G). En réserve : Andrei Vasilievsky (G), Nikita Nesterov (D), Vadim Shipachyov (A).