Gap - Strasbourg (Ligue Magnus, 3e journée)

Les Rapaces accueillent ce soir l'Étoile noire de Strasbourg et son mythique Coach : Daniel Bourdages. Le Canadien entame sa 27e saison en Alsace... Un gage de longévité. Il a mené le club au titre de Champion de D1 en 2006 et à une finale de ligue Magnus en 2011.

La stabilité est de mise pour le poste de gardien avec l'inusable Vladimir Hiadlovsky qui reprend la compétition pour sa 9e saison à l'Étoile noire. Le club comptera encore un fois sur ce portier indispensable, capable de tenir le score pour son équipe.

En défense, l'Américain Alex Barron arrive de Quinipiac University avec une fiche de +13 et le titre de champion universitaire NCAA. Il s'agit d'un arrière efficace avec 145 parties jouées en universitaire et une fiche totale de +21. Le Canadien Hubert Genest évoluait en 2015/2016 à St Georges en LNAH (35 matchs - 18 points). Il était passé 2 saisons à Nantes. David Striz sera encore un pion important sur l’échiquier défensif. L'Américain Mitch Witek provient de la très célèbre Yale University. Là encore les présences sur la glace ont été « saines » avec une fiche de +26 en 121 parties en NCAA. Son compère de la saison précédente, Carson Cooper, l'accompagne. Le Canadien a gagné le titre de meilleur attaquant défensif du championnat universitaire. Mais le gros coup est le recrutement de Léo Guillemain, un pur produit de la formation rouennaise. 193 cm pour 104 kg, ce colosse arbore 108 matchs sous le maillot des Dragons en Ligue Magnus. 2 fois Champion de France, il a aussi joué 11 parties en Coupe Continentale et soulevé le plateau d'argent de la victoire européenne. La saison dernière, sur 41 matchs de championnat c'est du +27 au final. Il a été testé sous le maillot des bleus à 18 reprises ces dernières saisons.

L'offensive s'appuiera sur le Canadien Jordan Draper. Sous le maillot de Courbevoie, il a dominé le classement des compteurs en saison régulière de Division 1 et inscrit 53 points en 25 matchs durant toute la compétition. Rolands Vigners (Letton formé en France) arrive de Mulhouse avec 29 points en 25 parties. L'expérience sera prodiguée par le Tchèque Pavel Pisarik. Formé à Litvinov, il a gagné le titre de Champion d'Extraliga en 2015 et a fait l'alternance avec le club de Most au 2e niveau tchèque. Il a participé à 66 rencontres en élite. Les Français sont à l'honneur avec Loup Benoit qui jouait à Lyon et formé à Grenoble. Arthur Coulon descend du Mont Blanc avec 30 points en 21 matchs. Enfin Elie Marcos reste encore en poste pour booster le groupe. À noter que l'Étoile noire affiche 6 joueurs formés au club dans l'effectif.

Les deux équipes se sont quittées la saison dernière en quart de finale et les Rapaces ont eu besoin de 5 manches pour en sortir face à une équipe strasbourgeoise handicapée par les blessures mais revancharde.



gap str1La partie commence par une charge du géant Bernier sur le petit Valérian Mathieu. Kyle Essery apporte la première occasion pour les Gapençais d'un tir de la ligne bleue. Hiadlovsky capte le puck d'une mitaine solide (2'00). Le palet circule pour les bleus de façon homogène et sans ratés. Strasbourg commet des erreurs de passe qui coûtent par deux fois un dégagement interdit.

Le pressing des Alsaciens est très haut avec 3 joueurs qui forcent. Par contre, des problèmes de contrôle de palet annihilent les actions. Isackson lance sur le portier jaune. Le palet rebondit sur le plastron mais aucun bleu ne peut reprendre la rondelle (6'27). Petit règlement de compte dans les bandes avec Julien Burgert qui répond à une première charge. Mise au jeu gagnée par Strasbourg par Draper qui redonne pour Stroh et transperce la défense (7'36 : 0-1). Sur l'action suivante, les Rapaces répondent coup pour coup avec Labrecque servi par Bernier, qui loge le palet entre le gardien et le poteau... Du travail minutieux à 8'10 : 1-1.

gap str2En supériorité, les noirs et jaunes continuent dans leurs bonnes dispositions. Valerian Mathieu lance du revers, dos à la cage et provoque une chance de but. C'est Marcos qui conclut avec un puissant slap à la bleue (10'00).

Mais Bernier douche les espoirs de Strasbourg ! Oublié en zone défensive et plein centre, Bernier reprend un palet de volée de son compère Labrecque (11'42 : 2-1). Les Rapaces ont décidé de mettre les bouchées doubles. Crinon d'un puissant lancer à la bleue provoque un rebond. King par deux fois, insiste et glisse le palet dans la cage (14'03 : 3-1).

L'Étoile noire ne voit plus le jour. L'intensité et la vitesse produite par les bleus n'est pas tenable et Gap domine outrageusement cette fin de période. Labrecque est encore sur une déviation, nonconcrétisée cette fois (15'05). La première ligne s'impose encore avec Thillet servi par Bernier (15'14 : 4-1). Le tiers se termine avec une bonne vitesse de patinage et d’exécution des Gapençais. Bullock lance de loin et Thillet dévie du patin dans le trafic (17'44).

Strasbourg a bien débuté mais le rythme infernal des Rapaces a fait basculer cette période. On a vu des Gapençais donnant plus de mouvement et d'intensité que dans le match précédent. Vlad' Hiadlovsky n'a pas paru aussi impérial qu'a son habitude en ayant lâché quelques rebonds hasardeux. Stras' trouve une belle occasion, à la toute fin, avec Draper au second poteau qui reprend un tir de Guillemain (19'47).


gap str3Deuxième jeu, les bases du tiers précédent sont identiques. Il faut un geste peu académique de Hiadlovsky avec son genou en avant pour dévier le puck que Bouvet était prêt à réceptionner en se lançant au second montant (22'25).

Gap ne lâche rien malgré les trois buts d'avance et impose un rythme endiablé. La vitesse est imposante, à telle point que les Rapaces installent un jeu de puissance à cinq contre cinq. Sur la première offensive alsacienne, Pisarik provoque la faute. Un Strasbourgeois a pourtant retenu un bleu mais non pénalisé. Et sur l'action c'est Ross qui est pris par la patrouille pour un retenir. Pisarik, sur pénalty, se fait justice en évitant Fouquerel et place le palet juste sous la barre (25'47 : 4-2).

Le format du match change quelque peu avec des Strasbourgeois enhardis par la réduction du score. Le forcing devient plus haut et intense. Marcos est pénalisé pour avoir totalement bloqué son adversaire. Et sur le jeu de puissance, Isackson est seul devant la cage mais rate la reprise qui passe hors du cadre (28'30). La pénalité est tuée !

Léo Guillemain transmet une extra-passe, qui traverse les deux lignes. Burgert réceptionne à la bleue offensive et provoque un lancer dans les bottes de Fouquerel (31'01). Après cette période plus à l'avantage des jaunes/noirs, Gap reprend le commandement et provoque deux pénalités successives dues à la vitesse de jeu sur des obstructions. Strasbourg défend à outrance mais sur le deuxième power-play, c'est le but ! Bernier lance et le portier slovaque dévie des bottes sur une glissade mais se retrouve hors du cadre des buts. La cage est vide, il ne reste plus qu'à Ringrose à pousser le puck dans les filets (36'31 : 5-2). Le but est attribué à Bernier mais il y a erreur car c'est bien le grand n°41 qui fait le premier shoot !

Comme à son habitude, l'équipe de Bourdages conclut là où on l'attend le moins, alors qu'elle est dominée. Draper, en supériorité, dévie un palet de Miner-Barron et réduit la marque (37'57 : 5-3). Le match est totalement débridé avec une grosse errance défensive strasbourgeoise. Thomas Carr, seul dans le cercle d'engagement en zone offensive, reprend un palet un peu flottant qui retombe sous la barre (39'12 : 6-3). Gap a dominé largement cette deuxième période et a imposé son rythme.


gap str4Luciano Basile fait entrer Aurélien Bertrand pour le troisième et dernier tiers. Mais la partie change de physionomie. L'Étoile noire impose un pressing bien plus acharné et colmate la défense. Le jeu se stabilise et Gap éprouve beaucoup plus de résistance dans les bandes.

Il faut attendre 44'16 pour voir une ouverture pour Bernier. Mais le portier de Stras' est le premier sur le puck pour le geler, et ne laisse même pas le temps au grand canadien de shooter. Draper s'extirpe, à pleine vitesse, pour aller shooter mais Bullock est obligé de faire faute et prend deux minutes pour retenir (46'04). Sur la pénalité, Kyle Essery pousse le palet du bout de la crosse et part en contre. La passe n'arrive pas à son coéquipier car Hiadlovsky fait barrage avec ses bottes. Sur l'action suivante les jaunes lancent juste au-dessus de la cage de Bertrand. C'est un jeu Pisarik-Draper qui teste le gardien haut-alpin. Mais le portier dit non (48'12).

De nouveaux pénalisés, les Gapençais subissent. Strasbourg remonte dans les stats de tirs cadrés. Bertrand est solide devant ses buts et bloque le palet tandis que la défense ne lâche pas un pouce de terrain. Gap a subi dans cette période mais tenu bon en ayant les dernières occasions de la partie. Faure se trouve un bon tir, capté de la mitaine par Vlad' (57'28). Essery, seul, contourne le gardien mais place le palet derrière la cage (58'47). Enfin Balsamo effectue un rush à l'avant avec son explosivité habituelle mais perd son duel (59'42).

 

Gap a dominé son sujet avec une intensité et un patinage rapide. Il faut souligner l'efficacité et le réalisme du premier bloc, présent sur 5 des 6 buts. Aurélien Bertrand s'offre un blanchissage partiel. Mais le score ne reflète pas tout, car Strasbourg a les moyens de gêner avec un forcing important. Le contre est joué à merveille, surtout dans des périodes de dominations adverses. Le gabarit est, il est vrai, un ton en dessous.

Les Rapaces s'envoleront, vendredi, à Angers pour un déplacement difficile. Strasbourg recevra les pionniers de Chamonix/Morzine pour tenter d'obtenir leur première victoire de la saison face à un adversaire n'ayant pas encore gagné non plus.


Gap – Strasbourg 6-3 (3-1, 2-2, 0-0)
Mardi 20 septembre 2016 à 20h30 – Alp'arena. 1246 spectateurs
Arbitres : M. Bourreau assisté de M. Constantineau et M. Margry
Pénalités : Gap 10' (2', 4', 4') ; Strasbourg 8' (0' ; 8' ; 0')
Mises au jeu : Gap 26 (8 ; 8 ; 10) ; Strasbourg 27 (12 ; 7 ; 8)
Tirs : Gap 28 (8, 11, 9) ; Strasbourg 25 (8, 5, 12 )
Arrêts : Fouquerel (84,2%) - Hiadlovsky (78,5%)
Bertrand (100%)

Score :
0-1 à 07'36" : Stroh assisté de Striz et Draper
1-1 à 08'10" : Labrecque assisté de Bernier et King
2-1 à 11'42" : Bernier assisté de Labrecque
3-1 à 14'03" : King assisté de Crinon et Ringrose
4-1 à 15'14" : Thillet assisté de Bernier et Carr
4-2 à 25'47" : Pisarik (tir de pénalité)
5-2 à 36'31" : Bernier assisté de Labrecque (sup. num.)
5-3 à 57'57" : Draper assisté de Miner-Barron (sup. num.)
6-3 à 59'12" : Carr assisté de Bernier et Thillet
 

Gap

Attaquants :
Marc-André Bernier – Dave Labrecque – Dimitri Thillet
Christian Isackson – Sean Ringrose – Kevin King
cédric Di Dio Balsamo – Marius Serer – Maurin Bouvet
Patrick Marsh – Kevin Da Costa – Kyle Essery

Défenseurs :
Pierre Crinon – Ryan Bullock
Max Ross – Jesse Craige
Thomas Carr – Raphael Faure
Loïc Chapelier – Emmanuel Alvarez

Gardiens :
Clément Fouquerel puis Aurélien Bertrand à 40'00".

Absents : Thibaut Farina, Brett Ferguson (blessé).

Strasbourg

Attaquants :
Kyle Stroh – Pavel Pisarik – Jordan Draper
Julien Burgert – Elie Marcos – Valerian Mathieu
Arthur Coulon – Thomas Mathieu – Loup Benoit
Kevin Lorcher - Maxence Leroux - Rolands Vigners

Défenseurs :
Alexandre Miner-Barron – Mitchell Witek
David Stritz – Léo Guillemain
Hubert Genest – Colin Morillon
Maxime Deplanque

Gardien :
Vladimir Hiadlovsky

Remplaçant : Arnaud Goetz (G).
Absent : Carson Cooper