La machine canadienne ne cale pas

Le sommet inattendu de la poule A n'aura finalement qu'un enjeu modeste, celui de la première place de poule. Dans un tournoi de ce calibre, l'impact d'affronter le deuxième de la poule B paraît assez secondaire.

Le Canada en profite donc pour faire tourner. Shea Weber et Ryan Getzlaf sont au repos, tout comme Carey Price. Corey Crawford obtient le départ dans les buts, pour sa première sélection internationale, toutes catégories d'âge confondues. Jake Muzzin et Claude Giroux sont réinsérés dans l'alignement, ce qui permet à Babcock de sortir trois paires défensives qui se connaissent bien : une de Los Angeles (Muzzin-Doughty), une de St. Louis (Pietrangelo-Bouwmeester) et une de San Jose (Vlasic-Burns).

Les Européens ont surpris leur monde dans ce tournoi, et les vétérans de l'équipe s'offrent une belle exposition médiatique. Christian Ehrhoff ou Denniss Seidenberg, toujours sans contrat, cherchent à décrocher un essai quelque part. Seidenberg est semble-t-il en contact avec Ottawa, mais il est forfait pour ce match, remplacé par le Suisse Luca Sbisa. Les lignes d'attaque restent inchangées.

Le Canada prend la main, comme d'habitude

DUCHENE Matt 160506 285Le Canada et son impression de machine inarrêtable prend rapidement le jeu à son compte. Une mise au jeu gagnée par Crosby à la quatrième minute permet à Jay Bouwmeester de lancer à la cage, et son tir file hors cadre. Crosby a suivi, devance Bellemare pour reprendre le palet et surprend Halak en tour de cage, dans le micro-espace restant le long du poteau (1-0).

Les Canadiens dominent nettement le premier tiers et pilonnent Halak. Le portier slovaque réalise des arrêts miracles, notamment dans les trois dernières minutes. Il vole tout d'abord Stamkos à bout portant après un gros travail de Tavares. Puis, Vlasic expédie une passe transversale depuis la bande et trouve Marchand tout seul au deuxième poteau. L'ailier des Bruins échoue en deux temps sur Halak, au déplacement latéral ultra rapide pour fermer une cage béante.

À une minute de la pause, Halak sort derrière sa cage pour jouer un palet. Il dégage le long de la bande, mais Duchene intercepte et lance vers le slot. Toews traînait seul devant le but et réussit une déviation difficile, derrière lui, pour doubler la mise (2-0).

Le Canada contrôle

Loin de se démobiliser, les Européens restent bien en place et débutent le deuxième tiers avec l'envie de recoller. Dominés certes, mais parfois dangereux. Marian Hossa est servi sur l'aile gauche, arrive ligne de fond et envoie le palet à la cage. Il piège son coéquipier de Chicago Crawford, le disque échappant à la crosse du gardien et filant entre les jambes (2-1).

Halak ne craque pas lorsque son coéquipier Sekera se frotte à Thornton. Les deux hommes sortent, mais Sekera prend deux minutes de plus. Le jeu de puissance canadien se montre dangereux et ne convertit pas.

Finalement, le Canada creuse l'écart au moment où l'Europe joue le mieux. Une bonne séquence offensive permet à Josi d'envoyer une volée dans l'axe... sauf que la crosse se brise, et qu'il se retrouve désarmé face au contre mené par Couture et Toews. Le capitaine de Chicago choisit le tir laser et trouve la cible (3-1).

Le coup dur est réel et, lorsque Streit sort pour retenir, il faut un Halak fidèle au poste pour éviter la catastrophe. Les Européens n'obtiennent que de rares situations dans ce tiers, se distinguant avant tout par un manque de précision chronique dans leurs tirs. Les Canadiens gèrent leur avantage sereinement, mais manquent le break à la faveur d'un retenir de Chara sur son coéquipier de Boston Marchand. L'ailier peste échouera toute la soirée sur Halak...

Un dernier tiers tranquille

MARCHAND Brad 160506 409Le dernier tiers est disputé sur un rythme de match de préparation, les deux formations en gardant sous le pied pour la demi-finale. Le Canada conserve une certaine rigueur, mais concède plus de lancers. Quoi qu'il en soit, Babcock tourne ses quatre lignes de manière égale, avec des présences courtes de vingt-cinq secondes.

Pietrangelo est puni pour une charge avec la crosse sur Niederreiter et l'opportunité de revenir à 3-2 se présente. Les Européens n'y parviennent pas, la faute là encore à de trop nombreux tirs hors cadre.

Le tiers se termine sur une séquence à quatre-contre-quatre, Bellemare sortant pour une faute sur Marchand, puni lui aussi pour avoir exagéré. Il y a alors des espaces sur la glace. Toews bataille dans le slot et décale Couture, qui nettoie la lucarne pour boucler le score (4-1). Logan Couture signe donc un but et une passe, lui qui a été appelé dans le groupe en dernière minute pour remplacer Jeff Carter.

 

Disputé sur un petit rythme, ce match sans enjeu aura encore montré la supériorité canadienne, qui a dominé ses trois adversaires sur le score cumulé de 14-3, avec 238 tirs à 166.

Même dans ce type de match, Jonathan Toews démontre sa valeur. Le capitaine de Chicago, double médaillé d'or olympique, triple vainqueur de la coupe Stanley, champion du monde U20 et senior, n'aime pas perdre. Avec deux buts et une passe ce soir, il porte son bilan sous le maillot canadien à 47 victoires pour seulement 3 défaites...

Le Canada gagne encore et les avis sont à peu près unanimes : cette équipe est presque ennuyeuse, prévisible, mais diablement efficace. Elle ne commet quasiment aucune erreur. Une machine qui ne laisse rien au hasard et ne lâche rien à son adversaire.

L'Europe atteint tout de même les demi-finales, à l'expérience. Ils affronteront la Suède. Le Canada attend pour sa part son adversaire : soit un classique contre la Russie, soit un duel face aux jeunes Nord-Américains qui ne manquerait pas de piquant tant les styles sont opposés : une formation rigoureuse, à la grande abnégation défensive, structurée, contre des gamins enthousiastes qui jouent presque du "hourra hockey" tourné résolument vers l'attaque. Pour cela, il faudra que la Finlande leur donne un coup de pouce en battant les Russes...

Trois étoiles du match : *Jonathan Toews **Logan Couture ***Corey Perry

Commentaires d'après-match :

Jonathan Toews (attaquant du Canada) : "Nous pouvons encore faire mieux. Nous avons montré par séquences que nous pouvions les enfermer dans leur zone sans qu'ils ne parviennent à sortir. S'ils ont le palet, nous avons deux joueurs sur l'homme, nous forçons la perte de palet et nous les poussons dans leur camp. Nous voulons cette pression, quatre lignes qui avancent en permanence."

Corey Crawford (gardien du Canada) : "C'était spécial, j'ai attendu très longtemps cette première sélection. Depuis tout petit, je regarde les jeux Olympiques, les Mondiaux juniors. C'est vraiment quelque chose de porter ce maillot, d'avoir les amis, la famille, mes parents ici. Beaucoup d'émotion. Sur le but, je ne sais pas trop ce que j'ai essayé de faire... mais je vais sûrement en entendre parler toute la saison !"

Steven Stamkos (attaquant du Canada) : "Nous serons prêts quel que soit l'adversaire. Mais c'est vrai que cette équipe nord-américaine a été emballante à regarder. C'est un autre style de jeu que l'équipe Canada et notre jeu dans les deux sens. Ils ont beaucoup de joueurs très offensifs et leur staff les laisse jouer, c'est spectaculaire."

Mike Babcock (entraîneur du Canada) : "Je ne pense pas que les deux équipes étaient au sommet de leurs moyens. Les deux savaient qu'ils étaient qualifiés. Même si les joueurs ont tenté de s'impliquer, nous étions un peu décontractés avec le palet. Nous avons commis des erreurs inhabituelles. Malgré cela, nous avons dominé en possession et eu beaucoup d'occasions. Sans leur gardien, qui a été excellent, nous aurions pu marquer beaucoup plus."

Ralph Krueger (entraîneur de l'Europe) : "Le Canada a fait un travail incroyable pour couper les lignes et nous priver d'occasions. Mais nous avons encore une marge de progression et nous sommes là où nous le voulions à ce stade. En demi-finales. Le Canada reste le grand favori du tournoi et il faudra vraiment un tour de magie pour les battre."

 

Canada - Europe 4-1 (2-0, 1-1, 1-0)
Mercredi 21 septembre 2016, 20h. Air Canada Centre de Toronto, Canada. 18926 spectateurs.
Arbitrage de Dan O'Rourke et Dan O'Halloran (CAN) assistés de Brian Murphy et Pierre Racicot (CAN).
Tirs : Canada 46 (17, 13, 16), Europe 20 (4, 5, 11)
Pénalités : Canada 6' (0', 2', 4'), Europe 12' (0', 8', 4'),

Récapitulatif du score
1-0 à 04'01" : Crosby assisté de Bouwmeester
2-0 à 19'05" : Toews assisté de Duchene
2-1 à 24'38" : Hossa assisté de Kopitar et Ehrhoff
3-1 à 34'48" : Toews assisté de Couture
4-1 à 57'33" : Couture assisté de Toews et Vlasic
 

Europe

Attaquants
Tomas Tatar (-1) - Anze Kopitar (C, -1) - Marian Hossa (-1)
Marian Gaborik (+1) - Frans Nielsen - Mats Zuccarello
Nino Niederreiter - Leon Draisaitl - Tobias Rieder
Thomas Vanek (-2) - Pierre-Édouard Bellemare (2', -2) - Jannik Hansen (-2).
Défenseurs
Roman Josi (-2) - Zdeno Chara (A, -2)
Christian Ehrhoff - Mark Streit (A, 2')
Luca Sbisa (-1) - Andrej Sekera (4', -1)

Gardien :
Jaroslav Halak

Remplaçant : Philipp Grubauer (G). Réservistes : Thomas Greiss (G), Dennis Seidenberg (D), Mikkel Bødker (A)

Canada

Attaquants 
Logan Couture (+2) - Jonathan Toews (A, +3) - Corey Perry (+2)
Brad Marchand (2') - Sidney Crosby (C) - Patrice Bergeron (A)
John Tavares - Claude Giroux - Steven Stamkos
Matt Duchene (+1) - Ryan O'Reilly - Joe Thornton (2')

Défenseurs :
Marc-Edouard Vlasic (+1) - Brent Burns
Jake Muzzin (+1) - Drew Doughty (+1)
Alex Pietrangelo (2', +1) - Jay Bouwmeester (+2)

Gardien :
Corey Crawford

Remplaçant : Braden Holtby (G). Réservistes : Carey Price(G), Shea Weber (D), Ryan Getzlaf (A).