Rouen - Lyon (Ligue Magnus, 3e journée)

Lyon donne une leçon !

Pour la troisième journée de la ligue Magnus, les Rouennais recevaient, les Lyonnais, barragistes, qui se sont sauvés in extrémis la saison passée.

Mais aujourd’hui ce n’est plus du tout la même équipe, seulement quatre joueurs (Breton, Custosse, To Landry et Correia) ont été conservés à l’intersaison et il y a eu 21 nouvelles signatures ! Le groupe lyonnais n’est peut-être pas encore rodé mais les Rouennais qui n’ont pas encore atteint leur vitesse de croisière, loin de là, devront se méfier d’un collectif qui a déjà démontré beaucoup de caractère. À Bordeaux où, très amoindri par cinq licences invalidées, il a su tenir jusqu’à la prolongation et, à Charlemagne, piégé naïvement par le promu Nice, où, menéscontre le cours du jeu, il a arraché le surtemps dans la dernière minute de jeu.

Côté individualités, entre Saône et Rhône, on parle beaucoup du Letton de 25 ans, Arturs Mickevics, qui n’a pas réussi à percer en VHL, comme la bonne pioche des Lions, de Kramar et de Takac, les ex-Gapençais, en plus de To Landry et Correia, comme des valeurs sûres de l’équipe.

ILLUS201609209397

Rouen (sans Nesa blessé) voulait jouer (comprenez gagner) avec la manière, après deux victoires en trompe-l’œil, et, avec Quentin Papillon aligné devant la cage, c’était plutôt bien parti à la fin du premier tiers malgré un tout début de match poussif. En effet, Lyon (sans Custosse) monopolisait les offensives dans les six premières minutes et obtenait la première chance de la partie par son ailier Samuel Takac qui lançait un peu trop à droite (5’21).

ILLUS201609209431

Cependant, le RHE, en bon opportuniste, ne laissait pas passer sa chance en supériorité. La surcharge rouennaise, un classique en ce début de saison, était exemplaire, à l’image de la passe délivrée à souhait de Loïc Lampérier vers François-Pierre Guénette dans le cercle gauche qui enfilait sans trembler (1-0 à 7’14). Moins de quatre minutes plus tard, Florian Chakiachvili, faisait un numéro dans le cercle droit, puis envoyait, des poignets, un tir qui passait derrière Matija Pintaric (2-0 à 10'39). Photo ci-dessous.

ILLUS201609208945

Mijta Sivic appelait un temps-mort et ses joueurs étaient ragaillardis. Scott Fleming manquait de peu la lucarne gauche (12’46). Samuel Takac reprenait un rebond qui forçait Papillon à un arrêt délicat (13’12). Il fallut un nouveau jeu de puissance pour que les locaux sortent la tête de l’eau. Adam Miller provoquait trop lentement Pintaric pour réussir à le tromper (15’33). Finalement, après le retour du puni lyonnais sur le glaçon, une rapide combinaison à gauche entre Colotti et Yorick Treille, trouvait Raux, dans le cercle, au lancer du troisième but Normand (3-0 à 17'21).

Ce dernier but encaissé n’a pas brisé le nouveau rythme des visiteurs. La fin du tiers sera sous leur emprise. Quentin Papillon va devoir, à lui seul, tirer d’affaire ses coéquipiers à trois reprises. Impeccable de la botte devant le duo Correia-Michel (17’52), solide auprès de Scott Fleming (18’23) et pour finir indispensable face à Gregor Koblar pourtant dans le slot (19’32).

ILLUS201609209593

La deuxième période démarre sur un faux rythme qui sera mis à profit par les partenaires de Jakob Milovanovic. A deux-contre-un, Gregor Koblar reprend son propre rebond et réduit la marque (3-1 à 22'15). Photo ci-dessous.

ILLUS201609209207

Anecdotique pense-t-on, car les compagnons de Patrick Coulombe obtiennent une nouvelle attaque à cinq, qui sera annihilée, et ils se créaient, sans forcer, une dernière chance, avant leur naufrage. Dan Koudys, dans l’enclave, envoie le palet un peu trop en haut à droite (25’16).

Ensuite, en moins de 50 secondes, les Lions vont parvenir à égaliser en profitant des négligences rouennaises. Matt Hussey perd un palet en entament un drible entre deux Lyonnais le long de sa ligne bleue alors que, plus groupés depuis leur retour du vestiaire, les visiteurs pressent très haut les Rouennais. Le revirement est habilement mené par Scott Fleming. Arturs Mickevics, en haut du slot, trouve froidement la lunette gauche, coté plaque (3-2 à 26’14). Photo ci-dessous.

ILLUS201609209285

Trente-cinq secondes plus tard, Rouen subit un nouveau contre surnuméraire à trois-contre-un. À peine désaxé à droite en haut du slot, Jakob Milovanovic trouve le hublot droit, coté mitaine (3-3 à 26’59). Par rapport au premier tiers, les Lions jouent plus instinctivement en première intention. La dernière passe n’est plus molle et les tirs sont spontanés, sans complexe désormais. C’est parce que les Dragons se sont désorganisés collectivement en jeux de transition défensive et offensive qu’ils se sont fait facilement remonter au tableau de marque. Fabrice Lhenry prend son temps-mort.

ILLUS201609209317

À la mi-match, ses joueurs doivent démontrer qu’ils disposent des ressources et l’expérience nécessaire pour se reprendre face au relégable de la saison passée ! Ils peuvent s’appuyer sur leur jeune gardien qui réalise un nouvel arrêt important d’une mitaine ferme devant To Landry en très bonne position (30’22). Mais les Seino-Marins n’y sont pas. Acculés dans leur zone, ils subissent un moment fort de leurs adversaires et maintenant ils se montrent indisciplinés. S’ils résistent à leur premier désavantage du match, ils s’effondrent au deuxième dû à une faute offensive. Vikhael To Landry, démarqué, reprend sèchement sans contrôle la passe en retrait du lumineux Fleming (3-4 à 35’05). Photo ci-dessous.

ILLUS201609209541

Blessé, le RHE va moins réagir que sursauter. Les Dragons s’en remettent d’abord à leur duo de superjets. Joris Bedin adresse un long centre que Perret peut couper, mais Pintaric se déplace rapidement et détourne la déviation de l’ancien Grenoblois (36’00). Fabrice Lhenry doute de ses hommes et remplace son gardien en faisant rentrer Dany Sabourin devant la cage afin de préserver un léger retard avant la seconde pause. Puis, les joueurs des bords de Seine comptent sur Adam Miller qui, dans un angle assez fermé, ne peut surprendre Pintaric désormais décisif (36’56). Et avec ceci ? Ce sera tout car Miller essuiera le banc des pénalités, ce dont le LHC ne profitera pas, pour terminer cette abominable période (0-4).

ILLUS201609209609

Dans le dernier tiers, Rouen est incapable de créer quoi que ce soit, malgré quelques ardeurs. La faute à d’excellents Lyonnais, attisés par leur avance survenue de nulle part, qui se battent sur chaque palet sans paniquer et sans s’égarer. Les « blancs » se procurent un nouveau contre excédentaire. Dany Sabourin se montre toutefois plus fort que le duo Kaspitz - To Landry (45’41).

Cavalier ou agacé, Sacha Treille, prend la mouche et lâche ses coéquipiers, exclu pour avoir tombé les gants, voulant en découdre, avec un Fleming tempétueux qui est lui conduit simplement en prison (48’20). La demi-baston donnait du peps, s’il le fallait, aux hommes de Mijta Sivic. À quatre contre quatre, Roland Kaspitz délivre une belle passe vers To Landry, mais le Canadien ne cadre pas (48’43). Plus tard, en supériorité pendant trois minutes, Gregor Koblar, en angle, fait travailler Sabourin (51’55). Un dernier soubresaut rouennais aura bien lieu quand l’aéronef, Perret, dévie un tir-passe à la cage de Yorick Treille que Pintaric imparable déroute (57’28). Les Dragons, autant éparpillés que trop épointés, n’ont définitivement pas de tranchant et même le remplacement de Dany Sabourin par un attaquant supplémentaire ne réveille aucun espoir (59’03).

ILLUS201609209294

Sans adrénaline, Rouen ne semble pas avoir digéré les échecs de la CHL (et pour les internationaux celui du TQO) afin de produire les efforts nécessaires, faire le sale boulot et jouer avec rigueur et organisation pendant 60 minutes. Les recrues rouennaises ne paraissent pas encore en mesure d’apporter leur valeur ajoutée au groupe. Les porteurs de palets sont déficients en jeu de transition. La terrible décontraction du deuxième tiers a été fatale. Historique, les Dragons ont encaissé un 0-4 en moins de 13 minutes, alors que Quentin Papillon avait limité la casse, face à un adversaire qui n’avait, alors, rien à perdre, au caractère affirmé, qui maîtrise son hockey dès qu’il honnit son adversaire. La suffisance ne suffit pas, même à 3-0.

Étoiles du match : Scott Fleming *** (Lyon), Vikhael To Landry ** (Lyon) et François-Pierre Guénette * (Rouen).

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Fabrice Lhenry (entraîneur du RHE) : « Avec tout le respect que je peux avoir pour cette équipe de Lyon, notre prestation, lors des 40 dernières minutes, est une honte par rapport au club et à nos supporters. On a manqué de respect par rapport à notre adversaire. Après le premier tiers, durant lequel on avait fait de bonnes choses, j’avais demandé à faire attention au relâchement. On ne l’a pas fait. On s’est arrêté de jouer. Il n’y avait plus de jeu collectif. On avait tout oublié. Franchement, quand je vois ce qu’on faisait le 10 septembre dernier face à Djurgården et ce qu’on a fait là... J’espère qu’il y a de l’orgueil et de la fierté dans cette équipe pour remettre les choses en ordre. Contre Gap, on s’en était bien sorti. Face à Strasbourg, c’est Dany (Sabourin) qui nous avait sauvé le match car, laisser plus de 40 shoots à Strasbourg, ça signifiait bien qu’on n’avait pas fait les efforts. Là, on a payé. Il faut que tout le monde se remobilise. C’est une question d’attitude. On se doit de respecter les adversaires car il n’y a pas de match facile sauf ceux qu’on peut se rendre facile en travaillant fort. »

ILLUS201609209622

 

Rouen – Lyon 3-4 (3-0, 0-4, 0-0)
Mardi 20 septembre 2015 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 1856 spectateurs.
Arbitres : M. Geoffrey Barcelo assisté de MM. Sébastien Levasseur et Jérémie Douchy.
Pénalités : Rouen 31' (0', 6’, 5+20’) ; Lyon 8' (4', 2', 2’).
Tirs : Rouen 23 (14, 4, 5) ; Lyon 24 (6, 14, 4).
Chances : Rouen 5 (1, 3, 1) ; Lyon 11 (6, 2, 3)

Évolution du score :
1-0 à 07'14" : Guénette assisté de Lampérier et Thinel (sup.num.)
2-0 à 10'39" : Chakiachvili assisté de Lampérier et Guénette
3-0 à 17'21" : Raux assisté de Treille et Colotti
3-1 à 22'15" : Koblar assisté de To Landry et Fleming
3-2 à 26'14" : Mickevics assisté de Fleming et Takac
3-3 à 26'59" : Milovanovic assisté de Lipsbergs et Correia
3-4 à 35'05" : To Landry assisté de Fleming et Kaspitz (sup.num.)
 

Rouen

Attaquants :
Jordann Perret – Mat Hussey – Joris Bedin
Sacha Treille – Adam Miller – Marc-André Thinel
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Dan Koudys
Fabien Colotti – Damien Raux – Yorick Treille (A)

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mark Matheson
Olivier Dame-Malka – Patrick Coulombe (C)
Chad Langlais – Patrick Koudys
Aurélien Dorey

Gardien :
Quentin Papillon (15 arrêts) puis à 36’06 Dany Sabourin (5 arrêts).

Remplaçant : Jeremy Delbaere. Absents : Brieuc Houeix et Vincent Nesa (blessés).

Lyon

Attaquants :
Samuel Takac – Scott Fleming – Arturs Mickevics
Gregor Koblar – Roland Kaspitz – Vikhael To Landry
Miks Lipsbergs – Valentin Michel – Julien Correia
Kevyn Richard – Sébastien Delemps – Aubin Lamirault.

Défenseurs :
Thomas Roussel (A) – Matic Podlipnik
Jakob Milovanovic (C) – Dominik Kramar
Jules Breton (A) – Quentin Mahier
Sébastien Valade – Maxime Favre-Felix

Gardien :
Matija Pintaric (20 arrêts)

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absents : Quentin Berthon et Cédric Custosse (?)