Gap - Lyon (Ligue Magnus, 5e journée)

Gap est revenu de son long déplacement à la Patinoire du Haras avec les 3 points (3-4). La victoire sur la « petite glace » d'Angers est une belle performance qui permet aux Rapaces de devenir les nouveaux leaders du championnat à égalité de points avec Bordeaux. Les Rapaces, avec la meilleure attaque (16 buts), dominent aussi le classement des marqueurs avec Marc-André Bernier (8 pts) et Dave Labrecque (7 pts).

Aurélien Bertrand prend une nouvelle fois la place dans les cages, Fouquerel étant convalescent depuis le match face à Strasbourg. Au rayon des blessés, Labrecque a été victime d'une béquille, sans gravité, à Angers. Mais Luciano Basile décide de le préserver et fait monter Bouvet au premier bloc.

La ligue Magnus va tester les matchs le dimanche dans cette nouvelle formule. Cela va-t-il abaisser l'affluence qui il faut bien le dire est un peu faiblarde comme dans plusieurs patinoires de l’hexagone ? La faute au nombre de rencontres passées de 13 à 22, à domicile, pour chaque club ? Ou bien cela est-il dû à un bouleversement des mentalités ? L'Allemagne a déjà mise en place les matchs du dimanche après-midi depuis plus de vingt ans et le succès y est présent. La France se met au diapason des grands championnats européens, le bilan se fera en fin de saison.

Pour cette rencontre dominicale, Gap accueille de surprenants troisièmes et propose l'affiche de cette 5e journée. Les Lions de Lyon ont gagné à Rouen, et de quelle manière. Menés 3-0, ils se sont imposés dans le temps réglementaire 3-4. Vendredi ils ont surpassés Strasbourg (4-1) et placent leurs deux meilleurs pointeurs en 3e, 4e et 5e positions : Scott Fleming (7 pts), Samuel Takac (6 pts) et Arturs Mickevics (5 pts).

Lyon, repêché pour remplacer la défection de Brest, donne un signe positif pour ses fans en ce début de saison. Gap est prévenu, c'est un adversaire solide qui arrive à l'Alp'arena. Déjà en match de préparation le résultat s'était soldé par un match nul (1-1). Les Lions feront sans Cédric Custosse, Kevyn Richard et Sidney David. Par contre on notera la présence de l'Autrichien Roland Kaspitz (630 matchs en élite autrichienne – 502 points et 128 sélections)



Gap Lyo1La partie commence sur un bon rythme et les défenses sont bien en place pour annihiler les actions vers l'avant. Il faut attendre 4'27 pour voir un premier lancer dangereux de Bullock sur Pintaric qui laisse filer le puck. Dans le trafic la rondelle est incontrôlable ! Dans l'affolement Lyon se dégage.

Une supériorité numérique permet à Gap de tenter sa chance Mais To-Landry à l'affût intercepte le puck dans les pieds de Bullock et part seul. Bertrand arrête des jambières bien que le Canadien tente de le contourner (6'12). Gap fait une remontée de glace ultra-vite et Craige sert Thillet, bien seul au second poteau qui nettoie la cage vide (7'04 : 1-0). Les Rapaces continuent sur leur lancée avec un rythme très rapide. Mais Lyon ajuste son jeu tout en vitesse et sur un duo Kaspitz-Koblar revient dans la partie. En contre en 2 contre 0 c'est une action en passe tic-tac-toe qui est concrétisée par Kaspitz (8'53 : 1-1).

À nouveau en supériorité, Da Costa au second poteau reprend un palet qui part dans le plastron de Pintaric (10'35). Le jeu de puissance est organisé et permet un lancer qui frôle la base du poteau avec un bloc Carr-Thillet-Craige-Da Costa-Essery. Gap continue dans la vitesse, les Lions résistent avec un jeu solide dans les bandes. Gap est toujours aussi costaud défensivement avec Ross, par exemple. Lipsbergs réceptionne un palet qui fait tout le tour de la patinoire sur la bande et part seul mais Ross intercepte cette offensive. En fin de période, les bleus perdent des palets en route sur les passes et Lyon termine en forçant plus. De nouveau le duo Koblar-Kaspitz se présente et c'est dans l’urgence que Gap se dégage (17'05). Balsamo sur sa vitesse dribble et se présente devant le portier blanc qui dévie (17'59). Crinon prend 2 minutes sur un retard de jeu. En supériorité, To-Landry récupère un puck de Kaspitz et prend son rebond sans succès. Dans le trafic, les bleus dégagent (19'02). L'Autrichien démontre une vision du jeu parfaite et distribue des palets de façon excellente de précision.

Gap et Lyon ont fait jeu égal, chacun ayant son moment du tiers. La vitesse de patinage des bleus et une grosse défense s'oppose à une capacité lyonnaise à se projeter à l'avant rapidement.


Gap Lyo2Deuxième vingt : Bernier joue des épaules en faisant valser Kaspitz qui le pressait dans le slot. Lipsbergs dribble deux Gapençais et se retrouve devant Bertrand mais trouve le poteau (21'59). Thomas Carr, de la bleue décoche un puissant tir qui provoque un rebond mais sans trouver de coéquipier pour reprendre (23'40).

Les actions se succèdent mais les défenses s'imposent. Kaspitz avec son très bon patinage construit le jeu et sert To-Landry qui dévie sans marquer (27'50). Mais juste à la fin d'une infériorité, Bernier sorti de prison sert un palet. Ringrose et King se projettent à l'avant. Kevin King, en vitesse shoote tout en rapidité (26'54 : 2-1). Une nouvelle offensive rapide débouche dans le slot et Thillet reprend ce palet devant le portier (27'33 : 3-1). Dans la foulée, Mickevics répond par un tir sur Bertrand (28'05).

Thomas Roussel est pénalisé de 2'+10' pour une charge à la tête. Malheureusement le jeu de puissance gapençais a des ratés avec deux fermetures de zone loupées. À chaque fois il faut donc ressortir de la zone offensive et reconstruire. Balsamo s'entend avec Isackson. Le Français s'arrache pour donner un bon puck devant la cage et l'Américain provoque un tir qui est bloqué par le portier. La pression devant la cage provoque une échauffourée et un bon brassage (30'16) !

Gap tient son sujet mais Lyon est dynamique, se jette sur les palets et maintient un pressing défensif intense, à l'image de Kramar. Gap continue son bombardement en règle avec un duo arrière Crinon-Bullock postés à la bleue offensive pour décocher un gros slap (31'39). Lyon subit le jeu des Rapaces mais domine dans le secteur des mises au jeu ce qui leur permet de toujours ressortir de la pression ambiante. À souligner l'explosivité de Balsamo. Il s'impose pour distribuer un bon palet, et sur la même action en repli défensif, pour dévier une passe adverse et casser la contre-attaque. Valentin Michel arrive à traverser le rideau défensif bleu et lancer sur Bertrand (33'02). Cette occasion est la première pour Lyon depuis le début de cette période ; tout simplement. Le temps que Bertrand échange son casque avec celui de Theo Gautero qui officie ce soir en tant que n°2 et Gap est en supériorité numérique. On notera encore des problèmes d'ajustement des passes et de contrôle du palet de la part de Bullock et Carr ce qui anéantit les possibilités.

Lyon s'accroche, tel Breton qui pousse et retient « à la limite » pour tenir le choc. Les Rapaces ont fait une grosse période mais malgré des ratés surtout en power-play ont tenu Lyon en respect. Les stats sont sans appel aux tirs, Gap mène 18 à 8 durant ces vingt minutes.



Gap LyoIntroPour ce troisième exercice, Lyon décide de reprendre le jeu à son compte. Bertrand s'octroie une sortie de sa cage pour réceptionner un palet proche de la bande dans le cercle d'engagement, mais pressé il ne peut pas relancer correctement et se voit perdre le puck au profit des Lyonnais mais sans conséquence (41'45). Sur un slap monstrueux de Podlipnik, Fleming dévie et réduit le score (42'32 : 3-2).

Les pénalités s’enchaînent des deux côtés mais un surnombre gapençais provoque une infériorité de 3 contre 4. Les bleus défendent à outrance tel Craige qui arrête le palet du patin et dégage son camp. Mais à 4 contre 5 Podlipnik une nouvelle fois « bombarde » de la bleue et dévaste le trafic pour marquer (57'16 3-3). Depuis le début de cette période Gap n'a pas pris un seul tir cadré et il faut attendre Balsamo à 48'15 pour voir un tir sans écran sur Pintaric.

Le secteur des mises au jeu est par contre favorable à Gap. Podlipnik, encore lui, porte les Lions et d'un tir ravageur, lointain, inscrit un doublé (49'18 : 3-4). Lyon est en train de réitérer son jeu gagnant qui lui a valu la victoire sur la glace de Rouen. La stratégie de tirs de loin en organisant un « chantier » devant la cage est imparable. Ce qui s'oppose au jeu gapençais basé sur moins d'écran mais plus de déviations.

Luciano Basile prend un temps mort pour remettre son équipe dans le bon sens. Bernier, en supériorité, reprend un palet qui se loge dans les bottes de Pintaric, sur un arrêt papillon (50'35). Mais juste avant de retrouver son cinquième joueur, Lyon plie. Isackson servi au deuxième poteau revient à la marque (52'10 : 4-4). Mais le risque est toujours présent. Faure battu en vitesse fait un croche-patin et envoie son équipe en infériorité. Mais l'une des meilleures défenses du championnat tient bon et tue la pénalité. Jesse Craige fait un gros boulot pour bloquer des tirs et gagner des duels. Lyon fait un forcing avant encore plus puissant pour arracher la victoire. Milovanovic décoche un tir gigantesque à la bleue que Bertrand dévie (54'35).

Les Lions prennent l'ascendant en gagnant de très nombreux duels et s'imposent dans la bande. L'attaque de Gap est verrouillée ! Takac parti à l'offensive se mélange les pinceaux et chute, c'est Essery qui récupère et part seul mais son shoot ne peut aucunement gêner le portier slovène. Le pressing défensif lyonnais repousse des Rapaces qui ne peuvent plus que tirer à mi-distance avec des lancers désespérés.

4-4 en fin de temps réglementaire, Gap concède un point mais reste en vie pour le gain du match. L'esprit de combat a permis de revenir au score mais Lyon a démontré que sa victoire à Rouen n'était pas seulement due à une baisse des dragons. Ce groupe des Lions est très expérimenté et réaliste. On peut noter l'apport foudroyant de Kaspitz, Koblar, To-Landry et Podlipnik. L'intensité mise devant la cage adverse faisant le reste.


Mort subite à 3 contre 3. Gap place King, Ringrose et Craige contre Kaspitz, To-Landry et Milovanovic. Ross passe derrière la cage et provoque, par sa vitesse, la faute avec une nouvelle pénalité pour les blancs. Craige peut lancer de loin, mais Pintaric bloque de la mitaine (62'10). Bernier remet sur King plein centre qui tire sur le portier lyonnais (63'02). Gap remet de la vitesse dans son jeu et décide d'en finir au plus vite. Balsamo part seul dans un duel qu'il perd face au gardien (63'12).

La vivacité d'Isackson est encore tenace, d'ailleurs une faute, sur lui, pour retenir n'est pas sifflée, et ceci devant la cage lyonnaise. Kaspitz et Milovanovic se projettent à l'avant, pour ce qui est la première offensive notable des blancs. Bertrand dévie le tir (64'30). To-Landry est pénalisé pour crosse haute. Sur la mise au jeu Isackson passe dans la défense en force et se retrouve sur le gardien. Dans sa chute le Gapençais arrive à placer le palet dans la cage et délivre ses coéquipiers (64'47  : 5-4). Le public explose ! Matija Pintaric, en colère, se jette vers l'arbitre estimant une charge sur le gardien. Le but est validé et le cerbère slovène rentre au vestiaire sans assister à la cérémonie finale. Podlipnik et Isackson sont récompensés comme meilleurs joueurs du match.

Le match piège, prévu, à bien eu lieu ! Il s'en est fallu de peu que Lyon réitère son exploit à l'extérieur. Mais la force combative des Rapaces a fait tourner la partie en leur faveur. Mais tout n'est pas idéal non plus et l'on a pu voir de nombreuses erreurs dans les jeux de puissance, ou dans le trafic à créer devant le gardien adverse. Ce match doit servir aussi de révélateur sur les sujets à travailler. Mais sans conteste c'est bien l'état d'esprit qui a permis de faire ce que Rouen n'a pu réaliser chez lui.

Pas le temps de tergiverser, Mardi Gap sera à Épinal pour un match compliqué devant un public vosgien chaud bouillant ! Lyon se déplacera sur la glace des pionniers de Chamonix/Morzine.



Gap – Lyon 5-4 (1-1, 2-0, 1-3, 1-0)
Dimanche 25 septembre 2016 à 20h30 – Alp'arena: 1641spectateurs
Arbitres : M. Ernecq assisté de M. Constantineau et M. Pointel
Pénalités : 12' (2', 2', 6', 2') – 26' (4', 14', 4', 4')
Mises au jeu : 33 (10, 8, 13, 2) – 29 (11, 9, 6, 3)
Tirs : 37 (12, 11, 8, 6) – 26 (11, 7, 7, 1 )
Arrêts : Bertrand (86,2%) - Pintaric (84,8%)

Score :
1-0 à 07'04" : Thillet assisté de Bouvet et Ringrose (sup. num.)
1-1 à 08'53" : Kaspitz assisté de Koblar et To-Landry
2-1 à 26'54" : King assisté de Bernier et Crinon
3-1 à 27'33" : Thillet assisté de Craige et Bernier
3-2 à 42'32" : Fleming assisté de Podlipnik et Mickevics
3-3 à 47'16" : Podlipnik assisté de Fleming (sup. num.)
3-4 à 49'18" : Podlipnik assisté de Fleming et Roussel
4-4 à 52'10" : Isackson assisté de Craige et Ross
5-4 à 64'47" : Isackson

Gap

Attaquants :
Marc-André Bernier – Maurin Bouvet – Dimitri Thillet
Patrick Marsh – Sean Ringrose – Kevin King
Cédric Di Dio Balsamo – Marius Serer – Christian Isackson
Thibaut Farina – Kevin Da Costa – Kyle Essery
Benoit Valier

Défenseurs :
Pierre Crinon – Ryan Bullock
Max Ross – Jesse Craige
Thomas Carr – Raphaël Faure
Loïc Chapelier

Gardien :
Aurélien Bertrand

Remplaçant : Théo Gautero (G). Blessés : Dave Labrecque ; Clément Fouquerel ; Brett Ferguson

Lyon

Attaquants
Samuel Takac – Scott Fleming – Arturs Mickevics
Vikhaël To-Landry – Gregor Koblar – Roland Kaspitz
Miks Lipsbergs – Julien Correia – Valentin Michel
Sébastien Delemps – Quentin Berthon – Aubin Lamirault

Défenseurs
Thomas Roussel – Matic Podlipnik
Jakob Milovanovic – Dominik Kramar
Jules Breton – Quentin Mahier
Sébastien Valade – Maxime Favre-Félix

Gardien :
Matija Pintaric

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absents : Cédric Custosse, Kevyn Richard, Sidney David