Canada - Europe (Coupe du monde 2016, finale, match 1)

Le Canada affronte l'étonnante équipe Europe lors de la première manche de la finale de la Coupe du monde.

Pourtant, ce premier duel n'a rien du feu d'artifice sonore des Jeux olympiques de Vancouver en 2010. L'atmosphère est plutôt calme et l'affluence officiellement estimée à 18 377 spectateurs paraît plutôt optimiste en raison des nombreux sièges vides. Est-ce la concurrence de l'équipe de baseball des Blue Jays qui accueille 44 000 personnes à quelques centaines de mètres ? Certes à une moindre mesure, la demi-finale du Canada face à la Russie ne faisait déjà pas salle comble. Ces tickets ont été vendus mais certains n'ont pas pris la peine de se déplacer.

MARCHAND Brad 160506 409On est donc loin de la finale électrique de Vancouver 2010 face aux Américains, l'enjeu n'est pas le même pour les Canadiens. Surtout face à une équipe Europe créée de toutes pièces pour l'occasion, talentueuse mais dont le manque d'identité ne lui apporte aucun soutien, si ce n'est de la sympathie. Alex Pietrangelo parle pour ses coéquipiers canadiens - et pour la majorité de ses compatriotes - il le reconnaît : l'ambiance n'est pas la même que face aux rivaux naturels que sont les États-Unis et la Russie. 

Malgré tout, le Canada arrive en pleine confiance, toujours invaincu dans ce tournoi. Carey Price présente toujours des statistiques impressionnantes en match international et personne n'a réussi à contenir le premier trio Bergeron - Crosby - Marchand. Brad Marchand est pour le moment l'une des grandes révélations de cette compétition. Le petit attaquant des Bruins de Boston, efficace et très impliqué, est remarquable. Comme quoi il est capable de se dépasser sans pour autant jouer les pestes comme il en a l'habitude.

La tâche semble particulièrement ardue pour une équipe d'Europe qui doit se passer des services de Marian Gaborik, touché au pied contre la Suède. Il sera indisponible huit semaines. Le Danois Mikkel Bødker le remplace poste pour poste. Mais le fin tacticien Ralph Krueger aura-t-il une solution miracle pour dérégler cette nouvelle machine rouge ?

En tout cas, les Européens ne font preuve d'aucun complexe. Durant les 20 premières secondes, ils ont le temps de placer 3 tirs, dont deux occasions franches de Tatar et Kopitar, et de provoquer une charge avec la crosse de Marchand. Toujours pas de but en avantage numérique, toutefois, pour les Européens. Brad Marchand sort de prison, suit ensuite Patrice Bergeron qui s'échappe et le sert, Marchand réceptionne poteau gauche et marque son quatrième but de la compétition (1-0, 02'33").

Pourtant malmené, le Canada mène déjà au score et double la mise dans ce même tiers. Zdeno Chara est à la relance, il quitte à peine sa zone défensive qu'il est contré par Ryan Getzlaf, ce dernier s'approche, réalise une feinte de tir et sert alors Steven Stamkos qui, comme Marchand plus tôt, réceptionne à hauteur du poteau (2-0, 13'20").

NIEDERREITER Nino 130519 566La formation de Mike Babcock est désormais bien embarquée mais l'équipe Europe est loin d'être à la dérive. À la 26e minute, Niederreiter et Draisaitl permettent aux visiteurs de réaliser une bonne séquence. Carey Price est vigilant, mais il s'incline une minute plus tard. Dennis Seidenberg lance, Price détourne devant lui où se trouve Tomas Tatar, l'attaquant de Détroit, déjà auteur du but gagnant contre la Suède en demi-finale, profite du rebond (2-1, 27'00"). À quatre minutes du deuxième intermède, et alors qu'ils évoluent en infériorité numérique, les Européens sont tout proches de l'égalisation. Le défenseur Andrej Sekera parvient à échapper à la vigilance du Canada, il se présente seul face à Price mais son tir du revers est un peu mou pour tromper le gardien montréalais. 

Le Canada mène toujours au tableau d'affichage et se montre particulièrement dangereux en début de troisième période. John Tavares tente de conclure une bonne séquence mais la présence de Bellemare et l'arrêt de Jaroslav Halak empêchent une bonne finition. Le trio infernal du Canada va consolider le succès. Sidney Crosby garde longtemps le puck derrière les filets européens et parvient à servir Patrice Bergeron qui reprend de volée (3-1, 49'24"). 

Ralph Krueger tentera bien de sortir son gardien pour un joueur de champ supplémentaire mais la Team Europe ne parviendra pas à bousculer le Canada ce soir. Ryan Getzlaf (poteau) et Jonathan Toews seront d'ailleurs proches de marquer dans les filets déserts. 

Malgré la défaite, l'équipe Europe a fait meilleure figure que lors du tour préliminaire (1-4). Les hommes de Ralph Krueger ne se sont pas contentés de rester derrière, ils ont pris des initiatives qui ont gêné pendant un bon moment le Canada, plus à l'aise dans le dernier tiers-temps. Dans les phases difficiles, le Canada s'en est remis à ses fondamentaux : un Carey Price encore brillant (32 arrêts) et un premier trio Bergeron - Crosby - Marchand qui compte désormais 22 points en 5 parties dans ce tournoi. Il reste aux Canadiens à conclure, à moins que les Européens ne parviennent à forcer la belle.

Commentaires d'après-match

Alex Pietrangelo (défenseur du Canada) : "Tout le monde savait que nous devions mieux jouer. Il nous fallait atteindre le niveau dont nous étions capables, surtout après la première période. Et nous y sommes arrivés en troisième. Tout au long du tournoi, nous avons plutôt bien joué, ce n'était qu'une question de temps pour que l'interrupteur fonctionne de nouveau. Nous avons retrouvé notre jeu en fin de deuxième tiers puis dans le dernier."


Canada - Europe 3-1 (2-0, 0-1, 1-0).
Mardi 27 septembre 2016 à 20h00 au Air Canada Centre de Toronto. 18377 spectateurs.
Arbitrage de Wes McCauley et Kelly Sutherland assistés de Brian Murphy et Pierre Racicot.
Pénalités : Canada 4' (2', 2', 0'), Europe 2' (0', 2', 0').
Tirs : Canada 38 (9, 17, 12), Europe 33 (13, 11, 9).

Évolution du score :
1-0 à 02'33" : Marchand assisté de Bergeron et Crosby
2-0 à 13'20" : Stamkos assisté de Getzlaf
2-1 à 27'00" : Tatar assisté de Seidenberg et Kopitar
3-1 à 49'24" : Bergeron assisté de Crosby et Marchand


Canada

Attaquants :
Brad Marchand (+1, 4') - Sidney Crosby (C, +1) - Patrice Bergeron (+1)
Logan Couture - Jonathan Toews (A) - Corey Perry
John Tavares (+1) - Ryan Getzlaf (+1) - Steven Stamkos (+1)
Matt Duchene - Ryan O'Reilly - Joe Thornton 

Défenseurs :
Marc-Edouard Vlasic - Shea Weber (A)
Jay Bouwmeester (+2) - Drew Doughty (+2)
Alex Pietrangelo - Brent Burns 

Gardien :
Carey Price 

Remplaçant : Corey Crawford (G). En tribune : Braden Holtby (G), Jake Muzzin (D), Claude Giroux (A).

Europe

Attaquants
Tomas Tatar (+1) - Anze Kopitar (C, +1) - Marian Hossa (+1)
Mikkel Bødker - Frans Nielsen (-2) - Mats Zuccarello (-2)
Nino Niederreiter (-1) - Leon Draisaitl (-1) - Tobias Rieder (-2)
Thomas Vanek - Pierre-Édouard Bellemare - Jannik Hansen (-1)

Défenseurs
Roman Josi - Dennis Seidenberg 
Christian Ehrhoff (-1, 2') - Mark Streit (A, -1)
Zdeno Chara (A, -1) - Andrej Sekera (-1)

Gardien :
Jaroslav Halak

Remplaçant : Philipp Grubauer (G). En tribune : Thomas Greiss (G), Luca Sbisa (D). Blessé : Marian Gaborik (pied).