Grenoble - Rouen (Ligue Magnus, 6e journée)

Grenoble laisse échapper la victoire 

Battus à deux reprises à domicile face à Angers (0-1) puis Bordeaux (3-4), les Brûleurs de Loups ont continué leur copie parfaite à l’extérieur dimanche à Nice (5-4). Cette victoire au terme d’un match un peu fou leur a permis de marquer leur premiers points puisque leur deux premières victoires à Dijon et Épinal n’avaient servi qu’à effacer la sanction administrative de l’intersaison. L’objectif ce soir est donc maintenant d’engranger une première victoire à domicile.

2016 09 27 Grenoble Rouen1Rouen a connu un début de saison très actif avec la CHL puis le trophée des champions remporté face à Gap. Surpris en Ligue Magnus par Lyon, les Dragons occupent malgré tout les avant-postes, en embuscade derrière les Rapaces. La dernière victoire dans le derby dimanche face à Amiens (4-1) a rassuré Fabrice Lhenry qui doit tout de même composer avec quelques absences puisque le capitaine Patrick Coulombe et le gardien n°1 Dany Sabourin, malades, ont dû tous les deux déclarer forfait. Mais les Brûleurs de Loups ne sont guère mieux lotis puisque Teddy Trabichet, blessé à Nice, rejoint Boštjan Goličič et Aziz Baazi à l’infirmerie.

Les Dragons alignent au coup d’envoi une ligne 100% grenobloise Perret-Colotti-Bedin. De quoi faire tousser les fans grenoblois qui voient aussi les frères Treille sur les trois autres lignes offensives rouennaises. Pas de round d’observation dans ce début de rencontre très enlevé après un premier lancer de Marc-André Thinel qui alerte Lukas Horak. Le suppléant rouennais, Quentin Papillon, passe pour sa part un début de match assez tranquille. Sacha Treille sollicite encore Horak, nouvel avertissement avant que la sanction ne finisse par tomber sur un 2 contre 1 parfaitement négocié par Dan Koudys et concrétisé par Sacha Treille (0-1, 04'31").

2016 09 27 Grenoble Rouen3Une pénalité de Yorick Treille permet aux Brûleurs de Loups de se relancer immédiatement. Hardy puis Kuralt et Miettinen testent tour à tour Papillon, très sollicité. Kuralt, en bonne position à côté de la cage, manque le cadre, mais sur un palet mal dégagé par la défense rouennaise, Kyle Hardy se saisit du palet et marque d’un lancer précis en lucarne opposée en toute fin de supériorité (1-1, 06'50").

Les occasions se multiplient. Miettinen récupère le palet tout seul devant la cage mais n’appuie pas suffisamment son tir du revers pour tromper Papillon. De l’autre côté de la glace, la quatrième ligne rouennaise, sous l’impulsion de Perret, donne tournis à la défense grenobloise. À cinq contre cinq, les Dragons ont la maîtrise du palet et parviennent à s’installer dans la zone offensive comme en power-play. Les Grenoblois défendent très bas et il faut un excellent Horak pour repousser un rebond repris par Matheson puis dévier un one-timer d’Olivier Dame-Malka. Dominateurs en possession, les Rouennais n’arrivent pas à creuser l’écart mais ils obtiennent une pénalité en fin de période quand Hardy fait trébucher Langlais.

Rouen commence donc la deuxième période en supériorité numérique et se rue sur la cage grenobloise. Malgré quelques actions chaudes devant Horak, les Grenoblois parviennent à tuer la pénalité. De retour à cinq contre cinq, le jeu s’anime avec une traversée de glace de Perret qui échoue sur Horak puis sur une contre-attaque de Chouinard qui ne cadre pas son tir. Une faute de Patrick Koudys sur Miettinen derrière la cage rouennaise provoque une supériorité numérique grenobloise. Mais les Brûleurs de Loups peinent à porter le danger sur la cage de Papillon et il faut même une bonne sortie de Horak devant Raux pour écarter le danger.

2016 09 27 Grenoble Rouen4À cinq contre cinq, Texier a deux énormes opportunités de marquer : sur un 3 contre 1, il rate la lucarne puis quelques instants plus tard il tergiverse trop avant de déclencher son tir. Un manque de lucidité dans le dernier geste pour le jeune attaquant grenoblois. Horak repousse ensuite avec autorité un bon lancer de Dame-Malka, mais Grenoble laisse plutôt une bonne impression en ce début de tiers. Pourtant, la défense grenobloise, montée trop haut, se fait surprendre sur un palet perdu en zone offensive : Perret peut s’échapper tout seul et résister au retour de Hardy pour marquer (1-2, 27'39").

Grenoble essaie de réagir sur une déviation de Baylacq mais Papillon veille. Le tiers va finalement basculer suite à un accrochage banal entre Baylacq et Dorey. À quatre contre quatre, les Brûleurs de Loups se régalent avec l’espace supplémentaire. Après une bonne tentative près de la cage rouennaise, Eric Chouinard récupère le palet et sert à la ligne bleue Kyle Hardy dont le lancer en one-timer transperce Papillon (2-2, 33'50").

Rouen réagit immédiatement avec une bonne présence en zone offensive et quelques lancers. Mais Stéphane Gervais ressort le palet de la zone défensive et trouve une longue passe pour Alexandre Texier qui s’en va battre Papillon d’un astucieux tir du revers (3-2, 34'23"). En l’espace de trente secondes, Rouen a non seulement perdu son avance au score mais a laissé Grenoble passer devant. Les Brûleurs de Loups s’en remettent à leur gardien Horak pour mettre en échec les tentatives en fin de tiers : face à Dorey à deux reprises, puis face à Thinel.

2016 09 27 Grenoble Rouen5Avec un but de retard au début de la troisième période, les Dragons mettent d’entrée la pression en zone offensive : sur un lancer de Dame-Malka d’abord puis avec un bel arrêt de Horak devant Koudys. Un tir du revers en aveugle de Miettinen n’est pas cadré et les Brûleurs de Loups se retrouvent de nouveau sous pression eavec un bon lancer de Matheson capté par Horak.

Une bagarre entre Arnaud et Chakiachvili est le signe que l’intensité est montée d’un cran. Les mises en échec se font plus dures alors que Grenoble, qui a laissé passer l’orage, retrouve la maîtrise du palet et semble désormais capable de porter le danger en zone offensive. Les meilleures occasions sont même grenobloises avec Arnaud à sa sortie de prison puis deux tentatives coup sur coup de Texier puis Kuralt, bien repoussées par Papillon. Les minutes défilent en faveur des Brûleurs de Loups alors que Miettinen se retrouve seul en bonne position, mais Papillon est en mesure de faire l’arrêt.

La meilleure opportunité de revenir à hauteur pour Rouen survient sur une pénalité de Gervais qui commet une faute sur Lampérier. Mais les Grenoblois proposent une bonne défense en box-play et parviennent à tuer la pénalité malgré un jeu de puissance bien installé côté rouennais. Mais c’est à cinq contre cinq que les Dragons trouvent finalement la solution : Marc-André Thinel, après une très belle remontée de palet, centre en retrait à la ligne bleue pour Dame-Malka dont le tir sans contrôle vient se loger dans la lucarne de Horak (3-3, 56'11").

Tout est à (re)faire dans cette rencontre qui se dirige maintenant tout droit vers la prolongation. Mais Rohat, en récupérant le palet en zone offensive, se crée une très belle opportunité d’un tir du revers que parvient bien à lire Papillon. Dans la dernière minute, Hardy accroche Perret derrière la cage grenobloise, ce qui offre une supériorité numérique à Rouen : les dernières secondes sont chaudes, mais malgré un dernier lancer de Langlais, Horak et sa défense tiennent bon.

Rouen aborde donc la prolongation avec un avantage certain à quatre contre trois. Avec Tartari, Gervais et Bisaillon, les Grenoblois défendent très bien à trois jusqu’au retour sur la glace de Hardy. Mais au moment où ce dernier revient sur la glace, Chakiachvili expédie un lancer lointain dans la lucarne de Horak, donnant la victoire à son équipe (3-4, 61'30").

2016 09 27 Grenoble Rouen6Défaite frustrante pour des Brûleurs de Loups combatifs, vraiment pas passés loin d’un premier succès à domicile qui leur tendait les bras à quatre minutes de la fin du temps règlementaire. Face à Rouen diminué par l’absence de son gardien titulaire, le coup était jouable mais Grenoble n’a pas su en profiter. Pourtant les deux buts marqués au deuxième tiers en l’espace de trente secondes avaient fait oublier les errements défensifs qui avaient conduit aux deux premiers buts rouennais. Devant au tableau d’affichage, les Grenoblois n’avaient plus qu’à tenir, s’appuyant sur un très bon Horak. Mais la défense a fini par craquer.

Symbole de ce match à deux visages : Kyle Hardy, auteur de 9 tirs cadrés et d’un doublé ce soir, très précieux lorsqu’il s’agit de porter le surnombre en attaque. Mais sa pénalité (sévère) concédée en fin de troisième tiers coûte la victoire en prolongation alors que ses montées ne sont pas toujours couvertes et créent des déséquilibres dans la défense grenobloise. Auteurs d’une bonne prestation d’ensemble, les Grenoblois essaieront de continuer leur bon parcours à l’extérieur à Strasbourg à défaut d’engranger des points à domicile...

Du côté des Dragons, la satisfaction peut être de mise avec ces deux points ramenés de l’Isère alors qu’à quatre minutes de la fin, les Dragons étaient sur le chemin d’une défaite dans le temps règlementaire. Largement dominateurs au premier tiers-temps, ils n’ont pas su creuser l’écart au score, ce qu’ils ont payé au second tiers après un relâchement coupable. Mais Rouen a des ressources et ce sont deux défenseurs (Dame-Malka puis Chakiachvili) qui sont les artisans de la victoire rouennaise ce soir. Papillon a fait un bon match dans l’ensemble même s’il aimerait sûrement revoir le deuxième but grenoblois où il se fait transpercer sans vraiment être masqué. Mais il a su contrer les occasions grenobloises au troisième tiers alors que les Dragons commençaient à laisser des espaces pour revenir au score. Rouen, solidement installé en haut de tableau, recevra sereinement Dijon vendredi.

Désignés meilleurs joueurs du match : Kyle Hardy (Grenoble) et Jordann Perret (Rouen)

(Photos Philippe Crouzet : http://www.ipernity.com/doc/182273/album/872520)


Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Les joueurs ont suivi le plan de match qui était prévu au début, c’est très difficile de perdre deux points à la fin, c’était un très bon niveau de hockey mais je trouve que l’arbitrage n’était pas on niveau qu’on souhaiterait pour un match comme ça. Il y a deux équipes sur la glace, il y a eu aussi des situations où on peut avoir des avantages numériques, derrière le but il y a un slashing sur Bisaillon, l’arbitre était juste à côté, il ne l’a pas vu... J’ai pas l’entraîneur et les joueurs qui vont parler souvent à l’arbitre chaque fois qu’on a un moment, on a joué le jeu. Je suis juste déçu parce que les gars ont mis aujourd’hui un effort exceptionnel, on est venu pour se battre, pour jouer, c’est une déception de ce côté-là. Après, on prend un point, c’est positif. J’ai dit aux joueurs qu’il ne faut pas baisser les bras, on a fait le match qu’on voulait. Il y a toujours des choses à corriger mais Rouen est une belle équipe de hockey. Jouer comme ça contre eux est encourageant, mais c’est juste décevant d’être si proches, et que des détails qu’on ne peut pas contrôler changent le match. »

Eric Chouinard (capitaine de Grenoble) : C’est dommage, en général on n’a pas fait un mauvais match. On a vraiment joué pour gagner mais en fin de match on prend une pénalité et on perd là-dessus. Rouen est la meilleure équipe du championnat, ça permet de voir où on se situe. C’est dommage, on remporte nos matchs à l’extérieur mais à domicile c’est plus compliqué. Mais ce qui compte c’est de l’emporter, peu importe où se situe le match, à la maison ou à l’extérieur. On aimerait quand même la victoire devant nos supporters. On retient le positif du match. Avec mes compagnons de trio, on se doit trouver un moyen de marquer des buts, générer plus d’attaque que ça et de marquer des gros buts. »

Jordann Perret (attaquant de Rouen) : « Que du bonheur, on a bien joué, on a eu un moment de relâchement, ils ont pris les devants, on n'a rien lâché et à la fin ça a payé. Donc que du positif pour ce match. On est resté tranquille, on n’a pas paniqué, on a respecté le système, à force ça paye. L’accueil a fait plaisir, ça fait vraiment chaud au cœur, je remercie les spectateurs et les supporters. Je me sens très bien, bonne adaptation, je connaissais déjà pas mal de joueurs avec les anciens Grenoblois et les internationaux, pour l’intégration c’est plus facile. J’ai quand même un rôle important dans l’équipe, moins qu’à Grenoble mais je vais travailler pour avoir un rôle aussi important à Rouen. »


Grenoble – Rouen 3-4 après prolongation (1-1, 2-1, 0-1, 0-1)
Mardi 27 février 2016 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 2600 spectateurs.
Arbitrage d’Alexandre Bourreau assisté de Guillaume Gielly et Gwilherm Margry
Pénalités : Grenoble 12' (2’, 2’, 8’, 0’), Rouen 8' (2’, 4’, 4’, 0’)
Tirs cadrés : Grenoble 31 (12, 13, 6, 0), Rouen 47 (16, 14, 15, 2)

Évolution du score :
0-1 à 04'31" : S.Treille assisté de D.Koudys et Matheson
1-1 à 06'50" : Hardy (sup. num.)
1-2 à 27'39" : Perret
2-2 à 33'50" : Hardy assisté de Chouinard
3-2 à 34'23" : Texier assisté de Gervais et Kuralt
3-3 à 56'11" : Dame-Malka assisté de Thinel et Lampérier
3-4 à 61'30" : Chakiachvili assisté de Matheson et Hussey

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) – Sébastien Gauthier – Tomáš Pitule
Anže Kuralt – Alexandre Texier – Camilo Miettinen
Norbert Abramov – Christophe Tartari (A) – Pierre Robert
Julien Baylacq – Sébastien Rohat – Mathias Arnaud

Défenseurs :
Sébastien Bisaillon – Stéphane Gervais
Kyle Hardy – Nicolas Favarin
Quentin Scolari
Alexandre Pascal

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Boštjan Goličič, Aziz Baazi, Teddy Trabichet (blessés), Rhett Bly (ligaments du genou).

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette – Marc-André Thinel
Sacha Treille – Adam Miller – Dan Koudys
Matt Hussey – Damien Raux – Yorick Treille (C)
Jordann Perret – Fabien Colotti – Joris Bedin

Défenseurs :
Patrick Koudys – Mark Matheson
Olivier Dame-Malka – Chad Langlais
Florian Chakiachvili – Aurélien Dorey

Gardien :
Quentin Papillon

Remplaçants : Julien Gaubert (G), Jeremy Delbaere. Absents : Dany Sabourin et Patrick Coulombe (malades).