Publicité

KHL : le phénomène "ShestyorKing"

Les équipes de la KHL ont disputé plus de la moitié de leurs rencontres. Faisons un premier point à mi-saison.

En l'absence de Stéphane Da Costa, sérieusement blessé, Damien Fleury, qui a décidé de relever le défi chinois du Red Star Kunlun, est donc en ce moment le seul représentant français de la Ligue Continentale. L'ailier tricolore avait réalisé des débuts satisfaisants avant de voir dernièrement son temps de jeu fondre. En 28 matchs, Fleury a obtenu 8 points (5+3). Vous trouverez ci-dessous ses deux derniers buts.

Pour sa première saison, le nouveau club chinois du Red Star Kunlun, avec sa dizaine de Finlandais et ses neuf Russes, se défend très bien, tant à Shanghai qu'à Pékin. Car la formation a dû quitter provisoirement le LeSports Center pékinois, qui avait accueilli 7832 personnes lors de la première joute, pour le Feiyang Skating Center de Shangai pour une dizaine de matchs. Le hockey à Shanghai, cela n'avait jusqu'à maintenant pas enthousiasmé les foules, le China Dragon en faisant la douloureuse expérience en Asian League. Et comme prévu, peu de monde au rendez-vous, les affluences à Shanghai furent d'abord catastrophiques, peinant à atteindre les 800 spectateurs. Il n'y a que la semaine dernière que Damien Fleury et ses coéquipiers ont attiré plus de 1000 personnes (1078 puis 2035 spectateurs).

Mais ce n'est pas Shanghai qui organisera les Jeux olympiques d'hiver en 2022, c'est Pékin, le défi de la KHL en Extrême-Orient. En revenant dans la cité pékinoise, et avec un peu de patience, le Red Star Kunlun devrait bénéficier de davantage de soutien, surtout grâce au développement des sports d'hiver souhaité par le comité national olympique et la Chine.

Qui pour battre SKA ?

Poids lourd de la KHL depuis la création de la ligue, le SKA Saint-Pétersbourg impressionne encore cette année avec une ascension vertigineuse. Déjà 148 buts marqués (4,5 en moyenne par match !), seulement 51 encaissés, la machine tourne à plein régime. L'arrivée de Pavel Datsyuk dans l'ancienne Léningrad avait déjà fait saliver, et avec un Ilya Kovalchuk retrouvé, les Shipachyov, Dadonov et Gusev toujours tranchants, on se demande bien ce qui pourrait contrarier les Pétersbourgeois.

Igor ShestyorkinSurtout que les filets sont gardés avec talent par un phénomène. Mikko Koskinen s'était approprié le poste de titulaire depuis son arrivée en décembre 2014. Mais à l'image d'Ilya Sorokin avec le CSKA la saison dernière, un jeune gamin a totalement remis en cause la suprématie devant la cage. Meilleur gardien VHL en équipe réserve l'année dernière, Igor Shestyorkin est bien parti pour devenir le meilleur de la KHL avec l'équipe première. Certes, avec les Chudinov, Yakovlev, Voynov, Belov, l'arrière-garde du SKA est plutôt bien surveillée. Mais qu'un gamin de 20 ans affiche déjà 17 victoires, 8 blanchissages (dont une invincibilité de 272 minutes), 95% d'arrêts, c'est absolument remarquable. Profitant de la blessure de Koskinen subie avec l'équipe de Filande - il n'avait pas besoin de ça - Shestyorkin a même porté son équipe durant une série remarquable de 15 victoires consécutives.

Cette série a finalement été éteinte par l'Avtomobilist d'Ékaterinbourg jeudi 17 novembre. Le SKA s'est toutefois repris lundi à l'occasion du derby de l'armée face au CSKA Moscou en s'imposant 6-3. Igor Shestyorkin, qui est parvenu à distribuer 2 passes face au club de l'Armée rouge, est lui bien parti pour obtenir le record de club de blanchissages (9 par Robert Esche), et à ce rythme, il peut même envisager le record KHL (13 par Aleksei Murygin). Shestyorkin a déjà un surnom outre-Atlantique, "ShestyorKing", car les fans des Rangers de New York suivent avec attention le rendement d'un de leurs meilleurs "prospects".

À l'Est, point de révolution non plus puisque le Metallurg Magnitogorsk, vainqueur de la dernière Coupe Gagarine, domine la conférence. Son emblématique sniper Sergei Mozyakin, qui devance Kovalchuk au tableau des marqueurs, n'en finit plus de décrocher des records. Avec un hat-trick contre le Spartak, "Mozy" est devenu le meilleur buteur de l'histoire de "Magnitka". En septembre dernier, Sergei Mozyakin était déjà devenu le meilleur buteur de l'histoire du championnat russe avec 429 réalisations, dépassant l'immense Boris Mikhailov. Il a par ailleurs obtenu 22 points à ses 11 dernières parties. Le renard de 35 ans, certainement un des joueurs les plus sous-estimés de la planète hockey, en a encore sous le patin.

Vers une réduction des équipes ?

C'est un fait : la KHL souffre économiquement, en grande partie des sanctions internationales à l'encontre de la Russie qui fragilise toute l'économie du pays. Et les clubs étrangers de la KHL ne sont pas épargnés, bien au contraire, puisque la monnaie du circuit est la même pour tout le monde, le rouble. C'est le cas du Slovan Bratislava qui a, une fois encore, des retards de paiement pour les joueurs.

jokerit logo bigEt on dit des Jokerit d'Helsinki qu'ils sont dans une situation financière extrêmement difficile. Pourtant, les Jokerit, vitrine vers le marché occidental, sont bien trop précieux pour la ligue. En revanche, d'autres équipes pourraient quitter le circuit puisque son président Dmitri Chernyshenko a annoncé une réduction des équipes. La KHL témoigne d'un trop grand écart de niveau et / ou de budget entre certaines d'entre elles. Il est clair que si l'on compare la machine du SKA Saint-Pétersbourg, qui domine la ligue, et la lanterne rouge Metallurg Novokuznetsk, qui n'a pas les moyens de s'acheter un joueur étranger, cela donne forcément des vertiges.

Quant au Medvešcak Zagreb, certains médias faisaient écho d'un déménagement imminent vers le Royaume-Uni. Lundi, le club croate, qui avait signé un bail de trois ans mais qui a obtenu un sursis, a mis fin aux rumeurs en dévoilant un communiqué  : non, il n'y a pas eu de plan pour déménager la franchise en Grande-Bretagne. Pour autant, l'organisation serait ravie d'apporter son savoir. Certains peuvent y voir un comble quand on sait que le club s'est endetté ces dernières années, ce qui a conduit la ligue à suspendre le président du Medvešcak Damir Gojanovic en septembre. Le grand club de Zagreb était un modèle économique en EBEL, l'expérience KHL, fragilisée par le contexte économique, a écorné sa santé financière.

Logo KHL All Star GameLe All-Star Game s'offre un lifting

La formule des matchs des étoiles est souvent sous le feu des critiques. Et la KHL ne fait pas exception. L'édition 2016 avait d'ailleurs tourné à l'absurdité avec un score de 28-23 entre l'équipe de l'Ouest et celle de l'Est. La ligue a bien compris que l’événement provoquait plus de sourires que d'excitation, le All-Star Game 2017 organisé à Oufa accueillera donc un concept nouveau en janvier prochain.

Ce ne seront plus deux mais quatre équipes qui s'affronteront : une pour chaque division de la KHL. Il y aura donc plusieurs matchs, a priori d'une durée moindre, qui seront disputés en configuration à 4 contre 4, 3 contre 3 s'il y a prolongation. Chaque équipe comptera seulement 10 joueurs, gardien compris, auxquels sera ajouté un joueur du circuit junior de la MHL pour chaque formation.

Le match des étoiles de la MHL - qui déterminera les quatre participants - se déroulera la même semaine à Oufa, de même que celui du circuit féminin (ZHHL), le premier de l'histoire. Le nouveau concept a d'ailleurs été nommé "The Week of the Hockey Stars", une semaine stellaire qui se déroulera du 15 au 22 janvier 2017.