Wasquehal - Asnières (Division 2, poule A, 10e journée)

Les Lions renversent les Castors
 
En disposant d'Amnéville, Wasquehal a parfaitement terminé la première moitié de sa saison, cette victoire lui permettant de ravir la huitième place aux Castors d'Asnières, qu'ils avaient vaincus sur leur glace des Courtilles en ouverture. Depuis, les joueurs des Hauts-de-Seine ont digéré leur intersaison mouvementée, intégré leurs nouveaux venus et peu à peu pris des points pour maintenir intacts leurs espoirs de playoffs. Toutefois, c'est privés de deux atouts arrivés de Garges-Deuil qu'ils effectuent le déplacement dans le Nord : à l'absence de longue date du Hongrois Viktor Papp, touché à l'épaule, s'est greffé le forfait de l'expérimenté défenseur Damien Ilczyszyn.
 
Privés de Martin Domian, retenu par ses obligations professionnelles, les Lions ont rapidement l'occasion de tester l'arrière-garde adverse, Prudent étant sanctionné pour crosse haute après une vingtaine de secondes de jeu. Les Castors ne souffrent pas et voient même Marcos, à la lutte devant leur cage, gagner la geôle. Ils ne semblent pas se montrer plus inspirés que les Nordistes dans cet exercice, mais à l'abord du retour à forces égales, un lancer puissant de Jérémy Garaud met le feu à l'enclave, le palet n'est pas dégagé et revient sur Franck Segura, bien placé (0-1 à 03’56").
 
Si Benjamin Louf riposte sitôt en expédiant sur la barre la passe de N'guyen, les Franciliens demeurent les plus dangereux. Un nouveau missile de Garaud est capté par Cunsolo, auteur d'une bonne intervention sur un tir du revers d'Elbaze. L'aisance de Loïc Coulaud pour relancer et les accélérations de Thomas Suire ne permettent pas à la troupe de Fabien Chardon de redresser la barre. C'est même une faute du nouveau venu Arnaud Péan dans le camp adverse qui peut conforter la position asniéroise. Leroux centre pour Aurouzé, dont la reprise fait mouche… mais la cage a auparavant été déplacée, augmentant la frustration des Castors (12’30"). Obstiné, Quentin Vial se démène sur la gauche du but, protège le palet et vise du revers la lucarne bien obstruée par Corentin Cunsolo. Les lancers de Garaud et Cousin obligent ce dernier à concéder le rebond, sans dommages car le palet file cette fois au-dessus de la crosse de Segura, dont le doublé attendra.
 
Enfin au complet, Wasquehal riposte par l'énergique Louf, parti sur la droite adresser un centre précis vers Charley Marcos, qui conclut dans la cage ouverte malgré le plongeon de Petroni (1-1 à 15’40"). Moins en verve, le frère de Julian et Elie accroche Anas Elkhouch parti en contre-attaque vingt secondes plus tard. L'occasion pour Jérémy Garaud de se rappeler au bon souvenir d'un Cunsolo averti, peu avant qu'une faute de Petroni n'ouvre la voie à un quatre contre quatre avare de sommets, hormis un déboulé de Loïc Coulaud déséquilibré au moment de défier le portier Tamás Kiss.
 
La salve de Gautier Petroni, à l'origine d'un rebond filant devant Aurouzé, inaugure un bon deuxième tiers-temps d'Asniérois très présents en zone offesnive et auteurs de nombreux lancers. Wasquehal fait le dos rond, essaie de contre-attaquer mais le « deux contre un » mené par N'Guyen et Zajac est gâché, Marcos étant ensuite privé d'un duel avec le gardien par un hors-jeu limite. Coulaud puni pour accrocher face à ses anciennes couleurs, la pression s'accentue. Le capitaine Thomas Merbah, rare rescapé de l'équipe 2015-2016, ne trouve que les jambes de Marc-Antoine Herbet et William Prudent se heurte à Cunsolo. Wasquehal pense respirer mais une faute d'Angielczyk retarde la révolte.
 
Sur l'action, le jeune Anas Elkhouch heurte la balustrade et doit être évacué sur civière (27’11"). Fabien Chardon confie à la paire gothique Suire-Coulaud le soin de contrecarrer le jeu de puissance des Castors, ce qu'ils font par leurs accélérations dont Leroux est la victime, soulagé de voir le second perdre le contrôle du disque en position létale. Asnières ne peut lancer qu'une fois en deux minutes, timidement par Prudent… avant de surprendre son adversaire par un rush de Jérémy Garaud, imparable pour une défense contournée et Cunsolo, feinté sur sa gauche (1-2 à 30’24").
 
L'avantage est logique au regard de la prestation sérieuse de l'AHC, tant les Lions paraissent moins fringants et Kiss plutôt tranquille… hormis sur son dégagement contré, sans conséquences fâcheuses, par le jeune Martin Lagrise et une relance hasardeuse d'Aurouzé directement sur Zajac, moins en réussite que face à Amnéville, à qui il a infligé le deuxième doublé de sa saison. Encore en retard, la défense locale oublie Franck Segura devant l'enclave, obligeant son dernier rempart à une intervention salutaire.
 
Un cinglage d'Aurouzé sur Piquet permet aux Wasquehaliens de terminer la période en supériorité. Le lancer de Charley Marcos n'est pas dévié et Kiss peut calmer le jeu. À la reprise, le lancer d'Herbet échoit involontairement à Angielczyk, surpris, puis Zajac est encore déjoué par le gardien hongrois, à la rescousse d'une relance manquée de Baskakoff directement dans la palette de son adversaire. Une charge de Marcos sur Jeannin fait vite remonter les actions franciliennes. Merbah reprend le tir initial de Leroux vers un Cunsolo au secours d'équipiers parfois attentistes, difficultés confirmées par le centre de l'ancien Coubevoisien Nicolas Leroux vers Jean-Denis Aurouzé, seul dans l'enclave (1-3 à 45’07").
 
Confortés par ce troisième filet, les Castors sont cependant sanctionnés par un trop-plein d'énergie dans le pressing. Elbaze est puni pour avoir accroché Herbet, moteur de la relance et l'un des principaux animateurs du jeu de puissance rouge et blanc. Matej Blinka est enfin en position de faire apprécier la puissance de son lancer. Buttant sur Kiss, le Tchèque s'obstine et, servi sur la droite par Herbet, il parvient à loger le disque sous la barre (2-3 à 45’59"). Dans une période très animée, Corentin Cunsolo est contraint de maintenir le maigre écart sur un tir croisé d'Aurouzé, ses équipiers empêchant Thomas Merbah d'exploiter tout rebond.
 
Avec onze pénalités sifflées dans les treize dernières minutes, la fin de rencontre réserve son lot de suspense. Tout d'abord en position de forces, les joueurs des Hauts-de-Seine voient Thomas Suire enrayer leur dynamique et, quand Garaud décale enfin Nicolas Cousin, Corentin Cunsolo calme les ardeurs de ses anciennes couleurs. Encore en infériorité avec six minutes à jouer, Marc-Antoine Herbet parvient à provoquer deux fautes franciliennes sur la même accélération, inversant le rapport de forces. Très dynamique, le jeune Amiénois d'origine est encore dangereux sur le jeu de puissance, où il se heurte deux fois à un Kiss désormais chaud. Thomas Merbah intercepte certes le palet pour gagner du temps le long de la balustrade, l'artilleur Blinka est servi dans les secondes suivantes pour un lancer sans contrôle et un essai dans le trafic parfaitement lus par le Magyar. Sur son troisième essai, le Tchèque choisit la passe vers le centre, où son capitaine Benjamin N'Guyen surgit (3-3 à 55’17").
 
Sachant les visiteurs en difficultés, l'ancien Dunkerquois lance dès l'engagement, provoquant une nouvelle situation dangereuse aux abords d'une cage prise d'assaut par Aurélien Zajac. In extremis, Tamás Kiss parvient à détourner le lancer sur réception de Marcos, servi en entrée de zone par Suire. Les deux dernières minutes, avec autant de nouvelles fautes asniéroises, s'annonce difficile pour l'ancien cerbère de Garges-Deuil. Le palet circule bien dans la zone, mais les deux lancers de N'Guyen sont maîtrisés, le rebond du troisième tir étant près d'être converti par Louf. Pas plus heureux, Matej Blinka se heurte à son tour, à deux reprises, au brio du dernier rempart, artisan de ce point finalement arraché par les visiteurs.
 
C'est donc en double désavantage numérique que commence une prolongation rendue d'autant plus épique par une sanction à l'encontre de Thomas Merbah, coupable d'avoir retenu (?) la crosse de Benjamin Louf en zone neutre. Kiss résiste face aux deux principaux artilleurs locaux, N'Guyen et Blinka, et voit l'un des bannis revenir sur la glace. De double, la supériorité devient « simple ». D'une accélération dont il a le secret, Thomas Suire défie une défense contrainte d'utiliser tous les moyens pour le stopper. Après Leroux, pris de vitesse, c'est Prudent qui tente de mettre fin à la chevauchée du numéro 8. Son compère Loïc Coulaud se charge de mettre le feu à une zone déjà incandescente. Son centre ras glace de la gauche est détourné opportunément par François Piquet, mettant fin au suspense (4-3 à 62’26").
 
Longtemps désarmé face à une formation d'Asnières dominatrice, les Lions sont parvenus à redresser la barre, terminant la rencontre avec détermination pour profiter de l'indiscipline des visiteurs, avec qui ils prennent un peu leurs distances.
 
Commentaires d’après-match
 
Thomas Merbah (attaquant d'Asnières) : "Nous avons très bien commencé, en faisant ce qu'il fallait et en pressant comme il le fallait. Au deuxième tiers l'équipe a manqué de réalisme, comme en début de saison, même si Corentin [Cunsolo] fait un bon match. Puis Wasquehal est peu à peu revenu, comme les vieux démons de notre indiscipline. On accroche trop, on donne trop de coups de crosses, et nous pouvons nous en prendre qu'à nous-mêmes. Nous n'avons pas manqué de jambes sur la fin, mais de confiance en nous, en commettant trop d'erreurs et de fautes. Dans les buts notre génie sort des arrêts importants et nous maintient en prolongation (...). Le début de saison fut difficile ; l'équipe travaille fort à l'entraînement, a abattu de plus en plus de travail, mais les pénalités sont trop nombreuses. La victoire face à Évry/Viry a amoindri la pression. Beaucoup de joueurs sont venus de Garges ou Courbevoie, et même si on ne se connaît pas forcément, on a réussi à former un bon groupe car le hockey est une grande famille."
 
 
Wasquehal – Asnières 4-3 (1-1, 0-1, 2-1, 1-0)
Samedi 26 novembre 2016 à 18h40 à la patinoire Serge Charles. 300 spectateurs.
Arbitrage de Guillaume Gardiol assisté de Romain Bispo et Nicolas Dessaint.
Pénalités : Wasquehal 22' (6', 4', 10', 2'), Asnières 26' (4’, 2', 16', 4').
Tirs : Wasquehal 40 (7, 6, 22, 5), Asnières 43 (15, 16, 12, 0).
 
Évolution du score :
0-1 à 03’56" : Segura assisté de Garaud et Jeannin (sup. num)
1-1 à 15’40" : Marcos assisté de Louf et Zajac
1-2 à 30’24" : Garaud assisté de Elbaze
1-3 à 45’07" : Aurouzé assisté de Leroux et Henry (sup. num.)
2-3 à 45’59" : Blinka assisté de Herbet et Louf (sup. num.)
3-3 à 55’17" : N'Guyen assisté de Blinka et Herbet (double sup. num.)
4-3 à 62’26" : Pattou assisté de Coulaud (sup. num.)
 
 
Wasquehal
 
Attaquants :
Matej Blinka - Benjamin N’Guyen (C) - Aurélien Zajac
Charley Marcos - Thomas Suire - Loïc Coulaud
Martin Lagrise - François Piquet -  Simon Angielczyk
Baptiste Vernieuwe – Arnaud Péan - Matisse Bienaimé
 
Défenseurs :
Théo Kalisa - Benjamin Louf
Thibault Verschaeve - Jakub Mencik
Marc-Antoine Herbet (A) – Téo Beauvillain
 
Gardien :
Corentin Cunsolo
 
Remplaçants : Jean-Christophe Rohart (G), Yannick Brodatzki, Maxime Pattou. Absents : Martin Domian (obligations professionnelles), Romain Morvan.
 
Asnières
 
Attaquants :
William Prudent - Jean-Denis Aurouzé (A) - Thomas Merbah (C)
Alexandre Leroux - Vincent Elbaze - Anas Elkhouch
Quentin Vial - Nicolas Jeannin - Franck Segura
Pierre-Lou Henry, Benjamin Peltier
 
Défenseurs :
Jérémy Garaud - Gautier Petroni
Nicolas Cousin (A) - Guillaume Baskakoff
Alexandre Mehats
 
Gardien :
Tamás Kiss
 
Remplaçants : Bastien Jamar (G), Alexandre Mehats, Léo Anthon. Absents : Viktor Papp (épaule), Damien Ilczyszyn (blessé), Alexandre Capet.