Grenoble - Mulhouse (Coupe de France, quart de finale)

Grenoble se sort du piège mulhousien

Après une nouvelle trêve internationale consacrée aux championnats du monde U20 et au tournoi des 4 Nations pour l’équipe de France à Bienne, la compétition hexagonale reprend ses droits avec les quarts de finale de la coupe de France. Les Brûleurs de Loups avaient terminé en fanfare avant la pause avec un feu d’artifice face aux Dragons de Rouen (9-2) et restent sur une impressionnante série de quinze victoires consécutives toutes compétitions confondues. Avec les retours dans l’alignement de Norbert Abramov, de retour de blessure, et d’Alexandre Texier, de retour des championnats du monde U20 avec une médaille de bronze autour du cou, les Grenoblois se présentent logiquement en favoris face à une équipe de division 1.


2016 12 21 Grenoble Mulhouse1Les Scorpions de Mulhouse sont l’équipe en forme de division 1 après avoir enchaîné onze succès d’affilée entre le 1er octobre et le 10 décembre. Une série qui a pris fin samedi avec une défaite en prolongations (6-5) face à Anglet à l’issue d’un match à rebondissement. Les Scorpions restent tout de même leaders de la division 1 avec un point d’avance sur Briançon (qui compte certes un match de moins). Pour leur première venue à Pôle Sud depuis le 2 janvier 2013, les Mulhousiens n’auront rien à perdre et tenteront de créer la surprise ce soir, avec dans leurs rangs un joueur bien connu par les Grenoblois, Maxime Suzzarini.

Les Brûleurs de Loups débutent tranquillement, bien loin du début de match tonitruant face à Rouen dix jours plus tôt. Deux premiers lancers de Kyle Hardy permettent à Jiri Blazek de se chauffer alors que Petr Gewiese doit sortir temporairement de la glace suite à un coup reçu. Les visiteurs ne sont pas intimidés et connaissent une bonne période dans la zone grenobloise.

Il faut un premier lancer de Chouinard détourné de la mitaine par Blazek pour faire passer un premier frisson dans la patinoire. Un nouveau lancer non cadré de Hardy fait trembler le banc mulhousien mais Arnaud prend la première pénalité. Ce premier power-play des Scorpions est assez bien négocié avec un bon lancer de Michal Seda notamment et quelques instants de panique autour de la cage suite à une sortie aventureuse de Horak. Pas encore dans le rythme, les Grenoblois ont du mal à cadrer leurs tirs à l’image de Rohat pourtant en excellente position face à la cage.

2016 12 21 Grenoble Mulhouse2Mulhouse impose un défi physique aux pensionnaires de Ligue Magnus avec quelques charges bien senties de Maxime Suzzarini notamment. Alors que Kuralt manque le cadre face à une cage ouverte, Horak doit rester vigilant sur un bon lancer de Seda. Suite à une pénalité d’Ares, les Brûleurs de Loups se retrouvent à leur tour en supériorité numérique. Mais ils sont bons pour une grosse frayeur lorsque Chouinard perd le palet à la ligne bleue. Une belle occasion pour Roope Nikkilä qui se présente seul face à Horak mais le portier grenoblois parvient à détourner le palet.

Grenoble est tout près d’ouvrir le score sur une déviation d’Abramov mais la cage mulhousienne est déplacée juste avant que le palet ne franchisse la ligne. Le même Abramov manque une belle opportunité quelques instants plus tard. C’est finalement dans les ultimes secondes du tiers que Grenoble parvient à ouvrir le score sur une action confuse : un palet repoussé par Blazek s’élève et rebondit sur Baylacq pour finir derrière la ligne de but (1-0, 19'58").

Les Scorpions auraient mérité de revenir au vestiaire sur un score de parité et ils vont s’employer à rétablir l’équilibre dès le retour des vestiaires. Sur une mauvaise relance de la défense grenobloise, Östman récupère le palet derrière la cage et centre pour Nikkilä tout seul devant le slot lequel ne laisse aucune chance à Horak (1-1, 20'20"). Grenoble n’est pas loin de connaître un début de tiers catastrophique puisque sur l’engagement, Gauthier est pénalisé. L’infériorité numérique qui suit est fort heureusement très bien maîtrisée par les locaux qui écartent le danger.

2016 12 21 Grenoble Mulhouse3Mulhouse n’en reste pas moins dangereux avec une belle opportunité à deux contre un, mal négociée par Bryan Ten Braak. Lequel se fera pénaliser quelques instants plus tard. En supériorité numérique, les Brûleurs de Loups mettent une grosse pression avec notamment des lancers de Chouinard et Hardy. Au bout de deux minutes étouffantes, Alexandre Texier parvient à marquer, en deux temps, après avoir vu son premier tir repoussé par Blazek (2-1, 26'53").

Ce but fait du bien aux locaux qui avaient du mal faire la différence au tableau d’affichage. Baylacq essaie d’enfoncer le clou mais Mulhouse n’a pas renoncé, et Bisaillon, bien secoué dans la bande peut témoigner de l’intensité physique mise par les Scorpions. Grenoble essaie de mettre enfin plus de rythme dans la rencontre et les esprits s’échauffent entre Ten Braak et Kuralt notamment. Alors qu’Arnaud a commis une obstruction sur Blazek, Jan Prochazka tergiverse trop pour choisir son alignement au goût de M.Bergamelli et Mulhouse reçoit une pénalité de banc mineur, remettant les deux équipes à quatre contre quatre. Une situation qui aurait pu profiter à Chouinard qui se présente seul face à Blazek mais il ne parvient pas à déjouer le portier mulhousien et finit par le percuter. De l’autre côté, Horak doit rester vigilant sur un lancer de Charles Wells.

Grenoble effectue un bon travail dans cette deuxième partie de tiers en ayant la mainmise sur la rondelle. Mais la finition fait défaut, que ce soit sur un lancer de Hardy ou sur une énorme occasion de Miettinen qui ne parvient pas à déjouer Blazek. Après quarante minutes, les hommes d’Edo Terglav se retrouvent toujours sous la menace des pensionnaires de division 1.

2016 12 21 Grenoble Mulhouse4Au début de la troisième période, Boštjan Goličič se fait pénaliser d’entrée pour un cinglage. Une belle opportunité pour Mulhouse de revenir rapidement à hauteur mais une nouvelle fois le boxplay grenoblois tient le choc sur une contre-attaque, les Isérois auraient pu de nouveau marquer sur une contre-attaque.

Les coéquipiers d’Eric Chouinard se contentent de maîtriser Mulhouse en défense et se donnent de l’air lorsque Blazek se fait pénaliser à son tour pour un cinglage. Mais l’avantage numérique est vite annulé lorsque Chouinard retient irrégulièrement Milan Jurik sur le point de partir en échappée.

Le prochain but va avoir une importance capitale et chaque contre mulhousien fait passer le frisson dans Pôle Sud. Hardy essaie de forcer la décision tout seul avec un tir du revers faisant suite à un bon rush mais Blazek reste solide. Il sort aussi une belle mitaine sur un lancer de Trabichet. Kuralt manque de précision à la réception d’un rebond pourtant très favorable mais Grenoble bénéficie d’une faute de Tarik Chipaux. Une supériorité numérique mal négociée cette fois par Grenoble qui semble se contenter de son maigre avantage au score et laisse défiler les minutes en exerçant une bonne pression en zone offensive.

2016 12 21 Grenoble Mulhouse6Mais les Brûleurs de Loups se mettent en danger sur une pénalité de Baylacq. Après une minute d’infériorité numérique, Scolari obtient une pénalité de Magnus Lindgren, remettant ainsi les deux équipes à égalité. À quatre contre quatre, un lancer de la bleue de Bisaillon est dévié de façon limpide par Miettinen dans la lucarne de Blazek (3-1, 55'10"). À cinq minutes de la fin, les Grenoblois peuvent enfin souffler. Mais pas complètement : Jan Prochazka demande un temps mort pour remobiliser ses troupes puis Blazek sort une belle mitaine sur un lancer de Chouinard. Grenoble se fait peur jusqu’au bout et Horak doit sortir un gros arrêt, seul face Gewiese.

Les dernières minutes sont difficiles pour les Brûleurs de Loups, acculés dans leur zone jusqu’à la sortie de Blazek. Après près deux minutes à six contre cinq, les Scorpions finissent par baisser pavillon pour de bon sur un but en cage vide de Teddy Trabichet (4-1, 59'49"). Un but qui provoquera une petite échauffourée notamment entre Adrien Glévéau et Camilo Miettinen avant que Sébastien Bisaillon et Maxime Suzzarini ne viennent s’en mêler.

2016 12 21 Grenoble Mulhouse7Les Brûleurs de Loups ont eu toutes les peines du monde à se défaire d’une équipe de Mulhouse accrocheuse qui n’accusait un retard que d’un but à cinq minutes de la fin. Visiblement pas dans le rythme en début de match après la trêve internationale, les Grenoblois ont eu du mal à donner le coup de rein nécessaire pour prendre de vitesse une défense bien regroupée et difficile à déborder. Heureusement, ils ont pu compter sur un très bon Horak devant la cage et une défensive rigoureuse alors que les leaders habituels en attaque se sont montrés plus discrets. Mais l’essentiel est acquis pour Grenoble qui, avec cette seizième victoire consécutive, obtient son billet pour les demi-finales de la coupe de France, gardant intacts les rêves de Bercy.

Mulhouse a fait mieux que résister ce soir en réalisant un match très sérieux face à une des grosses cylindrées de la Ligue Magnus. Menés au score sur un but malchanceux, les Scorpions ont rapidement pu égaliser mais ils n’ont jamais réussi à prendre les devants dans la rencontre manquant de percussion en attaque notamment. Mais la défense, accrocheuse et très bien en place, a posé beaucoup de problème à l’attaque grenobloise. N’hésitant pas à imposer le défi physique, les Mulhousiens ont joué sans complexe et n’ont pas à rougir de leur prestation. Encourageant pour la suite de la saison en Division 1, qui les mènera peut-être à retrouver la SaxoPrint Ligue Magnus la saison prochaine.

Désignés meilleurs joueurs du match : Alexandre Texier (Grenoble) et Maxime Suzzarini (Mulhouse)

(Photos Philippe Crouzet : http://www.ipernity.com/doc/182273/album/872520)

 

Commentaires d’après-match :

2016 12 21 Grenoble Mulhouse5Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Je voudrais féliciter l’équipe de Mulhouse pour le match qu’ils ont fait. C’est vraiment une belle équipe de D1, ils ne sont pas premiers pour rien. C’est une équipe qui a vraiment joué dur physiquement, qui était disciplinée dans sa zone défensive. C’est une équipe bien en place, rapide, intense, agressive, c’était une belle équipe de hockey. Au moment où on a eu le tirage, on s’est dit que c’était probablement pour nous un des pires adversaires qu’on pouvait avoir. Mulhouse joue en D1, pour eux un match comme ça, c’est comme une finale, le match de la saison. Nous avons eu dix jours sans match, eux ils ont joué samedi... Les matchs après les trêves sont des matchs pièges, on manque un peu de rythme, ça prend du temps pour entrer dans le match, c’était le cas aujourd’hui. »

Maxime Suzzarini (défenseur de Mulhouse) : « On savait que ça allait être un gros match, il fallait qu’on soit performant, qu’on fasse vraiment un match plein tout au long des trois périodes. Et il fallait qu’on ait un peu de chance pour s’imposer ici. On a fait un match plein mais on n’a peut-être pas eu la réussite qu’il fallait avoir pour gagner ce match. On n’a pas été ridicule et c’est déjà un très bon point. J’avais à cœur de réussir mon match ce soir, c’était ma semaine, samedi on a joué Anglet qui était mon ancienne équipe et là Grenoble, ça faisait trois ans et demi que je n’étais pas revenu à Pôle Sud, j’appréhendais un peu ce match mais je suis content de la performance que j’ai produite ce soir malgré la défaite. »

Boštjan Goličič (attaquant de Grenoble) : « C’était difficile dans la première période, on n’avait pas joué depuis dix jours, nous n’étions pas vraiment prêts les premières minutes et Mulhouse a commencé fort, on était un peu léthargiques, mais au fil du match, on a réussi à passer la vitesse supérieure et on a forcé la décision et à la fin on a été récompensé par la victoire ce qui est le plus important. On est en demi-finale, il nous reste une étape avant Paris et on doit continuer. On a joué un niveau et à un rythme plus élevé, et l’expérience a fait la différence à la fin. »

 

Grenoble – Mulhouse 4-1 (1-0, 1-1, 2-0).
Mercredi 21 décembre 2016 à 20h15 à la patinoire Pôle Sud. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de Gabriel Pointel et Frédéric Peurière
Pénalités : Grenoble 14' (2’, 4’, 8’), Mulhouse 18' (2’, 4’, 12’)
Tirs cadrés : Grenoble 41 (11, 18, 12), Mulhouse 24 (11, 8, 5)

Évolution du score :
1-0 à 19'58" : Baylacq assisté de Arnaud et Tartari
1-1 à 20'20" : Nikkilä
2-1 à 26'53" : Texier assisté de Tartari et Baazzi
3-1 à 55'10" : Miettinen assisté de Bisaillon et Gauthier
4-1 à 59'49" : Trabichet assisté de Miettinen et Gauthier (cage vide)


Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) (2’) – Boštjan Goličič (2’) – David Rodman
Camilo Miettinen – Sébastien Gauthier (2’) – Anže Kuralt
Christophe Tartari (A) – Alexandre Texier – Norbert Abramov
Julien Baylacq (2’) – Sébastien Rohat – Mathias Arnaud (4’)

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon (2’)
Teddy Trabichet (A) – Stéphane Gervais
Nicolas Favarin – Aziz Baazzi
Quentin Scolari

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Allan Villand. Absent : Rhett Bly (ligaments du genou)

Mulhouse

Attaquants :
Charles Wells – Roope Nikkilä – Anton Östman
Magnus Lindgren (2’) – Milan Jurik (A) – Bryan Ten Braak (2’)
Jérémy Arès (2’) – Kenny Martin – Tarik Chipaux (2’)
Artūrs Ševčenko – Adrien Glévéau (4’) – Rolands Vīgners

Défenseurs :
Petr Gewiese – Michal Seda
Michal Petira – Ruslan Borysenko (A)
Maxime Suzzarini (2’) - Hugues Cruchandeau (C)

Gardien :
Jiri Blazek (2’) [sorti de à 58'09" à 59'49"]

Remplaçants : Michaël Muller (G), Maxime Lutz, Christophe Colombel. Absent : Michaël Marchand.