Lyon - Grenoble (Coupe de France, demi-finale)

Les Brûleurs de Loups renversants en finale de la coupe de France !

Seulement quatre jours après le show du Winter Game au Parc OL gagné par les Brûleurs de Loups (5-2), Lyon et Grenoble se retrouvent cette fois en demi-finale de la coupe de France. Un match à l’enjeu encore plus élevé puisque le vainqueur aura la chance de disputer la finale dans l’AccorHotels Arena de Bercy. Ce serait une première pour Lyon, des retrouvailles pour Grenoble, battu par Rouen en finale l’an dernier (2-4).

2017 01 03 Lyon Grenoble1bJusqu’à présent les Brûleurs de Loups ont remporté leurs trois affrontements contre les Lions cette saison et ont donc un ascendant psychologique; surtout quelques jours après le Winter Game. D’autant que l’affrontement au Parc OL a laissé des traces côté lyonnais puisque la tour de contrôle à la ligne bleue, Matic Podlipnik, et l’attaquant Miks Lipsberg sont absents ce soir. Lyon, toujours leader de la SaxoPrint Ligue Magnus, veut l’emporter afin de valider son excellente première partie de saison avec une place en finale à Bercy. Mais Grenoble, vainqueur de ses dix-neuf derniers matchs, espère que la série va continuer ce soir avec une vingtième victoire synonyme de retour à Bercy.

Grosse intensité entre les deux équipes dès le coup d’envoi de la rencontre. Lyon porte le premier dans la zone défensive grenobloise mais sur la première présence grenobloise en zone offensive Jules Breton se fait pénaliser en accrochant Miettinen derrière la cage de Pintarič. Physiquement, Lyon donne le ton avec une grosse mise en échec de Milovanovic qui permet une contre-attaque mais Hardy parvient à contrer in extremis Valentin Michel. Sur le power-play, Grenoble utilise ses artificiers, Hardy et Kuralt notamment, pour attaquer la cage lyonnaise, mais Pintarič ne bronche pas. La tension est palpable et les coups commencent à pleuvoir, notamment entre Texier et Berthon qui rejoignent tous les deux la prison. Plus offensifs, les Brûleurs de Loups passent plus de temps en zone offensive et parviennent à se montrer dangereux sur un palet au ras le poteau de Chouinard puis sur un tir de Hardy repoussé du casque (!) par Pintarič. Sur un jeu en triangle très bien combiné, Gautier rate sa reprise face à la cage. Lyon procède sur contre-attaques à l’image d’un 2 contre 1 emmené par Kaspitz et To Landry.

2017 01 03 Lyon Grenoble2Le portier lyonnais est le grand bonhomme de ce début de match avec encore un arrêt décisif face à Abramov. Sur une pénalité appelée contre Goličič en zone offensive, Lamirault est à un cheveu de trouver Michel. Lyon joue pour la première fois en supériorité numérique, mais du mal à s’installer et à se montrer dangereux. Alors que Goličič revient sur la glace, Lyon gagne un engagement en zone offensive : Roussel décale Mickēvičs d’une belle passe transversale et le one timer de l’attaquant letton transperce Horák (1-0, 15'45").

Les Grenoblois accusent le coup et Lyon en profite : Michel obtient un palet en très bonne position face à la cage, puis Roussel voit son lancer bloqué par Horák. Fleming a même le palet du 2-0 dans la crosse en se présentant face à Horák, le portier grenoblois réalisant un très bel arrêt de la mitaine. À la lutte avec Trabichet, Roussel se fait pénaliser en fin de tiers. Mais en infériorité numérique, Lyon se permet même un tir de Custosse sur Horák. Hormis sur une incursion de Texier tout près du slot, Grenoble n’arrive pas à se montrer dangereux avant le coup de sirène. Dominateurs en début de tiers, les Brûleurs de Loups se sont fait surprendre à la sortie d’une infériorité numérique et doivent courir après le score.

2017 01 03 Lyon Grenoble4La supériorité numérique grenobloise en début de tiers ne donne rien et Lyon se montre tout de suite dangereux sur une contre-attaque de Kaspitz. Horák parvient à repousser le lancer de To Landry et un début de brassage entre Rodman et Correia va conduite les deux joueurs en prison.

Le début de ce deuxième tiers est entièrement lyonnais avec deux actions en solo de Kaspitz neutralisées par Horák puis un lancer de Mickēvičs qui passe de justesse à côté. Cette grosse période lyonnaise finit par être récompensée car Grenoble n’arrive pas à sortir le palet de sa zone. Mickēvičs sert Fleming devant le slot, lequel s’appuie sur Takac. Le lancer de ce dernier est repoussé par le poteau mais Fleming est le plus prompt à se saisir du rebond (2-0, 25'06").

Bien en place, les Lions se procurent même une occasion de 3-0 lorsque Michel par en contre-attaque à deux contre un mais il n’arrive pas à déclencher de tir et se fait contrer. Sur la contre-attaque, Hardy temporise pour trouver Miettinen tout seul : l’attaquant finlandais réduit le score d’un tir en lucarne (2-1, 26'53"). Grenoble essaie de profiter du momentum avec un lancer de Scolari repoussé par Pintarič mais Lyon ne se laisse pas déborder et continue de maintenir la pression sur les Brûleurs de Loups.

2017 01 03 Lyon Grenoble5bBaylacq se fait sanctionner pour une charge sur Roussel et permet à Lyon de jouer en supériorité numérique. Après une grosse occasion lyonnaise sauvée sur un plongeon de Horák, Tartari est pénalisé à son tour. Les hommes de Mitja Sivic bénéficient de 1’40’’ à cinq contre trois pour faire la différence. Mickēvičs tente de remettre ça avec son gros lancer mais le palet passe juste à côté. Deuxième chance pour le Letton et cette fois Horák est sur la trajectoire. Le box-play grenoblois réalise un gros travail à trois contre cinq et parvient à tuer les deux pénalités. Alors que Grenoble revient en zone offensive, Roussel accroche Baylacq et se fait pénaliser. Mais touché à la jambe, le défenseur lyonnais sort en boitant et rentre directement au vestiaire.

En supériorité numérique, les Brûleurs de Loups n’arrivent pas à s’installer et se font même surprendre sur une contre-attaque de Koblar, lequel met dans le vent Hardy avant de se faire reprendre de justesse. Un tir de pénalité aurait pu être sifflé mais, Chouinard étant revenu à hauteur, l’arbitre choisit seulement de pénaliser Hardy. En supériorité numérique, Lyon s’appuie de nouveau sur le gros lancer de Mickēvičs mais le cadre se dérobe sur le tir de l’attaquant lyonnais. Sur une contre-attaque, Grenoble se montre également dangereux lorsque Tartari s’infiltre dans la défense lyonnaise et manque de très peu de marquer du revers. Sur une belle action en solo, Takac dribble toute la défense grenobloise et échoue finalement sur Horák. La fin de tiers est crispante, Kramar et Hardy partent simultanément en prison après une grosse action grenobloise devant la cage lyonnaise. Après un tiers très intense, Lyon conserve un but d’avance à la pause.

2017 01 03 Lyon Grenoble6bDès le coup d’envoi, les Brûleurs de Loups mettent la pression en zone offensive : Bisaillon décale Chouinard lequel joue un une-deux avec Rodman qui tire instantanément : le palet semble se loger sous la barre mais ressort aussitôt : quelques secondes d’hésitation, y compris pour les arbitres : rentré ? pas rentré ? Après concertation, les arbitres valident finalement le but et Grenoble égalise (2-2, 40'38").

Tout est relancé dans cette rencontre. Pintarič plonge sur le palet pour neutraliser une belle action à deux contre un entre Rodman et Goličič. Mais Arnaud commet une erreur en récupérant son casque tombé sur la glace et en le remettant sans attacher la lanière : il est sanctionné de deux minutes pour équipement non conforme. Lyon met une grosse pression en power-play avec notamment plusieurs tirs de Mickēvičs mais une nouvelle fois Grenoble s’en sort en infériorité numérique. À cinq contre cinq, les débats sont équilibrés mais les meilleures occasions sont grenobloises. Pintarič est impeccable face à Kuralt puis face à Arnaud et Lyon se montre dangereux sur une rapide contre-attaque emmenée par Kaspitz et To Landry.

2017 01 03 Lyon Grenoble7Sur une contre-attaque à quatre contre deux, Favarin tire à bout portant sur Pintarič, le palet s’élève et retombe dans le dos du portier lyonnais avant de glisser derrière la ligne (2-3, 51'01"). Pour la première fois de la rencontre, les Brûleurs de Loups sont devant au tableau d’affichage.

Ce but assomme les Lions qui auront du mal à reprendre la possession du palet jusqu’à la fin du match. Grenoble met la pression en zone offensive et se contente maintenir les Lyonnais dans leur zone. Tartari aurait pu mettre fin au suspense en marquant un quatrième but mais Pintarič s’impose. Le portier lyonnais maintient son équipe à flot dans une fin de match difficile avec deux gros arrêts. Horák a moins de travail mais reste vigilant jusqu’au bout. La fin de match est marquée par la blessure sérieuse de Julien Correia, qui reste de longue secondes au sol après un contact avec un joueur grenoblois. Furieux de voir que les arbitres n’arrêtent pas le jeu, Pintarič jette sa cage, ce qui lui vaut dix minutes de méconduite. Correia sort de la glace sur une jambe et regagne le vestiaire. Le gardien lyonnais sort dans les ultimes secondes du match pour créer le surnombre, en vain. Les Brûleurs de Loups sont en finale !

2017 01 03 Lyon Grenoble8bLyon a cru pendant longtemps pouvoir décrocher sa place en finale de la coupe de France. À 2-0, les affaires lyonnaises semblaient même très bien engagées mais Grenoble est revenu rapidement à 2-1. C’est sans doute cette longue période en double supériorité numérique au deuxième tiers pendant laquelle ils n’ont pas su capitaliser que les Lyonnais regretteront le plus. L’absence de Matic Podlipnik dans cette phase de jeu a sans doute pesé lourd. Avec deux buts de retard à la fin de la deuxième période, les Brûleurs de Loups auraient eu plus de mal à revenir.

Les Lions ont mis beaucoup plus d’impact physique qu’au Winter Game, et ce dès le premier tiers, ce qui a surpris les Grenoblois. Ils se sont également montrés plus réalistes en première période avec un but marqué sur une des premières vraies opportunités du match. Physiquement, ils ont peut-être payé cette débauche d’énergie dans le troisième tiers où ils ont semblé plus timorés, notamment après le troisième but grenoblois. Certes l’égalisation à 2-2 de Grenoble fera sans doute beaucoup parler tant il est difficile de juger à vitesse réelle si le palet est rentré ou non. Cette deuxième défaite en deux matchs face aux Brûleurs de Loups risque de faire du mal au moral des Lyonnais qui en plus déplorent les blessures de Roussel et Correia. Il faudra pourtant rebondir dès vendredi à Épinal et dimanche face à Bordeaux. Pas simple.

Les Brûleurs de Loups reviennent de très loin dans cette rencontre qu’ils ont eu du mal à maîtriser, surpris par l’impact physique mis par les Lions dans ce match. Menés quasiment tout le match, ils doivent leur égalisation sur un but litigieux et leur victoire sur un but chanceux. Mais cette réussite est sans doute le résultat de la confiance accumulée au cours de ces désormais vingt matchs sans défaite toutes compétitions confondues sans oublier une profondeur de banc légèrement supérieure à celle de leurs adversaires qui a fait la différence à la fin. Vainqueurs du Winter Game et qualifiés pour la finale de la coupe de France, les Brûleurs de Loups ont parfaitement négocié la fin 2016 et le début 2017. À Bercy, ils pourront tenter de prendre leur revanche contre Rouen. En attendant, ils tenteront de poursuivre leur incroyable série de victoires face à Gap vendredi en Saxoprint Ligue Magnus.

Désignés meilleurs joueurs du match : Matija Pintarič (Lyon) et Lukáš Horák (Grenoble)

(Photos Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d’après-match (d'après le Dauphiné Libéré) :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « C’était comme un match de play-offs. C’était très intense. Les joueurs étaient prêts à mourir sur la glace, des deux côtés. C’était un choc et c’est rare à ce moment-là de la saison. On savait qu’on était à soixante minutes d’aller en finale. Le match aurait pu basculer de l’autre côté, Lyon a fait un grand match. Mais on a bien géré nos temps faibles avant d’aller chercher la victoire. Si tu prends le troisième but, c’est sûr que tu n’es pas bien. Mais on ne voulait pas lâcher. Il fallait être plus discipliné avec le palet. Les choses ont ensuite tourné en notre faveur. On a été exceptionnel sur un passage à cinq contre trois. Le match peut tourner si on prend un but à ce moment. Mais on a finalement réussi à couper un peu le souffle des Lyonnais. Quand on voit les dix premières minutes, Lyon sortait et frappait de partout. Là on se dit qu’on est dedans. Lyon voulait nous tester, pour voir si on était capable de jouer ce hockey-là. On a été un peu surpris par le jeu physique des Lyonnais mais on a répondu présent petit à petit. On s’est bien comporté. On ne voulait pas tomber dans la provocation. Je crois qu’on a encore montré qu’on avait du caractère. »

 

Lyon – Grenoble 2-3 (1-0, 1-1, 0-2)

Mardi 3 janvier 2017 à la patinoire Charlemagne de Lyon. 3 045 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Jérémy Rauline assistés de Matthieu Barbez et Guillaume Gielly
Pénalités : Lyon 22' (6’, 6’, 10’), Grenoble 26' (4’, 10’, 2’+10’)

Évolution du score :
1-0 à 15'45" : Mickēvičs assisté de Roussel et Kaspitz
2-0 à 25'06" : Fleming assisté de Takac et Mickēvičs
2-1 à 26'53" : Miettinen assisté de Gauthier et Kuralt
2-2 à 40'38" : Rodman assisté de Chouinard et Bisaillon
2-3 à 51'01" : Favarin assisté de Miettinen et Kuralt

Lyon

Attaquants :
Samuel Takac – Scott Fleming – Artūrs Mickēvičs
Julien Correia (2’) – Roland Kaspitz – Vikhael To-Landry
Gregor Koblar – Valentin Michel – Aubin Lamirault
Sébastien Delemps – Quentin Berthon (2’) – Kevyn Richard

Défenseurs :
Jakob Milovanovič (C) – Thomas Roussel (A) (4’)
Jules Breton (A) (2’) – Dominic Kramar (2’)
Cédric Custosse – Quentin Mahier
Maxime Favre-Félix

Gardien :
Matija Pintarič (10’) [sorti de 59'30" à 60'00"]

Remplaçant : Sébastien Raibon (G). Absents : Miks Lipsberg, Matic Podlipnik, Sébastien Valade (blessés).

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) – Boštjan Goličič (2’) – David Rodman (2’)
Camilo Miettinen – Sébastien Gauthier (10’) – Anže Kuralt
Alexandre Texier (2’) – Christophe Tartari (A) (2’) – Norbert Abramov
Julien Baylacq (2’) – Sébastien Rohat – Mathias Arnaud (2’)

Défenseurs :
Kyle Hardy (4’) – Sébastien Bisaillon
Teddy Trabichet (A) – Stéphane Gervais
Nicolas Favarin – Aziz Baazzi
Quentin Scolari

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Antoine Torres. Absent : Rhett Bly (ligaments du genou)