Publicité

Antoine Roussel est devenu un rouage indispensable des Stars de Dallas

Loin de l’image de peste et de bagarreur que le Français traine avec lui, Antoine Roussel se révèle de plus en plus indispensable au sein d’une équipe de Dallas éprouvant bien des difficultés après les succès des dernières années. Retour sur son très bon début de saison.

Par Thibaud Chatel @batonsrompus

 

 

Depuis ses débuts en NHL, Antoine Roussel a toujours été vu comme un joueur de 3e ou 4e trio, se voyant avant tout attribuer des missions défensives. Son efficacité dans ce rôle n’a cessé de se démontrer et le Français semble encore cette année avoir monté son jeu d’un cran en y ajoutant une présence offensive certaine.

Associé au jeune Tchèque Radek Faksa, choix de première ronde de Dallas en 2012, Roussel démontre en effet un impact décisif au sein d’une équipe en perte de vitesse après deux saisons très prometteuses. Le style de jeu très ouvert des Stars a certainement souffert des blessures à répétitions des leaders à l’attaque alors que la perte de Demers et Goligoski en défense cet été n’a pas été comblée. De plus, le duo de gardiens Niemi-Lehtonen n’est toujours pas à la hauteur des ambitions de l’équipe, rendant la stratégie du jeu ouvert assez risquée…

 Antoine roussel Corsi

Si l’on étudie la différence entre les tentatives de tirs obtenues versus celles concédées, il est ainsi frappant de retrouver une grande partie de l’effectif dans la catégorie « Faible défense, Bonne attaque » en comparaison des standards de la ligue. Et à ce petit jeu-là, Antoine Roussel est le seul des Stars à se positionner en dessous de la moyenne de la ligue pour les tirs concédés lorsqu’il est sur la glace, preuve de l’efficacité de son travail défensif. Mais plus étonnant, il est également le joueur avec lequel l’équipe obtient le plus de tentatives de tirs ! Ceci est d’autant plus impressionnant que Roussel et Faksa sont les deux attaquants commençant le moins souvent leurs présences par une mise en jeu en zone offensive. S’il n’y a rien là d’étonnant pour un troisième trio, leur capacité à sortir de leur zone et d’obtenir au final plus de tirs que l’adversaire est très appréciable. En résumé, leur trio est capable de finir sa présence en zone offensive, laissant aux gros canons de l’équipe la possibilité de prendre le relais dans les meilleures conditions possibles. Le duo est également le plus employé de l’équipe en désavantage numérique, y passant plus de 2 minutes par match en moyenne.

La balance de cette efficacité défensive et de cette présence offensive lui vaut le meilleur taux de possession (Corsi) parmi les attaquants de l’équipe avec plus de 54,5% alors que, sans lui, les Stars tombent à un très médiocre 47,5%. Au regard du Corsi relatif du Français (la différence entre son corsi personnel et celui de l’équipe sans lui, soit : 54,5 - 47,5 = +7%), Roussel se classe au 21e rang de la ligue parmi les 375 attaquants ayant joué au moins 200 minutes à 5 contre 5 cette année ! Tel est l’impact non négligeable du Français par rapport à ses coéquipiers.  

Antoine roussel corsi on off

Il devient alors intéressant de voir l’évolution de cette situation depuis ses débuts en NHL (sans inclure ses premiers matchs en 2012-2013). Les saisons précédentes, les Stars avec ou sans Roussel sur la glace présentaient plus ou moins le même taux de possession, s’en tirant même légèrement mieux sans lui les deux dernières années. C’est pourquoi le changement de ce début de saison est significatif. Certes l’équipe pique collectivement du nez mais cela n’explique pas pourquoi Roussel, lui, s’en sort de si belle façon. Après tout, il suit les mêmes schémas tactiques que les autres et affronte le même type de joueurs adverses que les années passées. Il y a bien une amélioration flagrante de l’impact du Français cette année.  

Son temps de jeu s’en ressent logiquement est si les années précédentes il passait 13 à 14 minutes sur la glace, il culmine en ce moment à près de 16 minutes par match du fait de ses plus grandes responsabilités. Il a surtout vu son bon jeu récompensé par une plus grande présence en supériorité numérique, y passant 1 minute 25 en moyenne par match contre à peine quelques secondes les années précédentes. Même si son rôle consiste à faire écran devant le gardien adverse, cela contribue à augmenter sa production de points, dans des proportions modestes mais quand même.

Mais si du temps en supériorité peut ainsi gonfler artificiellement les points récoltés, la production du Français à égalité numérique suit logiquement, et heureusement, la même embellie que son taux de possession. Avec 5 buts et 12 assists en 38 matchs, il serait en voie de produire une saison de 35 points, lui qui a fini ces trois dernières saisons entre 25 et 29 points. Selon les moyennes de la NHL étudiées icicela correspond à la production d’un ailier de deuxième ligne. Il est dès lors facile de voir en quoi sa présence sur un troisième trio n’est que du bonus pour Dallas.

Antoine roussel production2

 

Il est intéressant de noter que cette hausse de production provient essentiellement de ses passes décisives, en augmentation flagrante alors que ses buts sont plutôt à la baisse. Ce rôle de passeur se confirme par le fait que Roussel décoche personnellement moins de tirs cette saison, se plaçant davantage en amont dans la construction du jeu.

S’il n’en oublie pas d’être le joueur le plus pénalisé de la ligue (sic) avec déjà 6 bagarres en une moitié de saison contre 9 au total l’an passé, Antoine Roussel est donc un joueur bien plus complet qu’il n’y parait. Pas étonnant dès lors d’entendre les louages de son entraîneur à son égard, et si jamais les Stars devaient se diriger vers une saison ratée, il est certain que des équipes décrocheraient leur téléphone à l’aube des playoff afin de s’enquérir de la disponibilité du Français. Dans une ligue de plus en plus rapide où pouvoir compter sur un 3e trio productif offensivement est primordial, les joueurs comme Roussel sont assez rares. Cela même si l’équipe de France préfèrerait certainement pouvoir compter sur lui lors du Mondial que de le voir en playoff…