Publicité

Autriche - France (tournoi EIHC de Graz)

Battue 4-1 par la Norvège en ouverture, la France a retrouvé des couleurs en attaque en effaçant une jeune équipe slovaque 3-1 le lendemain. L'Autriche a pour sa part remporté les deux premiers matchs sur le même score, 2-1 après prolongations, et peut donc remporter ce tournoi EIHC en cas de succès ce soir, la Norvège ayant perdu lors des prolongations face aux Slovaques.

Ronan Quemener garde les cages françaises, alors même que Dave Henderson et Pierre Pousse poursuivent leurs tests, contraints et forcés : Olivier Dame-Malka, buteur au premmier match, est blessé à l'épaule, et Antonin Manavian à la hanche. L'occasion pour Baazi et Dorey de se mettre en valeur... Le tout jeune Alexandre Texier, à peine dix-huit ans, a déjà signé deux prestations prometteuses : une assistance contre la Norvège, un but et une passe face aux Slovaques. De bon augure pour une équipe de France en difficulté offensive depuis le début de la saison.

La partie débute de manière équilibrée, sans occasion franche. Il faut attendre la cinquième minute pour que la punition de Nicolas Ritz accentue la pression autrichienne. Malgré tout, la défense cantonne le jeu de puissance à l'extérieur et s'en sort très bien. Dans la foulée, la supériorité se renverse et Lampérier obtient le premier tir français - le Rouennais, auteur de trois passes au dernier match, semble en forme. Ce sera la seule occasion tricolore.

Aucune équipe ne prend vraiment le dessus et les chances ne sont pas nombreuses. Martin Ulmer s'en crée une belle au cercle droit et Quemener repousse de l'épaule. L'action lance un temps fort autrichien, avec une meilleure possession de palet. En fin de tiers, le jeune Gabin Ville est puni pour un accrochage et le danger se rapproche. Lukas Haudum manque d'ouvrir le score de près, et il faut un Quemener concentré pour repousser l'échéance. Le portier des Bleus tient son camp à bout de bras dans la dernière minute avec un nouvel arrêt difficile juste avant le retour de Ville.

QUEMENER Ronan 150507 021À la reprise, la France montre de belles intentions. Perret provoque deux minutes et le jeu de puissance débute. Malheureusement, les joueurs d'Henderson peinent à conserver le palet en attaque et à se créer des occasions. Le jeu s'ouvre et les deux équipes s'octroient plusieurs situations chaudes. Finalement, l'Autriche ouvre la marque avec un peu de chance. Ganahl bataille dans le coin et passe du revers à Woger au cercle, qui envoie le palet du revers à travers l'enclave... et le disque dévie sur Dorey pour tromper Quemener (1-0).

Le sentiment d'urgence des Bleus transparaît immédiatement. Si Fleury n'obtient pas la supériorité, victime d'un contact un peu haut dans la neutre, la France insiste. Kickert est même sauvé par son poteau gauche sur un bon tir de Texier, et sauve aussi une échappée de Rech. Comme souvent, ce temps fort non concrétisé coûte cher. Dorey en prison, Obrist feinte un défenseur et décale Cijan, qui reprend un genou sur la glace juste après la fin de l'avantage (2-0).

La France reçoit rapidement l'occasion de revenir avec un autre jeu de puissance, mais elle ne s'installe pas une seconde. Malgré tout, la situation a remis les Bleus dans le bon sens. Un long tir se perd dans le trafic devant le gardien et Lampérier, sorti du coin, se montre le plus habile pour s'emparer du rebond (2-1). Soudain nerveux, les Autrichiens lâchent une nouvelle pénalité pour une charge dans le dos complètement inutile en zone offensive. Ils obtiennent la meilleure occasion en contre avec Ganahl, au point que les officiels doivent faire appel à la vidéo avant de confirmer que le palet n'a pas franchi la ligne. La pause survient peu après.

Les joueurs de Dave Henderson jouent vers l'avant dès la reprise. Les tirs pleuvent sur le but de Kickert, bien souvent venus de la ligne bleue, à l'image d'un Damien Raux très en vue. Cependant, ces lancers viennent de bien loin, sans grand soutien devant la cage. Les minutes défilent et l'Autriche desserre l'étau. La ligne Lampérier reste dangereuse et le gros travail de Bouvet derrière la cage sert le Rouennais en tête d'enclave, pour une volée dégagée. Markus Schlacher concède malgré tout une faute sur l'action. Les Bleus peinent à installer leur jeu et Fleury est puni à son tour en fin d'avantage. L'Autriche ne fait pas mieux à un joueur de plus, n'obtenant aucun tir et ne menaçant Quemener que par lors d'un un-contre-un signé Woger à cinq minutes de la fin du match. Dans les dernières minutes, la France campe dans la zone adverse et cherche à mettre du trafic devant Kickert... pendant que les supporters font la chenille dans les tribunes. Quemener sort de sa cage pour un attaquant de plus, sans réussite. L'Autriche marque même dans le but désert à deux secondes de la fin, Woger devançant de justesse Trabichet (3-1).

L'Autriche remporte donc le tournoi avec trois victoires et une solide prestation défensive d'ensemble. La France n'a pas à rougir, car elle a réalisé ce soir une prestation intéressante. Les Bleus ont concédé peu d'occasions défensivement, se sont appliqués à la relance, et ont, par instants, réussi à imposer leur jeu en zone d'attaque, en gagnant de nombreux duels dans les bandes. Reste le manque de réalisme chronique de cette équipe de France depuis septembre, qui ne devra surtout pas se prolonger à Paris en mai...

Désignés joueurs du match : Loïc Lampérier (France) et David Kickert (Autriche)

 

Autriche - France 3-1 (0-0, 2-1, 1-0)
Samedi 11 février, 18h. Graz, Autriche.
Arbitrage de Nikolic Kritijan assisté de Ladislav Smetana et Bettina Angerer.
Tirs : Autriche 18 (6, 8, 4), France 21 (7, 10, 4)
Pénalités : Autriche 12' (2', 8', 2'), France 10' (4', 4', 2')

Récapitulatif du score
1-0 à 30'54" : Woger assisté de Danahl et Pallestrang
2-0 à 34'47" : Cijan assisté de Wold et Obrist
2-1 à 38'15" : Lampérier
3-1 à 59'57" : Woger assisté de Herburger (cage vide)

Autriche

Attaquants
Lukas Haudum (2'), Patrick Obrist (+1), Marco Brucker (2', -1), Manuel Ganahl (+2), Alexander Rauchenwald, Martin Ulmer (2', +1), Thomas Hundertpfund, Andreas Kristler, Daniel Woger (+2), Raphael Herburger (+2), Alexander Cijan, Mario Huber

Défenseurs
Daniel Mitterdorfer, Bernd Wolf (-1), Christoph Duller, Stefan Bacher (2', +1), Mario Altmann (2', +1), Layne Viveiros (+1), Markus Schlacher, Alexander Pallestrang

Gardien : David Kickert

Remplaçant : Bernhard Starkbaum (G)

France

Attaquants :
Loïc Lampérier - Maurin Bouvet (2', +1) - Damien Fleury (A, 2')
Gabin Ville (2') - Alexandre Texier (-1) - Yorick Treille (C, -1)
Jordann Perret (-1) - Nicolas Ritz (2', -2) - Peter Valier
Florian Douay - Teddy Da Costa - Anthony Rech (-1)
Dimitri Thillet - Eliot Berthon

Défenseurs :
Florian Chakiachvili (-2) - Teddy Trabichet (-2)
Damien Raux (A, +1) - Jonathan Janil (+1)
Aziz Baazzi (-1) - Aurélien Dorey (2', -1)

Gardien :
Ronan Quemener

Remplaçant : Sébastien Ylonen (G). Blessés : Olivier Dame-Malka (D), Antonin Manavian (D)