Publicité

Amiens - Grenoble (Ligue Magnus, quart de finale, match 4)

Leçon de réalisme 

Amiens n’a plus le droit à l’erreur. Battus lors des deux dernières rencontres, les Gothiques doivent s’imposer pour espérer quelque chose de ce quart de finale. Mais plus inquiétant que la défaite lors du troisième match, c’est surtout la prestation qui laisse présager le pire pour les hommes de Mario Richer, tant Grenoble a été au-dessus dans tous les compartiments du jeu. Retourner à Pôle Sud à 3-1 scellerait probablement le sort de la série.

 

Grenoble étouffé 

Les Amiénois agissent dès les premières secondes. Sur un bon tir de Thomas, Legault peut ouvrir le score, mais il manque le rebond. Le ton est donné, Amiens ne se posera pas en victime expiatoire ce soir. Quelques minutes plus tard, Riendeau élimine Hardy, prend un tir du revers, Horak repousse, Riendeau prend le rebond mais voit le palet filer juste à côté.

Grenoble tente, timidement, de réagir, le slap de Baazzi est précis et file vers le but, mais O’Keefe avait la vision et réalise un bel arrêt mitaine. Trop peu cependant pour inquiéter les Gothiques. Béron tente à son tour un lancer frappé, qui prend la direction de la lucarne, mais Horak est sur la trajectoire. Le gardien grenoblois est ensuite « sauvé » par Baazzi, qui coupe de superbe manière une contre-attaque jouée à deux entre West et Thomas.

Ce tiers semble être à sens unique, et, en sortie de pénalité, Nechala tente un tir qui prend la direction de la lucarne, mais Horak est encore présent. Il repousse ensuite un tir intéressant de Champagne mais laisse un gros rebond à Grégory Béron, qui manque le cadre. Solide, le gardien tchèque l’est encore une fois pour stopper une reprise de Brisebois, servi par l’intenable West. Dominé, acculé, parfois étouffé, Grenoble s’en sort sans dommage sur ce premier vingt.

 

Amiens trouve la faille 

Inefficaces sur le premier tiers, les Amiénois frappent d’entrée de seconde période. Brisebois tente sa chance, Horak repousse, mais Champagne, au rebond, nettoie la lucarne grenobloise (1-0, 21’11). On pense au réveil des Brûleurs de Loups lorsque Jass est envoyé en prison deux minutes plus tard, mais il n’en est rien. Ce sont même Berzins et Legault qui sont proches de doubler la mise tour à tour, mais les deux attaquants butent sur Horak.

Les Gothiques remportent la bataille physique, sont plus présents dans toutes les zones, mais ne peuvent rien devant un Horak en état de grâce. Béron tente bien sa chance par deux fois en supériorité à mi-match, sans succès, avant que Fauchon ne soit stoppé également par le jeune gardien isérois. Après une demi-heure de grande intensité, les deux équipes soufflent, sans se découvrir, et la fin de tiers s’en ressent. Grenoble n’arrive toujours pas à se montrer dangereux devant O’Keefe, mais les hommes de Terglav verrouillent la zone et stoppent les timides offensives amiénoises.

 

Grenoble fait plier Amiens 

Les Isérois attaquent la dernière période pied au plancher. Baylacq, derrière la cage, trouve Rohat sur la droite du but, mais le tir passe à côté. Quelques secondes plus tard, il faut un sacrifice de Bault sur un slap de Gauthier pour sauver O’Keefe. À peine trois minutes dans la période, et Grenoble s’est déjà montré plus dangereux que sur les quarante premières. Amiens cumule les fautes et souffre face au powerplay grenoblois. Les Gothiques s’en remettent à un bon O’Keefe qui réalise un double arrêt devant Bisaillon et Hardy.

C’est ensuite Horak qui est mis à contribution, réalisant un bel arrêt sur un tir voilé de Bault. Sur le contre, Golicic est proche d’égaliser mais O’Keefe est présent. Il reste alors 13 minutes de jeu, et la pression grenobloise s’intensifie de plus en plus. Et qui de mieux que le héros du match précédent pour équilibrer les débats ? Texier réalise une action de grande classe dans la défense amiénoise et loge un tir croisé qui mystifie O’Keefe et le Coliséum (1-1, 48’12).

La tension est désormais palpable, et les occasions se font de plus en plus rares. Chouinard part en prison pendant deux minutes, mais les Gothiques ne se créent pas d’occasions. À sept minutes de la fin, Amiens est sanctionné d’un surnombre qui fait basculer le match. Grenoble est installé en zone offensive, le palet tourne et arrive jusqu’à Chouinard qui ne se pose pas de question et arme un tir puissant qui bat O’Keefe (1-2, 54’54).

Amiens est sonné, mais tente de se relever. Legault et Narbonne manquent de peu le cadre, avant d’obtenir une double supériorité numérique. Il reste alors 1’36 quand Trabichet et Kuralt sont envoyés en prison. Occasion en or de revenir au score et peut-être de faire basculer le match. Las, la double supériorité est statique et inoffensive. Pire encore, alors que le gardien est sorti et en jouant à 6 contre 3, Amiens est en difficulté pour s’installer. Le temps tourne, le buzzer retentit, la chance amiénoise est passée, Grenoble s’impose et rentre en Isère avec trois balles de match.

 

Amiens – Grenoble 1-2 (0-0, 1-0, 0-2)
Dimanche 5 mars 2017 à 18h à la patinoire du Coliséum, 2200 spectateurs.
Arbitrage de M. Adrien Ernecq et M. Geoffrey Barcelo assistés de M. Thomas Caillot et M. Clément Goncalves
Pénalités : Amiens 14' (4', 4', 6’), Grenoble 14' (2', 6', 6').
Tirs cadrés : Amiens 27 (13, 12, 2), Grenoble 31 (10, 6, 15)

Évolution du score :
1-0 à 21'11" : Champagne assisté de Brisebois et T. Crowder
1-1 à 48'12" : Texier assisté de Kuralt et Scolari
1-2 à 54'54" : Chouinard assisté de Hardy et Rodman (sup. num.)
 

Amiens (4’)

Attaquants :
Tim Crowder (+1) – Joël Champagne (C, +1, 2’) – Grégory Béron (A, +1)
Rudy Matima (-1) – Armands Berzins – Yanick Riendeau (-1)
Rémi Thomas – Joey West – Maxime Legault (A, 2’)
Yannick Offret – Quentin Fauchon (-1) – Fabien Kazarine
Loïc Coulaud

Défenseurs :
Nicolas Leclerc – Mathieu Brisebois
Maris Jass (2’) – Jonathan Narbonne
Tomas Nechala (4’) – Romain Bault
Fabien Bourgeois

Gardien :
Mitch O’Keefe 

Remplaçants : Corentin Cunsolo (G). 

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C, 2’) – Bostjan Golicic (+1, 2’) – Anze Kuralt (2’)
Mathias Arnaud – Sébastien Gauthier – Norbert Abramov
David Rodman – Alexandre Texier – Sébastien Rohat (-1)
Rhett Bly – Christophe Tartari (A)– Julien Baylacq (2’)

Défenseurs :
Sébastien Bisaillon (-1) – Kyle Hardy (-1, 4’)
Nicolas Favarin – Teddy Trabichet (A, +1, 2’)
Aziz Baazzi - Stéphane Gervais
Quentin Scolari (+1)

Gardien :
Lukas Horak

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Antoine Torres.