Publicité

Valenciennes - Nice II (Division 3, 1/8e de finale retour)

Loin des deux seules victoires enregistrées en 2014-2015, les Aigles de Nice sont parvenus à se faufiler jusqu'en playoffs de Division 3 grâce à une attaque comptant plusieurs anciens de l'équipe première, montée en quelques années de Division 2 en Ligue Magnus. Avec 7 des 11 meilleurs compteurs de la poule D, le duel face à Valenciennes s'annonçait prolifique. À défaut de se révéler source de suspense, car les Diables Rouges ont, en terre azuréenne, confirmé les craintes émises par le staff adverse, frustré de concéder la troisième place d'un cheveu à Chambéry II et d'affronter cet adversaire redouté.

Dans la cité de Garibaldi, le triplé de Tomas Banas n'a pu que modérer un écart conséquent (3-8). Andéol Moreau et Anthony Monta n'ayant pas effectué la « verticale » vers le Nord, c'est à Christophe Ferrer, seul portier présent à Valigloö, que revient la tâche de résister aux innombrables assauts de Nordistes désireux d'éviter toute mauvaise surprise. Orphelin de son partenaire Marek Matej, condamné à encourager les siens du bord de la glace depuis une charge reçue à Châlons, Jakub Bernad se charge de soigner ses statistiques, concluant la montée de Prokop (1-0 à 02’41"), à qui il rend la pareille après un dribble sur le dernier défenseur (2-0 à 04’46"), devançant Jonah Parraud, qui ne peut que constater les dégâts après un vain plongeon (3-0 à 07’16").

Cédric Cheylan propose alors le premier lancer de visiteurs vite pris d'assaut par un tir ras glace de Lukas Janos (4-0 à 08’55"). Christophe Ferrer n'est pas avare d'efforts pour limiter la casse, s'opposant à une échappée de l'intenable Bernad, déjoué sur un tir de pénalité (10’30"). Remonté envers le corps arbitral après avoir été percuté dans le casque par une nouvelle salve du Tchèque, il cède encore car ce dernier subtilise le palet sur une infériorité à Marcel Hölcz pour venir scorer de près (5-0 à 12’49"). Jakub Bernad nettoie ensuite la lucarne pour s'offrir le quadruplé en moins d'un quart d'heure (6-0 à 14’55").

Au lancer du jeune Sacha Lanquar, dévié par le bras de Juraj Sedlacko, suit déjà le temps-mort quémandé par le banc niçois. À la faveur d'une faute de Fronty, les Aigles emploient à nouveau le portier, dont le gant intercepte la salve de son compatriote Tomas Banas. Mais le jeu de puissance cède une deuxième fois : Rémi Lageard conserve le palet dans la zone offensive et attend l'arrivée de Lukas Janos, tranquille dans la conclusion (7-0 à 16’07"). Rien ne tourne pour les visiteurs, Clément Londios au pressing en perd même sa crosse face aux mouvements de Prokop, toujours à l'aise dans la relance.

Une faute de Delbecque à la reprise permet aux Aigles de pointer leur bec aux abords d'un but pris d'assaut par Londios, infiltré pour lancer ras glace, et dont la transversale repousse l'essai de Damien Richard. Un centre de Bernad est ensuite dévié dans son but par Lanquar (8-0 à 23’17"). Nice parvient enfin à ouvrir son compteur par l'inévitable Tomas Banas, qui prend le temps de contrôler la passe de Garb et trouver en force le dessous de la barre, transperçant la mitaine de Sedlacko (8-1 à 25’29").

À nouveau battus par Jakub Bernad, de la droite, après un arrêt réflexe de leur portier sur un rebond échu à Wagret (9-1 à 27’45"), les Aigles parviennent à relever la tête, en infériorité numérique. Marcel Hölcz contre Janos et s'échappe vers le but ; peut-être surpris, se retournant même, le fugitif slovaque échoue. Tomas Banas lui offre une deuxième opportunité, gâchée par une position de hors-jeu malvenue… mais réparée par le capitaine, dont le débordement sur l'aile droite se termine par un but arraché à Sedlacko, auteur de l'arrêt initial (9-2 à 32’23").

Dans une partie devenue plus rugueuse et source d'échanges d'amabilités, Valenciennes desserre l'étau progressivement, profitant d'une supériorité numérique pour déployer un jeu à trois Bernad-Prokop-Selin (10-2 à 34’40") et amplifier l'écart par un slalom de Janos (11-2 à 35’16"). Calme et clairvoyant pendant soixante minutes, Tomas Banas ne laisse quant à lui pas passer l'opportunité, en double supériorité, de signer un deuxième triplé en huit jours, d'un lancer frappé (11-3 à 39’20").

Devancé 4-3 au deuxième acte, Nice cède encore de façon honorable lors de l'anecdotique dernier tiers-temps de sa saison. Sans César Fleury, rentré prématurément au vestiaire suite à une lutte dans le coin avec Trambouze, les visiteurs cèdent sur un copier-coller du dixième filet, encore signé Selin (12-3 à 42’42"), un rebond converti par Anthony Wagret (13-3 à 46’01") et un tir lointain millimétré de Fronty (14-4 à 49’00"). Toutefois, Tomas Banas, l'homme aux dix saisons en équipe première, revenu au jeu en 2014 pour encadrer la naissante deuxième formation de Jean-Bouin, s'offre un quadruplé en pressant la cage, son essai hors-cadre revenant dans le dos de Sedlacko, surpris (13-4 à 46’16").

Les dernières minutes sont notamment rythmées par les remontées de palet de l'infatigable Lukas Prokop, victime d'un cinglage de Thomas Puech, faisant un temps craindre pour l'avant-bras du défenseur tchèque, moteur d'un groupe déjà privé de Matej, Camurat et De Gubernatis. Car ce dernier, Niçois d'origine arrivé dans le Hainaut en 2014, doit ronger son frein derrière le banc, sa santé le privant de retrouvailles avec un groupe côtoyé pendant de longues années. Frustration que ne partage pas Romain Sauvage, parti dans le sud pour des raisons professionnelles et tout heureux de croiser une formation dont il fut le capitaine il n'y a pas longtemps. Autre élément apprécié du public local, Axel Brassart effectue son entrée peu avant le quinzième et dernier but des siens, marqué de près par Arthur Delbecque (15-4 à 50’42").

Le jeune cerbère effectue six interventions, entrecoupées de palabres et de la sortie sous les acclamations de Valigloö des Méridionaux Joey Gadea et Thomas Puech, sanctionnés. Il préserve ainsi sa cage en infériorité face aux assauts de Bottone ou encore Banas, de volée. Thomas Bottone, récompensé en fin de match, parvient à tromper le nouvel entrant, rendant un peu moins douloureux le long retour vers la Baie des Anges (15-5 à 59’30").

Vite à l'abri, Valenciennes a bien géré sa large avance et n'a pas fait l'économie de quelques mouvements collectifs et individuels pour valider sa troisième qualification de suite en quarts de finale. Où les retrouvailles avec les Gaulois de Châlons-en-Champagne, opposants de qualité et source d'affrontements souvent épiques, s'annoncent épiques.

Désignés meilleurs joueurs du match : Thomas Bottone (Nice) et Jakub Bernad (Valenciennes)

 
 
Valenciennes – Nice II 15-5 (7-0, 4-3, 4-2).
Samedi 11 mars 2017 à 18h40 à Valigloö. 821 spectateurs.
Pénalités : Valenciennes 48' (4’, 10'+10', 4'+2x10'), Nice II 83' (4'+10', 8'+10', 16'+10'+25').
Tirs : Valenciennes 51 (21, 12, 18), Nice II 27 (5, 10, 12).
 
Évolution du score :
1-0 à 02’41" : Bernad assisté de Prokop et Selin et (sup. num.)
2-0 à 04’46" : Prokop assisté de Bernad
3-0 à 07’16" : Bernad
4-0 à 08’55" : Janos assisté de A. Harmegnies
5-0 à 12’49" : Bernad
6-0 à 14’55" : Bernad assisté de Wagret
7-0 à 16’07" : Janos assisté de Lageard et Sedlacko (inf. num.)
8-0 à 23’17" : Bernad assisté de Prokop et Janos (sup. num.)
8-1 à 25’29" : Banas assisté de Garb
9-1 à 27’45" : Bernad assisté de Grenier et Prokop
9-2 à 32’23" : Banas assisté de Hölcz
10-2 à 34’40" : Selin assisté de Grenier et Bernad (sup. num.)
11-2 à 35’16" : Janos assisté de Debuche
11-3 à 39’20" : Banas (double sup. num.)
12-3 à 42’42" : Selin assisté de Prokop (sup. num.)
13-3 à 46’01" : Wagret assisté de Bernad
13-4 à 46’16" : Banas assisté de Londios et Puech
14-4 à 49’00" : Fronty assisté de Lageard (sup. num.)
15-4 à 50’42" : Delbecque assisté de Selin et Prokop (double sup. num.)
15-5 à 59’30" : Bottone assisté de Londios (inf. num.)
 
 
Valenciennes
 
Attaquants :
Anthony Wagret (A) – Jakub Bernad – Arthur Delbecque
François Marchal - Rémi Lageard (A) - Jamie McIlroy
Thomas Trambouze - Allan Harmegnies - François Grenier
 
Défenseurs :
Ludovic Mathieu  - Lukas Prokop
David Selin (C) -  Sébastien Fronty
Cyril Debuche – Lukas Janos
 
Gardien :
Juraj Sedlacko puis  Axel Brassart à 50’27"
 
Remplaçant : Maël Harmegnies. Absents : Benjamin De Gubernatis, Marek Matej (blessés), Louis Camurat.
 
Nice
 
Attaquants :
Lukasz Garb - Tomas Banas (C) - Marcel Hölcz
César Fleury (A) - Cédric Cheylan - Thomas Bottone
Clément Londios - [Banas ou Cheylan] - Sacha Lanquar
Romain Sauvage
 
Défenseurs :
Jonah Parraud - Damien Richard
Max Leclair (A) - Thomas Puech
Joey Gadea - Pierre Balbiano
 
Gardien :
Christophe Ferrer
 
Absents : Andéol Moreau, Anthony Monta, Pierre Carreton, Matthieu Vrecourt, Pierre Rodriguez.