Publicité

Gap - Bordeaux (Ligue Magnus, demi-finale, match 1)

Le dernier carré du championnat est lancé et les Rapaces affrontent les Boxers de Bordeaux. Le jeu compact et physique de l’équipe de Philippe Bozon pose ses valises à l’Alp’arena pour les matchs 1 et 2.

La série s’annonce serrée car les résultats cette saison sont contrastés pour Gap (3 défaites dont l’élimination en coupe de France, 4-1, 1-3, 3-1). Ensuite les Rapaces ont gagné les deux rencontres de la deuxième partie de championnat (1-3 et 5-0).

Ce soir Bordeaux doit faire sans Nicolas Besch encore absent pour quelques matchs. Gap joue sans Dimitri Thillet et compte sur Aurélien Bertrand dans les cages. À noter le duel « fratricide » des frères Valier.



Bordeaux impose son jeu physique

GapBor1C’est Di Dio Balsamo qui ouvre le bal avec un shoot en solitaire (0’53) mais Terrier répond d’un revers (1’52). Les Boxers imposent déjà une solidité dans les bandes. La partie est assez équilibrée. En deux supériorités numériques, Gap n’arrive pas à s’installer pour élaborer son jeu de puissance.

Les accrochages continuent d’être à la limite et Bordeaux avec son jeu physique empêche les Rapaces de finaliser les actions. Craige à la bleue transmet à Bazevics, devant la cage, qui peut pousser le palet sur le poteau. Le banc bordelais est plutôt tendu et prend une nouvelle pénalité pour attitude antisportive cette fois. Mais de nouveau, les bleus butent sur le jeu défensif des rouges et blancs. C’est même Peter Valier qui récupère dans sa zone et se projette pour shooter sur Bertrand à ras glace (13’16). Revenu à cinq contre cinq le duo Faure-Balsamo se procure une belle occasion. Le revers place le palet directement sur l’épaule d’Ylönen (14’19).

Les Hauts Alpins essaient toujours d’ouvrir la marque avec Mc Eachen qui intercepte une passe de Moisand et crée un gros regroupement devant la cage bordelaise mais sans résultat (15’31). Le momentum va payer ! Le jeu combiné de Rech et Ringrose décale le puck au deuxième poteau, Rehus surgit derrière le portier et place le palet dans la cage (16’19 : 1-0).

GapBor2Les Boxers répondent immédiatement avec Terrier qui place un puissant shoot, dévié de la plaque par Bertrand (16’44). À noter le solide blocage défensif de Benoit Valier appuyé de Bernier sur Moisand. Le Bordelais est littéralement plaqué sur la bande et projeté au sol.

Le blocus défensif des Rapaces est en place et Bordeaux ne peut pas s’approcher. Mais en toute fin de période, trois gros shoots sont placés dans le trafic et Terrier, encore une fois, reprend un rebond dangereux (19’28).

Gap a eu du mal à développer son jeu face à des Bordelais bien en place et solides. De plus les Rapaces ont obtenu trois supériorités qui n’ont pas été concrétisées.


Gap trouve des solutions

GapBor3Dés le début de la seconde partie, Peter Valier fait une entrée de zone rapide et décoche son lancer qui est capté par le portier gapençais (20’44). Gap répond avec Bazevics qui transmet à Essery qui touche, en hauteur, le palet du bout de la palette devant la cage d’Ylönen (22’37).

Les Rapaces arrivent toujours à jouer collectivement et le jeu de passe est bien exécuté. Rehus – Crinon jouent ensemble mais la mitaine du gardien est solide (23’47). Le duel Bazevics – Janil est remporté par le Letton qui gène une relance bordelaise. Les choses ne vont pas s’arranger car Bordeaux retombe dans l’indiscipline. Vincent Kara est pénalisé pour méconduite. Mais encore une fois des imperfections dont des contrôles de palet empêchent toute efficacité du jeu de puissance.

Thomas Carr effectue tout de même une grosse entrée en zone offensive et tire rapidement au ras du coin de la cage (28’25). C’est maintenant Bordeaux qui s’essaie au power-play, mais Essery, toujours précieux en infériorité, récupère un palet sur un duel et part seul. Il shoote sur Ylönen (29’56). Encore un duel monstrueux avec Carr face à Salmivirta, et le Nord-Américain gagne la rondelle. Bordeaux a toutes les peines du monde à organiser son jeu de puissance. Mais, revenus à cinq, les Boxers produisent du jeu et intensifient leur pression vers l’avant. Ils sont bien décidés à revenir avec une grosse reprise de Valier (32’49). Et Gilbert trouve un trou de souris au ras du poteau pour loger la rondelle dans les buts (33’07 : 1-1).

GapBor4Julien Desrosiers accroche un joueur des Rapaces dans la remontée gapençaise du jeu. La pénalité est flagrante, symbole de relâchement, et va être payée cash. En infériorité Terrier exécute un gros pressing sur l’adversaire. Mais Ringrose gagne le palet à la bleue offensive et remet dans le trafic. Le portier dévie de la botte mais Rech est là, au rebond et pousse la rondelle (35’02 : 2-1).

Les deux teams se projettent rapidement à l’avant et trouvent des occasions avec Da Costa, seul, ou bien Peter Valier de l’autre côté en tir masqué. Le tiers se termine sur un solide duel Paquin-Balsamo. Le jeu s’est ouvert dans cette période et la partie reste équilibré.


Explosions sur la glace

Le troisième tiers-temps repart sur un gros rythme. Da Costa lance un palet, dévié par les bottes d’Ylönen (41’47). Dans la foulée Julien Guillaume effectue une remontée de palet rapide dans la bande. La vitesse d’exécution paie, Moisand shoote en entrée de zone et le palet est dévié par Petit (43’31 : 2-2).

Bordeaux est décidé à reprendre les devants, mais sur la remise en jeu, Rehus redonne une unité d’avance pour les Rapaces (43’49 : 3-2).

Carr tire à mi-distance, mais le portier bordelais ne peut que frotter le puck du bout de la mitaine ; heureusement sans conséquence pour les Boxers. Les pénalités vont encore peser dans la partie. Le retard de jeu de Jean-Philippe Coté provoque une double infériorité pour son équipe. Bernier est dans le cercle avant gauche et n’a plus qu’à reprendre la passe de Rech (46’04 : 4-2).

L’addition est salée, car Isackson, toujours en supériorité, fait le tour de la cage et délivre le palet à Bouvet qui est posté juste devant la zone bleue du gardien. Le Français place rapidement le puck entre les jambes d’Ylönen (47’01 : 5-2).

GapBor5Bordeaux paie cher son indiscipline et Gap a enfin trouvé son rythme de croisière pour gagner en rapidité et en vitesse d’exécution. A contrario les Bordelais ne trouvent pas la solution à 5 contre 4, seul Valier trouve une occasion juste devant Bertrand.

À 4 contre 4, Felix Petit, seul, tire et remet la pression. Gap enfonce le clou avec Ross qui effectue un nouveau tour de cage et revient devant le portier à mi distance. Il feinte le shoot et transmet à Bouvet, bien décalé (50’57 : 6-2). La défense des Boxers semble un peu pataude au niveau du patinage et ne semble plus suivre le rythme.

À ce moment Victor Goy remplace Sébastian Ylönen. Malgré tout une nouvelle supériorité donne un peu d’air aux Bordelais. Et sur un shoot de Bouchard, Bertrand capte le puck de la mitaine mais le caoutchouc rebondit et retombe dans la cage (52’41 : 6-3).

À peine le positif revient que Gap vient apporter l’addition ! Anthony Rech, en feu, s’extirpe du rideau défensif et se présente devant le portier. Il lève le palet en lucarne, tout en vitesse (53’34 : 7-3).

La dernière grosse occasion est à mettre au crédit d’Isackson qui dribble et se libère l’espace pour loger le palet sur Goy (55’25). La partie va se prolonger dans la frustration et les explications. Un cinglage de Julien Guillaume va faire exploser la partie et les bourre-pifs partent de tous les côtés. Guillaume et Crinon rejoignent le banc des pénalités. Gap termine avec un gros patinage et garde le jeu à son compte.

Ce match a mis du temps à se décanter avec une équipe des Boxers venue avec un gros physique et une capacité à s’imposer à l’avant. Les unités spéciales ont tardé à se mettre en route, mais l’indiscipline a pesé lourdement sur la partie. Gap a eu des difficultés dans le premier tiers pour défier physiquement ce groupe mais a su trouver les moyens sur sa vitesse pour créer son jeu et se donner des espaces. Mais l’équipe bordelaise a démontré sa solidité et sa capacité à bloquer les bleus. Rien n’est joué, cette série va être tumultueuse et les Boxers ont démontré qu’ils avaient les moyens d’être dangereux.


Réactions d’après match

Luciano Basile (coach de Gap) : « On marque deux buts importants juste après eux. Deux buts qui viennent tout de suite par réaction, c’est ce qu’on veut ! On n’a pas bien démarré sur nos trois premières supériorités qui n’ont pas été bonnes, on a eu entre autres des difficultés. L’entraîneur de l’autre côté avait visionné la vidéo, ils nous ont gênés sur la sortie de zone. Mais je pense que Philippe Bozon allait faire des ajustements, mais nous en avons fait aussi tout de suite après le premier tiers. (...) Je continue à faire ce que je fais depuis le début de la saison, je confirme aux joueurs que j’ai confiance en tout le monde. Clément [Fouquerel] a raté toute la semaine dernière d’entraînement, il était sur la glace hier pour la première fois et j’ai fait confiance au gardien qui était le plus en forme. Les gars, quand ils reviennent de blessure, ce n’est pas une punition, il faut qu’ils reprennent leur place et il faut qu’ils travaillent fort pour remonter et notamment sur le quatrième bloc. On est déjà focalisé sur la récupération, demain matin on a une séance vidéo à 10 heures. On a de la glace optionnelle (...) Leur jeu de transition a été très bon, j’ai trouvé qu’ils ont une façon de jouer où leurs attaquants viennent tout de suite derrière nos défenseurs sur une sortie de zone, ils étirent le jeu. Il faut faire attention à ça. Il y a certaines choses qu’on voudra corriger et faire mieux demain ».

Philippe Bozon (coach de Bordeaux) : « Il y a des fautes pas sifflées de l’autre côté, on peut l’interpréter comme on veut ! Je ne suis pas tout à fait d’accord, mais ce qui est sûr, c’est que le scénario se répète souvent sur cette patinoire. Le tournant du match, c’est le 3-2. Je pense qu’on revient très bien au début du troisième tiers, on est bien présent, on va presser, on marque le deuxième but. Sur l’engagement suivant on se prend un but évitable et je pense que c’est le tournant. On garde 2-2 le score, je pense qu’on aurait été présent jusqu’au bout. Après c’est le 5 contre 3 qui fait complètement tourner les choses. Mais au début du troisième, on était dans le match. On sait comment ça se passe en France, les séries, les matchs rapprochés. Chaque jour de match, on a l’habitude maintenant. (...) Demain est un nouveau jour et on est déjà concentrés sur demain. »


Gap – Bordeaux 7-3 (1-0, 1-1, 5-2)
Mardi 14 mars 2017 à 20h30 – Alp’arena. 1983 spectateurs
Arbitres : M. Barcelo et Barbez assisté de M. Goncalvès et Caillot
Pénalités : Gap 14' (0', 12', 2') ; Bordeaux 42’ (6', 22', 14')
Tirs : Gap 35 (9, 12, 14) ; Bordeaux 24 (5, 7, 12)

Évolution du score :
1-0 à 16'19" : Rehus assisté de Ringrose et Anthony Rech
1-1 à 33'07" : Gilbert assisté de Petit et Coté
2-1 à 35'02" : Rech assisté de Ringrose (sup. num.)
2-2 à 43'31" : Petit assisté de Moisand et David Gilbert
3-2 à 43'49" : Rehus assisté de Rech et Ringrose
4-2 à 46'04" : Bernier assisté de Rech et Rehus (double sup. num.)
5-2 à 47'01" : Bouvet assisté d'Isackson et Bernier (sup. num.)
6-2 à 50'51" : Bouvet assisté de Ross et Da Costa
6-3 à 52'41" : Bouchard assisté de Charland et Petit (sup. num.)
7-3 à 53'34" : Rech assisté de Carr


Gap

Attaquants :
Anthony Rech – Sean Ringrose – Branislav Rehus
Marius Serer – Kevin King – Cédric Di Dio Balsamo
Kyle Essery – Maurin Bouvet – Christian Isackson
Benoit Valier – Kevin Da Costa

Défenseurs :
Jesse Craige – Max Ross
Pierre Crinon - Kristaps Bazevics
Patrick Mc Eachen - Raphael Faure
Loïc Chapelier

Gardiens :
Aurélien Bertrand

Remplaçant : Clément Fouquerel. Absent : Dimitri Thillet.

Bordeaux

Attaquants
David Gilbert – Felix Petit – Peter Valier
Tomas Rubes – Francis Charland - Julien Desrosiers
Lionel Tarantino – Matthias Terrier – Vincent Kara
Julien Guillaume – François Bouchard – Ilpo Salmivirta
Aina Rambelo - Vincent Cadren

Défenseurs
Jean-Philippe Coté – Maxime Moisand
Kevin Dusseau - Jonathan Janil
François Paquin – Andrei Esipov

Gardien :
Sebastian Ylönen remplacé par Victor Goy à 50’57

Absent : Nicolas Besch.