Division 3

 

Les résultats en direct (FFHG).

Résultats des années passées : 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002, 2001, 2000...

 

Catégorie : Division 3

Valenciennes - Epinal II (Division 3, 4e journée)

frontysebastienMilan Glevanak assure le spectacle

Avec deux défaites en deux déplacements pour une large victoire à domicile, le début de saison des Diables Rouges penche légèrement dans le négatif. Pour espérer la qualification, le plein de points est attendu à Valigloö, où les Dauphins d’Epinal, deuxième équipe « réserve » rencontrée en huit jours pas les Nordistes, se présentent forts de trois points en deux sorties.

L’effectif valenciennois a connu plusieurs ajustements à l’intersaison. Le camp d’entraînement élargi a permis de trouver plusieurs éléments capables d’encadrer les jeunes, clé de voûte du club. La mise hors-jeu des Lions de Wasquehal a également permis d’intégrer quelques attaquants qui n’ont pas tardé à faire parler la poudre, comme Thomas Fauchart et Romain Sauvage, accompagnés de l’ancien asniérois Alexandre Capet, venu de la région parisienne.

Sans trop de surprise, à l’issue d’une entame équilibré et timide, les deux premières actions chaudes viennent de Guillaume Chassard, dont l’accélération est suivie d’un lancer au-dessus de la cage, source d’un rebond dangereux pour le portier local, qui oppose sa botte sur le lancer suivant, un missile de la droite. Le capitaine vosgien, omniprésent, est toutefois la victime d’une crosse haute de Rémi Lageard, envoyé en prison. Moins en verve, l’autre ancien pensionnaire de la Ligue Magnus Guillaume Papelier ne peut contrôler un palet en zone neutre, voyant Thomas Fauchart s’en emparer et ajuster Ravel côté mitaine (1-0 à 09'15").

Chassard tente bien de répliquer dans la minute suivante et trouve son compère Papelier bien placé, ce dernier ratant toutefois son lancer, moins puissant qu’escompté, et gagne même la geôle pour dix minutes. Une fois le chassé-croisé vers la prison terminé, Kevin Pernot essaie à son tour de contourner la défense valenciennoise, avec succès, pour buter sur Glevanak, vigilant lorsque Ganz contourne sa cage et surtout face à Martin, servi devant l’enclave. Le gardien arrivé de Limoges préserve ainsi ce court avantage, qui aurait pu être doublé avant le premier coup de sirène, sur un nouveau numéro de Fauchart à gauche, le tir de Fronty dans la continuité frôlant le poteau gauche.

Catégorie : Division 3

Les réserves de Strasbourg et Briançon montent en D2

L'équipe 2 de Strasbourg, qui fait la part belle aux jeunes pousses alsaciennes (Pierre Bougé, Julien Burgert) encadrés par les anciens de l'équipe senior (Stéphane Hohnadel, Yannick Maillot), est devenue championne de division 3 après avoir été dans les leaders de ce championnat depuis plusieurs années. Les organisateurs du carré final ont remporté leurs trois rencontres.

Chez les "Gaulois" de Briançon, il y a peu de jeunes mais beaucoup d'anciens, qui ont porté les couleurs briançonnaises mais aussi gapençaises à haut niveau (les frères Cal et Ravoire notamment). Même si les Haut-Alpins ont perdu aux tirs au but contre Deuil-la-Barre, ils sont restés classés devant l'ACBB, qu'ils avaient battu en ouverture. Les résultats de division 3.

Catégorie : Division 3

Deux réserves et deux clubs franciliens au carré final D3

Il y aura deux réserves dans le carré final de division 3 qui se déroulera dans deux semaines. En l'absence des juniors de Gap (voir interview de Georges Obninsky), Marseille présentait un effectif minimal et n'avait aucune chance à Strasbourg : 15-1, quadruplés de Yannick Maillot et Julien Burgert. Ce fut beaucoup plus serré pour la réserve briançonnaise face à Châlons-en-Champagne, club-partenaire de Reims. Battus d'un but à l'aller (3-4), les Gaulois ont répliqué à l'extérieur (6-7), et la qualification s'est donc jouée aux tirs au but. Le retraité gapençais Sébastien Vidal y a inscrit le pénalty vainqueur pour cette formation regroupant les anciens des Hautes-Alpes.

Ces deux réserves affronteront deux clubs d'Île-de-France. L'ACBB assure sa seconde présence consécutive après avoir battu à l'aller comme au retour Anglet 2 (4-1 et 6-3). Tenu en échec 5-5 au match aller, l'Entente Deuil/Garges a remporté le duel francilien en battant nettement Viry-Châtillon au match retour (7-2).

Catégorie : Division 3

Colmar - Strasbourg II (Division 3, groupe C)

Ce match constitue l'affiche de la poule C, entre le leader invaincu, Strasbourg, et son dauphin haut-rhinois, Colmar. Une simple tête d'affiche, pourrait-on dire. Et pourtant, cette partie est loin d'être anodine. Tout d'abord car c'est un derby, qui plus est entre les deux départements alsaciens "rivaux", et peut être appelés à fusionner un jour (mais c'est un autre débat).

Ensuite car, la dernière fois que Strasbourg est venu jouer à Colmar, c'était pour les huitièmes de finale de play-offs de la saison précédente : l'Étoile Noire y avait infligé une sévère rouste à son rival (8-2). Au cours d'une démonstration de hockey réaliste et appliquée, les Titans venaient brutalement de chuter de leur nuage où ils se voyaient déjà jouer un ou deux tours supplémentaires, voire le Final Four. Malgré un match retour plus méritoire à l'Iceberg (défaite 5-3), les Wolmariens quittaient le championnat de façon très (et même trop) rapide en regard des ambitions initialement affichées.

Enfin, en regardant de plus près les effectifs du jour, on aurait pu résumer l'affiche à "Colmar1 contre Colmar2". En effet, l'intersaison haut-rhinoise aurait dû être calme. Malheureusement, l'ancien entraîneur Yannick Maillot a quitté de façon "subite" le club en août (pour revenir à Strasbourg où l'on cherchait un entraîneur pour le mineur), le président Fusillier invoquant entre autres quelques mésententes sur la conduite du club pour la nouvelle saison à venir.

Catégorie : Division 3

ACBB - Viry-Châtillon (Division 3, groupe A)

Pénurie d'arbitres dans les championnats

BlossierEric2Jamais le manque d'arbitres n'est apparu de façon si critique dans le championnat de France de hockey sur glace. Le passage de la division 2 de deux à trois arbitres, s'il est nécessaire pour s'adapter au niveau de ce championnat, emploie largement les ressources arbitrales disponibles, assez limitées. La division 3, maintenant qu'elle a des poules géographiques plus larges et donc des déplacements plus longs, se joue de plus en plus le samedi et non le dimanche. Dans la ligue Île-de-France, il suffit dès lors de quelques arbitres blessés pour qu'il n'y ait tout simplement plus personne qui puisse être désigné ! Quand les clubs vont-ils s'acquitter de leurs obligations de fournir des arbitres à former ?

Ce week-end, la victime de cette pénurie est le match au sommet de la poule A. Le premier (ACBB) et le deuxième (Viry) s'affrontent sans le moindre arbitre pour les cornaquer. Il pourrait pourtant s'agir d'un match à risque quand on sait qu'ils avaient cumulé 104 minutes de pénalité à l'aller... La seule solution, refusée par le club organisateur, aurait été de déplacer le match. Il faut donc faire contre mauvaise fortune bon coeur.

Le bon coeur, ce soir, ce sera celui de Peter Matousek. Il lui en faudra pour tenir tout le match, seul sur la glace à tout siffler... ou plutôt à ne rien siffler ! En l'absences de zèbres, le règlement exigerait normalement que deux joueurs, un dans chaque camp, se vêtissent en noir en blanc. C'est pourtant l'entraîneur du hockey mineur de l'ACBB qui s'y colle, et on comprend vite qu'il compte sur la bonne volonté des joueurs et pratique une politique de non-ingérance. Même en D3, deux yeux et deux jambes ne suffisent pas pour surveiller fautes, hors-jeu, changements, etc. L'arbitre de circonstance, pour ne pas être pris en porte-à-faux en intervenant à tort, reste en retrait et n'intervient pas.

Catégorie : Division 3

Viry-Châtillon - Deuil/Garges (Division 3, 1/4 de finale aller)

Grandes bouches et fortes têtes

KerneisYvan4Les deux disparus des divisions nationales l'été dernier se retrouvent en quart de finale de division 3 pour l'affrontement décisif, un seul des deux adversaires pouvant accéder au carré final. L'Entente Deuil/Garges, qui s'est retirée en D3 pour pouvoir assainir sa dette, rend visite au nouveau club de Viry-Châtillon, reparti de zéro.

L'Entente part plutôt favorite au vu d'une saison plus aboutie, alors que le crescendo dans le fond de jeu de Viry ne s'est pas ressenti au tour précédent, laborieux contre Rennes. Et effectivement, les Jets peinent à construire leur hockey au premier tiers-temps. Ils n'ont que deux occasions dignes de ce nom, deux centres en retrait de Ségura et Lespérance pour Blossier et Gosset entre les cercles, qui manquent de spontanéité dans leurs tirs, à ras glace.

Les Virois arrivent cependant bien à presser Deuil qui a des difficultés à sortir de sa zone. L'Entente n'est dangereuse qu'à 5 contre 4, mais alors elle devient vraiment dangereuse. Pendant une prison d'Olivier Roujon, elle enchaîne 5 tirs en quarante secondes, jusqu'à l'ouverture du score, une passe en retrait d'Anthony Mathias pour Gaëtan Jeannin dans le slot (0-1, 09'40"). La seule supériorité numérique de Viry est interrompue pour sa part par une faute en zone offensive de Roujon après une perte de palet. On réengage en zone essonnienne à 4 contre 4, Jean-Bernard Aurouzé envoie une mine depuis la ligne bleue, et Gaëtan Jeannin prend le rebond dans le haut du filet (0-2, 12'21").

Catégorie : Division 3

Valenciennes - Colmar (Division 3, Groupe C)

kouznetsovevgueniAvant même le coup d’envoi de son dernier match à domicile, le Valenciennes Hainaut Hockey Club connaît son sort, à savoir une sortie prématurée, l’écart avec le quatrième Dijon étant désormais insurmontable. Avant de dire au revoir à l’entraîneur québécois Sylvain Beauchamp, bientôt de retour au pays, reste à tenter d’empocher une troisième victoire à domicile, là où les Diables Rouges ont perdu trop de points, notamment en entame de championnat. Seulement, l’adversaire du jour a pour nom Colmar et demeure en quête de points pour asseoir sa deuxième place, à la veille d’un déplacement sans doute décisif à Châlons-en-Champagne, son poursuivant immédiat.

Pour cette fin de saison où plusieurs joueurs ont quitté le club prématurément, Valenciennes tourne à seulement deux blocs face aux trois alignés par les Alsaciens. Privés de trois éléments et venus avec un seul gardien, ces derniers obtiennent leur meilleure occasion du début de rencontre par Evgueni Kouznetsov, dont l’échappée échoue sur la botte de Daniel Kysilka (03’30"). Son compère Koenig étant invité en geôle dans la continuité de l’action, Valenciennes en profite pour  réchauffer Julien Hagenmuller, une première fois secoué par un tir puissant de Lageard et surpris par une déviation au ras du poteau de l’Allemand Markus Klauss.

Les pénalités s’inversant, on retrouve la dangereuse paire Kouznetsov-Koenig, à l’origine d’un double arrêt de Kysilka, finalement battu au retour à cinq par la feinte de Maxime Loeffel en échappée (0-1 à 07'36"). Les Titans sont curieusement moins dangereux lorsque David Selin est puni pour une charge contre la bande, seul son premier buteur parvenant à contourner la défense hennuyère. C’est encore au retour à égalité numérique que Kysilka est mis en danger, contraint de fermer la porte avec la jambière devant Jason Koenig… avant de voir Kouznetsov rater le deuxième but, et le cadre, en échappée.

Le meilleur compteur de la division retrouve sa touche dans les secondes suivantes, quand il gagne la mise au jeu, lance et transforme son propre rebond au cœur d’une défense incrédule (0-2 à 15’57"). Valenciennes conteste toutefois la supériorité technique des Titans, encore par Rémi Lageard, dont l’accélération laisse Zaenker sur place et est ponctuée d’un essai surpuissant que Hagenmuller détourne sur la ligne, et David Selin, d’un lancer lointain dangereux pour le portier colmarien.

Catégorie : Division 3

Aubagne le couteau entre les dents

Ce sont des joueurs d’Aubagne prêts à en découdre qui se déplaceront samedi soir à Valence pour le onzième et avant dernier match de la saison régulière. Toujours quatrièmes au classement, les Hiboux ne sont plus qu’à un tout petit point d’une qualification historique pour les play-offs. Mais ne parlez pas aux joueurs provençaux de match nul car c’est bien une victoire que la bande à Facchini s’en va chercher samedi dans la Drôme.

Catégorie : Division 3

Viry-Châtillon - Limoges (Division 3, groupe A)

La renaissance de Viry

KerneisYvan3Après la liquidation de l'ancien VCEH qui n'aura pas pu combler les dettes des années sans patinoire, le hockey à Viry-Châtillon est reparti cette saison sous une nouvelle identité : le Viry Hockey 91. Lors de son premier enregistrement, un nouveau club doit nécessairement racheter toutes les licences des joueurs, ce à quoi il a fallu consacrer l'essentiel du budget. Les hockeyeurs virois ne reçoivent donc aucun défraiement cette saison, même pour le matériel. C'est donc uniquement l'amour du maillot jaune et vert qui guide l'effectif des plus fidèles des Jets, mélange d'anciens et de jeunes.

Le principal poste à combler était celui de gardien. Après le désistement de Franck Constantin, rattrapé par l'ACBB, Viry a accueilli un gardien américain, Brennan Poderzay, qui a repris l'emploi dévolu la saison passée à Felix Chougui (assistant d'anglais au lycée privé de Viry-Châtillon). Comme il ne peut y avoir qu'un seul non-Européen en division 3, Viry n'a donc pas pu faire jouer un autre Américain, Chester Wang, un attaquant instllé dans la région à Sainte-Geneviève-des-Bois, déçu de ne pas pouvoir reprendre le hockey comme il l'espérait.

Le seul salarié du VH91 est Petr Prajsler, un ancien défenseur qui avait fui la Tchécoslovaquie pour jouer en NHL (47 matches avec les Los Angeles Kings) avant de rentrer après la révolution de velours dans sa ville natale de Hradec Kralové. C'est de là qu'il est revenu, par l'entremise de Peter Almasy que Viry avait contacté pour se reconstruire. Ce nouvel entraîneur est censé amener ce regard extérieur au microcosme du hockey virois et même au hockey français.

Peu après la mi-parcours dans cette poule A de division 3, les Jets se classent troisièmes derrière l'ACBB et Limoges, les deux seules équipes à les avoir battus. Le match de ce soir a donc pour enjeu la deuxième place, très importante car elle permet d'éviter les deux gros de la poule B (Brest II et Deuil) au premier tour des play-offs. Pendant la trêve internationale, l'affiche profite aussi de la présence de M. Bergamelli, un arbitre de niveau Magnus qui assure que le match sera tenu (ce qui n'avait pas été le cas d'un Viry-ACBB où la nervosité et l'indiscipline avaient régné).