Division 3

 

Les résultats en direct (FFHG).

Résultats des années passées : 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002, 2001, 2000...

 

Catégorie : Division 3

Valenciennes - Colmar (Division 3, Groupe C)

kouznetsovevgueniAvant même le coup d’envoi de son dernier match à domicile, le Valenciennes Hainaut Hockey Club connaît son sort, à savoir une sortie prématurée, l’écart avec le quatrième Dijon étant désormais insurmontable. Avant de dire au revoir à l’entraîneur québécois Sylvain Beauchamp, bientôt de retour au pays, reste à tenter d’empocher une troisième victoire à domicile, là où les Diables Rouges ont perdu trop de points, notamment en entame de championnat. Seulement, l’adversaire du jour a pour nom Colmar et demeure en quête de points pour asseoir sa deuxième place, à la veille d’un déplacement sans doute décisif à Châlons-en-Champagne, son poursuivant immédiat.

Pour cette fin de saison où plusieurs joueurs ont quitté le club prématurément, Valenciennes tourne à seulement deux blocs face aux trois alignés par les Alsaciens. Privés de trois éléments et venus avec un seul gardien, ces derniers obtiennent leur meilleure occasion du début de rencontre par Evgueni Kouznetsov, dont l’échappée échoue sur la botte de Daniel Kysilka (03’30"). Son compère Koenig étant invité en geôle dans la continuité de l’action, Valenciennes en profite pour  réchauffer Julien Hagenmuller, une première fois secoué par un tir puissant de Lageard et surpris par une déviation au ras du poteau de l’Allemand Markus Klauss.

Les pénalités s’inversant, on retrouve la dangereuse paire Kouznetsov-Koenig, à l’origine d’un double arrêt de Kysilka, finalement battu au retour à cinq par la feinte de Maxime Loeffel en échappée (0-1 à 07'36"). Les Titans sont curieusement moins dangereux lorsque David Selin est puni pour une charge contre la bande, seul son premier buteur parvenant à contourner la défense hennuyère. C’est encore au retour à égalité numérique que Kysilka est mis en danger, contraint de fermer la porte avec la jambière devant Jason Koenig… avant de voir Kouznetsov rater le deuxième but, et le cadre, en échappée.

Le meilleur compteur de la division retrouve sa touche dans les secondes suivantes, quand il gagne la mise au jeu, lance et transforme son propre rebond au cœur d’une défense incrédule (0-2 à 15’57"). Valenciennes conteste toutefois la supériorité technique des Titans, encore par Rémi Lageard, dont l’accélération laisse Zaenker sur place et est ponctuée d’un essai surpuissant que Hagenmuller détourne sur la ligne, et David Selin, d’un lancer lointain dangereux pour le portier colmarien.

Catégorie : Division 3

Colmar - Strasbourg II (Division 3, groupe C)

Ce match constitue l'affiche de la poule C, entre le leader invaincu, Strasbourg, et son dauphin haut-rhinois, Colmar. Une simple tête d'affiche, pourrait-on dire. Et pourtant, cette partie est loin d'être anodine. Tout d'abord car c'est un derby, qui plus est entre les deux départements alsaciens "rivaux", et peut être appelés à fusionner un jour (mais c'est un autre débat).

Ensuite car, la dernière fois que Strasbourg est venu jouer à Colmar, c'était pour les huitièmes de finale de play-offs de la saison précédente : l'Étoile Noire y avait infligé une sévère rouste à son rival (8-2). Au cours d'une démonstration de hockey réaliste et appliquée, les Titans venaient brutalement de chuter de leur nuage où ils se voyaient déjà jouer un ou deux tours supplémentaires, voire le Final Four. Malgré un match retour plus méritoire à l'Iceberg (défaite 5-3), les Wolmariens quittaient le championnat de façon très (et même trop) rapide en regard des ambitions initialement affichées.

Enfin, en regardant de plus près les effectifs du jour, on aurait pu résumer l'affiche à "Colmar1 contre Colmar2". En effet, l'intersaison haut-rhinoise aurait dû être calme. Malheureusement, l'ancien entraîneur Yannick Maillot a quitté de façon "subite" le club en août (pour revenir à Strasbourg où l'on cherchait un entraîneur pour le mineur), le président Fusillier invoquant entre autres quelques mésententes sur la conduite du club pour la nouvelle saison à venir.

Catégorie : Division 3

Aubagne le couteau entre les dents

Ce sont des joueurs d’Aubagne prêts à en découdre qui se déplaceront samedi soir à Valence pour le onzième et avant dernier match de la saison régulière. Toujours quatrièmes au classement, les Hiboux ne sont plus qu’à un tout petit point d’une qualification historique pour les play-offs. Mais ne parlez pas aux joueurs provençaux de match nul car c’est bien une victoire que la bande à Facchini s’en va chercher samedi dans la Drôme.

Catégorie : Division 3

Viry-Châtillon - Limoges (Division 3, groupe A)

La renaissance de Viry

KerneisYvan3Après la liquidation de l'ancien VCEH qui n'aura pas pu combler les dettes des années sans patinoire, le hockey à Viry-Châtillon est reparti cette saison sous une nouvelle identité : le Viry Hockey 91. Lors de son premier enregistrement, un nouveau club doit nécessairement racheter toutes les licences des joueurs, ce à quoi il a fallu consacrer l'essentiel du budget. Les hockeyeurs virois ne reçoivent donc aucun défraiement cette saison, même pour le matériel. C'est donc uniquement l'amour du maillot jaune et vert qui guide l'effectif des plus fidèles des Jets, mélange d'anciens et de jeunes.

Le principal poste à combler était celui de gardien. Après le désistement de Franck Constantin, rattrapé par l'ACBB, Viry a accueilli un gardien américain, Brennan Poderzay, qui a repris l'emploi dévolu la saison passée à Felix Chougui (assistant d'anglais au lycée privé de Viry-Châtillon). Comme il ne peut y avoir qu'un seul non-Européen en division 3, Viry n'a donc pas pu faire jouer un autre Américain, Chester Wang, un attaquant instllé dans la région à Sainte-Geneviève-des-Bois, déçu de ne pas pouvoir reprendre le hockey comme il l'espérait.

Le seul salarié du VH91 est Petr Prajsler, un ancien défenseur qui avait fui la Tchécoslovaquie pour jouer en NHL (47 matches avec les Los Angeles Kings) avant de rentrer après la révolution de velours dans sa ville natale de Hradec Kralové. C'est de là qu'il est revenu, par l'entremise de Peter Almasy que Viry avait contacté pour se reconstruire. Ce nouvel entraîneur est censé amener ce regard extérieur au microcosme du hockey virois et même au hockey français.

Peu après la mi-parcours dans cette poule A de division 3, les Jets se classent troisièmes derrière l'ACBB et Limoges, les deux seules équipes à les avoir battus. Le match de ce soir a donc pour enjeu la deuxième place, très importante car elle permet d'éviter les deux gros de la poule B (Brest II et Deuil) au premier tour des play-offs. Pendant la trêve internationale, l'affiche profite aussi de la présence de M. Bergamelli, un arbitre de niveau Magnus qui assure que le match sera tenu (ce qui n'avait pas été le cas d'un Viry-ACBB où la nervosité et l'indiscipline avaient régné).

Catégorie : Division 3

Metz - Boulogne-Billancourt (Carré final de Division 3, 3e journée)

Metz - ACBB (photo C. Vinot)C'est le match décisif pour la montée. Compiègne compte deux victoires, Metz et l'ACBB une seule : autant dire que la pression est énorme, car le vainqueur de ce duel montera en Division 2. Les Franciliens auront eu peu de repos, le match contre Tours s'étant terminé au bout de la nuit. Metz sera probablement plus frais et bénéficie du soutien du public tourangeau, qui n'a guère apprécié la prestation de l'équipe d'Yves Lespérance la veille. On compte aussi une poignée de supporters des Graoullys, surmotivés, qui ont fait le long déplacement.

L'ACBB fait le dos rond

Metz, en blanc, commence en prenant le contrôle du palet, avec un premier lancer lointain de Janis Bulitis sorti de la plaque. Boulogne réplique par Franck Ferey, qui profite d'une très mauvaise relance sur une mise au jeu pour trouver Cédric Dietrich. Le disque file derrière le gardien mais un défenseur le dégage. En face, Iouri Essipov s'infiltre dans le dos de la défense après un mauvais contrôle de la défense, mais il est signalé hors-jeu. Yves Lespérance concède la première pénalité : un retard de jeu. Metz ne parvient pas à installer son jeu de puissance et perd même Matvey Zimkov dans un choc en zone offensive : le défenseur rentre péniblement à son banc avec l'aide de deux coéquipiers. La pénalité est facilement tuée.

Catégorie : Division 3

Tours - Compiègne (Carré final de Division 3, 3e journée)

Arrêt d'Antoine Loriot (photo C. Vinot)

Les Lions de Compiègne sont assurés de monter en division 3 et Tours d'y rester : match sans enjeu pour finir ce carré final, ce week-end de hockey disputé dans une patinoire bien garnie et avec un niveau plutôt élevé. Les deux mascottes lancent la présentation du match, avec les remerciements de rigueur aux bénévoles, partenaires et animateurs du week-end. L'occasion de rappeler que toutes les catégories de jeunes des Remparts ont atteint la finale de leur niveau, pour la première année d'existence du club.

Le public est venu en masse depuis Compiègne : une quarantaine de maillots jaunes mettent de l'ambiance pour supporter leur équipe. Ils n'auront de cesse d'encourager les leurs tout au long de la partie.

Première surprise : la présence sur la glace de Simon Remot, blessé la veille et qui marche encore avec une atelle ! En revanche, Mathieu Pasquier n'est pas là, pas plus que Norbert Périnet et François Gleize, absents depuis plusieurs semaines.

Catégorie : Division 3

ACBB - Viry-Châtillon (Division 3, groupe A)

Pénurie d'arbitres dans les championnats

BlossierEric2Jamais le manque d'arbitres n'est apparu de façon si critique dans le championnat de France de hockey sur glace. Le passage de la division 2 de deux à trois arbitres, s'il est nécessaire pour s'adapter au niveau de ce championnat, emploie largement les ressources arbitrales disponibles, assez limitées. La division 3, maintenant qu'elle a des poules géographiques plus larges et donc des déplacements plus longs, se joue de plus en plus le samedi et non le dimanche. Dans la ligue Île-de-France, il suffit dès lors de quelques arbitres blessés pour qu'il n'y ait tout simplement plus personne qui puisse être désigné ! Quand les clubs vont-ils s'acquitter de leurs obligations de fournir des arbitres à former ?

Ce week-end, la victime de cette pénurie est le match au sommet de la poule A. Le premier (ACBB) et le deuxième (Viry) s'affrontent sans le moindre arbitre pour les cornaquer. Il pourrait pourtant s'agir d'un match à risque quand on sait qu'ils avaient cumulé 104 minutes de pénalité à l'aller... La seule solution, refusée par le club organisateur, aurait été de déplacer le match. Il faut donc faire contre mauvaise fortune bon coeur.

Le bon coeur, ce soir, ce sera celui de Peter Matousek. Il lui en faudra pour tenir tout le match, seul sur la glace à tout siffler... ou plutôt à ne rien siffler ! En l'absences de zèbres, le règlement exigerait normalement que deux joueurs, un dans chaque camp, se vêtissent en noir en blanc. C'est pourtant l'entraîneur du hockey mineur de l'ACBB qui s'y colle, et on comprend vite qu'il compte sur la bonne volonté des joueurs et pratique une politique de non-ingérance. Même en D3, deux yeux et deux jambes ne suffisent pas pour surveiller fautes, hors-jeu, changements, etc. L'arbitre de circonstance, pour ne pas être pris en porte-à-faux en intervenant à tort, reste en retrait et n'intervient pas.

Catégorie : Division 3

Aubagne - Briançon II (Division 3, groupe D)

Le cœur à l’ouvrage

Battus par une équipe de Briançon techniquement et collectivement supérieure, les Hiboux d’Aubagne se sont inclinés 3-2 pour leur quatrième match de la saison. L’étroitesse du score est là pour souligner les Provençaux ont livré un match des plus dignes qui aurait mérité une autre issue. Le contenu demeure à la fois satisfaisant et encourageant.

Catégorie : Division 3

Tours - Metz (Carré final de Division 3, 1re journée)

Tours - Metz (photo C. Vinot)

Après la victoire de Compiègne sur Boulogne-Billancourt cet après-midi, les Remparts font leurs débuts dans ce carré final face à Metz : les Graoully ont dominé la poule Est et s'annoncent dangereux grâce à leur meilleur marqueur, Mikhail Yakovlev. Tours est privé de son capitaine François Gleize (genou) mais aussi d'un autre vétéran, Norbert Périnet.

Le début de partie donne du travail au corps arbitral : deux pénalités successives contre Metz ! Janis Bulitis puis Yann Vannienwehnove laissent les visiteurs à 3 contre 5 pendant deux minutes, et ce après seulement 16 secondes de jeu... mais le jeu de puissance des Tourangeaux ne fait pas le travail et ne parvient pas à tromper la vigilance de Cédric Dietrich. Dans ces cas-là, l'efficacité change souvent de camp... cela ne loupe pas, puisque Naoki Kaneko ouvre le score (0-1, 3'37").

Après l'ouverture du score messine, les Remparts doivent défendre une série de pénalités : Virgile Valsaint, puis Radek Stepan sortent chacun leur tour. Quelques secondes de 3 contre 5, puis Valsaint reprend sa place. Les blancs s'installent mais sont cantonnés à la périphérie. Les Tourangeaux, agressifs et portés par leur public, ne parviennent pourtant pas à tenir jusqu'au bout. Un joli tir de Bulitis depuis le cercle gauche trouve le fond des filets, derrière un Flavien Habatjou masqué (0-2 à 08'53").

Catégorie : Division 3

Compiègne et Metz en division 2

Si l'ACBB s'attendait à rencontrer plus fort que lui en finale de D3, il aura finalement terminé troisième car le club organisateur Tours a dû lui aussi se rendre compte que Compiègne et Metz - qui s'étaient affrontés dans la même poule - étaient d'un niveau au-dessus cette année. Ces deux équipes sont promues en D2, avec avantage aux hommes de Dostal pour le titre. Toute la saison de division 3.