Europe et Monde

La Ligue des Champions n'existe plus depuis 2009, par manque de financement.

La Coupe Victoria devait opposer chaque année le champion d'Europe à une équipe de NHL.

Compétitions européennes : les palmarès de la Coupe d'Europe, de l'EHL et de la Coupe Continentale.

Tous les matches amicaux internationaux 2011/12.

Catégorie : Europe et Monde

Manavian en ECHL

Le défenseur international français Antonin Manavian a signé en ECHL au sein des Bakersfield Condors, une équipe ouverte aux Européens puisqu'elle compte un jeune défenseur suédois (Sebastian Ström), un attaquant finlandais (Mika Suoraniemi) et dans les cages l'ancien gardien de l'équipe du Danemark, Peter Hirsch. Rappelons que Manavian, intéressant pour le hockey nord-américain du fait de son gabarit (191 cm et 100 kg), avait passé une saison en junior majeur au Québec.

Catégorie : Europe et Monde

Bâle - Épinal (match amical)

La prime à Lacasse

Il n'y a pas plus de dauphins dans la Moselle que de requins dans le Rhin. Pourtant vous ne rêvez pas : ce soir, les Basel Sharks accueillent les Dauphins d'Épinal !tibunes_vides_basel

Ceux-ci découvrent la Sankt Jakob-Arena, une magnifique enceinte de 6 000 places qui accueillait autrefois la LNA. Une arène qui sonne désespérément creux ce soir... et depuis que Bâle a retrouvé l'anonymat de la LNB. Même le tournoi d'été organisé ici-même, quinze jours plus tôt, n'a pas attiré les foules malgré la qualité des clubs invités, dont Genève-Servette, Pardubice et le Saint-Pétersbourg des Nabokov, Yashin et Afinogenov ! Excusez du peu...

Les fantômes de l'élite hantent donc ces travées désertées, rappelant que la ville natale de Federer est aussi la capitale du football suisse. En cela, l'écrasante concurrence du FC Bâle, qui joue non loin de là, est un frein certain au développement du hockey bâlois. Celui-ci renaît pourtant aux ambitions, après deux saisons de transition où il a opéré sa reconstruction. Un renouveau orchestré par Dany Gélinas, dont les plus anciens de souviendront de son passage dans la Cité des Images en 96-97 comme entraîneur-joueur.

Catégorie : Europe et Monde

Cassovia Hockey Cup 2010 (23-26 août, Košice, Slovaquie)

chc1N’en déplaise à Goooly, la mascotte des Mondiaux 2011 qui affiche depuis juin le compte-à-rebours sur la rue principale, à Košice la semaine dernière, on a plutôt vibré pour la Cassovia Hockey Cup, dont la troisième édition cette année à réuni un plateau de choix. Si en 2009 aucun club étranger n’avait daigné participer aux joutes de la Steel Aréna, donnant à la compétition un air de déjà-vu d’Extraliga (Slovan Bratislava l’avait emporté), le public de la deuxième cité slovaque a cette fois-ci pu se délecter d’une participation plus grande (six formations au lieu de quatre habituellement) et surtout plus prestigieuse.

Le club organisateur et accessoirement champion en titre, le HC Košice, a ainsi croisé le fer dans le groupe A avec le HC Vítkovice, vice-champion tchèque, et, pour le plus grand bonheur des spectateurs locaux, le CSKA Moscou, le plus titré des aréopages russes qui, malgré son déclin sportif, draîne toujours derrière son étoile rouge un vif intérêt.  Preuve en est l’affluence record pour un match de préparation contre les Moscovites mercredi soir (8100 spectateurs) ainsi que la séance d’autographes du trio légendaire Alekseï Kasatonov, Sergeï Makarov et Vladimir Krutov le lendemain en clôture d’évènement qui a réuni son lot d’amateurs.

L’autre poule avait peut-être, sur le papier, moins fière allure. Třinec avait hérité des Huskies de Kassel et des « Chamois » du HK Poprad dont la présence n’était pas sans rappeler que cette levée de la Cassovia Hockey Cup servait également de support à la 63e Tatranský pohár (la Coupe des Tatras), organisée alternativement par Poprad et Košice, même si l’on peut encore et toujours chercher les montagnes dans la Métropole de Slovaquie orientale !

Catégorie : Europe et Monde

Épinal - Edge University Stars (Eurotournoi, 3e journée)

Sans défense point de salut...

SimkoJanQu'attendre d'un match où l'ICE est privée de plusieurs pièces-maîtresses pour affronter un adversaire tellement énigmatique qu'aucun nom n'apparaît sur les maillots ? Seul point de repère, cette sélection d'universitaires nord-américains est venue à bout de Mulhouse mercredi à l'Illberg (5-3) avant d'être écrasée par Fribourg-en-Brisgau vendredi soir (8-4 mais 6-0 au premier tiers).

Autre certitude, l'entraîneur Santino Pellegrino est (enfin) arrivé, retouchant au passage l'alignement aperçu jeudi face aux Wölfe. Tarik Chipaux a basculé à l'aile, laissant Timo Kuuluvainen au centre tandis que Guillaume Chassard a permuté avec Jan Plch. Ce qui n'empêche pas le Slovaque de lancer Michal Petrak dans le dos de la défense, pour un revers d'école (1-0 à 06'01").

Trois buts en trois minutes

Une entame presque parfaite, sauf que la défense, déjà privée d'Hagelberg et Gervais, n'est pas à la hauteur face à des Nord-Américains capables, en deux temps trois mouvements, de se hisser aux avant-postes. Livré à lui-même, Nicolas Ravel encaisse d'ailleurs trois buts coup sur coup qui en disent long sur le degré d'implication d'une arrière-garde laxiste au possible.

Catégorie : Europe et Monde

Edge US - Fribourg-en-Brisgau (Eurotournoi, 2e journée)

VozarPatrickC'était ce soir l'entrée en lice de l'attraction du tournoi, la troupe nord-américaine d'Edge US. Composée d'anciens universitaires en quête d'un club européen, la troupe était venue en effectif relativement faible, notamment en défense. À Mulhouse, le coup était jouable (victoire 5-3), mais ce soir, c'est contre le vainqueur de la précédente édition, les Wolves de Freiburg, qu'il faut jouer. C'est donc renforcée du... capitaine de l'équipe locale de Colmar (Laurent Blanck) que la troupe nord-américaine abordait la soirée.

Face à eux, Fribourg-en-Brisgau est venu presque au complet (seul manquait le Canadien Lavallée) soit quatre lignes devant comme derrière. Le loup allemand a été sérieusement remanié depuis sa précédente venue à Colmar car de nombreux cadres sont partis (Bares, Ivan, Mac Ilveen, Dubé, Gorgenlander, Bousquet, etc). La troupe est jeune mais emmenée par quelques lascars bien rodés, ou en devenir (Capraro, Sylvester, Danner notamment).

La rencontre promettait... enfin au début, mais plus au bout de vingt minutes !

Mais que s'est-il passé pour que les nord-américains rentrent aux vestiaires avec déjà six buts dans les jambes ? Rien, juste une entame de match cauchemardesque : premier tir, premier rebond mal capté par le gardien Mannix, et Barry Noé ouvre le score (0-1 à 0'17"). La quatrième ligne teutonne vient de rentrer sur la glace qu'elle exploite la nonchalance de la défense adverse par Christian Billich (0-2 à 1'41"). Ce n'est pas fini : un nouveau mauvais repli défensif, et Benjamin Stehle conclut un centre de Steve Capraro (0-3 à 3'16"). Aïe, la soirée va être longue pour la défense nord-américaine déjà à l'agonie.

Catégorie : Europe et Monde

GCK Lions - Strasbourg (Eurotournoi, 3e journée)

L'enjeu de cette rencontre était simple : le vainqueur jouait la « grande » finale du lendemain, au vaincu la « petite » à 13h30. Les Suisses partent favoris après avoir sérieusement étrillé les Scorpions mulhousiens la veille sur le score de 13-1 (trois matches en trois jours pour les Mulhousiens, ça fait peut-être beaucoup à cette période de l'année) alors que les Strasbourgeois avaient remporté leur duel contre les Haut-Rhinois sur un score plus serré (3-1) au terme d'une partie relativement disputée.

Attention quand même au complexe de supériorité que nos voisins helvètes ne peuvent s'empêcher d'avoir vis-à-vis de leurs voisins. De temps en temps, les troupes françaises savent y faire pour leur rappeler qu'ils ne sont pas non plus des... « bleus » en hockey.

Catégorie : Europe et Monde

Épinal - Mulhouse (Eurotournoi, match pour la 5e place)

Spinaliens sans buteurs... mais quand même vainqueurs !DufournetAdrien

Pas de miracles à Épinal, où le poids des absences a condamné l'ICE à la dernière place de son groupe. L'équation était pourtant simple. Un succès face aux universitaires nord-américains et les Lorrains se qualifiaient pour la "petite finale". Une défaite, en revanche, les condamnaient à être "du matin" face aux Scorpions mulhousiens. En s'inclinant (5-7), les Spinaliens ont donc gagné le droit de disputer ce derby de l'Est inhabituellement matinal...

Les plus nostalgiques n'ont pas oublié les "années D1", synonymes d'affiches enflammées et passionnées face aux Scorpions d'alors. En ces temps-là, Mulhouse était la bête-noire absolue des Dauphins... mais c'était une autre époque.

Aujourd'hui, ces Mulhousiens fortement remaniés à l'intersaison veulent effacer leur déroute du vendredi. Eux qui avaient donné du fil à retordre à l'Étoile noire (1-3) sont en effet passés à la moulinette des GCK Lions (1-13)...

Déjà privée de Stéphane Gervais et de Jan Hagelberg, la défense vosgienne doit faire sans Benoît Quessandier, en délicatesse avec son genou. La voilà donc réduite à sa plus simple expression. Les Scorpions, eux, sont au complet. Flanqués, comme depuis le début de leur préparation, d'un maillot d'échauffement les rendant difficilement reconnaissables pour un oeil non averti.

Catégorie : Europe et Monde

Strasbourg - Mulhouse (Eurotournoi, 1re journée)

Pour cette deuxième édition de l'Euro-tournoi (rebaptisé challenge Yannick Bohn , en hommage au reporter-photographe du quotidien l'Alsace, décédé fin 2009), les quatre équipes de la précédente édition avaient répondu présentes. S'y étaient joints les voisins mulhousiens et une sixième équipe, baptisée Edge US, composée d'anciens universitaires nord-américains en quête d'un club sur le vieux continent. Le challenge était donc devenu mondial, comme ne le disait pas son appellation !