Articles Hockey Junior

Les championnats du monde des moins de 20 ans.

Organisation des catégories d'âge en France : U22 (anciennement juniors puis espoirs), U18 (cadets), U15 (minimes), U13 (benjamins), U11 (poussins), U9 (moustiques).

Le classement français des clubs formateurs avec lien vers tous les résultats des championnats de jeunes depuis 1972.

Les championnats juniors dans les autres pays : Russie, Suède, Finlande, Norvège, Danemark, Suisse, Autriche, Slovaquie, Slovénie, Croatie, Belgique, Pays-Bas, Lettonie.

 

Norvège - Kazakhstan (Mondial U18, Division 1A)

Coup d'envoi de la 4e journée, ce match oppose le promu kazakh, dont le niveau très solide a surpris, et le favori norvégien.
 
On dénombre 400 écoliers dans les tribunes. Autant dire que l'ambiance est au rendez-vous !

Lettonie - France (Mondial U18, Division 1A)

Après la déroute face à la Norvège, les Bleuets peuvent jouer les troubles fêtes face à la solide formation lettone.
Les Baltes luttent avec la Norvège pour la promotion directe et doivent confirmer leur bon début de tournoi ce soir.

Kazakhstan - Biélorussie (Mondial U18, Division 1A)

Les deux anciennes républiques soviétiques s'affrontent pour cette troisième journée avec l'ambition de monter au classement. C'est presque le podium qui se joue, entre une équipe habituée du haut niveau et un promu étonnant.

Norvège - Italie (Mondial U18, Division 1A)

Troisième journée, et elle commence par une rencontre a priori déséquilibrée entre le favori norvégien et le potentiel relégable italien.
 
L'Italie a perdu ses deux premiers matchs assez nettement et on imagine mal qu'elle puisse se réveiller et enchainer des succès contre les trois "gros poissons" du tournoi. La Norvège constitue un premier test, avant la Biélorussie et la Lettonie...
 
La Norvège va surtout chercher à assurer les choses. Toujours dans le coup pour la montée, les Nordiques auront à coeur de faire le travail aujourd'hui.

Norvège - France (Mondial U18, Division 1A)

La victoire contre l'Italie a sans doute assuré à la France son maintien. Il est temps de montrer un peu plus d'ambition. Pour cela, il faut s'imposer ce soir face à l'un des gros poissons du tournoi : la Norvège.
 
Des Norvégiens pas tellement convaincants hier, avec  une victoire longue à se dessiner face à la Biélorussie. Les Nordiques se sont imposés aux tirs au but, et n'ont donc pris que deux points. Une défaite face aux Bleuets sonnerait le glas de leurs espoirs de montée.
 
La Norvège est désignée comme étant l'équipe à domicile : elle bénéficie donc du dernier changement.
 
Quentin Papillon débute le match. La Norvège a aussi fait tourner, avec Fredrik Gronstrand pour ce départ à la place de Sander Berg. Les Français sont pour leur part privés de Bastien Maia, blessé.

Italie - Kazakhstan (Mondial U18, Division 1A)

La patinoire s'est vidée pour ce deuxième match qui oppose les deux équipes a priori les moins fortes du tournoi. Au vu des résultats de la veille, ce match s'annonce déjà décisif pour le maintien.

Lettonie - Biélorussie (Mondial U18, Division IA)

Début de la 2e journée et dans la patinoire, c'est la journée des enfants. Une bonne centaine d'écoliers mettent l'ambiance en tribunes, et encouragent... la Biélorussie. Sans doute plus facile de chanter "allez les blancs" que "allez les... c'est quoi cette couleur ?"
 

Lazarevs et Gretski

La Lettonie est bien favorite du match. Sa victoire hier, acquise grâce à un gros début de 3e tiers, combinée au point perdu par la Norvège, la place en condition idéale pour remonter en élite mondiale. Mais il ne faudra pas mettre autant de temps à entrer dans le match qu'hier !
 
Car la Biélorussie a plutôt bien joué hier, accrochant la Norvège jusqu'à une séance de fusillade à rallonge. La profondeur de banc n'est pas énorme ceci dit et il faudra gérer la fatigue. Cela commence par un changement de gardien : Ivan Kulbakov cède sa place à Alexander Osipkov.

France - Italie (Mondial U18, division IA)

Troisième match de la journée et cérémonie d'ouverture, en présence d'un représentant de l'IIHF et de Luc Tardif, président de la fédération française. C'est un invité surprise qui donne le coup d'envoi du match : Tim Bozon, tout juste remis d'une sévère méningite et de quelques semaines de coma. Le public lui offre une ovation méritée.