Articles Ligue Magnus

 

Présentations des équipes 2013/14 : Amiens, Angers, Brest, Briançon, Caen, Chamonix, Dijon, Épinal, Gap, Grenoble, Morzine-Avoriaz, Rouen, Strasbourg, Villard-de-Lans.

Le bilan de la Ligue Magnus 2012/13.

Résultats des années passées : 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005 (sous le nom de Ligue Magnus), 2004 et 2003 (sous le nom de Super 16). Auparavant existait la Ligue Élite : 2002, 2001, 2000...

Le palmarès du championnat.

 

Amado mio

Daniel Bourdages l'avait annoncé, il a tenu parole : son équipe de Strasbourg a bel et bien battu Grenoble ce soir. Et la ligne canadienne n'a laissé à personne d'autre le soin de s'en charger. Pourtant, quand Grenoble est remonté de 2-0 à 2-3, l'Iceberg bien plein (1650 spectateurs) pensait que ses favoris avaient laissé passer leur chance. David Cayer a cependant profité d'une pénalité de Christophe Tartari pour marquer son troisième but de la soirée, et son collègue Yanick Riendeau a ensuite marqué le but vainqueur après cinq minutes de prolongation. Strasbourg revient à 2 victoires à 1.

Rouen impressionne

Roussin & BrodinBriançon a encore vite plié l'affaire avec deux buts en dix minutes de François Groleau et Edo Terglav. Cependant, les Diables rouges sont restés à portée de Morzine (5-2 avec but en cage vide). Le plus impressionnant des favoris est donc Rouen pour l'instant. Épinal a pourtant changé de gardien, mais Eero Väre n'a pas pu faire mieux que Petrik hier. Les Dragons ont fait une démonstration avec sept buteurs différents, dont deux de la troisième ligne (Lampérier et Dufournet).

Grenoble a beaucoup plus souffert, en étant mené au score par Strasbourg jusqu'à l'égalisation de Ludek Krayzel à la trente-sixième minute. Et une fois de plus, le joueur qui connaît des saisons en crescendo, Mitja Sivic, a mis le point d'orgue au match avec son troisième but en deux soirs, à chaque fois sur assistance de Damien Fleury (3-2).

Amiens a pâti de son titre d'équipe la plus pénalisée de Magnus. Une obstruction d'Amado, et son compatriote canadien Pierre-Luc Laprise a ouvert le score. En début de deuxième période, Paquet a égalisé, mais Sadoun et Kowalczyk se sont tout de suite retrouvés en prison pour trébucher. Deux buts, de Braxenholm à 5 contre 3 et Metsäranta à 5 contre 4, ont donné une seconde victoire à Angers, car le score n'a plus varié (3-1). Les quatre premiers de la saison régulière sont donc tous en position de se qualifier dès vendredi.

Angers au coup de canon

Les Rouennais sont lancés dans la défense de leur titre et ils ont déjà donné une première leçon ce soir dans les deux premiers tiers : trois pénalités spinaliennes, trois buts ! Le jeu de puissance normand est impressionnant, avec ses deux blocs qui plus est, puisque ce sont trois buteurs différents, Peltola, Glad et Desrosiers, qui se sont chargés de la sentence. Tout ce que Shawn Allard a pu faire, c'est demander un temps mort pour supplier ses joueurs de ne plus prendre de prisons. Face à Rouen, il faut la tolérance zéro. Mais après deux buts en supériorité numérique en une minute pour porter le score à 3-1, le match était plié, et il s'est fini à 6-3.

Grenoble a encore prouvé sa force mentale : l'ouverture de Pierre-Antoine Devin - encore la deuxième ligne de Strasbourg ! - en tout début de deuxième tiers aurait pu inquiéter, mais Mitja Sivic s'est comporté en leader de son équipe en play-offs (tiens donc, comme avec Briançon l'an dernier ?). Le Slovène a marqué deux fois dans les quatre suivantes et renversé le cours d'une rencontre devenue alors plus facile (5-1).

Plus pressé, Briançon n'a pas voulu attendre. Trois buts en seize minutes ont tué le suspense. Les Morzinois ont été aimablement invités à une valse hongroise, avec deux buts de Balazs Ladanyi et un de Marton Vas.

Ce fut plus rapide encore à Angers, puisque le redoutable duo Bellemare-Fortier a frappé en deux minutes, et que le 3-0 est arrivé dès la dixième minute par Metsäranta. Une victoire beaucoup plus facile que prévu pour Angers (8-2)... et qui incite forcément à la méfiance quant à la réaction d'Amiens demain. La fin de match des Gothiques, qui ont envoyé l'international U18 Sébastien Ylönen faire son baptême du feu au troisième tiers-temps, avait peu de valeur. C'est d'ailleurs un junior, Jonathan Boehrer, qui a marqué le premier but picard à dix minutes de la fin.

Ligue Magnus : finalement logique

Comptes-rendus d'Épinal - Chamonix (III) et Amiens - Dijon (III).

Ce premier tour des play-offs aura été tout sauf une formalité, et aura fait trembler les principaux favoris parmi ceux qui y participaient. Mais au bout du compte, les mieux classés se sont tous qualifiés à la fin. Le meilleur symbole en est Dijon, qui a poussé les Gothiques au bord de l'élimination hier, mais qui n'a rien pu faire ce soir, assommé en cinq minutes par des buts de Grégory Béron et Loïc Sadoun, et finalement battus 8-0 avec trois buts de Martin Paquet au passage.

Chamonix a également inquiété Épinal moins longtemps qu'hier, mais a su revenir de 3-0 à 3-2 à la mi-match à la faveur de deux pénalités locales. La victoire vosgienne (6-3) n'a guère suscité de doute dans l'ensemble.

La partie a été plus serré entre Morzine-Avoriaz et Villard-de-Lans , mais Jonathan Zwikel a répondu immédiatement à l'ouverture du score de Birkeland, Pousset et Mille faisant le reste (3-2).

Le Mont-Blanc a fait un grand pas vers le maintien avec une nouvelle victoire 4-1. Tobias Granath a contribué par deux buts et le jeune gardien français Guillaume Richard a confirmé sa prise de pouvoir en tenant en échec l'attaque de Neuilly. La Ligue Magnus.

Ligue Magnus : équipe-type de février

Devenir meilleur marqueur de Ligue Magnus, en soi, c'est bien, mais ça ne dit pas tout. On peut y parvenir en empilant cinq secondes assistances quémandées aux arbitres contre un mal classé à la dernière journée. Devenir meilleur marqueur en égalisant puis en marquant le but vainqueur à la dernière journée contre le champion en titre, et en répliquant à son rival pour le classement des compteurs, c'est tout de suite autre chose. Cela pose son homme. Et c'est ainsi que Jean-François Dufour s'est rendu incontournable dans l'équipe-type.

Ligue Magnus : MVP de la presse

L'élection des MVP français et étranger de Ligue Magnus par la presse (télé, radio, presse écrite et internet) a été organisée par L'Équipe. Chaque votant classait une liste de cinq joueurs, et les résultats sont les suivants :

MVP étrangers : 1 Marc-André Thinel (Rouen) 45, 2 Éric Doucet (Rouen) 36, 3 Tommi Satosaari (Briançon) 34, 4 Alexandre Rouleau (Grenoble) 25, 5 Jan Plch (Épinal) 21.

MVP français : 1 Julien Desrosiers (Rouen) 82, 2 Baptiste Amar (Grenoble) 77, 3 Eddy Ferhi (Grenoble) 51, 4 Loïc Sadoun (Amiens) 16, 5 François Rozenthal (Morzine) 16.

Quarts de finale de Magnus : les pronostics

Briançon 85% / Morzine 15% : le match aller comme le match retour avaient donné lieu à des scénarios identiques : les Morzinois avaient ouvert le score très tôt et fait douter Briançon pendant vingt minutes, avant de craquer au deuxième tiers-temps, sans jamais lâcher prise. Symptomatique d'une équipe des Diables Rouges qui a souvent encaissé le premier but cette saison (9 fois) mais qui a gagné à chacune de ces occasions. Oui, Briançon a dominé son sujet en saison régulière, mais ce quart de finale est piégeux : Morzine-Avoriaz n'a aucune pression, est très rapide en contre-attaque et se sait capable de résister aux hommes de Basile. Ceci dit, personne n'est venu gagner à René-Froger cette saison (hormis Grenoble après prolongation en coupe de la ligue), et les Briançonnais se préparent à calmer les ardeurs adverses en gagnant leurs deux matches à domicile mardi soir et mercredi soir.Ramon Sopko & Guillaume Papelier

Ligue Magnus : Amiens sauvé par Pazak

Comptes-rendus de Amiens - Dijon (II) et Épinal - Chamonix (II).

Amiens et Épinal, respectivement 5e et 6e de la saison régulière, sont passés très près d'une élimination cinglante ce soir. Les Vosgiens ont eu les pires difficultés du monde à se débarrasser de Chamonix, revenu quatre fois au score, jusqu'au 5-5 inscrit à cinq minutes de la fin par Kevorkian. Mais une pénalité de Vincent Kara a finalement permis à Ilpo Salmivirta de marquer - involontairement - du patin le but vainqueur (8-5 au final).

Ligue Magnus : Guttig, Sage-Vallier, la jeunesse triomphante

Si Dijon ne gardera pas un grand souvenir du match réalisé en finale de Coupe de France, Bercy 2009 aura tout de même permis à toute la France du hockey de voir éclater le talent d'Anthony Guttig. Le Dijonnais ne compte pas s'arrêter en si bon chemin puisqu'il a mis deux buts ce soir contre Amiens. Mais ce match entre les deux équipes les plus pénalisées de Ligue Magnus a aussi vu les Ducs prendre trop de pénalités, Guttig compris. Il était en prison quand Loïc Sadoun a réduit le score à 5 contre 3. Le joueur le plus sanctionné du championnat, Martin Balcik, s'était fait exclure dès la première période. Le troisième tiers a été plus calme en coups de sifflet mais Pazak a égalisé à cinq minutes de la fin. Cela n'a pas entamé le moral des Bourguignons, finalement vainqueurs en prolongation par un but de Thomas Decock.

Ligue Magnus : play-offs J-1

Dijon 20% - Amiens 80% : difficile de se remettre d'une finale de Coupe de France et de se lancer tout de suite dans les play-offs, avec le risque de jouer demain leur dernier match devant leur public. C'est tout le danger pour les Dijonnais face à la deuxième attaque de Ligue Magnus, qui les a écrasés à l'aller et au retour. Il faudra que l'équipe de coupe se transforme en équipe de play-offs. Au meilleur des trois manches (mardi, vendredi, samedi), il suffit après tout de deux victoires...