Articles Ligue Magnus

 

Présentations des équipes 2013/14 : Amiens, Angers, Brest, Briançon, Caen, Chamonix, Dijon, Épinal, Gap, Grenoble, Morzine-Avoriaz, Rouen, Strasbourg, Villard-de-Lans.

Le bilan de la Ligue Magnus 2012/13.

Résultats des années passées : 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005 (sous le nom de Ligue Magnus), 2004 et 2003 (sous le nom de Super 16). Auparavant existait la Ligue Élite : 2002, 2001, 2000...

Le palmarès du championnat.

 

Équipe-type de janvier de Ligue Magnus

Thinel Marc AndreC'est en fin de saison que Ville Koivula avait donné le meilleur de ses performances l'an passé. Le gardien finlandais d'Angers semble suivre le même chemin cette année. Conforté par les priorités défensives affichées par son compatriote Heikki Leime, il a donné son meilleur lors d'une impressionnante prestation sur la glace de Pôle sud.

Elle fut cependant insuffisante cependant pour empêcher Grenoble de finir le mois en tête du classement. Le symbole de ces Brûleurs de Loups revigorés est Baptiste Amar, qui monte vraiment en puissance ces derniers temps en plus de jouer pleinement son rôle de capitaine. Son collègue dans la ligne défensive de l'équipe-type est Éric Lavigne, qui continue d'être le plus impressionnant des arrières angevins.

En attaque, Rouen fait toujours une forte impression. Ce n'est pas un hasard si ses techniciens se sont régalés au match des étoiles, à l'instar d'un Carl Mallette qui retrouve le chemin des filets de façon plus constante. Celui qui met souvent les Dragons sur les bons rails, c'est quand même Marc-André Thinel, capable également de conclure un match par un récital comme à Morzine. Thinel se rend incontournable à l'aile droite, comme il y a deux ans, et tant pis pour ses concurrents.

Le capitaine briançonnais Edo Terglav aurait pu être de ceux-là, mais la place est prise. C'est donc encore à l'aile gauche que les Diables rouges seront représentés, et toujours par Jean-François Dufour qui carbure toujours avec une régularité supérieure à celle de ses camarades.

L'équipe-type de Ligue Magnus du mois de janvier 2008 : Ville Koivula (Angers) ; Baptiste Amar (Grenoble) - Éric Lavigne (Angers) ; Jean-François Dufour (Briançon) - Carl Mallette (Rouen) - Marc-André Thinel (Rouen).

Grenoble perd la tête

On ne peut pas dire que le moral soit au beau fixe à Tours en ce moment. Le score de 8-1 à Rouen était douloureux, la défense est diminuée par des blessures, et après Jonathan Gauthier à l'automne, un second Canadien est reparti dans son pays dans la semaine, le joker Guillaume Rodrigue. Mais, depuis la demi-finale 2005, il y a un adversaire qui peut réveiller l'esprit combatif des Diables noirs : Grenoble. Ce soir, les hommes de Bob Millette ont fait chuter le leader (6-3). Eddy Ferhi a encaissé cinq buts (le dernier était en cage vide) pour la première fois de la saison !

Chamonix en crise, Grenoble en tête

La défaite contre le Mont-Blanc a laissé des traces à Chamonix qui a vécu une semaine mouvementée. Dans ce club qui peine à trouver un entraîneur stable depuis son accession à la Ligue Magnus, le défenseur Peter Hrehorcak a été prié de rendre son tablier à son tour (à cause de sa "perte de crédibilité et d'autorité" dans ses fonctions d'entraîneur selon le communiqué officiel). Les rênes de l'équipe ont été confiées à un autre joueur, le capitaine Richard Aimonetto, assisté de Kevorkian. Ces changements de dernière minute n'étaient pas la meilleure façon de préparer le déplacement à Strasbourg, et les Chamois y ont perdu gros en s'inclinant 3-1.

Danse hongroise

Les Hongrois de Briançon ont dansé sur la Ligue Magnus ce soir. Marton Vas (un but) et surtout Balazs Ladanyi (quatre buts) ont ramené une victoire précieuse de Morzine-Avoriaz (6-3) dans ce qui était peut-être le dernier écueil pouvant empêcher les Diables rouges de filer vers la première place de la saison régulière. N'anticipons pas trop tout de même : il faut se méfier de tout le monde.

Équipe-type de décembre de Ligue Magnus

Avec quatre victoires pour une seule défaite, en prolongation à Tours avec un point glané au passage, Épinal a connu de loin le meilleur mois de son histoire en Ligue Magnus. C'est ainsi la première fois que deux Dauphins jouent dans l'équipe-type. Très solide en plus d'être extrêmement mobile et discipliné, Stéphane Gervais est surtout le blueliner qui manquait tant aux Vosgiens pour avoir un jeu de puissance de haut niveau, actuellement le troisième du championnat derrière ceux de Rouen et Briançon ! Le slap surpuissant du Canadien en est l'arme fatale.

Ligue Magnus : c'est Noël pour Villard-de-Lans

Cela faisait trois mois que Villard-de-Lans n'avait pas gagné à domicile. Ce soir, c'est un sympathique cadeau qui a été offert au public d'André-Ravix avec une belle victoire 3-2 sur Tours. Les Ours sortent ainsi de la zone de danger, en repassant devant Dijon, qui a mené 2-0 après cinq minutes mais s'est finalement incliné 3-7 contre Morzine-Avoriaz. Épinal s'éloigne par contre du bas de tableau en battant nettement Saint-Gervais/Megève (6-1).

Les Amiénois ne parviennent encore à inquiéter assez Rouen pour faire revivre les grands duels du passé. Par contre, ils arrivent à s'accrocher à un autre rival traditionnel, Grenoble. Poussés à la prolongation chez eux, les Brûleurs de Loups se sont vus rejoindre à une minute de la fin sur un but de Pavel Kowalczyk à cinq contre trois. Ludek Broz et ses camarades ont tout de même empoché un second point lors de la séance des tirs au but.

Il fallait bien cela pour suivre le rythme des deux leaders, qui ont aiguisé leurs crosses ce soir avant le grand choc à l'île Lacroix. Les Briançonnais ont disposé de Caen 8-1, avec trois buts de leur capitaine slovène Edo Terglav. Mais les Rouennais sont fins prêts à les recevoir samedi. Ils l'ont prouvé en transformant la moitié de leurs supériorités numériques à Strasbourg et en provoquant la sortie du gardien Juraj Nemcak avant la mi-match avec six palets au fond de ses filets. Les Alsaciens n'ont été autorisés à marquer que dans les deux dernières minutes.

Pavel Kowalczyk

Strasbourg sur les deux tableaux

En même temps qu'ils se qualifiaient pour les demi-finales de la Coupe de France mardi dernier, les Strasbourg tombaient à la treizième place du championnat, synonyme de barrage de relégation. La victoire aux tirs au but de Dijon contre Chamonix, offrant des points à ces deux adversaires directs, ne faisait en effet pas les affaires des Alsaciens. Allaient-ils se disperser dans leurs objectifs par les mirages de Bercy ? Non ! Au contraire, ils ont pris confiance par cette qualification, et ils ont battu ce soir Amiens, tombé comme l'an passé à l'Iceberg (3-2). Les Gothiques ont ainsi cédé la cinquième place à Tours, petit vainqueur de Caen.

Grenoble est de retour

Le favori Grenoble semblait à la recherche de son hockey depuis deux mois, et il n'y avait rien de tel qu'un match chez le leader Briançon pour tester où en sont les Brûleurs de Loups. Un doublé de leur défenseur Tyler Scott leur a permis de prendre l'avantage en troisième période, mais un autre arrière, Alexandre Rouleau, s'est piqué de renverser à son tour le match : il a égalisé sur une erreur de Bonnard mais une minute plus tard, la transversale l'a empêché de marquer le but vainqueur. Eddy Ferhi a ensuite été décisif en prolongation puis aux tirs au but où il a détourné les tentatives de Sivic et Ladanyi. Valcak et Broz ont transformé les leurs et donné la victoire aux Grenoblois.

Ligue Magnus : Briançon finit l'année devant

Christophe TartariLe mois de décembre ne restera pas un grand souvenir pour Dijon après cinq défaites consécutives, mais les Ducs se sont repris pour leur dernier match de l'année - avancé au vendredi comme celui de Morzine pour mieux capter le public touristique en station - en gagnant 3-1 à Chamonix grâce à un doublé de leur buteur historique Miroslav Kristin dans les six dernières minutes. Ils sont ainsi repassés au-dessus de la barre et ont mis la pression sur Villard-de-Lans qui se déplaçait à Megève, ce samedi pour sa part.

Les Ours ont parfaitement répondu : ils sont allés battre le Mont-Blanc chez lui (2-0) avec le premier blanchissage de la saison pour Pascal Favarin. C'est donc Chamonix qui se retrouve maintenant à la treizième place, celle qui condamne au barrage de maintien contre Caen. Les Drakkars y paraissent en effet condamnés après leur nouvelle défaite 4-6 contre l'équipe en forme Épinal. Et deux buts de plus au passage pour Guillaume Chassard...

Mais le match que tout le monde attendait, c'est bien sûr le choc Rouen-Briançon. Car on ne savait pas trop qui considérer comme le vrai leader de la Ligue Magnus : Rouen avait certes un point de moins mais aussi un match en moins. Maintenant, on sait. Jean-François Dufour a mis au fond deux palets traînants devant la cage et les Diables rouges se sont imposés sur l'île Lacroix (5-3). À quatre jours de la finale de la Coupe de la ligue, qui verra Rouen chercher sa revanche et Briançon son premier titre, les positions en championnat sont donc clarifiées. Les hommes de Luciano Basile ont trois points d'avance sur le trio Grenoble/Rouen/Angers.

Les Grenoblois sont revenus de loin, menés 0-2 après vingt minutes par Strasbourg et sauvés par un doublé de Christophe Tartari (4-2). Quant aux Angevins, ils ont gagné 2-0 à Tours à l'issue d'un vrai match de gardiens : alors que Hiadlovsky cédait sur un tir dévié de Lahesalu (le second but serait marqué en cage vide), Ville Koivula ne laissait rien passer et assurait une seconde victoire pour les Ducs "version Leime", qui gardent donc le contact avec les meilleurs.

Reprise de la Ligue Magnus

Guillaume ChassardAlors que Grenoble et Tours ont déjà joué leur match en retard avant-hier (5-3) dans une soirée marquée par le retour de blessure du gardien Eddy Ferhi mais aussi par l'épaule démise de Johan Forsander, les autres clubs de Ligue Magnus abordent ce week-end la crucial reprise de Noël qui peut être un tournant du championnat. La reprise s'est déjà mal passée hier pour le dernier du classement Caen, battu 1-4 par une équipe de Strasbourg qui a retrouvé de l'efficacité en supériorité numérique.

L'évènement le plus suivi était le retour en France de Heikki Leime. À l'heure du coup d'envoi, il n'était déjà plus entraîneur "par intérim" - son statut depuis le début de la semaine en attendant de statuer sur le cas de François Dusseau. Ce dernier a en effet été licencié définitivement dans la journée, or il regrette qu'il n'y ait pas eu de réunion tripartite joueurs/entraîneurs/dirigeants (il a simplement rencontré le président Juret en privé lundi pour une explication) et qu'il a envisagé de se porter devant les prud'hommes. Quant à Leime, s'il parle évidemment parfaitement français pour avoir entraîné Caen, l'équipe de France puis Lausanne et Sierre, il a décidé de diriger les entraînements en anglais. Il rendait visite ce soir à l'équipe la plus "française" du championnat, Villard-de-Lans, et a commencé par une victoire (5-2 avec un dernier but en cage vide).

La plupart des scores ont été serrés ce soir. Grenoble a battu Dijon 3-2 avec un doublé de Ludek Broz, et Chamonix a créé la surprise en s'imposant sur ce même score à Morzine-Avoriaz, grâce à deux buts au troisième tiers - un en infériorité et un en supériorité - du Suédois Emil Tobiasson-Harris. Le seul carton a été réussi en fin de match par Briançon contre le Mont-Blanc (7-2).

Mais "serré" ne veut pas forcément dire "à faible pointage". On a assisté ce soir à deux rencontres à rebondissements. La première, c'est ce Rouen-Amiens qui paraissait vidé de suspense à 6-1 en début de troisième période. Et pourtant, Amiens est revenu à 6-5 à l'avant-dernière minute. Plus étonnant encore, Grégory Beron, qui n'a presque pas joué cette saison mais a contribué à ce retour par deux buts et une assistance, tous en jeu de puissance. En voilà au moins un à qui le Mondial junior a fait du bien ! Desrosiers a finalement assuré la victoire rouennaise en cage vide (7-5), mais l'île Lacroix a eu l'impression de revivre les frayeurs d'un derby.

La deuxième patrie du suspense, c'est Tours, qui a concédé sa troisième prolongation à domicile. Cette fois, l'heureux visiteur bénéficiaire du point s'appelait Épinal, avec un Guillaume Chassard auteur d'un hat-trick en supériorité en dix minutes pour confirmer son statut de meilleur buteur français du championnat. Les Diables noirs ne pâtissent pas de devoir jouer les prolongations puisqu'ils récupèrent toujours le second point. Cela n'a pas manqué : le temps supplémentaire s'est ouvert par une pénalité de Slovak, et Miro Pazak a marqué le but vainqueur (6-5).