Articles Ligue Magnus

 

Présentations des équipes 2013/14 : Amiens, Angers, Brest, Briançon, Caen, Chamonix, Dijon, Épinal, Gap, Grenoble, Morzine-Avoriaz, Rouen, Strasbourg, Villard-de-Lans.

Le bilan de la Ligue Magnus 2012/13.

Résultats des années passées : 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005 (sous le nom de Ligue Magnus), 2004 et 2003 (sous le nom de Super 16). Auparavant existait la Ligue Élite : 2002, 2001, 2000...

Le palmarès du championnat.

 

Caen – Mont Blanc (Ligue Magnus, 12e journée)

Le déclic ou la claque

Jrmie_Romand2Voisin en classement et à égalité en terme de points, Caen accueille le Mont-Blanc pour un match plein d’enjeu. Avec 3 points en 2 rencontres, les Drakkars amorcent la confiance qui leur a tant fait défaut. Ce soir, il leur faut confirmer dans un match où le perdant se retrouvera dans la zone des relégables, et distancé par un concurrent direct. Le HCC organise la présentation des équipes mineures avant le coup d’envoi. Hasard du calendrier ou effet « club », l’affluence est à son comble.

La rencontre démarre par une première période hachée par les coups de sifflet. Gibbons, Urban et Romand passent par la case prison pour Caen, puis leurs adversaires Sullivan, Chang, Borini et Wiktorsson. Mais Mont Blanc a eu le temps de mettre son jeu en place. Le pressing est très haut et deux ailiers Haut-Savoyards viennent en permanence gêner les relances et bloquent le jeu bas-normand. Pas de précipitation inutile pour les locaux qui ne tombent pas dans le panneau et restent discipliné. Mais l’avantage est pour l’Avalanche qui ne parvient pas à faire plier Clément Fouquerel. Le jeune portier caennais s’affirme comme une valeur sure devant les filets. Quelques contre-attaques signées Cuningham ou Duchesneau prennent tout de même et poussent les défenseurs à la faute. Les deux équipes rentrent au vestiaire sur un score vierge, mais avec une double infériorité contre St Gervais-Megève.

Grenoble - Gap (Ligue Magnus, 12e journée)

Les Brûleurs de Loups euphoriques !

2010-12-11-Grenoble-Gap3Encore sur leur nuage après leur qualification mardi pour la finale de la coupe de la ligue, les Brûleurs de Loups retrouvaient la dure réalité de la Ligue Magnus où ils pointent à une peu enviable dixième place après trois défaites consécutives dont deux à domicile face à Épinal et Dijon et un cinglant 7-0 à Angers la semaine dernière. Sauront-ils relever la tête dans cette compétition qui ne les inspire guère et où ils ont toutes les peines du monde à trouver la motivation ? Surtout que l'adversaire, Gap, arrive tout auréolé d'une quatrième place inattendue à l'image de sa dernière victoire contre les Gothiques d'Amiens.

Et les Rapaces savent comment s'y prendre pour venir gagner ici car ils avaient remporté dans les prolongations le premier match de la saison à Pôle Sud en coupe de la Ligue. Les Grenoblois sont donc prévenus. Du côté isérois, on relève les absences d'Elie Raibon et Vincent Llorca, toujours blessés, alors que Loup Benoît se prépare à disputer les championnats du monde U20 avec l'équipe de France. Gap se présente au complet et avec un temps de repos supplémentaire, ce qui constitue un avantage certain. À noter le "match dans le match" entre les deux gardiens, Ronan Quemener et Eddy Ferhi, le premier ayant pris la place du second pour le prochain regroupement de l'équipe de France...

Chamonix - Strasbourg (Ligue Magnus, 12e journée)

Une victoire qui fait du bien !

Suite à l'épisode malchanceux du huitième de finale de Coupe de France (défaite en prolongation 3-4), le menu de la douzième journée de Ligue Magnus voyait le retour de la redoutable Étoile Noire de Strasbourg, cinquième du classement. Un match sous haute pression pour des Chamois en mal de points et avec le devoir de s'extirper de la zone rouge du bas de tableau.

Morzine-Avoriaz - Villard-de-Lans (Ligue Magnus, 12e journée)

En manque d'inspiration

À l'entame de cette 12e journée de Ligue Magnus, Morzine est à une belle troisième place alors que les invités du jour, Villard-de-Lans, sont plutôt en fin de classement. Pour l'une ou l'autre équipe, de toute façon, la victoire est importante. Morzine a vaincu à Strasbourg lors de la journée précédente et l'on s'attend à ce que les Pingouins confirment cet excellent résultat face à des Ours qui ne présentent pas des statistiques de jeu bien reluisantes, c'est en effet l'équipe la plus sanctionnée du championnat et la moins efficace en infériorité numérique.

Cyril_Papa_Morzine-1

Morzine démarre sur les chapeaux de roues, on ressent une certaine fébrilité dans les rangs de Villard et notamment de la part de son gardien, Romain Farruggia, qui concède un 1er rebond sans conséquence sur un lancer à mi-distance, plein axe. Les Pingouins parviennent ainsi à trouver l'ouverture douze secondes après le début de la première pénalité de la partie, par Cyril Papa, sur un rebond que l'on peut complètement imputer au malheureux Romain Farruggia (1-0, 2'19).

Ligue Magnus (12e journée) : Angers à l'abri pour les fêtes ?

Angers (1) - Dijon (9). Fin novembre, Dijon s'est imposé 4-1 à Grenoble. Cette semaine, en Coupe de la Ligue, Grenoble a battu Angers 4-1. En toute logique, les Bourguignons devraient donc remporter la mise ce soir en Anjou. CQFD. Ne rigolez pas, les Ducs de Daniel Maric en sont capables. Après tout, les Dijonnais sont en pleine bourre et restent sur trois victoires de rang (5-3 contre Chamonix, le fameux 4-1 à Grenoble et 4-3 samedi dernier face à Caen). Après un mois d'octobre chaotique, ils remontent la pente et se rapprochent maintenant du top 8. Epinal n'est plus qu'à trois points. Mais Angers a un statut à faire respecter. Le leader, vexé par son élimination en Coupe de la Ligue, peut, en cas de victoire, reléguer ses premiers poursuivants à trois points. Une marge suffisante pour passer les fêtes au chaud. Par ailleurs, le dernier succès bourguignon au Haras remonte au 16 décembre 2006. Les Dijonnais s'étaient imposés en prolongation sur un but de Peter Jasik (3-2). Côté angevin, Brice Chauvel et Brian Henderson sont toujours blessés. Charlie Doyle est retenu par l'équipe de France U20, comme le bourguignon Nicolas Ritz.  

La cote : Angers 80 % / Dijon 20 %. Coup d'envoi à 18 h 30.

Dans les coulisses des Gothiques d'Amiens (Décembre) : Une journée avec Billy Thompson

En marge du match entre Amiens et Rouen, TV Amiens et HockeyArchives ont suivi le portier des Gothiques pendant une journée. Un entrainement le matin, une promenade au Marché de Noël et une interview l'après midi pour en savoir plus sur Billy et sa petite famille.


Une Journée avec Billy Thompson, gothique
envoyé par tv-amiens. - Découvrez les dernières vidéos de sport.

Amiens - Rouen (Ligue Magnus, 12e journée)

Paranormal activity

Billy_Thompson_regard_gardien_gros_planEn ouverture de la 12e journée de Ligue Magnus, les Gothiques d'Amiens recevaient les Dragons de Rouen. Chaque fois, le derby offre du spectacle. Et celui de ce vendredi 10 décembre était suivi par 3 200 personnes. Ce Coliseum, plein comme un œuf, a séduit par son affiche : les deux meilleures attaques de Magnus, et la possibilité pour le 2e du championnat, Rouen, de prendre provisoirement les commandes en cas de victoire chez le 5e. Mais la question était de savoir quel visage offriraient les Picards ce soir. Irréguliers depuis quelques semaines - au point d'être éliminés des deux coupes et de passer d'une victoire 8-1 contre Villard à une défaite 4-2 chez un adversaire gapençais qui a énormément progressé – les hommes d'Antoine Richer résistent pourtant aux assauts rouennais depuis un an et demi à domicile. En face, Rouen vient avec la fatigue et l'expérience d'une demi-finale de Continentale Cup, en échange du billet pour la finale biélorusse à Minsk.

L'an dernier, les Gothiques l'emportaient déjà au Coliseum et rééditaient cette saison au match aller de Coupe de la Ligue par 4-2. Hormis le match retour de cette Coupe à l'Ile Lacroix avec une victoire 6-0 des Dragons, l'ascendant était amiénois ce soir. Les deux groupes affichaient complet sauf pour les trois joueurs retenus en équipe de France U20 de chaque côté : Ylonen, Rech et Valier à Rouen ; Bertein, Serer et Claireaux à Amiens.

Un premier tiers au réalisme, au point d'en rester sur un 2-2 avec trois buts sur quatre inscrits en supériorité numérique. Un deuxième tiers où, Rouen domine, tourne en zone offensive, et une formation amiénoise qui paradoxalement s'offre les occasions les plus dangereuses. Avant un troisième tiers tendu. Le petit détail qui fait la différence, c'est cette frappe de la bleue signée Pavel Kowalczyk qui trompe Fabrice Lhenry. Il reste cinq minutes de jeu, et les Rouennais peuvent regretter leur manque de réalisme. Les choses ne s'arrangent pas pour les hommes de Rodolphe Garnier. Jouant le tout pour le tout, Lhenry sort et assiste depuis le banc au quatrième but amiénois.

Victoire savourée par les Gothiques dans un match où Billy Thompson et sa devise ont brillé : « Anything is possible »

12e journée Magnus : les gros sont tombés

Sale soirée pour les favoris de la Ligue Magnus. Vingt-quatre heures après la défaite de Rouen à Amiens (4-2), Angers s'est fait surprendre à domicile par Dijon. Les Ducs de Martin Lacroix n'ont jamais réussi à prendre les commandes de la partie. Ils ont réagi plus qu'agi. Premier tiers : les Bourguignons ouvrent la marque, par Yanick Riendeau (3'). Les Angevins égalisent en supériorité numérique via Tomas Baluch. Deuxième tiers : Dijon repasse devant grâce à Branislav Kvetan. 86 secondes plus tard, Angers revient à 2-2 avec une réalisation de Simon Lacroix. Troisième tiers : les Ducs de Daniel Maric remettent ça, toujours avec Yanick Riendeau. Marc Belanger ramène le leader à 3-3 et envoie tout le monde en prolongation. Une prolongation qui dure au final moins de deux minutes. Yanick Riendeau s'offre un triplé et Dijon empoche sa quatrième victoire de rang (4-3). Malgré la défaite, Angers conserve la tête du championnat avec deux points d'avance sur Amiens.

Épinal - Briançon (Ligue Magnus, 12e journée)

Plus dure est la chute…

Briançon pouvait craindre ce long déplacement chez l'équipe en forme du moment. Une ICE ayant déjà épinglé Rouen, Amiens, Grenoble et Angers... et qui restait surRamon_Sopko une série de quatre victoires d'affilée en championnat. Du jamais vu à ce niveau de compétition dans toute l'histoire du hockey spinalien. Même au début des années 80, lorsque la "fièvre verte" battait son plein...

Il ne fallait pas remonter aussi loin pour retrouver trace du dernier succès vosgien face à des Diables rouges souvent malmenés à Poissompré. Et battus trois fois de suite entre 2007 et 2009. Trois défaites en mort-subite et deux buteurs en or : le Tchèque Michal Petrák, intenable ces derniers temps, et un certain Stéphane Gervais. Le même qui était considéré par Luciano Basile, dans le Dauphiné Libéré, comme "le seul à être moins bon à Briançon que dans son club précédent." Une motivation supplémentaire pour le Franco-Canadien, pas encore revenu à son meilleur niveau mais déjà buteur par trois fois depuis son retour au jeu, le 6 novembre dernier.

Reste que Gervais n'a pas eu l'occasion de se montrer dans ce match plié en neuf minutes. Neuf minutes pour un hat-trick parfait de Marc-André Bernier face à un Loïc Lacasse pas exempt de tous reproches. Ensuite, il n'y avait plus qu'une seule équipe sur la glace. Trop forte, trop rapide, trop tout ce que vous voulez pour des Spinaliens en décomposition avancée. Totalement méconnaissables, comme vidés de ces ressources mentales et physiques ayant récemment fait leur force. Comment expliquer une telle déroute, autant collective qu'individuelle ?

Ligue Magnus (12e journée) : Amiens rêve de révolte

Amiens (5) - Rouen (2). Soir de derby au Coliséum. Les deux meilleures attaques du championnat s'affrontent sur la glace picarde. Opposés à deux reprises cette saison, en Coupe de la Ligue, Amiens et Rouen sont à égalité une victoire partout. Pourtant, l'avantage psychologique est clairement du côté normand. Le 6-0 encaissé sur les bords de Seine a laissé des traces dans les têtes amiénoises. Depuis, les Gothiques ont certes aisément battu le Mont-Blanc et Villard-de-Lans. Mais ils ont aussi perdu à Gap. Et ont été sorti de la Coupe de France par Neuilly-sur-Marne. Le Coliséum gronde. Et les Gothiques, désormais cinquièmes, doivent prendre des points pour éviter de s'enfoncer au classement. S'ils veulent y parvenir, les joueurs d'Antoine Richer vont devoir jouer à bloc pendant 60 minutes. Et se concentrer sur leur repli défensif. En face, Rouen a eu bien du mal à se débarrasser de Villard-de-Lans, samedi dernier (5-4). Mais les Dragons restaient sur une semaine chargée, entre Coupe Continentale et demi-finale de Coupe de la Ligue. Même s'ils ont battu mardi Briançon, toujours en Coupe de la Ligue, ils ont pris (un peu) le temps de souffler. En cas de victoire ce soir, Mallette and co accéderaient à la tête du championnat, en attendant le résultat du match Angers-Dijon, prévu demain soir. Une prise de pouvoir au Coliséum, pour les supporters rouennais, cela n'a pas de prix. Dans sa composition d'équipe, Antoine Richer devra se passer de Valentin Claireaux, Léo Bertein et Marius Serer. A Rouen, Sébastian Ylönen, Peter Valier et Anthony Rech sont absents. Tout ce petit monde est retenu par l'équipe de France U20.

La cote : Amiens 30 % / Rouen 70 %. Coup d'envoi à 20 heures.

La suite de la présentation de la 12e journée de Ligue Magnus sera prochainement en ligne.