Ligue Magnus

 

Présentations des équipes 2013/14 : Amiens, Angers, Brest, Briançon, Caen, Chamonix, Dijon, Épinal, Gap, Grenoble, Morzine-Avoriaz, Rouen, Strasbourg, Villard-de-Lans.

Le bilan de la Ligue Magnus 2012/13.

Résultats des années passées : 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005 (sous le nom de Ligue Magnus), 2004 et 2003 (sous le nom de Super 16). Auparavant existait la Ligue Élite : 2002, 2001, 2000...

Le palmarès du championnat.

 

Gap - Strasbourg (Ligue Magnus, 1/4 de finale, match 1)

Qui sera l'invité-surprise des demi-finales 2011 ? Strasbourg n'a jamais atteint ce niveau, et Gap attend d'y retourner depuis 1988. L'avantage des Alsaciens est de n'avoir rien à perdre après une saison régulière décevante qui les a vu chuter de la première place (qu'ils occupaient avant la défaite 1-2 contre... Gap) à la onzième, en incluant une pénalité infligée pour avoir aligné de bonne foi (selon la conciliation au CNOSF) un joueur suspendu, une affaire qui les a quelque peu perturbés.

Au contraire, Gap ne veut pas gâcher sa saison de rêve en sortant en quart de finale. L'éviction en fin de semaine dernière de leur meilleur marqueur Rane Carnegie pour "préserver la solidarité de l'effectif" laisse planer une ombre sur les Rapaces. Le joueur-clé, c'est cependant le gardien gapençais Ronan Quemener. Frustrés à l'aller comme au retour, les attaquants strasbourgeois trouveront-ils la solution cette fois ?

Amiens égalise grâce à son powerplay

HEBERT_Nicolas_100911_042Angers ne fait pas dans le détail et aura au total marqué dix-huit buts en faisant contribuer les jeunes comme Hébert, Frecon et Michel (deux points chacun au troisième tiers), avant que Villard-de-Lans puisse enfin sauver l'honneur : 10-1 ce soir. Les Ours aux griffes élimées retrouveront-ils leur férocité à domicile ?

Rouen n'a pas la même aisance, mais a fait preuve de patience en attendant la mi-match pour que Jonathan Janil trompe enfin le gardien morzinois Tuomas Lohtander. Le score final de 4-1 assure une deuxième victoire et un déplacement confiant des Dragons en Haute-Savoie. Les deux favoris comptent en finir dès vendredi.

En revanche, un autre quart de finale prend du volume. Les Amiénois promettent du grand spectacle au Coliseum après avoir frappé un grand coup au match 2 à Briançon. Hormis les épisodes de quelques secondes, les Gothiques ont eu trois vraies supériorités numériques, et ils les ont transformées toutes les trois. C'est cependant à quatre contre quatre que Kevin Hecquefeuille a marqué le but vainqueur, à trois minutes de la fin, qui assommait les Diables rouges (4-5).

C'est Maxime Mallette, le défenseur canadien de Strasbourg, qui a enfin percé la cuirasse du jeune gardien Ronan Quemener, avec deux buts et une assistance. Mais tout cela n'aura pas suffi : Gap est encore sorti vainqueur, aux tirs au but (4-3). Avec deux victoires de retard, Strasbourg devra mobiliser le public alsacien pour essayer de vaincre enfin son syndrome gapençais.

Briançon - Amiens (Ligue Magnus, Quart de finale, match 2)

Amiens égalise

Après un premier point glané par Briançon dans la dernière minute de la rencontre contre Amiens, la deuxième partie disputée à René-Froger s'annonce encore plus indécise. Antoine Richer revient à des lignes plus classiques, puisque Kevin Bergin défenseur la veille, est repositionné au centre de la première ligne.

Briançon - Amiens (Ligue Magnus, Quart de finale, match 1)

Briançon remporte le premier point

Premier match du quart de finale entre Briançon et Amiens à la patinoire René-Froger. Quatre joueurs sont absents pour cette confrontation. Les blessés sont Terglav, Rohat et Romano chez les Diables Rouges et Teddy Trabichet chez les visiteurs. Antoine Richer décide de titulariser Kevin Bergin en défense.

 

Grenoble - Villard-de-Lans (Ligue Magnus, premier tour play-offs, match 2)

Fin du calvaire grenoblois

2011-03-04-Grenoble-Villard5Battus mardi dans le Vercors à l'issue d'un match fertile en rebondissements, les Brûleurs de Loups sont désormais au pied du mur. La spirale de quatre défaites consécutives amorcée au lendemain d'une victoire pourtant prometteuse à Épinal doit s'arrêter ce soir sous peine d'élimination et de fin de saison prématurée qui ferait assurément désordre pour un club habitué des demi-finales depuis dix ans. Ne pas atteindre les quarts de finale serait donc une véritable claque pour une équipe de plus en plus désorientée depuis que les blessures de joueurs cadres se sont succédé (Amar, Ferhi et Sivic ont terminé leur saison). Les Brûleurs de Loups ont-ils encore des ressources physiques et mentales pour aller plus loin ?

Du côté villardien, l'optimisme est de mise. Les Ours ont enfin brisé le signe indien en battant Grenoble pour la première fois en seize rencontres. La dynamique est clairement du côté du Vercors, avec en fer de lance Jean-Christophe Gauthier, triple buteur mardi et sur qui les Grenoblois devront avoir un œil tout particulier. Stéphane Barin et ses hommes ne veulent pas traîner en route : ils savent qu'en mettant la pression sur Grenoble d'entrée ce soir, ils auront fait un grand pas vers la qualification.

À noter que la tenue de la rencontre de ce soir a longtemps été menacée par un mouvement de grève du personnel de la patinoire Pôle Sud, un accord ayant été trouvé in extremis. Mais les Brûleurs de Loups n'ont pas pu accéder à la patinoire dans la journée, ne pouvant utiliser leur équipement et effectuer un dernier entraînement.

Morzine-Avoriaz et Strasbourg renaissent en play-offs

Dans une patinoire moins remplie qu'hier (le samedi soir, les touristes sont repartis), Chamonix a vu sa saison s'achever brutalement avec un but en 26 secondes et un 0-3 encaissé en onze minutes contre Morzine-Avoriaz. Défaits d'entrée à domicile dans cette série, les Pingouins auront donc réussi à renverser la situation à l'extérieur (3-4), leurs trois lignes ayant marqué. C'est déjà un exploit, il en faudra un autre encore plus fort pour résister à Rouen au tour suivant.

Tout comme les Morzinois, Strasbourg a vécu une fin de saison régulière très difficile, mais profite des play-offs pour une résurrection. Deux buts de Pierre-Antoine Devin et Julien Burgert ont donné l'avantage aux Alsaciens au premier tiers, et après 1h30 d'interruption pour boucher un trou dans la gtlace de la patinoire provisoire d'Épinal, Vladimir Hiadlovsky a fait le reste en blanchissant les Dauphins.

La résurrection, le Mont-Blanc l'envisage aussi : il a égalisé dans la série de relégation en s'imposant 2-1 à Caen au second match.

Gap reste solide en play-offs

CUSTOSSE_Cedric_100911_367Les problèmes internes survenus récemment n'ont pas perturbé les clubs concernés dans les play-offs. Avec quatre joueurs en moins, Morzine-Avoriaz a résisté bravement et égalisé deux fois par Martin Arup à Rouen... mais la seconde fois, Cédric Custosse a répliqué dix secondes plus tard et marqué le but décisif. Le score final de 6-2 n'est lourd que par un dernier but en cage vide.

Quant aux Gapençais, ils n'ont pas eu besoin de leur scoreur Rane Carnegie. Deux buts de Julien Correia et Jesse Uronen ont suffi pour battre Strasbourg... car, encore une fois, Ronan Quemener n'a concédé qu'un but aux Alsaciens (2-1).

Tous les favoris, Gap étant inclus dans ce terme, se sont donc imposés. Le seul à n'avoir eu aucune frayeur est Angers, large vainqueur 8-0 de Villard-de-Lans.

Le duel entre Briançon et Amiens est déjà palpitant. Chez des Diables Rouges disciplinés, les Gothiques ont encaissé deux fois en infériorité numérique. Ils étaient donc menés 3-1 à huit minutes de la fin, avant que Grégory Béron et Julian Marcos ne les ramènent à égalité... Une remontée inutile, car à une minute de la sirène, Marc-André Bernier a achevé les Picards, avant que Mickaël Perez ne finisse le travail en cage vide (5-3).

Présentation des quarts de finale de Ligue Magnus 2011

Gap 60% - Strasbourg 40%

Qui sera l'invité-surprise des demi-finales 2011 ? Strasbourg n'a jamais atteint ce niveau, et Gap attend d'y retourner depuis 1988. L'avantage des Alsaciens est de n'avoir rien à perdre après une saison régulière décevante qui les a vu chuter de la première place (qu'ils occupaient avant la défaite 1-2 contre Gap) à la onzième, en incluant une pénalité infligée pour avoir aligné de bonne foi (selon la conciliation au CNOSF) un joueur suspendu, une affaire qui les a quelque peu perturbés. Au contraire, Gap ne veut pas gâcher sa saison de rêve en sortant en quart de finale. L'éviction en fin de semaine dernière de leur meilleur marqueur Rane Carnegie pour "préserver la solidarité de l'effectif" laisse planer une ombre sur les Rapaces. Le joueur-clé, c'est cependant le gardien gapençais Ronan Quemener. Frustrés à l'aller comme au retour (3-1), les attaquants strasbourgeois trouveront-ils la solution cette fois.

Épinal - Strasbourg (Ligue Magnus, play-offs, premier tour, match 3)

Comme un air de déjà vu...

Lehtisalo_Juho"Allez viens, c'est bientôt la fin... de cette glace qui ne vaut plus rien..." Cette musique-là, le public spinalien, réduit à peau de chagrin depuis un an et demi, ne la connaît que trop bien. Ce soir encore, la surface de jeu, fragilisée par la précarité des installations (provisoires rappelons-le) et les écarts de températures extérieures, a fait ses siennes avec un trou apparu à la toute fin du premier tiers-temps, alors que Strasbourg menait 2 à 0.

Un avantage logique pour des Alsaciens plus frais physiquement que leurs hôtes, visiblement au bout du rouleau et incapables, cette fois, d'entretenir le défi physique en début de partie. Cela jouait pourtant moins "bourrin" que la veille, surtout du côté spinalien où l'entame pour le moins laborieuse ressemblait à s'y méprendre à celle du match aller. Les buts en plus, évidemment...

Mystifié par un shoot de Pierre-Antoine Devin (06'20"), Loïc Lacasse s'inclina une seconde fois sur un tour de cage mené par Lionel Tarantino. Au bout de son effort, le longiligne ex-Rouennais tente sa chance dans l'angle fermé mais le gardien québécois concède un rebond qu'exploite Julien Burgert au nez et à la barbe d'une défense insuffisamment réactive (13'42").

Caen - Mont-Blanc (Ligue Magnus, play-down, match 1)

Guerre psychologique

2011-03-04-Caen-MontBlancCette saison, la ligue Magnus s’offre des play-down de luxe ! La série oppose deux équipes de grande qualité qui étaient encore à même de se sauver quelques jours avant la fin du championnat. Mont-Blanc a connu une saison très difficile et occupe la place de lanterne rouge depuis la mi-saison. Mais l’équipe a su se transcender à l’arrivée du nouveau coach Christian Pouget et a fini la saison sur les chapeaux de roue, manquant de peu de ravir l’avantage du terrain aux Caennais.

Côté  normand, l’inexpérience se paie cher. Il aurait suffi d’un peu de réalisme pour se maintenir sans difficulté. Néanmoins, l’équipe termine avec 7 victoires au compteur.  Les 6 premières ont été obtenues à domicile, soit presque 50% de succès sur la glace de Caen-la-Mer. La dernière n’est pas anecdotique non plus, puisqu’il s’agit de la défaite infligée au Mont Blanc en dernière journée et qui a permis aux rouges et bleus de rester devant.

Donc, Les Bas-Normands gardent l’avantage du terrain.  Mais attention aux joueurs de l’Entente qui sont un peu les experts des matchs de barrage. Ils se sont sauvés de la relégation les deux saisons précédentes.