Ligue Magnus

 

Présentations des équipes 2013/14 : Amiens, Angers, Brest, Briançon, Caen, Chamonix, Dijon, Épinal, Gap, Grenoble, Morzine-Avoriaz, Rouen, Strasbourg, Villard-de-Lans.

Le bilan de la Ligue Magnus 2012/13.

Résultats des années passées : 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005 (sous le nom de Ligue Magnus), 2004 et 2003 (sous le nom de Super 16). Auparavant existait la Ligue Élite : 2002, 2001, 2000...

Le palmarès du championnat.

 

Rouen - Amiens (Ligue Magnus, demi-finale, match 1)

Arpenter n'est pas gagner !

2011-03-18-Rouen-Amiens3Ce premier match des meilleurs ennemis, même s'il n'y a plus la même rivalité que les nostalgiques regrettent, a mis beaucoup de temps à démarrer. D'abord, les officiels ont refusé la cage proposée aux Amiénois. Il a fallu la ressemeler, avant que Billy Thompson, l'arpenteur, refuse son érection. C'est le topographe picard himself qui a implanté au millimètre près sa nasse. Ensuite, Pazak fut évacué sur une civière, blessé lorsqu'il a voulu éviter un contact le long de la bande avec Jens Olsson (5'54). Enfin, Fabrice Lhenry a eu la coquetterie de changer son casque habituel pour celui de l'équipe de France (6'59).

Après tout cela, le match a pu enfin vraiment commencer. Enfin, c'est un grand mot. Les joueurs des deux équipes ne se sont pas libérés. Les Rouennais ont eu une bonne période, marquée par une occasion de Julien Desrosiers (8'43). Mais c'est Amiens qui se montre le plus productif. Kevin Bergin ne surprend pas la mitaine de Fabrice Lhenry (15'22).

Strasbourg fait aussi chuter Angers

Duel aussi disputé que prévu dans le derby Rouen-Amiens. Entre deux équipes très disciplinées, la première pénalité - contre Jens Olsson - a été décisive... mais pas dans le sens prévu. C'est en infériorité numérique que Marc-André Thinel a inscrit l'ouverture du score. Il a ensuite servi Alexandre Mulle dès le début de la deuxième période. Une nouvelle pénalité d'Olsson a certes permis à Vincent Bachet de réduire le score, mais l'espoir picard n'a duré que trois minutes avant que Mathieu Brunelle ne ramène un écart définitif (3-1).

L'autre favori Angers s'est cependant ajouté à la liste des victimes de l'étonnant Strasbourg. Dans cette formation pleine de culot, c'est le polyvalent junior Julien Burgert qui a défloré le score longtemps vierge, un peu après la mi-match. La troisième pénalité alsacienne - la seconde pour Ziga Svete - a finalement permis à Pierre-Luc Laprise d'égaliser à moins de neuf minutes de la fin. Ce ne fut qu'un suris. Paul Bradley a marqué le but vainqueur de Strasbourg sur un tir de pénalité en prolongation. Où s'arrêteront les hommes de Daniel Bourdages ?

Mont-Blanc - Caen (Ligue Magnus, play-down, match 3)

Les Drakkars à l’abordage

BENNETT_Pierre_100925_158Une semaine s’est écoulée depuis que les deux équipes se sont séparées. Mont-Blanc s’était alors imposé sur la glace de Caen, revenant à égalité 1 victoire partout dans la série, et prenant l’avantage psychologique. Si l’Entente Saint Gervais/Megève gagne ses deux matchs à domicile, elle se maintient en ligue Magnus. Caen ne compte pas se laisser faire. Fort d’une population largement supérieure (110 000 habitants à Caen contre moins de 10 000 à Megève), la capitale bas-normande peut se permettre de drainer une trentaine de ses supporters dans ce périple de 800 kilomètres. C’est le club dans son ensemble, et pas seulement les joueurs, qui joue le maintien.

L’Avalanche démarre sur les chapeaux de roues ! Durant les cinq premières minutes, les hommes de Christian Pouget donnent le ton et ne paraissent pas atteignables. On devine la consigne de surprendre et de prendre l’avantage dès l’entame des débats. Et très vite, les Hauts-Savoyards se mettent en place et l’équipe prend ses premiers tirs sur Clément Fouquerel. Pris en défense ils ripostent en contre, à l’image de la remontée d’Étienne Croz. Les défenseurs Caennais, Aziz Baazzi et Tommy Lafontaine, sont revenus mais sont un peu pris de vitesse. Croz en profite pour tenter une passe à Morgan Vialle qui la contrôle et tire dans le mouvement. Clément Fouquerel referme ses jambières un peu trop tard et le palet rentre dans les filets (1-0 à 04'45").

Barin quitte Villard-de-Lans

Stéphane Barin ne sera pas entraîneur des Ours de Villard-de-Lans la saison prochaine, il a décidé de mettre un terme à sa carrière d'entraîneur pour se consacrer à sa future activité professionnelle. Arrivé en 2005 en Vercors, Stéphane Barin aura marqué "de son empreinte" les Ours, de belles victoires à son actif et surtout une qualification cette saison face à l'ogre grenoblois pour les quarts de finale Ligue Magnus. Merci Stéphane et bonne réussite pour la suite.

Amiens qualifié, Caen soulagé

Au lendemain de son carton à domicile, Amiens s'attendait à une partie plus compliquée pour conclure la série à domicile face à des Briançonnais auteurs de l'ouverture du score. Mais un deuxième tiers remporté 3-0 a permis aux hommes d'Antoine Richer de mettre fin à la saison des Diables Rouges, grâce à Deniset, Roussel et Hecquefeuille (3-2).

Par contre, il faudra encore patienter pour connaître l'identité du dernier qualifié pour les demi-finales, Strasbourg ayant également confirmé dans la douleur sa large victoire de la veille. Après avoir vu les Rapaces revenir à 2-2 grâce à un doublé de Rambousek, David Brissette Cayer a invité tout le monde à se retrouver en milieu de semaine dans les Hautes-Alpes, pour une rencontre qui promet et qualifiera l'invité-surprise des demi-finales.

Caen et le Mont-Blanc se sont par contre séparés ce soir. Malgré une victoire en Normandie la semaine dernière, l'Avalanche a perdu pour la deuxième fois sur sa glace, sur un but de Tommy Lafontaine en fin de rencontre (1-2). Pari réussi pour Bertrand Pousse, avec ce maintien à l'issue d'une série où chaque rencontre s'est jouée à un but.

Présentation des demi-finales de Ligue Magnus

Angers (2e) - Strasbourg (11e)

En gagnant mardi à Gap grâce à son duo offensif Cayer-Cibula, Strasbourg est devenu la quatrième équipe de l'histoire du hockey français à remporter une série après avoir perdu les deux premières manches, rejoignant ainsi Amiens (contre Chamonix en 1996 pour les débuts du Coliseum), Anglet (contre Reims en 2001 après avoir fait grève au deuxième match) et Rouen en finale l'an dernier face à... Angers.

Gap - Strasbourg (Ligue Magnus, 1/4 de finale, match 5)

Après les deux victoires initiales, les spectateurs gapençais s'étaient quittés en espérant se donner rendez-vous pour vivre une demi-finale, une consécration attendue depuis plus de vingt ans. Ils doivent cependant revenir ce soir, car leur équipe n'a pas su conclure à l'extérieur. Elle comptera donc sur leur soutien pour remporter ce cinquième match à domicile. Sinon, ils devront dire adieu à cette patinoire Brown-Ferrand - la rénovation ayant commencé - sur une défaite frustrante, un tour plus tôt qu'ils ne l'auraient prévu. Ces Strasbourgeois, avec leur jaune et noir couleur bulldozer, ont déjà envoyé à la démolition ancticipée la patinoire provisoire de Poissompré...

Le bulldozer démarre et écrase déjà tout sur son passage en seulement vingt secondes. Jean-Charles Charrette et Alexandre Cornaire suivent tous deux David Cayer derrière la cage, une grosse erreur défensive qui laisse Timothée Franck seul face au but. Le jeune Alsacien frappe trois fois la glace avec sa crosse, reçoit le centre de Jan Cibula et pousse le palet dans les filets déserts (0-1, 00'20").

Strasbourg - Gap (Ligue Magnus, 1/4 de finale, match 4)

En play-offs, on ne calcule pas en additionnant les scores. Même vainqueurs 9-2 hier, les Strasbourgeois sont toujours menés 2 à 1 dans la série. C'est un autre match qui commence, et le défi est toujours le même : marquer en premier pour obliger l'adversaire à se découvrir et le prendre en contre.

Strasbourg - Gap (Ligue Magnus, 1/4 de finale, match 3)

Quatre fois déjà, Strasbourg aura vécu le même scénario face à Gap : dominer la plupart du temps, mais buter sans cesse sur le gardien Ronan Quemener. Devront-ils une fois encore subir le même scénario ?