NHL

Canada. Classement IIHF : 1er (2015).
721 504 licenciés (116 884 hommes, 86 612 femmes, 518 008 juniors). 2 631 patinoires, plus 5 000 environ en plein air.

États-Unis. Classement IIHF : 5e (2015).
533 172 licenciés (156 357 hommes, 69 744 femmes, 307 071 juniors). 1 900 patinoires, plus 500 en plein air.

La NHL est une ligue professionnelle formée en 1917. Elle est depuis 1927 l'attributrice exclusive de la Coupe Stanley, trophée pré-existant remis depuis 1893 à la meilleure équipe nord-américaine.

logoLa saison 2014/15 (présentation).

Résultats des années passées : 2014, 2013, 2012 (bilan), 2011 (bilan), 2010 (bilan), 2009 (bilan), 2008, 2007, 2006...

Autres ligues pros nord-américaines : depuis la disparition de l'IHL - première du nom - en 2001, l'AHL est la seule ligue de deuxième niveau, dont toutes les franchises ont des contrats pour servir d'équipe-ferme aux formations de NHL. Viennent ensuite l'ECHL et la CHL. D'autres fragiles ligues mineures apparaissent ou disparaissent au gré des vents : SPHL, IHL, AAHL... Toutes les ligues pros sont des entreprises indépendantes en dehors de toute tutelle.

Pyramide de formation aux États-Unis : le hockey universitaire (NCAA) est prépondérant. Des ligues juniors y préparent, classées par la fédération américaine en niveau I (l'USHL), niveau II (la NAHL) et niveau III (EJHL, AJHL...).

Pyramide de formation au Canada : le hockey universitaire (CIS) accueille des joueurs voulant prolonger leurs études. Ceux qui visent une carrière pro se font remarquer avant, en junior majeur : WHL dans l'ouest, OHL dans l'Ontario, LHJMQ au Québec. En dessous, il y a le niveau "junior A", comprenant dix ligues géographiques : BCHL, OJAHL, SJHL... et LHJAAAQ au Québec. Les autres ligues juniors (moins de 20 ans) sont toutes classées "junior B", ce qui est appelé "junior AA" au Québec par analogie avec les classifications dites "triple A" (AAA), "double A" ou "simple A" qui sont utilisées dans les catégories d'âge inférieuses : Midget (moins de 17 ans), Bantam (moins de 14 ans), Pee-Wee (moins de 12 ans).

Grands joueurs canadiens : Wayne Gretzky, Bobby Orr, Mario Lemieux, Maurice Richard, Gordie Howe, Jean Béliveau, Doug Harvey, Eddie Shore, Terry Sawchuk, Jacques Plante, Guy Lafleur, Bobby Hull, Yvan Cournoyer.

Grands joueurs américains : Chris Chelios, Frank Brimsek, Brian Leetch.

Présentation NHL 2011/2012 : la division Centrale

Si la division Centrale est surtout connue pour l'intense rivalité entre Chicago et Detroit, elle est également une des plus disputées de la ligue. Malgré son budget limité, Nashville a ainsi atteint l'an passé le stade des demi-finales de conférence après avoir dépassé au classement de la saison régulière Chicago, pourtant champion sortant. Les Blackhawks n'ont pas réussi à défendre leur titre mais ils restent une équipe dangereuse, qui cherchera sans doute cette année à se racheter auprès de leurs fans d'une saison 2010/11 décevante.

Décimé l'an passé par de nombreuses blessures, St. Louis pourrait cette saison réussir à atteindre les playoffs grâce au potentiel de leurs jeunes joueurs. Si Columbus est sans doute l'équipe de la division qui a le moins de chances de parvenir aux playoffs, la franchise tente toutefois de se relancer avec l'arrivée de Jeff Carter et James Wisniewski.  

Présentation NHL 2011/2012 : la division Nord-Est

Cela faisait 18 ans et le dernier sacre en date des Canadiens de Montréal en 1993, qu'il n'y avait pas eu de vainqueur de la Stanley Cup provenant de la division Nord-Est. Ce sont finalement les Bruins de Boston qui ont été sacrés champions de la NHL au printemps dernier. Cette saison 2011/2012 sera encore très relevée dans cette division : Boston voudra bien sûr conserver son titre, Montréal et Buffalo voudront aller le plus loin possible en play-offs, pour Toronto l'objectif sera enfin de s'y qualifier. Quand à Ottawa et au Français Stéphane Da Costa, ce sera encore une année de transition dans le but de bâtir une équipe solide pour les années futures.

Bilan NHL 2011 (III) : les huit premières équipes

Boston Bruins (1er)Logo Boston_petit

Classement conférence est : 3e (103 points)
Attaque : 5e de la ligue, 2,98 buts marqués par match
Défense : 2e de la ligue, 2,3 buts encaissés par match
Parcours en playoffs : remportent la coupe Stanley face aux Canucks de Vancouver 4 matchs à 3
Meilleurs pointeurs : Milan Lucic (AG) : 30 buts, 62 points
David Krejci (C) : 13 buts, 62 points
Patrice Bergeron (C) : 22 buts, 57 points
Nathan Horton (AD) : 26 buts, 53 points
Mark Recchi (AD) : 14 buts, 48 points
En 2009/10 : 91 points, 6ème de la conférence, éliminés en demi-finale de conférence par les Flyers de Philadelphie 4 matchs à 3

La ville de Boston a connu ces dix dernières années un champion dans chaque sport majeur nord-américain (basket, baseball et football américain) sauf pour le hockey. En fait, Boston, qui fait partie des 6 équipes originales de la ligue, n’avait pas remporté la coupe Stanley depuis 1972.

Un nouvel enforcer de NHL décédé

Dans une effrayante hécatombe, un troisième joueur de NHL spécialisé dans les bagarres est mort en moins de quatre mois. Après Derek Boogard (28 ans, overdose médicamenteuse) puis Rick Rypien (27 ans, suicide causé par une dépression) le 15 août dernier, c'est Wade Belak (35 ans, retraité depuis mars), l'ancien joueur des Toronto Maple Leafs, qui a été retrouvé mort dans un hôtel de la ville ce mercredi. Une pierre de plus dans le jardin de la NHL, déjà montrée du doigt par l'accumulation de commotions cérébrales (qui prive de hockey sa principale vedette Crosby depuis six mois).

Bilan NHL 2011 (I) : les équipes non qualifiées en play-offs

Dallas Stars (17e)

Logo_Dallas_petitClassement conférence ouest : 9e (95 points) 
Attaque : 17e de la ligue, 2,71 buts marqués par match
Défense : 15e de la ligue, 2,76 buts encaissés par match
Meilleurs pointeurs :
   Brad Richards (C) : 28 buts, 77 points
   Loui Eriksson (AG) : 27 buts, 73 points
   Mike Ribeiro (C) : 19 buts, 71 points
   Brenden Morrow (AG) : 33 buts, 56 points
   Jamie Benn (AG) : 22 buts, 56 points
En 2009/10 : 88 points, 12e de la conférence, 20e de la ligue

MORROW_Brenden-2005-1111148

Après deux saisons sans playoffs (une rareté pour Dallas), les Stars cherchaient à rebondir, avec la nouvelle garde. Au revoir Mike Modano, Marty Turco et Jere Lehtinen ! Les trois piliers des dernières années étaient laissés libres à la fin de leurs contrats, Lehtinen prenant même sa retraite après trois trophées Selke de meilleur attaquant défensif.

La saison débute bien : 4 victoires de rang, puis 21 victoires en 34 matchs jusqu'à Noël. Brad Richards est au sommet (57 pts en 50 matchs) et ses compères Loui Eriksson (49 pts) et Mike Ribeiro (46 pts) affolent les défenses.

Et patatras : la mécanique se casse, avec une seule piteuse victoire en février. Le manager général Joe Nieuwendyk fait le ménage à la date limite des transferts avec une transaction douteuse : exit le sniper James Neal et l'arrière Matt Niskanen, contre le seul Alex Goligoski. Certes, Dallas y gagne un défenseur offensif de qualité contre un autre pris en grippe par le staff, mais perd un buteur pur.

En revanche, les Stars gardent Brad Richards, malgré la fin de son contrat au 1er juillet, et ajoutent un ancien de la boutique, Jamie Langenbrunner, plus ou moins en disgrâce chez les Devils. Cela ne suffit pas et Dallas ne parvient pas à passer Chicago sur la fin de saison, échouant à deux points des playoffs.

L'équipe a su éviter globalement les blessures mais a sans doute manqué de profondeur offensive, et surtout défensive. Stéphane Robidas et Trevor Daley ont eu un gros temps de jeu, mais ont manqué de soutien du reste de la brigade défensive. Kari Lehtonen a connu une saison correcte dans les cages mais était un peu seul et a dû jouer 69 des 82 matches. Les Stars ne sont pas passés loin mais ont sans doute manqué le bon wagon : le départ de l'agent libre Richards, inéluctable, et un système assez vide en gros espoirs risquent de pénaliser les Texans la saison prochaine.

Récapitulatif de la draft 2011

Si les transferts de Philadelphie ont donné le ton de cette draft, il n’y a pas vraiment eu de gros transfert pendant la cérémonie. Le seul transfert d’importance a envoyé les ailiers droits de San José Devin Setoguchi et Charlie Coyle (drafté au premier tour l’an passé) contre le défenseur du Minnesota Brent Burns. Setoguchi a du être surpris car il venait de resigner pour trois ans la semaine passée avec San José. Il devrait avoir du mal à avoir un impact offensif dans une équipe défensive comme le Wild et sans Joe Thornton à ses côtés mais il semble que le Minnesota était principalement intéressé par Coyle, auteur d’une bonne saison avec l’université de Boston. Par ailleurs, le Colorado a envoyé John-Michael Liles à Toronto avant même le début de la draft contre un choix de deuxième tour l’an prochain. Puis ce sont les Blackhawks de Chicago qui ont envoyé le physique ailier Troy Brouwer à Washington contre le choix de premier tour des Capitals.

Par un échange de bons procédés, ces mêmes Blackhawks ont envoyé Brian Campbell et son contrat de 7,1 millions par an en Floride contre Rostislav Olesz, lui-même considéré comme surpayé. Le salaire pharaonique de Campbell semblait empêcher son transfert mais le relèvement important du salary cap cette année oblige certaines équipes qui dépensent peu à trouver des gros contrats pour atteindre la masse salariale minimum. Toujours dans la gestion de la masse salariale, Los Angeles a envoyé Ryan Smyth à Edmonton. L’affaire est intéressante des deux côtés : les Oilers récupèrent un vétéran qui a joué de nombreuses saisons dans la franchise et souhaitait revenir alors que les Kings dégagent de l’espace dans la masse salariale.

Bilan NHL 2011 (II) : les équipes éliminées au premier tour des playoffs

Pittsburgh Penguins (9e)Logo_Pittsburgh_petit

Classement conférence est : 4ème (106 points)
Attaque : 13ème de la ligue, 2,78 buts marqués par match
Défense : 7ème de la ligue, 2,39 buts encaissés par match
Parcours en playoffs : éliminés par le Lightning de Tampa Bay en quart de finale de conférence 4 matchs à 3
Meilleurs pointeurs :  Sidney Crosby (C) : 32 buts, 66 points
   Kris Letang (D) : 8 buts, 50 points
   Chris Kunitz (AG) : 23 buts, 48 points
   Tyler Kennedy (C) : 21 buts, 45 points
   Pascal Dupuis (AD) : 17 buts, 37 points
En 2009/10 : 101 points, 4ème de la conférence, éliminés en demi-finale de conférence par les Canadiens de Montréal 4 matchs à 3

Difficile d’espérer jouer le titre quand vos deux meilleurs joueurs offensifs manquent à l’appel. Ainsi, Pittsburgh a réussi à se hisser en haut de la conférence Est malgré l’absence de celui qui est sans doute le meilleur joueur nord-américain de sa génération, Sidney Crosby (41 matchs joués), et le meilleur marqueur de la saison 2008/09 et MVP des playoffs la même année, Evgeni Malkin (43 matchs joués). Le manque d’attaque s’est logiquement ressenti lors des playoffs face à Tampa Bay et le siège infructueux du but gardé par Dwayne Roloson, qui a conduit à une élimination prématurée des Penguins.

Récapitulatif des principales signatures d'agents libres

La période des agents libres a été particulièrement généreuse cette année. Ainsi, comme le salary cap a été fortement augmenté au printemps, beaucoup d’équipes se sont retrouvées avec de l’espace vis-à-vis du plafond salarial ou, au contraire, de l’espace à combler pour parvenir au plancher. D’où une tendance générale à l’inflation, ce qui n’est pas forcément de bonne augure pour l’année prochaine et la renégociation de la convention collective. Le premier juillet a été très animé avec pas moins de 50 signatures d’agents libres, même si ces joueurs ne figurent pas parmi les meilleurs de la ligue.

La Suède à l'honneur au repêchage de la NHL

Ce week-end, le hockey suédois a une nouvelle fois fait sensation à l'occasion de la session de repêchage 2011 de la NHL à Saint Paul, au Minnesota. Parmi les 211 jeunes hockeyeurs sélectionnés par les trente franchises de la Ligue Nationale, si le Canada et les Etats-Unis furent évidemment la priorité avec une proportion de 67,6%, la Suède aura été la troisième nation la plus représentée avec vingt-huit joueurs dont six élus au premier tour, dont quatre parmi les dix premiers. Vingt-huit, c'est le double par rapport à trois autres puissances de la planète : la Finlande, la République Tchèque ou la Russie. Une performance historique.