Russie

drapeauClassement IIHF : 1re (2012).
63 580 licenciés (2 050 hommes, 530 femmes, 61 000 juniors).
340 patinoires couvertes (2000 en plein air).

L'histoire du hockey soviétique.

Organisation des championnats : création en 2008 de la KHL incorporant trois clubs de pays voisins (Lettonie, Bélarus, Kazakhstan) et autonome de la fédération (avec délégation officielle). Vysshaïa Liga et Pervaïa Liga organisées par la FHR. Compétitions juniors : MHL créée en 2009 par la KHL, et autres catégories (U18, U16, U15, U14, U13) gérées par les fédérations régionales avec tournoi final national.

 

La page 2012/13 du championnat russe.

La bilan de la KHL 2009/10.

Le palmarès du championnat.

Grands joueurs : Vsevolod Bobrov, Anatoli Firsov, Aleksandr Yakushev, Vladislav Tretiak, Vyacheslav Starshinov, Aleksandr Maltsev, Valeri Kharlamov, Boris Mikhaïlov, Vladimir Petrov, Sergei Makarov, Igor Larionov, Vladimir Krutov, Vyacheslav Fetisov, Aleksei Kasatonov, Vyacheslav Bykov, Sergei Fedorov, Aleksandr Ovechkin, Evgeni Malkin.

 

Catégorie : Russie

Présentation de la KHL 2013/14 : division Kharlamov

SVITOV Alexander-120520-373Il faut toujours prendre garde à ce que les déclarations intempestives ne reviennent pas comme un boomerang quelques années plus tard. En revenant à l'Ak Bars Kazan, Aleksandr Burmistrov était attendu avec un sourire en coin. Tout le monde se souvenait qu'il avait déclaré il y a trois ans préférer la NHL parce que la KHL était une "ligue pour les joueurs âgés". À croire qu'il se considère déjà comme un vieux à même pas 22 ans ! Le prétexte du trou de mémoire ne tenant plus face à des archives implacables, il a été obligé de préciser sa pensée a posteriori : il ne voulait pas offenser la KHL, mais simplement souligner que les clubs russes ne font pas assez confiance à leurs jeunes...

C'est vrai pour les juniors, mais les trois années passées en NHL ont apparemment débarrassé son club formateur des prévenances à l'égard de Burmistrov. C'est en effet le plus jeune joueur à avoir été enregistré comme "joker hors plafond salarial" : on imagine donc que la rémunération proposée a joué un rôle dans ce revirement d'opinion. L'autre motif, c'est qu'il était barré pour les deux premières lignes à Winnipeg et qu'il veut se montrer pour participer aux Jeux olympiques de Sotchi.

Quoi de mieux que Kazan, ancien club du sélectionneur national Zinetula Bilyaletdinov, dont l'adjoint Valeri Belov entraîne toujours l'équipe, pour mettre toutes les cartes de son côté pour être sélectionné pour les JO les plus chers de l'histoire ? C'est le même raisonnement qu'a tenu Aleksandr Svitov, centre de la quatrième ligne aux derniers Mondiaux. Et le triple champion du monde Aleksei Tereshchenko est toujours là, puisqu'il a signé à 32 ans un nouveau contrat de trois saisons. Comme aune de comparaison, on ne peut pas rêver mieux : trois centres potentiels pour l'équipe de Russie se retrouvent dans le même club !

Catégorie : Russie

Présentation de la KHL 2013/14 : division Bobrov

La plus intéressante division de KHL ?

Avce ses clubs-phares et son ouverture internationale, la division Bobrov est peut-être celle qui suscite le plus de curiosité en KHL. En tout cas, elle ne manque pas d'évènements étonnants :

- le gros gibier Ilya Kovalchuk

- un joueur-vedette poursuivi par la presse et viré pour alcoolisme

- Sergei Fedorov accusé de harcèlement moral et de mépris pour les entraîneurs russes

- une équipe nord-américaine perdue au beau milieu de la KHL

- une pépite vue l'hiver dernier à Amiens et qui brille subitement en KHL

Catégorie : Russie

SKA Saint-Pétersbourg - Donbass Donetsk (KHL, 8e journée)

ska st-p

Le SKA Saint-Pétersbourg est un monstre du hockey mondial. Le club n'a  peut-être jamais remporté la KHL mais sa première place en saison régulière lors de l'exercice 2012-2013 et son immense budget qui nourrit de grandes stars européennes en font un favori tout désigné.

Les Pétersbourgeois ont remporté leurs sept matches, n'ont encaissé que 10 buts pour 33 marqués. D'ailleurs, vendredi, l'équipe a établi un nouveau record en inscrivant au moins un but lors d'un 104e match consécutif face au Spartak Moscou (4-1), une série commencée le 15 janvier 2012.

En somme, un Titan dont le courroux effraie toujours.

HC Donbass

Le gardien Alexander Salak - qui laisse sa place ce dimanche au talentueux Ezhov - et le buteur Viktor Tikhonov dominent les statistiques alors que l'investissement Ilya Kovalchuk, quoique très onéreux, n'a pas déçu avec 7 points dont 4 buts en 5 rencontres.

Une carte visite qui pourrait donc inquiéter n'importe qui... sauf Andrei Nazarov, le coach, un brin provocateur dirons-nous, du Donbass Donetsk.

La formation ukrainienne s'est plutôt bien débrouillée lors de sa première saison en KHL sans pour autant se qualifier pour les play-offs, l'objectif principal de cette année.

Les hommes de Nazarov ont un bilan de 4 victoires pour 3 défaites avant ce déplacement hautement périlleux même si le Donbass a déjà battu ce poids lourd la saison dernière.

Catégorie : Russie

Présentation de la KHL 2013/14 : division Tarasov

KOMAROV Leo-120504-413On ne change pas une équipe qui gagne, et encore moins quand elle est entraînée par Oleg Znarok. Il faudrait un observateur très attentif pour relever les différences entre le nouveau Dynamo Moscou et celui de l'an passé : les mêmes lignes, les mêmes unités spéciales, le même système de jeu parfaitement huilé. Le même Aleksandr Eremenko dans les cages. Le même Leo Komarov de retour de NHL comme s'il n'était jamais parti. Après deux titres consécutifs, il est tout naturel de poursuivre sur la lancée.

On compte tout de même une perte notable : Ilya Gorokhov, un des joueurs les plus respectés dans le vestiaire, est retourné chez lui à Yaroslavl. Cela n'entamera pas la cohésion de cette équipe sans star, qui ne compte qu'un seul joueur dans la pré-sélection olympique : Denis Kokarev, un pur joueur de devoir qui touchait moins de 200 dollars par mois comme junior à Tver avant d'intégrer le système du MVD/Dynamo.

La tentative d'un recrutement plus glamour s'est soldée par un échec : le Dynamo a payé dix millions de dollars les droits du prodige de 18 ans Valeri Nichushkin au Traktor... mais il est parti aussi sec en NHL. Le club pense que c'est trop tôt - et il a sans doute raison car les joueurs qui mûrissent en Europe réussissent mieux - mais il garde foi en un retour si jamais Nichushkin n'arrive pas à se faire une place dans la composition de Dallas.

Catégorie : Russie

VHL : la base de développement du hockey russe

L'exceptionnelle série du Sary-Arka Karaganda, qui passe toutes ses pré-saisons en France, la tentative de convertir au hockey sur glace la "capitale du sud" de la Russie, le dédommagement pour des joueurs qui doivent déménager du jour au lendemain d'une très grande ville à un trou perdu, et un champion avec 450 enfants licenciés qui obtient enfin une seconde glace : les résultats commentés de VHL - la deuxième division russe - permet de comprendre à travers ces anecdotes comment se développe le hockey dans ce pays.

Catégorie : Russie

Bilan de la KHL 2012/13 (III) : équipes classées de 1 à 8

Dynamo Moscou (1er) : l'autorité martiale

OVECHKIN Alexander-120520-392Premier titre en club pour Aleksandr Ovechkin ! Le meilleur joueur de NHL de la saison a en effet obtenu un titre de champion de Russie, où il a joué jusqu'en janvier. Son nom a été gravé sur la Coupe Gagarine, tout comme celui de Leo Komarov... mais pas celui de Niklas Bäckström, le troisième joueur passé pendant le lock-out. Pour beaucoup, c'est une vraie injustice envers le Suédois, qui est resté plus longtemps que Komarov, coincé initialement en AHL pour ne pas troubler les relations avec son nouveau club Toronto. Mais c'est apparemment un choix interne au vestiaire, où Komarov est certainement plus adopté que Bäckström : il reviendra d'ailleurs l'an prochain, ayant décidé de quitter la NHL où son rôle habituel d'attaquant défensif aura pourtant été apprécié durant ces quelques mois, notamment en infériorité numérique.

Pour être accepté au Dynamo, il faut rentrer dans le moule, et ne surtout pas discuter l'autorité martiale. Après sa bouderie salariale de l'été et son arrivée tardive, le petit Mikhaïl Anisin a été recadré par l'entraîneur Oleg Znarok qui ne le faisait plus jouer qu'en quatrième de ligne, sans temps de jeu en supériorité. Quand il a été envoyé en équipe-ferme, il a craqué : il a déclaré que le Dynamo n'appartenait pas à "un ou deux Napoléons" (Znarok et le manager Safronov, qui l'isolaient et le présentaient comme un égoïste) et a refusé de se présenter. Il a alors été licencié pour absentéisme : ce n'était pas au club de l'indemniser, mais au contraire à lui de payer les deux tiers du montant restant de son contrat (600 000 euros) ! Finalement, Anisin s'est excusé de ses mots prononcés sous le coup de la fièvre, et son ex-entraîneur Nazarov l'a sauvé en le recueillant.

Znarok n'en était que conforté dans son autorité sans faille. Le joker tchèque Jakub Petruzalek, arrivé en janvier dans un échange tripartite, a pu s'en apercevoir. Il a été le meilleur marqueur de l'équipe en play-offs, mais quand il a reculé dans un duel par peur du colosse du SKA Artyukhin, Znarok l'a vu et l'a sorti de l'effectif au match suivant. On ne badine pas avec le combat au Dynamo, équipe de groganards durs au mal dont le meilleur défenseur Ilya Gorokhov a fini les play-offs avec une fracture de la cheville. Ici, les vedettes sont les anonymes, à l'instar d'Aleksei Sopin, qui a passé toute l'année avec la réserve avant d'être appelé juste avant les play-offs et d'y marquer 10 points.

Les deux joueurs-phares de l'équipe, ce sont Denis Kokarev et Sergei Soïn, les travailleurs de la quatrième ligne de l'équipe nationale de Russie. Soïn a fait son retour en championnat du monde après dix ans d'absence, grâce à sa grande utilité démontrée en play-offs : il a neutralisé Radulov dans le derby contre le CSKA, puis a fait de même avec les stars du SKA.

Catégorie : Russie

Bilan de la KHL 2012/13 (II) : équipes classées de 9 à 16

Metallurg Magnitogorsk (9e) : éliminé par son propre joueur-symbole

MALKIN Yevgeni-120520-420La coïncidence était presque trop belle pour être vraie. En donnant l'occasion au meilleur joueur du monde Evgeni Malkin de revenir dans son club formateur, le lock-out NHL permettait de former une ligne de rêve Mozyakin-Malkin-Kulemin dont les initiales (MMK) sont celles du combinat métallurgique de la ville (Magnitogorsky Metallurgichesky Kombinat) et principal bailleur de fonds du club ! Ce trio avait de quoi faire trembler toutes les défenses de la KHL. Mais quand la NHL a repris, Sergei Mozyakin restait le seul attaquant dangereux après le départ de ses deux partenaires.

Malkin laissait un vide d'autant plus grand que l'international canadien Ryan O'Reilly se mettait finalement d'accord sur son contrat avec Colorado et repartait à son tour. Magnitka a alors cherché de nouveaux meneurs offensifs en recrutant Aleksandr Korolyuk, qui avait constitué un duo productif avec Mozyakin à Mytishchi, et Milan Gulas. Ce Tchèque a amené de l'impact physique et des mises en échec, mais a connu une longue disette offensive avant de se débloquer au cinquième match des play-offs contre Ufa et d'enchaîner par un doublé le surlendemain. Mais les faits sont têtus : après le départ de Malkin, le Metallurg n'a inscrit qu'une seule fois plus de trois buts dans un match.

Cette attaque autrefois crainte a donc été finalement éliminée au premier tour des play-offs sur un but en cage vide d'Aleksei Kaïgorodov, meilleur joueur de ce septième match. Or, Kaïgorodov avait commencé la saison à Magnitogorsk (où il a passé presque toute sa carrière de 5 à 29 ans), avant que l'entraîneur canadien Paul Maurice ne le laisse en tribune pour dix rencontres, le poussant à aller voir ailleurs. La prise de risques de Kaïgorodov, style unique qui avait fait sa gloire en éliminant le Canada en quart de finale du Mondial 2011, ne correspondait plus au hockey plus intensif que Maurice a été chargé de mettre en place. Le coach lui reprochait sa méforme physique et un manque de travail à l'entraînement. Après cette éviction, c'est un Kaïgorodov très motivé qui a pris sa revanche dans ce septième match, devant son ancien public.

Catégorie : Russie

Super size me, ou le destin brisé de Vladimir Krutov

KrutovDans son film Super size me, Morgan Spurlock rend compte des effets ravageurs sur sa santé d'un régime alimentaire constitué exclusivement de fast-foods. Quinze ans auparavant, un des meilleurs sportifs de la planète avait vécu à ses dépens la même démonstration : pendant que tous ses collègues, vedettes de la grande équipe d'URSS des années 80, connaissaient une seconde carrière en NHL, Vladimir Krutov a ruiné la sienne en moins d'une année en ingurgitant de la malbouffe, incapable de s'auto-discipliner en dehors du strict encadrement soviétique.

Il serait pourtant injuste de ne retenir de Krutov que ses problèmes de surpoids. Avant ce gâchis qui a brisé sa carrière et ruiné sa santé, il fut un junior prodige, puis un des meilleurs joueurs au monde. L'ailier gauche de la KLM (Krutov-Larionov-Makarov) en était un maillon aussi essentiel que les deux autres. Il n'avait rien à envier à la vision du jeu de Larionov, ni à la technique de Makarov. Il y ajoutait la puissance, car c'est un joueur qui n'avait pas froid aux yeux et s'imposait physiquement dans les zones denses, y gagnant son surnom de "tank".

Lire la biographie de Vladimir Krutov, encore un portrait de grand hockeyeur comme on ne peut en lire nulle part ailleurs.

Catégorie : Russie

La Coupe Gagarine pour le Dynamo

Comme la saison dernière, le Dynamo Moscou remporte la Coupe Gagarine après avoir terminé en troisième position de la Conférence Ouest.

Les Moscovites ont obtenu le titre lors du match 6 en battant le Traktor Tchelyabinsk 3-2 en prolongation. C'est Aleksei Tsvetkov qui a assuré le succès en temps supplémentaire à 65'57". Le Traktor s'incline donc 4 manches à 2.

Le gardien Aleksandr Yeryomenko est élu meilleur joueur des play-offs dont le pourcentage d'arrêts flirte avec les 93,5%. C'est le deuxième sacre consécutif pour le Dynamo, le onzième au total si l'on rajoute les titres du championnat russe pré-KHL et ce nouveau couronnement tombe à pic puisque ce jeudi sera fêté le 90e anniversaire de l'organisation omnisports du Dynamo.