Slovaquie

Classement IIHF : 8e (2016).
11 518 licenciés (3 285 hommes, 691 femmes, 7 542 juniors).
68 patinoires (dont 21 en plein air).

Les résultats commentés 2015/16.

Le palmarès du championnat.

 

Catégorie : Slovaquie

Extraliga (½ finales) : la hiérarchie respectée

Ivan_KolozvaryLes affiches du dernier carré ont rendu un verdict conforme aux attentes. Trenčín n’a pu piper mot à Košice qui a pris un malin plaisir à montrer toute l’étendue de sa puissance avant de disputer sa onzième finale de championnat en dix-huit éditions, la quatrième de rang. Les « Chamois » de Poprad, quant à eux, atteignent pour la seconde fois de leur histoire ce stade de la compétition après avoir bataillé ferme avec les « Béliers » de Banská Bystrica. Ces derniers n’ont pas tout perdu dans l’affaire puisqu’ils sont repartis des Tatras avec leur première médaille d’Extraliga autour du cou.

HC Košice (1er) – Dukla Trenčín (5e) : 4-0

Le HC Košice est en quête d’un double « hat-trick » cette saison après que les seniors se soient qualifiés pour leur quatrième finale d’Extraliga d’affilée. Car outre la troisième couronne en élite qui tend les bras aux Oceliari, les juniors locaux ont déjà glané le titre en fin de semaine dernière aux dépens de Martin et le groupe U18 peut lui aussi chercher son trophée contre… Trenčín. Le club de la Métropole de Slovaquie orientale surfe plus que jamais sur la vague du succès et la demi-finale expédiée face au Dukla Trenčín a renforcé cette impression d’invincibilité ; les coéquipiers de Ján Pardavý se sont cassé les dents et les deux mâchoires avec ! Il faut dire que Dušan Gregor a dû composer avec un groupe amputé – ou presque – de certains de ses meilleurs éléments, à l’instar de Radoslav Tybor, meilleur buteur des quarts-de-finale (six réalisations), affaibli par un virus chopé au mauvais moment. La fatigue née des sept matches contre Bratislava et les fautes à foison provoquées sur la glace de la Steel Aréna ont également pesé très lourd.

Catégorie : Slovaquie

HC Košice – Dukla Trenčín (demi-finale, match 2)

Kosice_Trencin_1Affiche des quatre premières finales de l’Extraliga, ce Košice-Trenčín attise toujours l’intérêt médiatique et populaire de par son caractère prestigieux même s’il convient d’admettre que le Dukla n’entretient sa gloire que par ses lauriers passés. L’incroyable retournement de situation dont il fut l’auteur au tour précédent contre Bratislava (menés 0-3 dans la série) force toutefois le respect – et la reconnaissance – dans les rangs cassoviens. Slovan est l’ennemi de Košice, Trenčín son rival. La nuance est de taille. C’est en traditionnel adversaire, certes, mais aussi en héros que les tombeurs des Danubiens ont fait dimanche leur entrée dans la Steel Aréna, chauffée à blanc par les supporters des deux camps.

Les neuf jours de répit des doubles tenants du titre ne les ont rouillés en aucun cas. A l’inverse, la longue série de sept rencontres terminée quatre jours auparavant a enlevé des forces aux Trenčania. Si bien que le premier duel disputé dimanche a viré à la déculotté pour les visiteurs, incapables d’offrir des arguments de poids aux vainqueurs de la saison régulière (9-1). Košice, qui n’avait pas encore marqué autant de buts dans un même match cette saison, a fait  montre d’une insolente efficacité offensive, comme en attestent les cinq buts inscrits dans le dernier tiers en seulement huit tentatives. La question de l’impact psychologique de cette déroute est évidemment sur toutes les lèvres au coup d’envoi du deuxième opus de cette demi-finale. D’autant plus que Radoslav Tybor, le meilleur archer de Trenčín (25 buts), déclare forfait à la dernière minute, tout comme son camarade russe Alexander Naurov.

Catégorie : Slovaquie

Extraliga : le point sur les quarts de finale

Ce n’est pas une surprise mais quand même une grosse sensation. Bratislava, finaliste de la précédente édition et club le plus titré de l’Extraliga, ne participera pas aux demi-finales de la compétition après s’est fait sortir sur sa propre glace mercredi par le Dukla Trenčín à l’issue du match décisif. C’est le fait majeur de ce premier tour qui a offert son lot de duels aux couteaux, preuve que les huit qualifiés ont abordés ces play-offs dans les meilleures conditions physiques et mentales. A noter qu’en bas de l’élite, Žilina est parvenu sans mal à prolonger son bail après avoir remporté les barrages contre Piešťany, champion de la Prvá Liga (2e div.), qui, comme l’an passé contre ces mêmes « Loups », a glissé sur la dernière marche du perron de l’Extraliga (4-0 sur la série pour Žilina).

HC Košice (1er ) – HK Nitra (8e) : 4-1

Durak_LacoEn ne concédant qu’une seule défaite face à Nitra, Košice a été le premier qualifié pour les demi-finales et a donc eu, à première vue, la tâche la moins compliquée de tous les engagés au cours de ce premier tour des play-offs. En s’y penchant de plus près, les choses n’ont pas été aussi simples et les Oceliari ont dû s’employer pour venir à bout de Corgoni revigorés par un faste début d’année 2011. Non pas que les doubles tenants de la couronne aient balbutié leur hockey. C’est plutôt le niveau de jeu de leur adversaire en quarts-de-finale qui a été supérieur à ses prestations ordinaires.

Le duel d’ouverture a certainement été le moins bien négocié par les ouailles de Rostislav Čada, même si la victoire – étriquée – fut au bout (4-3). Fébriles dans tous les secteurs, ils ont laissé les attaquants de Nitra (notamment Lubomír Korhoň) prendre leurs aises devant un Július Hudáček plutôt moyen et l’on a vu Košice se transformer alors en géant au pied d’argile. Le salut des locaux est venu d’un coup de malice de Jaroslav Kristek à une minute de la sirène, le centre tchèque confirmant ses statistiques contre les huitièmes ; c’est le joueur de Košice le plus productif contre Nitra cette saison (7+5 après la série).

Catégorie : Slovaquie

HC Košice, la force tranquille

Julius_HudacekUn avenir désormais proche dira si Košice aura frappé un grand coup pour la majorité de l’Extraliga. Car même si tout laisse à penser que les Cassoviens sont imbattables en 2010/2011, la mésaventure de Bratislava, dans un état de grâce similaire l’an passé, entraîne les pronostiqueurs à la modération. Les doubles tenants de la couronne nationale, qui jouent ce soir leur premier quart-de-finale à domicile contre Nitra, ont semblé plus forts que jamais au cours de cette saison régulière remportée avec trois semaines d’avance sur la fin des festivités et surtout avec trois nouveaux records en poche. Après avoir établi début décembre la plus grande série de victoires à l’extérieur (15), ils ont terminé la première phase avec 137 points au compteur, soit onze de plus que leur propre marque de 2008/2009, et ils relèguent leur dauphin Poprad à vingt-six longueurs, un écart là aussi inédit.

« Si quelqu’un avant le début du championnat nous avait dit que ça allait se dérouler de la sorte, on aurait immédiatement signé des deux mains, se réjouit Július Hudáček, le gardien du club. Nous sommes très heureux d’avoir assuré la première place et ce bien en avance. Cela nous a permis d’affiner notre forme sur les matches restants. L’entraîneur a aussi pu essayer tous les joueurs en prévision des play-offs et de voir qui pourra évoluer à tel ou tel poste. C’est un avantage certain par rapport aux autres équipes. » Un avantage, certes, mais pas une assurance tous risques pour conquérir un troisième titre consécutif, une prouesse encore jamais réalisé en dix-huit éditions. Et le meilleur portier de la ligue, appelé sous les drapeaux fin 2010, se méfie comme de la peste des poursuivants des Oceliari au classement. 

Catégorie : Slovaquie

Interview de Stanislav Gron (HC Košice)

Heureux qui comme « Stano »

Jamais un mot plus haut que l’autre. À la ville comme dans les patins, Stanislav Gron n’est pas du genre démonstratif. Mais derrière ce manque apparent d’exubérance se cachent une humilité et un respect d’autrui qui lui ont jadis fait défaut mais qui semblent faire aujourd’hui sa force. Longtemps cantonné aux seconds rôles en attaque, le numéro 97 (clin d’œil à l’année où il a été drafté par les New Jersey Devils) attire désormais sur lui bon nombre de projecteurs. « Stano le discret » est en effet l’un des meilleurs éléments de l’Extraliga 2010/2011, et si une vilaine déchirure du ménisque contre Skalica le 19 novembre ne le tenait pas à l’écart jusqu’au 30 décembre, il serait actuellement en tête des pointeurs nationaux.

« Quand il est en pleine mesure de ses capacités, Stano est l’un des tous meilleurs hockeyeurs slovaques et il l’a d’ailleurs prouvé dans la première moitié de championnat, dit de lui son équipier Richard Jenčík. Lui et Peter Bartoš aident énormément le groupe et il y a beaucoup à apprendre d’eux. ». À travers le long entretien qui suit, le centre cassovien évoque une carrière déjà bien remplie et dont il se montre en tous points satisfait. Rencontre avec un gentleman.

Catégorie : Slovaquie

Extraliga slovaque : le point club par club (8 et 9/11)

Avant dernière étape de notre tour d’horizon avec deux formations qui connaissent des fortunes diverses : Skalica, qui s’est sorti progressivement de la zone rouge grâce à un mois de novembre négocié avec succès, et Orange 20, autrement dit la sélection nationale junior qui dispose d’un statut particulier (hors classement). Suite et fin du bilan à mi-parcours de la saison régulière mercredi avec les deux derniers au classement, Žilina et Nitra.

HK 36 Skalica

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. On ne sait peut-être pas qui est Alphonse de Lamartine à Skalica mais sa fameuse formule sied pourtant comme un gant aux frontaliers qui commencent juste à digérer l’absence de Žigmund Pálffy. L’ancien new-yorker n’a laissé derrière lui qu’un grand vide dans le système de jeu des Záhoraci et il aura fallu bien des déroutes sur la glace dans le premier mois et demi de bagarre pour que les finalistes 2008/2009 trouvent enfin leur rythme de croisière. Heureusement, le retard accumulé au démarrage n’est pas si conséquent et après avoir encaissé huit revers  dans les neuf matches d’ouverture – et s’être coiffé d’un logique bonnet d’âne de dernier de la classe –, les voici revenus en cette fin novembre à la septième place du classement, à un point seulement de la cinquième. Ils ont même dépassé Slovan Bratislava, ce qui aurait été un grand luxe il n’y a pas si longtemps encore. 

Catégorie : Slovaquie

Extraliga slovaque : présentation des quarts de finale 3 et 4

HC Slovan Bratislava (4e) – Dukla Trenčín (5e)

Hajek-FiloQue peut-on attendre de Slovan cette saison ? C'est une grande énigme. Après avoir connu la plus grande crise de son histoire lors du dernier trimestre 2010 (séries de défaites, huitième place au classement, Pavel Hynek limogé au profit de Zdeno Cíger), les Danubiens ont redressé la barre à la nouvelle année civile et sont parvenus à grappiller quatre positions dans la hiérarchie. Mais l'édifice en construction a de nouveau montré des signes inquiétants d'instabilité ces dernières semaines, et le summum du ridicule a été atteint le 2 février après la défaite 5-3 contre les juniors d'Orange. Certains cadres de 2009/2010 ont fui la capitale (Martin Kuľha, Tomáš Demel, Ľubomír Vaic) mais d'autres renforts de poids sont arrivés (Marek Uram, Joe Rullier, Ric Jackman).

Le Dukla est plutôt dans une spirale positive, même s'il convient plutôt de parler de régularité que de véritable redressement. Trenčín a recruté à la pelle les deux premiers mois de compétition mais est ensuite resté calme sur le marché des transferts, hormis le recrutement en janvier du Tchèque Zdeněk Blatný que Košice avait laissé libre après une mise à l'essai infructueuse. Les vieux (Ján Pardavý, Ľubomír Sekeráš, Tibor Melichárek) ont été supplantés par la nouvelle vague du Dukla (Peter Kopecký, Martin Chovan, Jakub Gašparovič) qui a fortement contribué à la bonne prestation collective lors des dernières sorties. À quelques heures du début de ce choc de « grands » slovaques, un pronostic serait présomptueux.

Catégorie : Slovaquie

Extraliga slovaque : Košice loin, très loin !

La grosse page de la saison régulière a été tournée dimanche soir. Championnats du Monde organisés au pays obligent, les festivités se sont terminées avec trois semaines d’avance par rapport aux années précédentes, si bien que le calendrier n’a pas connu de temps morts cette saison, hormis quelques pauses internationales ici et là. Košice a dominé sans une seule baisse de régime de septembre à février et c’est en toute logique que les Oceliari ont clos l’exercice, pour la cinquième fois depuis 1993/1994, à la première place du classement, qui plus est avec un record de points à la clé. En 57 matches, ils ont cumulé la bagatelle de 137 unités, soit onze de plus que leur propre marque instaurée il y a deux saisons (126 points en 56 rencontres). L’écart – le fleuve ! – qui les sépare de leur dauphin Poprad (26 points) manifeste à lui seul l’hégémonie de la formation de l’Est.

La surprise de l’année est venue du côté de Martin, véritable dindon de la farce de cette dix-huitième édition. Médaillés de bronze en avril dernier, le MHC Mountfield a scié la branche du succès et planté l’arbre de la déroute. Le dernier jour de la période des transferts (31 janvier), les deux meilleurs éléments offensifs du club quittaient le navire à la dérive : Jaroslav Jabrocký, 27 réalisations au compteur,  rejoignait le deuxième échelon suédois (Västerås) tandis que Marek Uram retrouvait ses anciens potes de classe à Bratislava. Ce n’était pas le bon moment pour les Martinčania, premiers leaders de la compétition, de perdre leurs armes les plus efficaces alors qu’ils étaient en train de connaître une descente aux enfers, due à un catastrophique mois de janvier (neuf défaites en dix matches, dont une humiliante contre les juniors d’Orange).

Catégorie : Slovaquie

Extraliga slovaque : le point club par club (10 et 11/11)

Terminons le bilan à mi-chemin par deux équipes pour qui ça ne va pas fort en ce moment: Žilina et Nitra. Si les premiers cités sont habitués à évoluer bon an mal an, les autres, en revanche, sont tombés lourdement de leur nuage de demi-finaliste.

MsHK DOXXbet Žilina

Petruska__MilovanovicDe toutes les formations engagées dans cette dix-huitième édition, Žilina est certainement celle dont les performances – et donc la position au classement (9e) – surprennent le moins. Le club des Malá Fatra a pris l’habitude de rendre des copies toujours très médiocres en fin d’année mais toujours pilepoil au-dessus de la moyenne, lui permettant ainsi de conserver sa place en élite. Ce fut le cas la saison dernière (premier non relégué d’office) et cela risque très probablement d’être le cas cette saison car même si les « Loups » terminent derniers ils auront toujours l’occasion, comme en mars dernier, de sauver leur peau lors des barrages contre le champion de l’échelon inférieur. On est encore loin  de ces échéances printanières mais on sait toujours à quoi s’attendre avec Žilina. Le salut pourrait venir de Nitra si les Corgoňi s’engluent à la dernière place et prennent de fait le fauteuil du condamné au play-down.

Trêve de supputations. Les Žilinčania sont de toute façon parmi les plus faibles de la cuvée 2010/2011, comme pouvait le laisser entrevoir le budget alloué à la direction, le plus petit de tous. Les quelques têtes d’affiche qui avaient osé l’aventure « jaune et verte » ont d’ailleurs appris à leurs dépens qu’il fallait avoir davantage de cœur à l’ouvrage que la fibre lucrative ; Peter Klouda (le meilleur passeur de la précédente saison régulière) est reparti fin septembre à Poprad après l’avoir quitté cet été car sa paie avait deux mois de retard. L’ont suivi Jan Kopecký et Tomáš Nádašdi, ce dernier, officiellement évincé pour carence de résultat, était pourtant alors l’un des meilleurs défenseurs d’Extraliga. Quant à Anton Pozník, il a été remercié pour le simple fait qu’il fallait supprimer une bouche à nourrir et ainsi faire maigrir un « mammouth » pourtant déjà bien émacié, notamment par la blessure au genou de Miloš Palovčík, le deuxième attaquant du club dans les statistiques (indisponible jusqu’à fin janvier).

Catégorie : Slovaquie

Extraliga slovaque : le point club par club (5, 6 et 7/11)

Quid des formations du milieu de tableau qui, hormis Zvolen qui fait preuve de stabilité dans les secteurs défensifs et offensifs, ne brillent que par leur irrégularité et un manque évident de charisme.

HKm Zvolen

Fidèle à son image et à sa tradition sportive, le HKm Zvolen se fait une place dans le haut de tableau sans faire de bruit. Après une saison 2009/2010 que l’on peut qualifier de décevante malgré un joli rush en fin de parcours, le club de Slovaquie centrale a bien redressé la barre et figure parmi les gros calibres de l’actuel cru. Ce grâce à une parfaite symbiose entre les générations réussie par l’entraîneur Ernest Bokroš dont la méthode instaurée au commencement de l’année civile porte désormais ses fruits.