Publicité

Slovaquie

Classement IIHF : 8e (2016).
11 518 licenciés (3 285 hommes, 691 femmes, 7 542 juniors).
68 patinoires (dont 21 en plein air).

Les résultats commentés 2015/16.

Le palmarès du championnat.

 

Catégorie : Slovaquie

HC Košice – Slovan Bratislava (Extraliga slovaque, finale, match 4)

L’ange-gardien Hudá?ek et le berger Bartoš veillent sur Košice

Toute la Steel Aréna le plébiscite. Certains même conseillent à Glen Hanlon, via des pancartes, de le sélectionner pour les prochains Mondiaux. Ne cherchez donc plus la nouvelle star du HC Košice ; tout le monde sait déjà que c’est Július Hudá?ek, le gardien des « Oceliari » à qui tout réussit en ce moment. Pierre angulaire du renouveau de son équipe en janvier, le jeune homme de 21 ans ne cède pas sous la pression des play-offs, à l’inverse de son homologue en finale, Branislav Konrád, bouc-émissaire des deux déroutes des siens à domicile. Le portier bratislavien a ainsi dû laisser sa place dans les cages au « vieux » Pavol Rybár (38 ans), déjà aux affaires contre Košice au même stade de la compétition l’an passé sous les couleurs de Skalica.

Catégorie : Slovaquie

Slovan Bratislava – HC Košice (Extraliga slovaque, finale, match 2)

10 secondes puis le cauchemar

L’écart est le même que la veille mais la déculottée semble pourtant plus grande pour le Slovan Bratislava, de nouveau corrigé à domicile par le HC Košice (3-6) qui, menant la série 2-0, est plus que jamais en position de force pour conserver son titre. Avant de disputer les deux prochaines rencontres dans la métropole de l’Est dimanche et lundi, les hommes de Rostislav ?ada ont pris, en plus des points, un ascendant psychologique indéniable ; plus entreprenants sur ce deuxième duel, les Danubiens n’ont jamais réussi à dominer des Cassoviens aux nerfs d’acier. Même lorsque les « Aigles » ont pris les commandes au score, Rudolf Huna, l’homme du match, a crucifié les locaux en concluant un hat-trick dix secondes après ! Un règne éclair pour ceux qui avaient instauré une hégémonie sur le championnat depuis septembre.

Catégorie : Slovaquie

Slovan Bratislava – HC Košice (Extraliga slovaque, finale, match 1)

Vent de panique sur la capitale

Le lever de rideau de la finale d’Extraliga a été le théâtre hier à Bratislava d’une grande sensation : Košice est venu battre –  et de quelle manière – Slovan sur sa patinoire (5-2), menant ainsi 1-0 dans la série. Une défaite qui fait fracas dans la mesure où les Danubiens n’avaient pas encore courbé l’échine devant leurs traditionnels ennemis cette saison. Si la qualité technique et le rythme de jeu offerts sur ce premier duel n’ont pas atteint un niveau magistral, l’intensité émotive a quant elle rendu la partie passionnante.

Les nerfs ont d’ailleurs été mis à rude épreuve plus vite qu’on pouvait l’espérer. Après seulement 66 secondes, le légionnaire tchèque de Košice Petr Šachl pousse au fond des filets un palet que le gardien Konrád n’avait pu maîtriser suite à une puissante frappe de Peter Húževka. Le suspens provoqué dans la foulée par une demande de confirmation vidéo de la part des arbitres instaure déjà une trame dramatique à la joute slovaque. D’un côté comme de l’autre, les supporters sont déjà en émois. La validation de l’ouverture du score s’accompagne alors d’une immense stupeur dans les travées bratislaviennes (0-1, 1’06’’).

Catégorie : Slovaquie

Extraliga slovaque (½ finale) : les favoris au rendez-vous

« Avec les play-off commence une nouvelle compétition. Les compteurs sont remis à zéro et c'est la forme du moment qui est le plus important. » Chaque joueur y va de son discours identique à celui du voisin à la veille des grandes échéances. Sauf qu'en Slovaquie, la vérité tant criée ne s'est pas confirmée en demi-finale après avoir pourtant été expérimentée au tour précédent. Le Slovan Bratislava, dominateur sur toute la saison régulière, a remis les points sur les « i » après un exercice, sinon périlleux, en tous cas peu convaincant contre Zvolen ; la surprise Nitra a été écrasée par le rouleau-compresseur de la capitale. Quant à Košice, propriétaire de la breloque dorée, il lui aura guère fallu plus de temps pour écarter Martin de la route à la finale, laquelle mettra donc en opposition les deux géants historiques du championnat slovaque.

Catégorie : Slovaquie

Extraliga slovaque (¼ de finale) : la surprise Nitra

La saison régulière avait été des plus fastidieuses. Slovan Bratislava n'avait eu aucun rival pour le leadership, et la bataille pour la place de dauphin avait été depuis longtemps remportée par Banská Bystrica. Heureusement pour l'aficionado, le premier tour des play-off (quarts de finale) a sonné le glas des certititudes acquises depuis septembre. En grande difficulté il y a encore quelques semaines, le HC Košice, tenant de la couronne nationale, est certainement celui qui s'en est le mieux sorti en s'imposant facilement et surtout rapidement face à Poprad. Slovan, malgré le score final, a dû s'employer pour vaincre le dernier qualifié, Zvolen, tandis que Martin a attendu le septième et dernier match pour se défaire du finaliste de l'édition précédente, Skalica. Mais la véritable sensation est à mettre à l'actif de Nitra, septième du classement et tombeur de Banská Bystrica qui devient par la même la grande déception de ce cru 2009/2010. Rapide tour d'horizon de ces quatre duels passionnants...

Catégorie : Slovaquie

Ján Pardavý : « Nous sommes attendus au tournant »

0523A Banská Bystrica, haut-lieu de la résistance slovaque pendant la Seconde Guerre Mondiale, les « Béliers » passent à l’attaque avec dans la ligne de mire l’Extraliga et son dictateur, le Slovan Bratislava, qu’ils ont d’ailleurs battu mardi à l’occasion du choc au sommet de l’ultime journée de la saison régulière (4-3 tab). Mais, en attendant de recroiser le fer avec le club de la capitale pour des enjeux d’une autre importance, les hommes de Milan Staš (ancien joueur puis entraîneur de Megève dans les années 90), deuxièmes du classement, devront d’abord mettre hors circuit Nitra (7e) dès samedi à l’occasion du premier tour des play-offs.

Qui l'eût cru ? Promu dans l'élite du hockey slovaque l'an dernier, le HC'05 Banská Bystrica endosse déjà le rôle de trouble-fêtes cette saison. Le budget est petit, certes, mais le coeur, tout comme l'appétit, est gros sur les bords du Hron. Si Vladimír Országh, champion du Monde 2002, et Branislav Jánoš ont quitté le navire en cours de route (le premier a arrêté sa carrière à cause d'un genou récalcitrant, l'autre est parti à Tren?ín pour l'appat du gain), l'effectif actuel est toujours aussi séduisant : Tomáš Bulík, Richard Bauer, Michal Dian (qui a fait les beaux jours de Clermont-Ferrand puis des Ducs de Dijon) et Miroslav Hlinka (doré à Göteborg avec la Slovaquie), pour ne citer qu'eux, chaperonnent une horde de jeunes natifs du coin.

Sans oublier le plus fameux de tous, Ján Pardavý. Le capitaine des « Rouges », double titulaire du titre national avec le Dukla Tren?ín, a décidé d'apporter dans la métropole de la Slovaquie centrale son immense expérience et ainsi contribuer à la réussite de ses nouvelles couleurs depuis deux saisons. Le meilleur pointeur (86) et buteur (42) de l'Extraliga 1996/1997 se livre sur son nouveau club, les play-offs à venir et son heureuse longévité.

Catégorie : Slovaquie

Extraliga slovaque (finale) : le choc des Titans

HC_KoiceAu risque de se répéter, la bataille qui débute ce soir entre Bratislava et Košice, les deux derniers clubs champions de Slovaquie, représente bien plus qu’un simple défi annuel. Il en va de la suprématie historique sur le hockey slovaque depuis la saison 1993/1994 et la première édition de l’Extraliga « indépendante ». La cinquième confrontation entre les deux métropoles du pays va, c’est certain, apporter son lot de spectacles, de drames et d’émotions. Car un Slovan-Košice, par nature, est toujours à marquer d’une pierre blanche.

Si les statistiques donnent cent fois raison d’espérer le titre aux Danubiens, leaders du championnat de bout en bout et jamais perdants face à leurs rivaux cette saison, la réalité de la glace pourrait davantage équilibrer le duel. Certes, les tenants du titre cassoviens ont été laborieux, voire médiocres, pendant une majeure partie des débats 2009/2010 mais leur incroyable rédemption entamée mi-janvier les a propulsé au rang de meilleure formation (devant Slovan) sur le dernier tiers de la saison régulière. En attendant la confirmation de l’hégémonie de Slovan ou le hold-up de Košice, voici ce qu’il faut savoir des enjeux et des petites histoires de la finale.

Catégorie : Slovaquie

L'adieu de Žigo à la Patrie

Palffy_1Žigmund Pálffy, c'est un peu le « Zidane » slovaque. Vénéré par tous – supporters, joueurs et entraîneurs –, il a, tout comme le fameux numéro 10 français, apporté à son pays le premier et unique titre de champion du monde dans sa discipline (2002). Il a aussi joué pour les grands clubs internationaux et su draîner derrière ses performances sur la glace tout son lot de billets verts. En Slovaquie, on ne touche pas à « Žigo », icône nationale par excellence dont on suit les moindres faits et gestes dans la presse dite « people ».

Force est de constater que le gaillard de 38 ans (il les aura en mai) a plutôt bien mené sa barque sportive. Parti très jeune outre-Atlantique pour intégrer l'Eldorado NHL, Pálffy est de cette génération de joueurs nés du communisme, émancipés à l'heure capitaliste. La prospérité puisée chez l'Oncle Sam aura duré pour lui douze belles saisons (1993-2006), d'abord sous les couleurs des New York Islanders, puis successivement pour les Los Angeles Kings et les Pittsburgh Penguins. Bilan des comptes : 329 buts dans la ligue nord-américaine et quatre fois pensionnaire du All Star Game (1996, 1998, 2001, 2002) !

Une blessure récurrente à l'épaule le contraint cependant à réfléchir sur la suite de sa carrière. En 2005, après le Mondial autrichien, il annonce une première retraite internationale avant de stopper complètement l'année suivante. Il a alors 34 ans. Mais le silence aura que peu duré. Il s'engage en effet en été 2007 avec son club de coeur, le HK 36 Skalica. Avec lui, Pálffy renaît : meilleur pointeur du championnat pour sa première (99 points), il échoue de peu avec les verts lors de l'exercice suivant, seulement battus en finale par Košice. Cette saison-là, il avait affolé tous les compteurs avec 126 points dont 70 buts !

Catégorie : Slovaquie

Les Chamois veulent gravir la montagne

KrotakPoprad, terre de contrastes. Où les rues planes et droites du centre-ville s'opposent aux cîmes escarpées des proches Hautes Tatras. Où les maisons médiévales du vieux quartier de Spišská Sobota s'effacent devant des guirlandes de tours HLM. Où un magnifique ciel bleu visible ici se cache derrière un épais brouillard un peu plus loin. Où, enfin, l’équipe de hockey sur glace est capable d'aligner dix défaites en quatorze journées de championnat avant de gagner onze des treize suivantes.

Outre cette incroyable irrégularité dans les performances, les « Chamois » cristalisent bien d'autres phénomènes hétéroclites. Du haut de ses 194 centimètres, le défenseur Ján Brej?ák toise l'attaquant Juraj Faith, un double décimètre plus petit. Juraj Kledrowetz, 40 printemps, pourrait être le paternel d'Adam Lapšanský, moitié plus jeune que lui.

Les comparatifs sont exhaustifs dans l'effectif des Bleus et Blancs, le plus expérimenté d'Extraliga avec une moyenne d'âge de trente balais bien nourrie par Richard Šechný (39 ans), Stanislav Jase?ko ou le capitaine Arne Kroták (38). Ce dernier voit dans cette sagesse exacerbée une source d'épanouissement et une responsabilité beaucoup plus facile à gérer. « Ça fait déjà quelques années que je suis capitaine, rappelle Kroták. Ce n’est pas quelque chose de bien compliqué, surtout ici où il y a des joueurs expérimentés qui n'ont pas besoin qu'on leur dise ce qu’ils doivent faire. J’avais en revanche plus de travail l’année dernière. La situation était difficile, il fallait toujours répéter la même chose aux jeunes joueurs, j'en avais marre. L'atmosphère et les relations sont bien meilleures désormais. »

Certes. Mais les vétérans ont parfois quelques difficultés à bien huiler la machine. Un temps quatrièmes du classement, avec des perspectives de grimper encore un peu dans la hiérarchie, les Chamois ont dégringolé de trois places avant de se qualifier in extremis pour les play-offs à la sixième position. « Cette Extraliga est un peu fragmentée, analyse le capitaine aux six sélections nationales. Depuis le début de l'année civile, on joue le vendredi et le dimanche puis on a toute la semaine de libre. Puis on rejoue un match de temps à autre. Pour nous, les joueurs les plus vieux et les plus expérimentés, c'est mieux de jouer souvent et de façon régulière. J'y vois la raison de nos résultats en dents de scie. En jouant une ou deux fois par semaine au lieu de trois, on coupe l'élan d'une équipe. »

Catégorie : Slovaquie

Košice retrouve le sourire... et l'espoir

BartosPeterDimanche soir, à l'issue de son match à domicile contre Martin, le HC Košice en aura terminé avec sa saison régulière. Une série de quarante-sept journées que les champions de Slovaquie auront dans l'ensemble mal négocié mais qui, au regard du dernier mois, a été presque parfaitement conclue. On avait quitté les « Oceliari » en plein désarroi mi-janvier ; des résultats en dents de scie, une inquiétante septième place au classement, des supporters en colère et le capitaine Juraj Faith mis à la porte, flanqué de Jaroslav Kmi? et Juraj Kledrowetz, pour une mauvaise conduite toujours inexpliquée. Aujourd'hui, en dépit de deux revers successifs (Slovan dimanche et Skalica hier), les troupes de Rastislav ?ada peuvent se réjouir d'avoir redressé la barre : ils luttent encore pour la troisième place et ont été invaincus dix rencontres de rang depuis la « crise ».

« Nous nous sommes toujours bien entraînés, se défend le capitaine Peter Bartoš. C'était juste une question de temps. Les gars bossent dur à l'entraînement et cela devait bien porter ses fruits un jour. » La patience. On a du mal à croire que la médiocrité des prestations de Košice ne s'explique que par le seul facteur temporel. « Il est vrai que nous avons certainement sous-évalué les premiers matches, concède le natif de Martin. Nous pensions que ça allait revenir automatiquement mais il y a eu du changement dans l'équipe, notamment en défense. Les jeunes n'avaient pas encore cette qualité qu'ils ont désormais et, surtout, ne savaient pas vraiment ce que l'on attendait d'eux. Maintenant ils ont une plus grande confiance en eux et une plus grande expérience. »

À la différence de Slovan Bratislava, le grand rival qui écrase la concurrence cette saison, le HC Košice a très peu remanié ses cadres à l'aube du lancement de l'Extraliga. On ne change pas une équipe qui gagne. Mais qu'en est-il d'une équipe qui perd ? Certains sont partis voler sous d'autres cieux (Miklík, Šimurda), d'autres ont été virés (le coach Tomko et les trois fautifs) et quelques uns sont repartis aussi vite qu'ils étaient apparus sous le maillot bleu marine (Lašák, Höglund). Un manque de stabilité dans le groupe conjugué à une défense fébrile dans laquelle Ján Taba?ek a eu longtemps du mal à initier les « apprentis » Peter Slimák (20 ans) et Radek Deyl (21), voilà effectivement ce qui semble être à l'origine des maux de tête du club de la métrople de l'est pendant plusieurs mois.