Slovaquie

Classement IIHF : 8e (2016).
11 518 licenciés (3 285 hommes, 691 femmes, 7 542 juniors).
68 patinoires (dont 21 en plein air).

Les résultats commentés 2015/16.

Le palmarès du championnat.

 

Catégorie : Slovaquie

Les Jeux dopent les Slovaques

Je t'aime moi non plus. Lorsque, le 14 octobre dernier, la Slovaquie se qualifie pour la première fois de sa jeune histoire pour la phase finale de la Coupe du Monde de football 2010, le sort du hockey-sur-glace dans ce pays semble être scellé ; la sélection nationale, vieillissante et déclinante sur la scène mondiale, n'inspire plus que les vrais fans. Le reste de la population, quant à lui, vibre déjà pour les spécialistes du ballon rond. Mais les Jeux Olympiques de Vancouver sont passés par là et ont redistribué les cartes. En l'espace de deux semaines de compétition, les Slovaques se sont réconciliés avec leurs favoris et, comme en 2002 et le titre de champion du monde, le pays tout entier a vécu au rythme des exploits de la bande à Chára, finalement quatrième d'un tournoi qu'elle aura sans conteste marqué de son empreinte. 

Pourtant, faire lever les foules – à double titre – n'a pas été chose aisée. La programmation des matches, soit tardive soit empiétant sur les heures d'embauche, conjuguée à la défaite contre les frères ennemis tchèques en lever de rideau (1-3), aurait pu servir de frein aux supporters. Interrogé à l'issue de son entraînement avec le HC Košice, Rudolf Huna, dix-huit sélections, reflétait bien en ce 18 février l'état d'esprit qui animait alors la population : « Par curiosité, j'ai regardé le match contre les Tchèques car, à six heures, j'ai estimé que j'avais assez dormi. En revanche, je ne suivrai certainement pas les autres rencontres de l'équipe. » Le retentissant succès le lendemain face à la Russie (2-1 tab), double tenante de la couronne mondiale, allait rendre caducs les propos du meilleur buteur des champions de Slovaquie.

Souvenirs

Petit à petit, les conversations dans la rue tournent autour d'un seul sujet. « As-tu vu qu'on a battu les Russes ? Ovechkin n'a rien pu faire contre nous » peut-on entendre alors. Dans l'environnement quotidien aussi, tout commence à se focaliser autour de la sélection nationale : Žigmund Pálffy se marre en compagnie d'un gamin à tous les carrefours pour une campagne de publicité vantant les mérites d'une célèbre marque de téléphonie française tandis que les devantures se déguisent d'écharpes, de maillots, de mains géantes et de chapeaux aux couleurs blanc-bleu-rouge.

Les joueurs de Ján Filc étrille la Lettonie (6-0) et voilà qu'on spécule désormais sur l'adversaire des barrages pour les quarts-de-finale. La Norvège, l'heureux (malheureux ?) élu, satisfait pleinement le quidam. La « génération dorée », comme on l'appelle sous les Tatras, refait surface et, au prix d'un combat pas si simple que cela, se défait des Scandinaves (4-3). Ce sera les voisins suédois au prochain tour...

Suède-Slovaquie, le match que tout un peuple attend. Un succès contre les tenants du titre et c'est la meilleure perfomance des représentants de la Double-Croix lors d'une Olympiade assurée. Dans le train qui relie Košice à Bratislava, les radios chantent à tue-tête les commentaires du match. Chaque wagon, chaque compartiment, chaque voyageur... Tout le monde retient son souffle lorsque, menant 2-0 puis 3-2, les Slovaques sont rejoints au score par Forsberg & Co.

Catégorie : Slovaquie

Extraliga slovaque : l'équipe-type 2009/2010

Bien que le championnat n'en ait pas encore terminé avec sa phase régulière (il reste onze journées sur cinquante-deux avant les play-off), le site www.hokejportal.sk a publié hier l'équipe-type d'Extraliga version 2009/2010. Les sept meilleurs joueurs (trois défenseurs n'ont pu être départagés) ont été élus par leurs pairs, le jury étant composé d'un hockeyeur de chacun des douze clubs de l'élite slovaque. Le résultat, sans surprise, révèle une composition on ne peut plus expérimentée, avec une moyenne d'âge de plus de 34 ans !

Catégorie : Slovaquie

Du rififi chez les champions

Jaroslav KmitLes fastes du titre de champion de Slovaquie obtenu en avril dernier après dix ans de disette semblent être un lointain souvenir pour le club du HC Košice. Aux trois quarts de l'exercice actuel, les "Steelers" occupent une médiocre septième place au classement, avec un bilan de 17 victoires pour 18 défaites. Et sont à des années-lumière de Slovan Bratislava, l'ennemi de toujours, qui caracole en Extraliga avec quinze longueurs d'avance sur son dauphin, Banská Bystrica, et déjà trente-trois sur Košice !

C'est d'ailleurs à l'issue de la dernière confrontation entre les deux monstres du hockey slovaque, le 10 janvier, que les prémices d'un profond malaise ont éclaté au grand jour dans les rangs des tenants du titre, défaits 3-5 dans leur Steel Aréna par le club de la capitale après avoir pourtant mené 3-0. En dépit de la déception sportive née de cette contre-performance sur la glace, c'est davantage depuis les coulisses d'après-match que le scandale est apparu.

Sont visés trois joueurs de l'équipe, et non des moindres : le capitaine Juraj Faith, qui avait donné la victoire aux siens lors de la finale 2008/2009 contre Skalica aux tirs aux buts, Juraj Kledrowetz, défenseur emblématique de 40 balais qui a effectué presque mille rencontres sous le maillot bleu marine, et Jaroslav Kmit, attaquant resté fidèle au club de ses débuts et qui a connu les deux derniers sacres nationaux de Košice. Deux jours plus tard, Juraj Bakoš, le manager général, fait part du licenciement du trio par mesure disciplinaire. L'onde de choc est énorme.

Quelques semaines seulement après leur victoire en championnat, l'affaire Ladislav Š?urko, du nom de ce jeune attaquant écroué pour le meurtre d’un arbitre, avait déjà ému le staff et fait jaser tout le monde du hockey slovaque. L'image du HC Košice s'est une nouvelle fois écornée avec cette histoire... dont on ne connait pas vraiment le fond ! Les journaux évoquent la présence de filles faciles et d'alcool dans les vestiaires après le match contre Bratislava. En fait, il se murmure du côté de la deuxième ville du pays que c'était la goutte d'eau qui a fait déborder un vase déjà bien rempli de privilèges usurpés par les trois cadres virés.

Catégorie : Slovaquie

Un hockeyeur a tué un arbitre

Ladislav Scurko, récent champion de Slovaquie avec Kosice mis en garde à vue hier soir, a avoué avoir assassiné de 14 coups de couteau en janvier 2008 l'arbitre Marek Liptaj, dont le cadavre avait été retrouvé dans une forêt en décembre dernier.
Catégorie : Slovaquie

Adversaire de Rouen : Martin

Après avoir évoqué Bolzano et Minsk à travers leurs qualifications, intéressons-nous au seul adversaire de Rouen qualifié d'office pour la finale, le club slovaque du MHC Martin. Il est réputé pour avoir la plus grosse ambiance de l'Extraliga slovaque, et on en aura un petit aperçu à Rouen avec 80 supporters environ.

Martin sort de sa meilleure saison, avec le meilleur effectif qu'il ait jamais eu. Il avait manqué de très peu (à la dernière journée) la deuxième place de la saison régulière, qui l'aurait qualifié pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Au lieu de cela, il a fini troisième et joue ainsi la Coupe Continentale, où il a été directement qualifié pour la Superfinale qui se tiendra ce week-end à Rouen, et où il fait figure de favori en tant que seul représentant d'un grand championnat (même si c'est le plus petit des grands championnats). Mais cette saison 2007/08 d'exception avait été gâchée en play-offs : menant 3 victoires à 0, Martin avait trouvé le moyen de se faire éliminer en perdant les quatre manches suivantes contre Trencin !

Ces résultats avaient tout de même appuyé la politique du président Jaroslav Zigo, qui veut ressusciter Martin en faisant revenir les ex-internationaux formés localement et partis dans des clubs plus ambitieux. Michal Beran, le capitaine très réfléchi (35 ans), et Jaroslav Török, le combattant de tous les instants (37 ans), forment ainsi toujours le cadre de l'équipe, et ils ont été rejoints cette année par un joueur qu'ils ont côtoyé depuis leur plus jeune âge, le défenseur Daniel Babka (36 ans, 196 cm et 104 kg).

Avec cette arrivée, la saison 2008/09 devait donc être celle de la confirmation pour Martin. Malheureusement, le mois de décembre a été marqué par des blessures de joueurs clés, Török et l'attaquant tchèque Lukas Havel, et le club a chuté au classement. Cette période noire a illustré une certaine faiblesse de banc du MHC, qui joue à 3 lignes contre 4 à ses adversaires : le jeune international letton Guntis Dzerins a ainsi une fiche de -11 alors que les joueurs des deux premiers blocs sont tous nettement positifs. Ce manque de profondeur est bien sûr relatif à l'Extraliga slovaque, mais il signale que les Slovaques auront un avantage moins important que prévu sur un Rouen voire un Bolzano, qui n'ont pas des effectifs aussi fournis que des clubs de grands championnats.

Cette fin d'année difficile a coûté sa place à Ladislav Spisiak, l'entraîneur en poste depuis mars 2006. Depuis le Nouvel An, c'est Dusan Gregor - champion de Slovaquie 2004 avec Trencin et viré par le club tchèque de Liberec en début de saison - qui a repris les rênes de Martin. Mais les deux défaites du dernier week-end ont compromis les chances de figurer parmi les six meilleures équipes, celles qui joueront une poule finale. Pendant la Coupe Continentale, le club slovaque sera sûrement attentif à ce qui se passe au pays car les résultats de ses adversaires pourraient lui barrer définitivement la route du top-6 et l'obliger à jouer la poule basse qui délivrera deux places restantes en quart de finale.

Le meilleur marqueur de l'équipe est le Tchèque Lukas Riha, un joueur talentueux mais réputé pour son caractère imprévisible. Il peut parfois être très sympathique et se mettre le public dans la proche, comme la saison dernière quand il a emprunté les accessoires des pom-pom girls (les pompons, pas les vêtements...) et imité leur chorégraphie après un match. Mais il peut aussi s'énerver assez souvent... Très souvent, en fait. Riha est le joueur le plus pénalisé du championnat slovaque en raison de méconduites à répétition.

La discipline est une des clés rappelées par Gregor depuis son arrivée : si son équipe prend moins de prisons, elle n'en sera que plus redoutable. Son powerplay a les deuxièmes meilleures statistiques de l'Extraliga slovaque, à plus de 20%, et pourrait être son arme fatale.

Catégorie : Slovaquie

Top/flop européen de février 2008 : Kezmarok (flop)

À l'issue de deux allers-retours dans l'Extraliga slovaque, le promu Kezmarok - une station de ski - avait gardé sa huitième place un peu par miracle, après une série de huit matches sans victoire, uniquement parce que ses poursuivants Zilina et Nitra avaient été aussi faibles dans la "dernière ligne droite".

Sauf que ce n'était pas tout à fait la dernière ligne droite. Dans sa nouvelle formule à 12 clubs, le championnat slovaque a rajouté à un double aller-retour traditionnel douze journées supplémentaires où les clubs classés à un rang impair rencontrent en aller-retour ceux classés à un rang pair.

Cette 8e place, obtenue en vertu des confrontations particulières par Kezmarok, qui avait battu trois fois sur quatre Zilina (à égalité de points), recelait donc un piège en réalité. Cela tient aux deux extrêmes. Le promu devait affronter les équipes classées 1, 3, 5, 7, 9 et 11, y compris le Slovan Bratislava, dominateur incontesté de la saison régulière. Zilina avait droit en revanche à deux matches faciles contre le n°12, l'équipe nationale junior slovaque intégrée au championnat pour apprendre (dans la défaite). D'un côté, deux défaites "probables". De l'autre, deux succès "assurés". C'est en tout cas ce que disaient les contempteurs de la formule...

En fait, Kezmarok a pris quatre points sur six possibles contre Bratislava. Et son adversaire Zilina a réussi à ne glaner qu'un point sur six contre les juniors ! Les moins de 19 ans (car ce sont eux qui remplacent les moins de 20 ans après le Mondial pour préparer l'année suivante...) n'ont même gagné que contre Zilina dans cette phase décisive... Cela n'a pas empêché le champion 2006 Zilina de doubler Kezmarok... qui pourra accuser tout le monde sauf la formule.

Catégorie : Slovaquie

La Slovaquie en récession

Le championnat slovaque a repris ce week-end dans un contexte assez morose. Après s'être lancés dans une expansion qui n'était déjà pas légitime en temps normal, les responsables de l'Extraliga ont tiré les conséquences de la crise. Le championnat sera donc réduit de 12 à 10 équipes : les deux derniers descendront et le 10e jouera un barrage.

Il faut dire que la contraction a failli se produire de force : Poprad n'a confirmé sa présence que début juin après avoir passé un accord de collaboration avec son voisin Kezmarok (le relégué), Nitra a retrouvé un sponsor moins de deux semaines avant l'ouverture du championnat, et Liptovsky Mikulas a été racheté à 100% par la municipalité qui ne détenait que la moitié des parts du club.

L'équipe nationale des moins de 20 ans, partiellement intégrée au championnat comme équipe supplémentaire, a elle aussi été menacée de disparition. Finalement, il vient d'être annoncé que le projet - financé par le sponsor français Orange - se poursuivrait encore au moins deux ans. Le maintien à plein temps de cette équipe junior a permis d'arrêter un peu l'exode des jeunes vers l'Amérique du nord.

Ils partent seulement un peu plus tard, comme Juraj Mikus (21 ans) qui a quitté Skalica pour l'AHL. Sans cet espoir à ses côtés, Zigmund Palffy se retrouve donc plus isolé que jamais, seule star dans une ligue qui n'en compte pas beaucoup.

Martin en a quand même recruté deux, les internationaux Karol Krizan et Marek Uram, et cela semble efficace. Le vainqueur de la Coupe continentale à Rouen est en effet en tête après deux journées, en compagnie d'un Slovan Bratislava plus modeste qu'à l'accoutumée, car il fera la saison dans une patinoire de repli pendant que la sienne est en travaux en prévision des Mondiaux 2011. Le champion en titre Kosice (13 départs, 7 arrivées) a en revanche perdu ses deux premières rencontres.

Catégorie : Slovaquie

Juraj Faith "tue le père"

Juraj Faith Après 10 ans d'attente, Kosice est redevenu hier champion de Slovaquie en gagnant aux tirs au but à Skalica sur un penalty gagnant de son capitaine Juraj Faith. L'ancien joueur de Mulhouse, qui était parti avant le titre de champion de France, entre ainsi dans l'histoire du hockey slovaque : "C'est l'aboutissement de ce que je n'avais pas encore réussi au hockey. J'attendais ça depuis un temps affreusement long. [...] Mon père [entraîneur de l'équipe adverse] m'a félicité. Il a plus de titres que moi. Il est juste que son fils ait maintenant un titre. C'est une célébration partagée en famille. Skalica a fait une fantastique saison, mais n'a pas eu la même séquence que nous : quatrièmes, troisièmes, deuxièmes et maintenant premiers."

Le héros malheureux, c'est l'autre capitaine, Zigmund Palffy, qui a conduit Skalica en finale presque à lui tout seul, mais qui a aussi manqué trois tentatives dans cette séance fatidique de penaltys ! Alors qu'il y avait égalité un partout après trois essais de chaque côté, ses coéquipiers ont laissé "Ziggy" choisir qui tirerait pour les duels supplémentaires. Il a voulu y aller deux fois lui-même, et cette obstination n'a pas payé.
Catégorie : Slovaquie

Top/flop européen d'octobre 2008 : Liptovsky Mikulas (top)

La tendance est claire à Liptovský Mikulás : 6e en 2000, 7e en 2001 et 2002, 9e en 2003, 7e en 2004, 8e en 2005, 9e en 2006 et 2007, 11e et dernier en 2008... Le club voit sans cesse partir ses meilleurs joueurs (par exemple un certain Jan Plch en 2005) et fait figure d'éternel figurant dans l'Extraliga slovaque.

Cette année, les anciens sont revenus. Mais s'ils sont revenus, n'est-ce pas qu'on ne voulait plus d'eux ailleurs ? N'est-ce pas qu'ils sont trop vieux et qu'il est trop tard pour eux ? On pouvait le penser pour un Peter Listiak, plus hasardeux dans ses relances à sa seconde saison à Épinal. Et pourtant, le défenseur, qui a fait toute sa carrière ici avant ses deux années en France, a aujourd'hui la meilleure fiche +/- de l'équipe : +17.

Oui, les vieux se portent bien. Le centre Juraj Halaj, revenu dans son club formateur six ans après, en est le meilleur marqueur à 39 ans. L'arrière tchèque Jiri Hes, pas vraiment convoité à 36 ans avec 4 petits points à sa dernière saison en Extraliga tchèque, est devenu le meilleur marqueur du championnat parmi les défenseurs, tout en prenant sous son aile la jeune génération qui s'avère prometteuse.

Mais la clé actuelle de l'équipe, c'est son gardien tchèque Martin Falter. Il est là depuis plus de trois ans mais n'a jamais été aussi performant. Il a été élu deux fois "joueur défensif de la semaine" de l'Extraliga au cours du mois. Incroyable deuxième du classement, le HK32 Liptovský Mikulás ne lâche toujours rien au leader Kosice (trois points de retard, mais avec un match en moins).

Dommage que le public soit tellement habitué à la défaite qu'il ne connaît même plus le chemin de la patinoire. Le maire de la ville Jan Blchac a décrété que le match contre Skalica serait gratuit, et 3000 personnes se sont pressées dans la patinoire, mille de plus que d'habitude. Espérons que cet engouement se poursuivra car le parcours du club le mérite.

Catégorie : Slovaquie

Top/flop européen de novembre 2007 : Zilina (flop)

Tandis que Vladimir Hiadlovsky (junior) a gagné la place de titulaire dans les cages de Tours, son père Vladimir Hiadlovsky (senior) s'est fait virer de son poste d'entraîneur de Zilina, après une série noire qui a vu le champion 2006 ne gagner qu'un match en quatorze journées. Il ne faut pas croire pour autant que le coach sert de seul fusible et que les joueurs sont épargnés. Ce n'est pas comme ça que ça se passe dans l'Extraliga slovaque ! La coutume locale est plutôt aux sanctions financières. Les hockeyeurs de Zilina s'étaient déjà vu retirer leurs primes d'octobre pour n'avoir pas redressé la barre comme les dirigeants l'avaient exigé.

Depuis le changement d'entraîneur, c'est une solution plus originale qui a été tentée : le club a décrété l'entrée gratuite pour les supporters pendant trois rencontres, car ce sont les joueurs qui paieront les recettes de match "normales" de leur poche ! Un nouveau système qui a immédiatement fonctionné : le premier match "offert" par les joueurs a été gagné 5-4, qui plus est contre le leader, le Slovan Bratislava. Le public en a eu pour son... euh non, pour leur argent !