Qualifications pour les Jeux Olympiques 2002

 

Pré-qualifications (11 et 12 décembre 1999 à Sofia)

Bulgarie - Yougoslavie 6-7 (2-0,2-3,2-4)
Bulgarie - Yougoslavie 4-7 (2-1,1-3,1-3)

La Croatie ne s'est pas inscrite aux qualifications olympiques : le secrétaire général de sa fédération a reçu le fax de l'IIHF, l'a vaguement classé et l'a oublié...

Ceux qui en profitent sont les Serbes : ils s'adjugent la dernière place qualificative et récupèreront même des droits télévisés grâce à leur présence au tour suivant, retransmis sur une chaîne allemande.

 

 

Premier tour

Groupe 1 (10, 12 et 13 février 2000 à Ljubljana, Slovénie)

Allemagne - Yougoslavie 14-0 (5-0,5-0,4-0)
Slovénie - Italie 0-7 (0-1,0-2,0-4)
Italie - Yougoslavie 13-0 (5-0,5-0,3-0)
Slovénie - Allemagne 2-5 (0-1,2-1,0-3)
Slovénie - Yougoslavie 11-0 (1-0,4-0,6-0)
Italie - Allemagne 1-2 (0-1,0-0,1-1)

Classement : 1 Allemagne 6, 2 Italie 4, 3 Slovénie 2, 4 Yougoslavie 0.

Même à domicile, la Slovénie n'aura pu se mêler à la lutte entre Italiens et Allemands, qui s'affrontent dans le match décisif. L'Allemagne ouvre le score après deux minutes par Brännström, mais l'Italie revient dans le troisième tiers grâce à un but de Busillo : elle est alors qualifiée à la différence de buts ! Les Allemands jouent leur va-tout et sortent leur gardien, et Maurizio Mansi a alors la possibilité de tirer dans la cage vide. Mais il choisit de porter le palet et est accroché par Jürgen Rumrich, sans que l'arbitre siffle, une action qui provoquera la grande colère des Italiens. En effet, l'Allemagne se retrouve en fin de match avec une mise au jeu en zone offensive. Mark MacKay la gagne et va faire écran devant Rosati. Comme demandé par Hans Zach lors du temps mort, Mirko Lüdemann envoie vers la cage dans l'optique d'une déviation ou d'un rebond, mais le palet rentre directement dans les filets. À huit secondes de la fin, l'Allemagne est qualifiée.

 

Groupe 2 (10, 11 et 13 février 2000 à Tallinn, Estonie)

Kazakhstan - Lituanie 13-2 (1-1,7-0,5-1)
Estonie - Ukraine 0-5 (0-2,0-2,0-1)
Ukraine - Lituanie 3-1 (1-0,1-0,1-1)
Estonie - Kazakhstan 4-2 (0-1,2-0,2-1)
Ukraine - Kazakhstan 3-5 (0-2,2-1,1-2)
Estonie - Lituanie 9-2 (6-1,2-1,1-0)

Classement : 1 Ukraine 4, 2 Kazakhstan 4, 3 Estonie 4, 4 Lituanie 0.

Le Kazakhstan réussit à battre l'épouvantail ukrainien, mais cette victoire est inutile, à cause de leur défaite de la veille contre l'Estonie. Dans la lutte à trois à la différence de buts particulière, c'est l'Ukraine, vainqueur 5-0 d'entrée du pays organisateur, qui tire son épingle du jeu (+3), devant le Kazakhstan (0) et l'Estonie (-3).

 

Groupe 3 (10, 11 et 13 février 2000 à Gdansk, Pologne)

Grande-Bretagne - Roumanie 4-0 (2-0,2-0,0-0)
Pologne - France 2-5 (0-1,2-3,0-1)
France - Roumanie 9-1 (3-1,3-0,3-0)
Pologne - Grande-Bretagne 4-2 (1-0,2-1,1-1)
France - Grande-Bretagne 5-4 (1-1,4-2,0-1)
Pologne - Roumanie 11-2 (1-2,5-0,5-0)

Classement : 1 France 6, 2 Pologne 4, 3 Grande-Bretagne 2, 4 Roumanie 0.

La France se sort du guêpier polonais et notamment des Britanniques, auteurs d'un dernier match remarqué (88 minutes de pénalité, d'innombrables cinglages et des réclamations incessantes quant à la conformité de telle ou telle crosse). La Pologne, portée par ses supporters, atteint un très bon niveau qu'on ne lui avait plus connu depuis longtemps. Quant à la Roumanie, qui envoyait quasiment une équipe réserve en raison du manque de préparation des joueurs de Bucarest et Galati (patinoires fermées), elle se consolait avec la satisfaction d'avoir mené au score contre la France, puis contre la Pologne.

 

Groupe 4 (10, 12 et 13 février 2000 à Copenhague, Danemark)

Japon - Hongrie 7-1 (4-0,2-1,1-0)
Danemark - Pays-Bas 3-1 (2-1,0-0,1-0)
Danemark - Hongrie 6-3 (3-1,1-0,2-2)
Japon - Pays-Bas 5-3 (2-1,2-0,1-2)
Hongrie - Pays-Bas 1-5 (0-3,0-1,1-1)
Danemark - Japon 7-3 (2-1,1-1,4-1)

Classement : 1 Danemark 6, 2 Japon 4, 3 Pays-Bas 2, 4 Hongrie 0.

Maintenu artificiellement en groupe A par l'IIHF, le Japon démontre ses faiblesses dans le groupe pourtant le moins relevé. Le Danemark se qualifie aisément à domicile.

 

 

Tour qualificatif (7, 9 et 10 février 2001)

Les trois premiers de chacun des deux groupes sont qualifiés pour les Jeux Olympiques de Salt Lake City.

Groupe A (à Oslo, Norvège)

Ukraine - Belarus 2-2 (1-2,0-0,1-0)
Norvège - Allemagne 4-6 (0-0,2-2,2-4)
Belarus - Allemagne 1-1 (1-1,0-0,0-0)
Norvège - Ukraine 1-5 (0-1,1-2,0-2)
Allemagne - Ukraine 3-1 (2-1,1-0,0-0)
Norvège - Belarus 3-7 (0-0,2-4,1-3)

Classement : 1 Allemagne 5, 2 Belarus 4, 3 Ukraine 3, 4 Norvège 0.

L'Allemagne, le Belarus et l'Ukraine se qualifient pour les Jeux Olympiques 2002 de Salt Lake City.

Ce tournoi est un soulagement particulier pour l'Allemagne, qui aurait très bien pu passer à la trappe au tour précédent. Mais il complique sérieusement la tâche de l'entraîneur allemand Hans Zach. Excellent à la Deutschland Cup, le duo Jan Benda - Wayne Hynes est complètement passé à travers, le premier nommé étant même relégué comme défenseur après le premier match. Christian Künast (96 % d'arrêts), Mirko Lüdemann en défense et la ligne de Brännström, Soccio et Kathan sortent en revanche en grands vainqueurs.

 

Groupe B (à Klagenfurt, Autriche)

Lettonie - Danemark 4-2 (0-2,2-0,2-0)
Autriche - France 3-3 (1-1,1-0,1-2)
Lettonie - France 1-1 (0-1,1-0,0-0)
Autriche - Danemark 6-2 (2-1,1-0,3-1)
France - Danemark 2-1 (0-0,1-0,1-1)
Autriche - Lettonie 3-4 (0-1,2-2,1-1)

Classement : 1 Lettonie 5, 2 France 4, 3 Autriche 3, 4 Danemark 0.

La Lettonie, la France et l'Autriche se qualifient pour les Jeux Olympiques 2002 de Salt Lake City.

Faute de concrétiser face à une Autriche plus efficace en supériorité numérique, faute de profiter de pénalités lettones pour surnombre dans le dernier tiers, la France se fait des frayeurs contre le Danemark, restant sous la menace d'un but après l'égalisation scandinave à quatre minutes de la fin, et ne soufflant qu'à onze secondes de la fin grâce à un but dans la cage vide d'Arnaud Briand.

 

 

Retour aux archives