Championnats du monde 1951

 

Pour la première (et dernière, tout du moins dans ce siècle) fois, les championnats du monde de hockey sur glace sont organisés à Paris. Si l'on ajoute les JO 1924 et une partie du Mondial 1930 à Chamonix, cela fait peu pour la France, membre fondateur de l'IIHF et qui a disputé le premier match international de l'histoire. Mais les nombreuses rencontres de haut niveau qui attiraient plus de dix mille spectateurs au Palais des Sports dans les années trente opposaient souvent des équipes riches en renforts étrangers, et le hockey ne s'est pas développé en France car il n'est toujours pratiqué que par un cercle restreint de passionnés parisiens et par quelques Montagnards éparses. Ceci explique que la France ne participe qu'au "critérium européen", organisé dans l'antichambre du championnat du monde des grands.

 

9 mars
États-Unis - Norvège 0-3 (0-0,0-1,0-2)

10 mars
Grande-Bretagne - Suède 1-5 (1-0,0-1,0-4)
Suisse - Norvège 8-1 (4-1,3-0,1-0)
Canada - Finlande 11-1 (4-0,4-0,3-1)

11 mars
Canada - Norvège 8-0 (3-0,1-0,4-0)
États-Unis - Suède 0-8 (0-4,0-1,0-3)

12 mars
États-Unis - Finlande 5-4 (1-0,1-3,3-1)
Suisse - Grande-Bretagne 7-1 (2-0,4-1,1-0)

13 mars
Suède - Norvège 5-2 (1-0,4-1,0-1)
Suisse - Finlande 4-1 (1-0,2-1,1-0)
Canada - Grande-Bretagne 17-1 (0-1,7-0,10-0)

14 mars
Suisse - Suède 3-3 (1-2,1-1,1-0)

15 mars
Grande-Bretagne - Norvège 3-4 (0-0,2-1,1-3)
Suède - Finlande 11-3 (5-0,1-1,5-2)
Canada - États-Unis 16-2 (5-0,6-2,5-0)

16 mars
Finlande - Norvège 3-0 (1-0,0-0,2-0)
États-Unis - Grande-Bretagne 6-6 (1-4,2-1,3-1)
Canada - Suisse 5-1 (0-1,3-0,2-0)

17 mars
États-Unis - Suisse 1-5 (0-3,1-1,0-1)
Grande-Bretagne - Finlande 6-3 (2-0,0-3,4-0)
Canada - Suède 5-1 (1-0,2-0,2-1)

Classement (6 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Canada            12   6  0  0   62-6   +56
2 Suède              9   4  1  1   33-14  +19
3 Suisse             9   4  1  1   28-12  +16
4 Norvège            4   2  0  4   10-27  -17
5 Grande-Bretagne    3   1  1  4   18-42  -24
6 États-Unis         3   1  1  4   14-42  -28
7 Finlande           2   1  0  5   15-37  -22

L'équipe canadienne est formé autour des Lethbridge Maple Leafs (Saskatchewan), avec l'entraîneur-joueur Dick Gray comme cadre défensif et le vendeur de voitures Bill Gibson comme buteur. Ils se renforcent du gros marqueur local Stan Obodiac et du trio Flick-Flanagan-Roth qui mène les marqueurs dans l'Ontario avec Kitchener. Après avoir disputé quarante rencontres de préparation sur le sol européen, ils sont parfaitement au point pour ces championnats du monde, alors que leurs rivaux européens n'ont pas encore retrouvé leur niveau d'avant-guerre, hormis la Tchécoslovaquie encore absente.

La Suède adopte sans succès une tactique très défensive face aux Canadiens, ce qui provoque les sifflets des 15000 spectateurs du Palais des Sports, dont l'ambiance avait été comparée à celle du célèbre Macarena de Rio quelques jours plus tôt. La Suisse entraînée par Bibi Torriani aura mené un tiers-temps face au Canada, sur un but de Hans Heierling, avant de craquer.

Ces deux formations doivent donc se disputer le statut de champion d'Europe. Le Palais des Sports résonne des cloches des supporters helvètes lors de leur confrontation, qui sera le meilleur match du tournoi, entre deux équipes de valeur proche mais de styles différents. Le match se termine par un nul et le titre continental sera donc attribué à la différence de buts. Les Suisses jouent sans doute un ton au-dessus, mais ils ont de gros problèmes de précision dans leurs tirs, et il leur manque quatre buts face aux décevants Américains du Bates Hockey Club Lewiston (Maine) le dernier jour. Non seulement ils perdent leur titre européen, mais en plus ils sont les victimes de la plume aiguisée d'un journaliste français : "Si jamais on devait me condamner au peloton d'exécution, mon dernier souhait serait que les Suisses tirent la salve. Car je serais alors sûr d'en ressortir vivant !"

 

 

Meilleurs buteurs

                           B
1 Stan Obodiac       CAN  10
2 William Gibson     CAN   9
  Gösta Johansson    SUE   8
  Denis Flanagan     CAN   8
5 Uli Poltera        SUI   7
  Mickey Roth        CAN   7
7 Hans-Martin Trepp  SUI   6
8 Don McLean         CAN   5
  Yngve Karlsson     SUE   5
  Bill Chandler      CAN   5
  Hector Negrello    CAN   5

 

 

"Critérium européen" (futur groupe B)

10 mars
France - Italie 1-4 (0-1,0-2,1-1)

11 mars
Pays-Bas - Italie 1-3 (1-0,0-2,0-1)
France - Autriche 7-3 (1-0,1-0,5-3)
Yougoslavie - Belgique 3-13 (0-5,0-3,3-5)

12 mars
Autriche - Belgique 5-3 (0-1,3-1,2-1)
Pays-Bas - Yougoslavie 5-2 (0-0,4-1,1-1)

13 mars
Belgique - Italie 3-6 (1-0,0-1,2-5)

14 mars
France - Yougoslavie 10-3 (3-2,3-1,4-0)
Autriche - Pays-Bas 3-4 (1-1,1-2,1-1)

15 mars
Italie - Yougoslavie 6-1 (1-0,4-1,1-0)
France - Belgique 10-0 (2-0,3-0,5-0)

16 mars
Belgique - Pays-Bas 1-2 (0-2,1-0,0-0)
Autriche - Italie 2-7 (1-1,0-3,1-3)

17 mars
Autriche - Yougoslavie 3-4 (1-1,1-0,1-3)
France - Pays-Bas 7-5 (1-2,3-1,3-2)

Classement (5 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Italie            10   5  0  0   26-8   +18
2 France             8   4  0  1   35-15  +20
3 Pays-Bas           6   3  0  2   17-16  +1
4 Belgique           2   1  0  4   20-26  -6
5 Autriche           2   1  0  4   16-25  -9
6 Yougoslavie        2   1  0  4   13-37  -24

Si Suisse-Suède a été le meilleur moment du tournoi, Italie-Belgique a été le pire. Une bagarre générale dans ce match programmé à 13h dans un Palais des Sports désert, et les agents de police doivent monter sur la glace pour séparer les adversaires. Le match reprend comme si de rien n'était, sauf qu'il y a eu controverse sur le deuxième but italien marqué en fin de deuxième période pour savoir si le temps était écoulé ou non. Il sera finalement annulé par le superviseur.

Emmenés par les jeunes Italo-Américains Passerini (19 ans) et Eno Campannini (20 ans) que Pete Besson avait fait venir à Milan six mois plus tôt, les Transalpins remportent cependant le tournoi.

 

Meilleurs buteurs

                           B
1 Mario Passerini    ITA  10
2 Jean Pépin         FRA   9
3 Roger Été          FRA   6
4 André Waldschmidt  BEL   5
  Jules du Pré       BEL   5
  Schwencke          HOL   5

 

 

Les précédents championnats du monde (1950)

Les Jeux Olympiques 1952 (qui comptent également comme championnats du monde)

Les championnats du monde "seuls" suivants (1953)

 

Retour aux archives