Championnats du monde 1982

 

Mondial A (du 15 au 29 avril 1982 à Helsinki, Finlande)

Premier tour (15, 16, 18, 19, 21, 22 et 24 avril)

Allemagne - Tchécoslovaquie 4-2 (3-0,0-1,1-1)
Finlande - Canada 2-9 (0-6,1-0,1-3)
URSS - Italie 9-2 (0-0,4-0,5-2) [à Tampere]
Suède - États-Unis 4-2 (1-1,2-1,1-0) [à Tampere]

Italie - États-Unis 7-5 (1-1,4-1,2-3) [à Tampere]
Tchécoslovaquie - Canada 6-2 (1-1,2-1,3-0)
URSS - Suède 7-3 (2-2,3-0,2-1) [à Tampere]
Finlande - Allemagne 4-3 (1-0,1-1,2-2)

Allemagne - Italie 5-2 (1-0,1-1,3-1)
URSS - Tchécoslovaquie 5-3 (1-1,2-2,2-0) [à Tampere]
Suède - Canada 3-3 (0-1,2-2,1-0)
Finlande - États-Unis 4-2 (0-1,1-1,3-0) [à Tampere]

Suède - Italie 5-3 (2-1,2-1,1-1)
États-Unis - Tchécoslovaquie 0-6 (0-1,0-1,0-4) [à Tampere]
Canada - Allemagne 7-1 (3-1,3-0,1-0)
Finlande - URSS 1-8 (0-6,1-0,0-2) [à Tampere]

URSS - États-Unis 8-4 (3-1,2-1,3-2)
Finlande - Tchécoslovaquie 0-3 (0-1,0-1,0-1) [à Tampere]
Canada - Italie 3-3 (1-1,1-1,1-1) [à Tampere]
Suède - Allemagne 3-1 (0-1,1-0,2-0)

URSS - Allemagne 7-0 (3-0,2-0,2-0) [à Tampere]
Finlande - Italie 7-3 (2-3,3-0,2-0)
Canada - États-Unis 5-3 (1-1,4-0,0-2) [à Tampere]
Tchécoslovaquie - Suède 3-3 (2-1,1-1,0-1)

Tchécoslovaquie - Italie 10-0 (2-0,5-0,3-0)
Finlande - Suède 3-3 (1-1,1-1,1-1)
Allemagne - États-Unis 5-5 (0-1,3-2,2-2) [à Tampere]
Canada - URSS 3-4 (1-1,0-2,2-1) [à Tampere]

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 URSS              14   7  0  0   48-16  +32
2 Tchécoslovaquie    9   4  1  2   33-14  +19
3 Suède              9   3  3  1   24-22  +2
4 Canada             8   3  2  2   32-22  +10
5 Finlande           7   3  1  3   21-31  -10
6 RFA                5   2  1  4   19-30  -11
7 Italie             3   1  1  5   20-44  -24
8 États-Unis         1   0  1  6   21-39  -18

Le Canada compte dans son effectif de grands joueurs comme Bob Gainey et Darryl Sittler, mais le nom qui retient le plus l'attention est celui de Wayne Gretzky, qui est déjà à 21 ans un véritable phénomène. Il vient d'amasser le total ahurissant de 212 points pendant la saison régulière de NHL, battant tous les records avec une marge incroyable. Mais son équipe d'Edmonton, encore en gestation, est éliminée au premier tour des play-offs par Los Angeles. Cette plus grande surprise dans l'histoire a ainsi libéré Gretzky et son coéquipier Kevin Lowe.

Malgré tout, les stars canadiennes, fatiguées par une longue saison, ne peuvent pas faire grand-chose face à l'équipe soviétique qui atteint sans doute le plus haut niveau de son histoire et écrase le hockey international, comme elle l'a fait à la Coupe Canada. L'URSS est déjà quasiment assurée de conserver de son titre à l'issue de ce premier tour.

Les autres ont laissé des points en route, notamment les Tchécoslovaques, battus en ouverture par les Allemands pour la première fois depuis quarante-cinq ans. La RFA a en effet décrété une sorte de mobilisation générale en vue des Mondiaux à domicile l'année suivante. Xavier Unsinn, revenu au poste d'entraîneur national pour la troisième fois, peut ainsi compter sur des joueurs particulièrement motivés, le défenseur Udo Kießling ayant même renoncé à son aventure en NHL pour revenir en équipe nationale. Les Allemands espèrent atteindre la poule finale, mais abandonnent tout espoir en ce sens contre la Suède malgré un bon premier tiers.

Pour sa première participation au Mondial A, l'Italie, emmenée par dix-sept Italo-Canadiens dont le gardien Jim Corsi et le recordman des pénalitées John Bellio, réussit à se maintenir aux dépens des Américains qui dégringolent en groupe B. C'est la première fois qu'un promu ne descend pas directement depuis le passage du Mondial A à huit équipes en 1976 !

 

Classement des Championnats d'Europe (5 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 URSS              10   5  0  0   35-9   +26
2 Tchécoslovaquie    7   3  1  1   24-9   +15
3 Suède              7   2  3  0   17-13  +4
4 Finlande           5   2  1  2   16-21  -5
5 RFA                4   2  0  3   14-18  -4
6 Italie             1   0  1  5   11-30  -19

Ce classement ne prend en compte que les rencontres entre équipes européennes. L'URSS est championne d'Europe.

 

 

Poule finale (25, 27 et 29 avril 1982 à Helsinki)

URSS - Canada 6-4 (3-1,1-2,2-1)
Tchécoslovaquie - Suède 3-2 (1-1,0-1,2-0)

Tchécoslovaquie - Canada 2-4 (0-1,2-1,0-2)
URSS - Suède 4-0 (1-0,2-0,1-0)

Suède - Canada 0-6 (0-2,0-2,0-2)
URSS - Tchécoslovaquie 0-0 (0-0,0-0,0-0)

Classement cumulé (10 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 URSS              19   9  1  0   58-20  +38
2 Tchécoslovaquie   12   5  2  3   38-20  +18
3 Canada            12   5  2  3   46-30  +16
4 Suède              9   3  3  4   26-35  -9

Les Canadiens accusent l'URSS d'avoir fait exprès de concéder le nul à la Tchécoslovaquie pour les priver de médaille d'argent. Les joueurs soviétiques considèreront toujours ces soupçons comme ridicules, car les rencontres contre les Tchécoslovaques revêtaient toujours une extrême importance, sportive et politique, bien plus que contre un pays pourtant "capitaliste" comme la Suède par exemple. On leur faisait aussi comprendre que battre les États-Unis était indispensable politiquement dans le contexte de guerre froide, même si du strict point de vue du hockey le Canada devrait être un adversaire plus important.

En revanche, Igor Larionov révèlera a posteriori que l'entraîneur Viktor Tikhonov avait ordonné avant ces championnats du monde que ses joueurs subissent de mystérieuses "piqûres". Les membres de la première ligne refusèrent ces injections en s'appuyant sur leur prestige qui rendait difficile leur renvoi de la sélection, mais d'autres joueurs moins talentueux trouvaient dans la soumission complète aux exigences de Tikhonov le seul moyen de se faire une place dans l'équipe nationale.

 

 

Meilleurs marqueurs

                             B  A Pts  Pén
 1 Wayne Gretzky       CAN   6  8  14   8'
 2 Viktor Shalimov     URS   8  5  13   4'
 3 Sergueï Makarov     URS   6  7  13   8'
 4 Sergueï Kapustin    URS   3  9  12   8'
 5 Igor Larionov       URS   4  6  10   2'
 6 Bill Barber         CAN   8  1   9  18'
 7 Jirí Lala           TCH   6  3   9   8'
 8 Vladimir Golikov    URS   4  5   9   6'
 9 Sergueï Shepelev    URS   6  2   8   6'
10 Jindrich Kokrment   TCH   5  3   8   8'

Meilleur gardien : Jirí Kralik (Tchécoslovaquie).

Meilleur défenseur : Vyacheslav Fetisov (URSS).

Meilleur attaquant : Viktor Shalimov (URSS).

Trophée du fair-play : Tchécoslovaquie.

Équipe-type élue par les journalistes : Jirí Kralik (TCH) ; Vyacheslav Fetisov (URSS) - Aleksei Kasatonov (URSS) ; Bill Barber (CAN) - Wayne Gretzky (CAN) - Sergueï Makarov (URSS).

Deuxième équipe-type : James Corsi (ITA) ; Miroslav Dvorak (TCH) - Craig Hartsburg (CAN) ; Sergueï Kapustin (URSS) - Sergueï Shepelev (URSS) - Jirí Lála (TCH).

 

 

 

Mondial B (du 18 au 27 mars 1982 à Klagenfurt, Autriche)

18 mars
Allemagne de l'est - Norvège 10-1 (4-1,5-0,1-0)
Suisse - Pologne 3-2 (0-2,2-0,1-0)
Roumanie - Pays-Bas 5-2 (3-2,1-0,1-0)
Autriche - Chine 5-2 (3-1,1-1,1-0)

19 mars
Allemagne de l'est - Chine 13-7 (6-1,7-2,0-4)
Autriche - Roumanie 7-1 (3-0,1-1,3-0)
20 mars
Suisse - Norvège 4-5 (1-0,2-4,1-1)
Pologne - Pays-Bas 3-2 (1-1,0-1,2-0)

21 mars
Chine - Norvège 4-2 (1-0,1-1,2-1)
Suisse - Allemagne de l'est 2-4 (0-2,0-1,2-1)
Pologne - Roumanie 5-1 (1-1,2-0,2-0)
Autriche - Pays-Bas 1-4 (0-2,1-1,0-1)

22 mars
Roumanie - Chine 9-3 (3-1,2-1,4-1)
Autriche - Allemagne de l'est 4-7 (1-4,1-2,2-1)
23 mars
Pays-Bas - Suisse 6-1 (1-0,4-0,1-1)
Norvège - Pologne 3-12 (1-3,1-7,1-2)

24 mars
Suisse - Chine 4-4 (1-1,3-0,0-3)
Allemagne de l'est - Pays-Bas 3-1 (0-0,1-1,2-0)
Norvège - Roumanie 3-2 (1-0,1-0,1-2)
Autriche - Pologne 6-5 (1-0,2-5,3-0)

26 mars
Allemagne de l'est - Roumanie 7-6 (1-2,3-1,3-3)
Pologne - Chine 11-4 (4-2,4-2,3-0)
Pays-Bas - Norvège 4-6 (3-3,1-2,0-1)
Autriche - Suisse 3-3 (2-2,1-1,0-0)

27 mars
Chine - Pays-Bas 8-3 (0-2,7-1,1-0)
Suisse - Roumanie 3-3 (2-2,1-1,0-0)
Pologne - Allemagne de l'est 4-4 (2-2,2-2,0-0)
Autriche - Norvège 7-4 (4-1,0-1,3-2)

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 RDA               13   6  1  0   48-25  +23
2 Autriche           9   4  1  2   33-26  +7
3 Pologne            9   4  1  2   42-23  +19
4 Norvège            6   3  0  4   24-43  -19
5 Roumanie           5   2  1  4   27-30  -3
6 Suisse             5   1  3  3   20-27  -7
7 Chine              5   2  1  4   32-47  -15
8 Pays-Bas           4   2  0  5   22-27  -5

L'Allemagne de l'est est promue en groupe A. Un résultat nul entre la Suisse et la Roumanie, à l'issue d'une scandaleuse parodie de match, envoie les malheureux Chinois, qui avaient enchanté le public autrichien par leur jeu ouvert et rapide, en groupe C. Les Pays-Bas, privés de la plupart de leurs Canadiens naturalisés à la va-vite, redescendent dans la hiérarchie mondiale aussi vite qu'ils sont montés.

 

Meilleurs marqueurs

                           B  A Pts
1 Rudolf König       AUT   6  8  14
2 Andrzej Zabawa     POL   9  3  12
3 Wieslaw Jobczyk    POL   7  5  12
4 Harald Kuhnke      RDA   5  7  12
5 Frank Proske       RDA   7  4  11
  Laszlo Solyom      ROU   7  4  11

Meilleur gardien : Brian Stankiewicz (Autriche).

Meilleur défenseur : Dietmar Peters (RDA).

Meilleur attaquant : Rudolf König (Autriche).

Équipe-type : Brian Stankiewicz (AUT) ; Richard Cunningham (AUT) - Dieter Frenzel (RDA) ; Harald Kuhnke (RDA) - Rudolf König (AUT) - Larry van Wieren (HOL).

 

 

 

Mondial C (du 19 au 28 mars 1982 à Jaca, Espagne)

19 mars
Japon - Yougoslavie 7-5 (2-3,4-1,1-1)
France - Bulgarie 4-2 (0-0,2-2,2-0)
Danemark - Hongrie 2-1 (0-1,1-0,1-0)
Espagne - Corée du sud 15-3 (9-0,5-3,1-0)

20 mars
France - Hongrie 7-3 (2-3,3-0,2-0)
Espagne - Yougoslavie 0-6 (0-3,0-3,0-0)
21 mars
Bulgarie - Corée du sud 14-1 (3-0,3-1,8-0)
Danemark - Japon 4-5 (3-1,1-2,0-2)

22 mars
Hongrie - Yougoslavie 5-4 (2-0,2-1,1-3)
France - Corée du sud 20-4 (7-0,4-2,9-2)
Bulgarie - Danemark 2-2 (0-0,2-2,0-0)
Espagne - Japon 2-11 (2-2,0-5,0-4)

23 mars
Yougoslavie - Corée du sud 21-2 (6-1,7-0,8-1)
Espagne - Hongrie 1-8 (0-2,1-2,0-4)
24 mars
Japon - Bulgarie 6-0 (2-0,3-0,1-0)
Danemark - France 4-1 (3-1,0-0,1-0)

25 mars
Yougoslavie - Danemark 7-2 (1-1,3-1,3-0)
Hongrie - Corée du sud 18-2 (9-1,3-1,6-0)
Japon - France 6-2 (1-0,1-2,4-0)
Espagne - Bulgarie 3-7 (1-2,2-2,0-3)

27 mars
Espagne - Danemark 3-7 (1-2,2-2,0-3)
Yougoslavie - France 9-5 (2-2,3-3,4-0)
Hongrie - Bulgarie 7-3 (1-2,5-1,1-0)
Japon - Corée du sud 25-0 (11-0,4-0,10-0)

28 mars
Danemark - Corée du sud 14-1 (2-0,8-0,4-1)
Japon - Hongrie 10-1 (3-1,3-0,4-0)
Yougoslavie - Bulgarie 7-1 (1-0,3-0,3-1)
Espagne - France 2-8 (1-4,0-2,1-2)

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Japon             14   7  0  0   70-14  +56
2 Yougoslavie       10   5  0  2   59-22  +37
3 Danemark           9   4  1  2   35-20  +15
4 France             8   4  0  3   47-30  +17
5 Hongrie            8   4  0  3   43-29  +14
6 Bulgarie           5   2  1  4   29-30  -1
7 Espagne            2   1  0  6   26-50  -24
8 Corée du sud       0   0  0  7   13-127 -114

Le Japon et la Yougoslavie sont promus dans le groupe B. Bien que Péloffy (poignet) et Audisio (cheville) soient diminués et jouent sous infiltration, la France reste dans le tableau de marche de son projet "Horizon 85", qui consiste à gagner une place par an avant de monter à domicile en 1985. Philippe Treille est la principale satisfaction en attaque alors que Frédéric Bonnet joue le tournoi de sa vie en défense. Guy Dupuis paraît fatigué mais est terriblement efficace en supériorité numérique. Pour l'avenir, la bonne nouvelle est la bonne intégration des jeunes Jean-Paul Farcy et Antoine Richer aux côtés de Bernard Combe.

 

Meilleurs marqueurs

                         B  A Pts
1 Yoshio Hoshino   JAP   7 15  22
2 Zvone Suvak      YOU  15  5  20
3 Tsuyoshi Azuma   JAP  11  5  16
4 Satoru Misawa    JAP   9  7  16
5 Guy Dupuis       FRA   6  9  15

Meilleur gardien : Takeshi Iwamoto (Japon).

Meilleur défenseur : Drago Savic (Yougoslavie).

Meilleur attaquant : Yoshio Hoshino (Japon).

 

 

Les précédents championnats du monde (1981)

Les championnats du monde suivants (1983)

 

Retour aux archives