Championnats du monde 1986

 

Mondial A (du 12 au 28 avril 1986 à Moscou, URSS)

Premier tour

12 avril
États-Unis - Finlande 4-5 (1-2,3-1,0-2)
Canada - Allemagne de l'ouest 8-3 (2-1,3-0,3-2)
URSS - Suède 4-2 (1-0,1-1,2-1)
Tchécoslovaquie - Pologne 1-2 (0-0,0-1,1-1)

13 avril
Suède - Canada 4-1 (2-0,2-1,0-0)
Pologne - États-Unis 2-7 (0-1,2-2,0-4)
URSS - Finlande 4-1 (2-0,1-1,1-0)
Allemagne de l'ouest - Tchécoslovaquie 4-3 (0-1,2-2,2-0)

15 avril
Tchécoslovaquie - Suède 2-3 (1-0,0-3,1-0)
États-Unis - Allemagne de l'ouest 9-2 (5-0,1-2,3-0)
URSS - Pologne 7-2 (2-0,3-0,2-2)
Canada - Finlande 2-3 (1-1,0-1,1-1)

16 avril
Finlande - Tchécoslovaquie 1-1 (1-0,0-0,0-1)
Pologne - Canada 3-8 (1-2,0-6,2-0)
URSS - Allemagne de l'ouest 4-1 (1-0,1-0,2-1)
Suède - États-Unis 5-2 (2-0,2-2,1-0)

18 avril
Tchécoslovaquie - États-Unis 5-2 (4-0,0-0,1-2)
Finlande - Pologne 4-2 (2-1,1-1,1-0)
URSS - Canada 4-0 (1-0,0-0,3-0)
Suède - Allemagne de l'ouest 4-2 (2-1,0-1,2-0)

19 avril
Pologne - Suède 3-12 (1-4,1-2,1-6)
Allemagne de l'ouest - Finlande 1-10 (0-3,1-3,0-4)
20 avril
États-Unis - Canada 2-4 (0-0,1-3,1-1)
URSS - Tchécoslovaquie 4-2 (1-0,2-0,1-2)

21 avril
Allemagne de l'ouest - Pologne 4-1 (0-0,3-1,1-0)
Suède - Finlande 4-4 (1-1,1-1,2-2)
22 avril
Tchécoslovaquie - Canada 3-1 (1-0,1-1,1-0)
URSS - États-Unis 5-1 (0-1,3-0,2-0)

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 URSS              14   7  0  0   32-9   +23
2 Suède             11   5  1  1   34-18  +16
3 Finlande          10   4  2  1   28-18  +10
4 Canada             6   3  0  4   24-22  +2
5 Tchécoslovaquie    5   2  1  4   17-17   0
6 États-Unis         4   2  0  5   27-28  -1
7 RFA                4   2  0  5   17-39  -22
8 Pologne            2   1  0  6   15-43  -28

Tonnerre sur Moscou : la Tchécoslovaquie championne du monde est battue tour à tour par la Pologne et par l'Allemagne de l'ouest, pour ses deux premiers matches présumés très faciles. Les héros de ces deux exploits sont l'attaquant polonais Jerzy Christ, auteur d'un doublé, et le gardien allemand Erich Weishaupt, rappelé de sa retraite internationale en remplacement de Karl Friesen parti outre-Atlantique dans l'espoir - vain - de jouer en NHL.

Cette débâcle du tenant du titre est très mal ressentie au pays, et on montre du doigt la préparation menée par le nouvel entraîneur Jano Starsi qui aurait contribué à fatiguer encore plus les joueurs déjà éprouvés par une finale de championnat serrée. Starsi se défend en expliquant qu'il n'aurait pas dû sélectionner autant de joueurs du champion Košice, mais qu'il s'y était senti obligé pour éviter la critique. Surtout, il pense que ses joueurs s'étaient vu trop beaux.

Les Tchécoslovaques se rattrapent uniquement face aux nations nord-américaines mais ne peuvent pas éviter l'humiliation de la poule de maintien, du jamais vu pour un champion sortant. Ces prestations catastrophiques conduiront la fédération tchécoslovaques à prendre des mesures drastiques en juin : six joueurs, Jirí Lála, Vladimír Caldr, Milan Stas, Peter Slanina, Frantísek Musil et le capitaine Darius Rusnák, se voient mis à l'index de l'équipe nationale pour manque de motivation et de combativité.

Pendant que les Tchécoslovaques pleurent, les nations nordiques rient. Exclus de la poule finale l'an passé, Suédois et Finlandais réalisent cette fois des performances collectives bien meilleures. Tout frais champion avec le Tappara Tampere, l'entraîneur Rauno Korpi n'avait pourtant été nommé que peu de temps avant les championnats du monde. Mais, en renonçant à attendre comme d'habitude les joueurs expatriés en NHL, il a vite insufflé un esprit d'équipe à sa sélection de SM-liiga qui a montré sa compétitivité. Quant à l'entraîneur suédois Curt Lindström, il ne faisait qu'un intérim d'un an en attendant que Tommy Sandlin se libère, et la belle deuxième place - obtenue grâce aux deux buts marqués par Anders "Masken" Carlsson à la dernière minute contre la Finlande - n'y changera rien, le contrat étant déjà signé.

 

Classement des Championnats d'Europe

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 URSS              10   5  0  0   23-8   +15
2 Suède              7   3  1  1   25-15  +10
3 Finlande           6   2  2  1   20-12  +8
4 RFA                4   2  0  3   12-22  -10
5 Pologne            2   1  0  4   10-28  -18
6 Tchécoslovaquie    1   0  1  4    9-14  -5

Ce classement ne prend en compte que les rencontres entre équipes européennes. L'URSS est championne d'Europe.

 

 

Poule finale (24, 26 et 28 avril)

Suède - Finlande 4-4 (2-1,0-1,2-2)
URSS - Canada 7-4 (4-2,2-1,1-1)
Suède - Canada 6-5 (3-2,2-1,1-2)
URSS - Finlande 8-0 (3-0,3-0,2-0)
Canada - Finlande 4-3 (1-1,2-2,1-0)
URSS - Suède 3-2 (0-0,2-2,1-0)

Classement

                    Pts  V  N  D   BP-BC  Diff
1 URSS               6   3  0  0   18-6   +12
2 Suède              3   1  1  1   12-12   0
3 Canada             2   1  0  2   13-16  -3
4 Finlande           1   0  1  2    7-16  -9

Absolument excellente contre la Finlande, l'URSS montre ensuite à nouveau qu'elle a du mal à supporter la pression des matches décisifs, notamment parce que les joueurs du CSKA sont habitués à gagner trop facilement. Totalement dominateurs durant tout le tournoi, les Soviétiques ne peuvent néanmoins pas se permettre de perdre contre la Suède sous peine de vivre la même mésaventure que l'année précédente.

Sans leur très bon gardien Peter Lindmark blessé en fin de match contre le Canada, les Suédois ne semblent pourtant pas un obstacle insurmontable. Ils pratiquent un hockey défensif, cherchant avant tout à tenir le 0-0, mais leur portier Peter Aslin s'incline deux fois dans le deuxième tiers-temps. Comme le jeune Belosheïkin (20 ans) tient ses cages avec plus de sang-froid que Myshkin un an plus tôt, l'URSS paraît à l'abri... mais elle se met en danger en encaissant deux buts en deux minutes. Elle joue donc le dernier tiers la peur au ventre, alors qu'un but encaissé pourrait donner le titre aux Scandinaves. Finalement, Vyacheslav Bykov libère à cinq minutes de la fin un public moscovite qui ne s'attendait pas à se faire si peur.

Après avoir laissé échapper un point contre la Suède en prenant deux buts de Carlsson en neuf secondes pendant la dernière minute, la Finlande perd la médaille de bronze dans le match décisif contre le Canada sur un but de Tony Tanti à l'antépénultième minute. Elle a craqué dans les instants fatidiques et n'a pas été récompensée de son bon Mondial.

 

Poule de maintien (23, 25 et 27 avril)

Tchécoslovaquie - Pologne 8-1 (1-0,4-1,3-0)
États-Unis - Allemagne de l'ouest 5-0 (0-0,2-0,3-0)
États-Unis - Pologne 7-5 (1-2,3-2,3-1)
Allemagne de l'ouest - Tchécoslovaquie 1-3 (0-0,1-1,0-2)
Tchécoslovaquie - États-Unis 10-2 (5-1,3-1,2-0)
Allemagne de l'ouest - Pologne 5-5 (4-1,0-2,1-2)

Classement

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Tchécoslovaquie   11   5  1  4   38-21  +17
2 États-Unis         8   4  0  6   41-43  -2
3 RFA                5   2  1  7   23-52  -29
4 Pologne            3   1  1  8   26-63  -37

La victoire sur la Tchécoslovaquie, la première depuis 1926, reste la seule des Polonais dans ce championnat du monde. Comme dix ans plus tôt où ils avaient fait sensation en battant la grande URSS, ils sont quand même relégués au bout du compte, principalement à cause d'un déficit physique que n'ont pu compenser leur beau patinage et leurs jolies combinaisons. Ils se consolent avec le trophée du fair-play. Il fait dire qu'ils avaient de bonnes raisons d'éviter les pénalités car celles-ci étaient souvent suivies de conséquences graves (seulement 37,4 % d'infériorités numériques sauvées !).

 

Meilleurs marqueurs

                               B  A Pts
 1 Sergueï Makarov       URS   4 14  18
 2 Vladimir Krutov       URS   7 10  17
 3 Vladimir Ruzicka      TCH   4 11  15
 4 Vyacheslav Fetisov    URS   6  8  14
 5 Jiri Hrdina           TCH   7  5  12
 6 Vyacheslav Bykov      URS   6  6  12
   Anders Carlsson       SUE   6  6  12
 8 Thomas Steen          SUE   8  3  11
 9 Brett Hull            USA   7  4  11
10 Brent Sutter          CAN   4  7  11

Meilleur gardien : Peter Lindmark (Suède).

Meilleur défenseur : Vyacheslav Fetisov (URSS).

Meilleur attaquant : Vladimir Krutov (URSS).

Trophée du fair-play : Pologne.

Meilleure équipe en supériorité : États-Unis (33,2 %).

Meilleure équipe en infériorité : Tchécoslovaquie (91,6 %).

Équipe-type élue par les journalistes : Peter Lindmark (SUE) ; Vyacheslav Fetisov (URSS) - Aleksei Kasatonov (URSS) ; Vladimir Krutov (URSS) - Igor Larionov (URSS) - Sergueï Makarov (URSS).

Deuxième équipe-type : Chris Terreri (USA) ; Kari Eloranta (SUE) - Aleksei Kasatonov (URSS) ; Hannu Järvenpää (FIN) - Brent Sutter (CAN) - Thomas Steen (SUE).

 

 

 

Mondial B (du 20 au 29 mars 1986 à Eindhoven, Pays-Bas)

20 mars
Allemagne de l'est - Autriche 4-6 (2-1,0-2,2-3)
Suisse - Italie 4-1 (0-0,1-1,3-0)
France - Japon 1-2 (0-2,0-0,1-0)
Pays-Bas - Yougoslavie 6-3 (1-1,0-0,5-2)
21 mars
Autriche - Italie 1-6 (0-2,0-3,1-1)
Japon - Suisse 4-6 (3-0,1-6,0-0)
22 mars
Pays-Bas - France 3-4 (1-0,0-2,2-2)
Allemagne de l'est - Yougoslavie 4-2 (0-0,2-1,2-1)
23 mars
Suisse - France 8-2 (4-1,2-1,2-0)
Yougoslavie - Autriche 2-5 (1-1,1-2,0-2)
Pays-Bas - Japon 3-4 (1-0,0-3,2-1)
Allemagne de l'est - Italie 3-4 (1-1,1-3,1-0)
24 mars
Japon - Italie 0-1 (0-1,0-0,0-0)
Autriche - Suisse 3-4 (1-2,0-2,2-0)
25 mars
France - Yougoslavie 5-6 (2-1,2-4,1-1)
Pays-Bas - Allemagne de l'est 2-5 (0-2,1-2,1-1)
26 mars
Italie - Yougoslavie 1-4 (0-1,0-2,1-1)
Japon - Allemagne de l'est 3-4 (2-0,0-4,1-0)
France - Autriche 6-1 (2-0,1-1,3-0)
Pays-Bas - Suisse 3-11 (1-3,2-6,0-2)
28 mars
Allemagne de l'est - France 0-3 (0-1,0-1,0-1)
Yougoslavie - Suisse 2-4 (0-2,0-1,2-1)
Japon - Autriche 2-6 (1-3,1-1,0-2)
Pays-Bas - Italie 5-3 (1-0,0-2,4-1)
29 mars
Yougoslavie - Japon 5-0 (1-0,2-0,2-0)
Italie - France 5-1 (3-1,1-0,1-0)
Suisse - Allemagne de l'est 1-5 (1-1,0-2,0-2)
Pays-Bas - Autriche 3-2 (1-1,1-0,1-1)

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Suisse            12   6  0  1   38-20  +1
2 Italie             8   4  0  3   21-18  +3
3 RDA                8   4  0  3   25-21  +4
4 France             6   3  0  4   22-25  -3
5 Pays-Bas           6   3  0  4   25-32  -7
6 Autriche           6   3  0  4   24-27  -3
7 Yougoslavie        6   3  0  4   24-25  -1
8 Japon              4   2  0  5   15-26  -11

Sur les rencontres particulières : France 4 (+5), Pays-Bas 4 (+3), Autriche 2 (-3), Yougoslavie 2 (-5).

Même si la Suisse dispose d'un championnat populaire et d'une bonne organisation, sa promotion n'était pas forcément attendue. Elle avait confié son destin à un entraîneur inexpérimenté, Simon Schenk, instituteur de profession qui était entraîneur-joueur dans un club amateur de 1è ligue. Il n'a pas tardé à remplir sa mission et, même si les Autrichiens ont contesté l'arbitrage lors de leur défaite, l'affaire a été vite entendue car les adversaires se sont neutralisés. Seule ombre au tableau, la lourde défaite du dernier jour contre l'Allemagne de l'est alors que le match était retransmis en direct à la télévision suisse.

Si la lutte pour la promotion a vite été entendue pour la Suisse, en revanche, les sept autres équipes pouvaient encore être reléguées à l'issue de la dernière journée ! L'Italie et la RDA ont alors assuré leur maintien, mais le net succès de la Yougoslavie sur des Japonais pas à la hauteur des ambitions de leur entraîneur Kobori ne lui a pas suffi.

En effet, en battant l'Autriche par un seul but d'écart, les Pays-Bas ont conservé leur place en groupe B en même temps que celle de leurs adversaires du jour, que la perspective d'une médaille de bronze n'a pas suffi à motiver. Les suspicions du match arrangé, comme à la Coupe du monde 1982 de football où un 0-0 entre l'Allemagne et l'Autriche avait éliminé l'Algérie, ont été nombreuses. Les Yougoslaves avaient pourtant montré un hockey autrement plus probant que celui des Néerlandais.

Malgré sa quatrième place, une très belle entrée en matière à ce niveau, l'équipe de France n'a pas été épargnée par les scandales. En effet, le capitaine André Peloffy a dénoncé "l'incompétence" des sélectionneurs en direct devant les caméras de télévision d'Antenne 2. Patrick Francheterre, devenu entraîneur en chef depuis le mois de juillet car Paul Lang avait alors été rétrogradé comme adjoint pour avoir accepté parallèlement un poste en club aux Français Volants, a alors menacé d'attaquer Peloffy en justice pour "préjudice professionnel" et a demandé qu'il soit suspendu six mois de toute compétition. Mais les joueurs ont alors fait bloc derrière leur capitaine. La fronde aboutit finalement à la nomination du Suédois Kjell Larsson à la tête des Bleus.

 

Meilleurs marqueurs

                             B  A Pts
1 Jörg Eberle          SUI   7  8  15
2 Mustafa Besic        YOU   7  6  13
3 Peter Schlagenhauf   SUI   6  6  12
4 Fred Lüthi           SUI   5  5  10
5 Marjan Goreng        YOU   3  7  10
6 Igor Beribak         YOU   6  2   8
7 Johan Toren          P-B   5  3   8
8 Urs Bärtschi         SUI   4  4   8
9 Constant Priondolo   ITA   4  3   7
  Patrick Daley        FRA   4  3   7

Meilleur gardien : James Corsi (Italie).

Meilleur défenseur : Jean-Philippe Lemoine (France).

Meilleur attaquant : Jörg Eberle (Suisse).

Équipe-type élue par les journalistes : Olivier Anken (SUI) ; Jean-Philippe Lemoine (FRA) - Robert Manno (ITA) ; Peter Schlagenhauf (SUI) - Thomas Müller (SUI) - Jörg Eberle (SUI).

Trophée du fair-play : Yougoslavie.

 

 

 

Mondial C (du 23 mars au 1er avril 1986 à Puigcerda, Espagne)

Groupe A (23, 24, 26, 27 et 29 mars)

Roumanie - Corée du Sud 13-0 (6-0,7-0,0-0)
Espagne - Norvège 3-18 (0-4,1-8,2-6)
Corée du Sud - Norvège 1-11 (1-2,0-3,0-6)
Roumanie - Danemark 5-1 (3-0,0-1,2-0)
Corée du Sud - Danemark 1-11 (0-2,1-5,0-4)
Espagne - Roumanie 2-5 (1-1,1-3,0-1)
Danemark - Norvège 0-7 (0-3,0-3,0-1)
Espagne - Corée du Sud 3-3 (0-0,1-2,2-1)
Espagne - Danemark 0-6 (0-0,0-3,0-3)
Norvège - Roumanie 6-3 (1-1,3-2,2-0)

Classement : 1 Norvège 8, 2 Roumanie 6, 3 Danemark 4, 4 Espagne 1 (-24), 5 Corée du Sud 1 (-33).

 

Groupe B (23, 24, 26, 27 et 29 mars)

Chine - Australie 15-0 (6-0,5-0,4-0)
Hongrie - Corée du Nord 2-4 (2-0,0-3,0-1)
Australie - Hongrie 3-11 (0-4,1-5,2-2)
Chine - Bulgarie 9-1 (6-0,2-1,1-0)
Corée du Nord - Chine 1-9 (1-4,0-4,0-1)
Australie - Bulgarie 4-5 (0-1,2-1,2-3)
Corée du Nord - Australie 2-2 (0-1,2-1,0-0)
Bulgarie - Hongrie 5-2 (4-1,0-1,1-0)
Bulgarie - Corée du Nord 2-1 (1-0,1-0,0-1)
Hongrie - Chine 2-2 (1-1,0-0,1-1)

Classement : 1 Chine 7, 2 Bulgarie 6, 3 Corée du Nord 3, 4 Hongrie 3, 5 Australie 1.

 

 

Poule finale (30 mars et 1er avril)

Rappel : Chine - Bulgarie 9-1
         Norvège - Roumanie 6-3
Norvège - Bulgarie 10-1 (2-0,4-1,4-0)
Chine - Roumanie 4-3 (1-1,2-1,1-1)
Bulgarie - Roumanie 7-4 (2-2,0-0,5-2)
Norvège - Chine 3-3 (1-3,1-0,1-0)

Classement : 1 Norvège 5 (+12), 2 Chine 5 (+9), 3 Bulgarie 2, 4 Roumanie 0.

La Norvège et la Chine sont promus en groupe B.

 

Poule pour la cinquième place (30 mars et 1er avril)

Rappel : Hongrie - Corée du Nord 2-4
         Espagne - Danemark 0-6
Danemark - Hongrie 8-4 (1-2,3-0,4-2)
Espagne - Corée du Nord 6-5 (3-3,2-1,1-1)
Espagne - Hongrie 5-10 (2-5,2-2,1-3)
Danemark - Corée du Nord 6-1 (5-1,1-0,0-0)

Classement : 1 Danemark 6, 2 Hongrie 2, 3 Corée du Nord 2, 4 Espagne 2.

 

Barrage pour la neuvième place (31 mars)

Corée du Sud - Australie 9-7 (3-1,4-3,2-3)

 

Meilleur marqueur : Antonio Enrique (Espagne), 16 points (11 buts et 5 assists).

Meilleur gardien : Wang Yang (Chine).

Meilleur défenseur : Ørjan Løvdal (Norvège).

Meilleur attaquant : Åge Ellingsen (Norvège).

Trophée du fair-play : Espagne.

 

 

Les précédents championnats du monde (1985)

Les championnats du monde suivants (1987)

 

Retour aux archives