Championnats du monde 1994

 

Mondial A (à Bolzano, Canazei et Milan, Italie)

Les quatre premiers de chaque groupe en quarts de finale, les deux derniers en barrages pour le maintien.

Groupe A (à Bolzano)

25 avril
Italie - Canada 1-4 (1-2,0-1,0-1)
Autriche - Allemagne 2-2 (1-0,0-0,1-2)
26 avril
Grande-Bretagne - Russie 3-12 (1-6,0-2,2-4)
Canada - Autriche 6-1 (3-0,0-0,3-1)
27 avril
Grande-Bretagne - Allemagne 0-4 (0-1,0-2,0-1)
Italie - Russie 0-7 (0-3,0-2,0-2)
28 avril
Canada - Allemagne 3-2 (1-1,2-0,0-1)
29 avril
Autriche - Russie 1-4 (0-1,1-1,0-2)
Italie - Grande-Bretagne 10-2 (4-0,5-1,1-1)
30 avril
Allemagne - Russie 0-6 (0-3,0-3,0-0)
Canada - Grande-Bretagne 8-2 (4-1,4-0,0-1)
1er mai
Italie - Autriche 3-1 (1-1,1-0,1-0)
2 mai
Italie - Allemagne 3-1 (2-0,0-0,1-1)
Russie - Canada 1-3 (1-0,0-0,0-3)
3 mai
Grande-Bretagne - Autriche 0-10 (0-3,0-4,0-3)

Classement : 1 Canada 10, 2 Russie 8, 3 Italie 6, 4 Autriche 3 (0), 5 Allemagne 3 (-5), 6 Grande-Bretagne 0.

Le Canada reste invaincu grâce à un groupe de stars de NHL comme Brendan Shanahan, auteur d'un triplé contre l'Allemagne qui réalise là son meilleur match), ou Joe Sakic, qui, en signant un but et deux assists, renverse la situation dans les dix dernières minutes contre le seul autre gros du groupe, la Russie. L'Italie profite du tirage pour obtenir une belle troisième place, même si ses nettes défaites contre le Canada et la Russie ont montré ses limites. Les organisateurs ont néanmoins fait le plein de points contre les autres nations en sachant faire mouche : déjà leaders dans l'efficacité aux tirs aux JO de Lillehammer, ils sont cette fois deuxièmes dans cette catégorie derrière la Finlande.

L'Autriche bâtit sa belle qualification en quarts de finale sur son efficacité défensive, et a su lâcher les chevaux contre les Britanniques pour devancer son grand voisin à la différence de buts. Le Dr Ludek Bukac, en partie contraint par les circonstances et les blessures de Hegen, Ustorf et Hiemer, avait décidé de rajeunir l'équipe allemande en incorporant onze nouveaux. Mais l'élimination dans un groupe facile lui coûtera sa place, offerte à George Kingston, l'entraîneur des Canadiens si dominateurs. Quant aux Britanniques, ils découvrent que disputer le groupe A quasiment sans préparation (la finale du championnat avait lieu juste avant l'ouverture des Mondiaux) est rédhibitoire quand on compte déjà un gros retard technique.

 

Groupe B (à Canazei)

25 avril
Suède - Norvège 3-3 (1-0,2-2,0-1)
Finlande - République Tchèque 4-4 (1-0,1-3,2-1)
France - États-Unis 1-5 (1-2,0-1,0-2)
26 avril
République Tchèque - France 5-2 (1-1,2-1,2-0)
27 avril
États-Unis - Norvège 7-2 (0-2,4-0,3-0)
Suède - Finlande 3-5 (1-1,0-1,2-3)
28 avril
République Tchèque - États-Unis 3-5 (1-3,1-0,1-2)
France - Suède 0-6 (0-2,0-1,0-3)
29 avril
Norvège - Finlande 1-5 (1-1,0-3,0-1)
30 avril
France - Finlande 1-8 (0-0,0-6,1-2)
République Tchèque - Norvège 2-2 (0-0,1-1,1-1)
États-Unis - Suède 2-6 (1-0,0-5,1-1)
2 mai
Norvège - France 1-4 (1-1,0-1,0-2)
États-Unis - Finlande 2-7 (1-3,0-3,1-1)
Suède - République Tchèque 4-1 (2-1,2-0,0-0)

Classement : 1 Finlande 9, 2 Suède 7, 3 États-Unis 6, 4 République Tchèque 4, 5 France 2, 6 Norvège 2.

La Finlande poursuit sur sa lancée des Jeux Olympiques devant une Suède qui doit cette fois se passer de Peter Forsberg. Menés au score par les Français et surtout par les Norvégiens, les Américains entament pourtant le tournoi par trois victoires en battant des Tchèques sans âme. Accrochant de très bons nuls contre la Suède (égalisation d'Espen Knutsen à onze secondes de la sirène) et la République Tchèque, la Norvège devra pourtant disputer les barrages après sa défaite contre la France désormais habituée à ce genre de matches décisifs pour le maintien. Les tricolores jouent pourtant sans leur capitaine Antoine Richer, blessé depuis les JO et qui manque ses premiers championnats du monde depuis... 1982 !

 

 

Quarts de finale (5 mai 1994 à Milan)

Russie - États-Unis 1-3 (0-1,0-2,1-0)
Suède - Italie 7-2 (1-0,4-0,2-2)
Canada - République Tchèque 3-2 (1-1,1-1,1-0)
Finlande - Autriche 10-0 (1-0,4-0,5-0)

Alors que les Russes déçoivent à nouveau, le Canada ne se sort des griffes tchèques que par un but de Shayne Corson à trois minutes du terme.

 

Demi-finales (7 mai 1994 à Milan)

Finlande - États-Unis 8-0 (6-0,2-0,0-0)
Suède - Canada 0-6 (0-1,0-2,0-3)

Rarement on n'aura vu des demi-finales de championnat du monde conclues sur de tels scores ! Ce sont de véritables corrections qui ont été infligées à une Suède pas aussi à son aise que d'habitude défensivement et à des États-Unis chez qui le gardien Guy Hebert a vécu un véritable calvaire, étant remplacé trop tard, après deux tiers-temps, alors que le cyclone était déjà passé.

 

Match pour la troisième place (8 mai 1994 à Milan)

Suède - États-Unis 7-2 (1-0,2-1,4-1)

 

Finale (8 mai 1994 à Milan)

Finlande - Canada 1-1 (0-0,0-0,1-1,0-0) (2-3 aux tirs au but)

Brind'Amour réplique à Keskinen à cinq minutes de la fin et ce match s'achemine vers les tirs au but, comme la finale olympique Suède-Canada. Le scénario de base est semblable : deux réussites de chaque côté (Kurri et Mäkelä contre Robitaille et Sakic). Mais la suite est cette fois à l'avantage des Nord-Américains. Robitaille s'élance à nouveau et trompe Jarmo Myllys. L'idole finlandaise Mika Nieminen manque son tir et reprend le rôle dévolu à Paul Kariya à Lillehammer. Celui-ci est cette fois du bon côté de la barrière, celui d'une équipe qui devient championne du monde pour la première fois depuis la création du Team Canada en 1964 (la nation qui a inventé ce sport se faisait auparavant représenter par des équipes de club certes parfois renforcées), grâce à une superbe ligne Steve Thomas - Rod Brind'Amour - Luc Robitaille. Quant aux Finlandais, ils n'auront jamais été si près d'un titre majeur et se sentent maudits et condamnés à la deuxième place.

 

 

Barrage de maintien (6 mai 1994 à Bolzano)

Grande-Bretagne - Norvège 2-5 (0-2,2-0,0-3)

Face à des Britanniques plus accrocheurs que prévu, il faut attendre une salve de trois buts en 1'38" à huit minutes de la fin pour que la Norvège se détache enfin et assure son maintien. La salve de naturalisations à laquelle la Grande-Bretagne a procédé après avoir été promue en groupe A s'est révélée vaine. Il manquait entre autres à la Grande-Bretagne, habituée aux scores-fleuves dans son championnat national, un gardien de qualité.

 

 

Meilleur marqueurs

                           B  A Pts
1 Mats Sundin        SUE   5  9  14
2 Paul Kariya        CAN   5  7  12
3 Saku Koivu         FIN   5  6  11
4 Valeri Kamensky    RUS   5  5  10
5 Jari Kurri         FIN   4  6  10
6 Magnus Svensson    SUE   8  1   9
7 Mikko Mäkelä       FIN   5  4   9
8 Igor Fedulov       RUS   4  5   9
9 Andreï Kovalenko   RUS   3  5   8
  Jonas Bergvist     SUE   3  5   8
  Jere Lehtinen      FIN   3  5   8

Meilleur gardien : Bill Ranford (Canada).

Meilleur défenseur : Magnus Svensson (Suède).

Meilleur attaquant : Paul Kariya (Canada).

Trophée du fair-play : République Tchèque.

Meilleure équipe en supériorité : Finlande (38,1 %).

Meilleure équipe en infériorité : Canada (91,0 %).

Équipe-type des journalistes : Bill Ranford (CAN) ; Magnus Svensson (SUE) - Timo Jutila (FIN) ; Paul Kariya (CAN) - Saku Koivu (FIN) - Jari Kurri (FIN).

 

 

 

Mondial B (du 7 au 17 avril 1994 à Copenhague et Aalborg, Danemark)

7 avril
Lettonie - Roumanie 12-0 (3-0,6-0,3-0)
Pologne - Japon 6-1 (1-0,3-1,2-0)
Suisse - Chine 20-1 (4-0,10-0,6-1)
Danemark - Pays-Bas 5-3 (2-1,0-1,3-1)

8 avril
Lettonie - Chine 22-0 (8-0,7-0,7-0)
Pologne - Pays-Bas 6-4 (2-0,1-2,3-2)
Suisse - Japon 10-3 (1-1,3-2,6-0)
9 avril
Danemark - Roumanie 4-2 (2-1,1-1,1-0)

10 avril
Pays-Bas - Chine 8-3 (2-0,3-2,3-1)
Danemark - Pologne 2-5 (1-0,1-4,0-1)
Lettonie - Japon 9-3 (4-0,2-1,3-2)
Suisse - Roumanie 5-0 (3-0,0-0,2-0)

11 avril
Suisse - Pays-Bas 10-0 (3-0,3-0,4-0)
12 avril
Danemark - Chine 12-2 (4-0,4-0,4-2)
Lettonie - Pologne 7-0 (0-0,2-0,5-0)
Roumanie - Japon 4-7 (3-4,0-2,1-1)

13 avril
Danemark - Suisse 1-2 (1-0,0-2,0-0)
Pologne - Roumanie 10-2 (3-0,3-1,4-1)
14 avril
Japon - Chine 14-2 (5-0,5-1,4-1)
Pays-Bas - Lettonie 2-4 (0-0,0-1,2-3)

15 avril
Roumanie - Chine 7-1 (4-1,1-0,2-0)
Danemark - Lettonie 2-6 (1-2,0-3,1-1)
Suisse - Pologne 3-3 (1-2,1-1,1-0)
16 avril
Pays-Bas - Japon 2-2 (1-2,0-0,1-0)

17 avril
Pologne - Chine 15-2 (2-1,8-0,5-1)
Danemark - Japon 5-7 (2-0,1-4,2-3)
Suisse - Lettonie 2-1 (1-1,1-0,0-0)
Pays-Bas - Roumanie 4-3 (1-1,1-2,2-0)

Classement (7 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Suisse            13   6  1  0   52-9   +43
2 Lettonie          12   6  0  1   61-9   +52
3 Pologne           11   5  1  1   45-21  +24
4 Japon              7   3  1  3   37-38  -1
5 Danemark           6   3  0  4   31-27  +4
6 Pays-Bas           5   2  1  4   23-33  -10
7 Roumanie           2   1  0  6   18-43  -25
8 Chine              0   0  0  7   11-98  -87

Dans l'obligation de s'imposer le dernier jouer face à l'épouvantail letton, la Suisse y parvient la peur au ventre et remonte dans le groupe A. La Chine a accumulé les corrections et est reléguée dans le groupe C.

 

Meilleurs marqueurs

                                  B  A Pts
 1 Jens Christian Nielsen   DAN   8  5  13
 2 Andrejs Ignatovics       LET   5  8  13
 3 Felix Hollenstein        SUI   7  5  12
 4 Norio Suzuki             JAP   5  7  12
 5 Miroslaw Tomasik         POL   4  8  12
 6 Aleksandrs Semjonovs     LET   6  5  11
   Aleksandrs Beljavskis    LET   6  5  11
   David Livingston         HOL   6  5  11
 9 Waldemar Klisiak         POL   5  6  11
10 Pascal Schaller          SUI   4  7  11

Meilleur gardien : Renato Tosio (Suisse).

Meilleur défenseur : Marek Cholewa (Pologne).

Meilleur attaquant : Andrejs Ignatovics (Lettonie).

Trophée du fair-play : Chine.

Équipe-type : Sergejs Naumovs (LET) ; Ulvis Katlaps (LET) - Sven Leuenberger (SUI) ; Andrejs Ignatovics (LET) - Jens Christian Nielsen (DAN) - Felix Hollenstein (SUI).

 

 

 

Mondial C (du 18 au 27 mars 1994 à Poprad et Spišská Nová Ves, Slovaquie)

18 mars
Slovaquie - Bulgarie 20-0 (4-0,7-0,9-0)
Belarus - Ukraine 4-2 (0-1,2-1,2-0)
Slovénie - Hongrie 8-2 (4-0,2-0,2-2)

19 mars
Belarus - Bulgarie 13-1 (6-0,3-0,4-1)
Kazakhstan - Hongrie 14-5 (5-1,4-0,5-4)
Slovaquie - Slovénie 9-0 (7-0,0-0,2-0)

21 mars
Belarus - Slovénie 6-3 (1-0,1-1,4-2)
Ukraine - Hongrie 8-0 (3-0,2-0,3-0)
Slovaquie - Kazakhstan 0-0 (0-0,0-0,0-0)

22 mars
Belarus - Kazakhstan 6-3 (2-0,3-1,1-2)
Hongrie - Bulgarie 7-2 (0-0,3-2,4-0)
Slovaquie - Ukraine 2-2 (0-1,1-1,1-0)

24 mars
Slovénie - Bulgarie 13-0 (8-0,2-0,3-0)
Ukraine - Kazakhstan 0-0 (0-0,0-0,0-0)
Slovaquie - Hongrie 10-0 (4-0,3-0,3-0)

25 mars
Kazakhstan - Bulgarie 31-0 (9-0,8-0,14-0)
Belarus - Hongrie 5-0 (2-0,1-0,2-0)
Ukraine - Slovénie 6-1 (2-0,3-0,1-1)

27 mars
Ukraine - Bulgarie 31-0 (6-0,7-0,18-0)
Slovaquie - Belarus 2-1 (1-0,1-0,0-1)
Kazakhstan - Slovénie 4-1 (1-0,1-1,2-0)

Classement (6 matches)

                   Pts   V  N  D   BP-BC  Diff
1 Slovaquie         10   4  2  0   43-3   +40
2 Belarus           10   5  0  1   35-11  +24
3 Ukraine            8   3  2  1   49-7   +42
4 Kazakhstan         8   3  2  1   52-12  +40
5 Slovénie           4   2  0  4   26-27  -1
6 Hongrie            2   1  1  4   14-47  -33
7 Bulgarie           0   0  0  6    3-115 -112

La Corée du nord est forfait.

Nette favorite à domicile après sa prestation olympique, la Slovaquie - qui a dû repartir dans le groupe C mondial après la partition de la Tchécoslovaquie - se prend dans la toile du Kazakhstan et de l'Ukraine, mais reste en course pour le dernier match contre le Belarus. Un doublé de Hašcák offre à la Slovaquie la montée dans le groupe B. Mais, si les Slovaques avaient prouvé leur valeur à Lillehammer, d'autres nouvelles nations, en l'occurrence les trois principales nouvelles républiques de l'ex-URSS, ont montré en les accrochant qu'il faudrait compter avec elles au plus haut niveau mondial.

 

Meilleur marqueur

                               B  A Pts
1 Evgeni Koreshkov       KAZ   6 10  16
2 Ramil Yuldahsev        UKR  12  2  14
3 Igor Belyaevski        KAZ   9  4  13
4 Konstantin Shafranov   KAZ   7  6  13
5 Anatoli Stepanishchev  UKR   5  7  12
  Konstantin Butsenko    UKR   5  7  12

Meilleur gardien : Vitali Eremeïev (Kazakhstan).

Meilleur défenseur : Oleg Khmyl (Belarus).

Meilleur attaquant : Miroslav Šatan (Slovaquie).

Trophée du fair-play : Hongrie.

 

 

 

Mondial C2 (du 13 au 19 mars 1994 à Barcelone, Espagne)

Groupe A (les 13, 15 et 16 mars)

Croatie - Australie 3-2 (2-1,0-0,1-1)
Espagne - Israël 17-2 (5-0,7-0,5-2)
Australie - Israël 5-4 (1-3,2-0,2-1)
Espagne - Croatie 9-2 (4-0,5-2,0-0)
Croatie - Israël 2-0 (0-0,2-0,0-0)
Espagne - Australie 2-1 (1-1,0-0,1-0)

Classement : 1 Espagne 6, 2 Croatie 4, 3 Australie 2, 5 Israël 0.

 

Groupe B (les 13, 15 et 16 mars)

Afrique du Sud - Corée du Sud 2-6 (1-1,1-2,0-3)
Belgique - Estonie 0-12 (0-5,0-5,0-2)
Belgique - Afrique du Sud 13-1 (5-0,6-0,2-1)
Estonie - Corée du Sud 10-0 (3-0,3-0,4-0)
Belgique - Corée du Sud 2-3 (1-0,0-3,1-0)
Estonie - Afrique du Sud 27-1 (11-0,8-0,8-1)

Classement : 1 Estonie 6, 2 Corée du Sud 4, 3 Belgique 2, 4 Afrique du Sud 0.

 

 

Poule finale (les 18 et 19 mars)

Rappel : Estonie - Corée du Sud 10-0
         Espagne - Croatie 9-2
Estonie - Croatie 8-0 (1-0,4-0,3-0)
Espagne - Corée du Sud 2-2 (0-0,1-2,1-0)
Corée du Sud - Croatie 2-1 (0-0,2-1,0-0)
Espagne - Estonie 0-9 (0-2,0-5,0-2)

Classement : 1 Estonie 6, 2 Espagne 3 (-2), Corée du Sud 3 (-9), 4 Croatie 0.

L'Estonie est promue en groupe C1.

 

Poule pour la cinquième place (les 18 et 19 mars)

Rappel : Belgique - Afrique du Sud 13-1
         Australie - Israël 5-4
Australie - Afrique du Sud 9-2 (4-0,3-1,2-1)
Belgique - Israël 5-2 (2-1,1-0,2-1)
Afrique du Sud - Israël 2-7 (1-2,0-4,1-1)
Australie - Belgique 3-5 (1-1,2-3,0-1)

Classement : 1 Belgique 6, 2 Australie 4, 3 Israël 2, 4 Afrique du Sud 0.

 

Meilleur marqueur : Eduard Valiullin (Estonie), 19 points (10 buts, 9 assists).

 

 

 

Qualifications pour le Mondial C2

Le 07/11/1993 à Tallinn, Estonie - Lituanie 8-3 (3-0,2-1,3-2)
Le 20/11/1993 à Elektrenai, Lituanie - Estonie 1-8 (1-1,0-2,0-5)

Le 19/11/1993 à Zagreb, Croatie - Turquie 34-1 (10-0,15-1,9-0)
Le 20/11/1993 à Zagreb, Croatie - Turquie 24-0 (9-0,8-0,7-0)

L'Estonie et la Croatie s'étaient ainsi qualifiées pour le Mondial C2.

 

 

L'année précédente (1993)

L'année suivante (1995)

 

Retour aux archives