HA
top

Retour sur le dénouement de la Ligue Magnus

67

Alors que la Ligue Magnus 2017/18 commence cet après-midi par un match avancé Grenoble-Gap, revenons sur le sacre 2016/17 des Rapaces avec le match 6 décisif de la finale.

PERRETjordann201609148311Après avoir perdu deux des trois premiers matchs de cette finale 2017, les Rapaces ont su remonter la pente et ont pris l’avantage dans la série suite à deux victoires 3-2 à l’extérieur puis à domicile. Les Rouennais désirent donc revenir à égalité et obtenir l’occasion de jouer le titre à Gap dans un match 7, tandis que les Hauts-Alpins veulent mettre un terme à la saison et soulever la coupe le soir même.

Dès la mise en jeu, le palet file derrière la cage gapençaise. Profitant d’un cafouillage devant le but, le jeune international français Jordan Perret se joue des six Rapaces présents sur la glace et parvient à glisser le palet dans les filets de Clément Fouquerel. Le ton est donné après seulement dix-neuf secondes de jeu (1-0).

Les deux équipes jouent très vite et la rondelle effectue des va-et-vient entre les deux côtés de la glace. Les nerfs chauffent et Sacha Treille s’accroche avec Pierre Crinon devant la cage alpine. Juste après, Fouquerel passe derrière ses filets pour récupérer le palet mais rate son dégagement et livre le puck à ce même Sacha Treille ainsi qu’à Loïc Lampérier, qui n’ont en théorie plus qu’à pousser le palet au fond de la cage vide. Se rendant compte à temps de son erreur, le futur gardien de Bordeaux se jette et parvient à repousser la rondelle, mais fauche dans son élan le n°77 de Rouen. Il récolte deux minutes de pénalité, et l’attaquant américain Isackson se rend en prison à sa place. Rouen ne tire pas profit de sa supériorité numérique.

BERNIERmarcandre201609148577À peine revenu sur la glace, Isackson déborde la défense jaune et noire en se jouant de Thinel et de Treille, mais rate son face-à-face avec Sabourin. Le palet rebondit sur le gardien canadien, et François-Pierre Guénette parvient à s’en emparer et à dégager. Arrivé à la moitié de ce premier tiers, les blancs et bleus se retrouvent dans une situation favorable aux alentours de la cage normande. C’est finalement le capitaine gapençais Marc-André Bernier qui, après un bon travail à gauche, combine avec Thomas Carr. Ce dernier envoie un gros lancer de la bleue. Revenu se placer sur la trajectoire de la rondelle, Bernier parvient à la dévier et à tromper Sabourin. Les deux équipes se retrouvent donc de nouveau au coude à coude (1-1, 10’21).

Les Dragons font preuve d’un sursaut d’orgueil et ne sont pas décidés à laisser les vainqueurs de la saison régulière dicter leur loi. Olivier-Dame Malka puis Joris Bedin tentent tout deux leurs chances, sans succès. Soudain, comme un éclair, Anthony Rech surgit au milieu du boulevard laissé au centre de la glace par Langlais et Dame-Malka et se retrouve en face-à-face avec le portier canadien. Ne laissant pas passer une telle occasion, Rech crucifie Sabourin et donne l’avantage aux visiteurs (1-2, 14’21). Une minute après, ce même Rech se joue de Guenette et file une nouvelle fois vers la cage. L’international français vise entre les jambes du dernier rempart rouennais et pense alors tuer le match, mais Sabourin bloque le tir avec sa crosse.

Arrive alors ce qui pourrait bien être le tournant du match. Sous tension, Dany Sabourin, le gardien NHL de Rouen, n’apprécie pas le geste de Maurin Bouvet venu l’arroser de glace après son freinage, et le lui fait savoir en le repoussant au niveau du visage. Un geste dangereux aux yeux de Monsieur Barbez qui prend la décision d’exclure le Canadien. La défense des cages revient donc au jeune international U20 Quentin Papillon (15’36). Pour ses premières minutes de jeu, le pur produit de la formation rouennaise s’illuse en effectuant quelques arrêts. Le premier tiers se conclut donc sur un score de 2-1 à l’avantage des Rapaces, au terme de vingt minutes pleines d’engagement et de rebondissements.

GUENETTEfrancoispierre201609300229Dès la reprise, les occasions rouennaises se succèdent, par Treille et Perret sur la gauche, ou encore par un slap de Hussey qui slap, mais Fouquerel reste vigilant. Quand Kevin King écope d’une pénalité pour faire trébucher, c’est le feu dans la zone défensive des Hauts-Alpins. Les tirs s’accumulent inlassablement mais les filets restent immobiles. Lorsque c’est au tour de Marius Serer de se retrouver en prison, pas question de laisser passer l’occasion. À droite des buts, Treille combine avec Lampérier devant la cage, mais au lieu de tenter sa chance, il décale la rondelle sur la gauche, et Guenette n’a plus qu’à l’envoyer voler dans les buts et aller saluer un Sabourin débordant de joie, désormais confiné derrière le plexiglas (2-2, 32’20).

Tout est à refaire pour Gap. Ne comptant pas s’arrêter là, l’attaque rouennaise continue de martyriser Fouquerel, qui à lui seul permet à son équipe de rester à flot. 14 tirs à 0 à un peu plus de six minutes de la fin du tiers, Luciano Basile demande un temps-mort. Et la réaction de son équipe ne se fait pas attendre. À la récupération d’un lancer d’Isackson renvoyé par Thinel, Craige écarte le jeu sur la gauche puis renvoie le palet au centre. Il n’en faut pas plus à Cédric Di Dio Balsamo qui, libre de tout marquage, trompe Papillon à bout portant (2-3, 35’35). Douche froide pour l’Île Lacroix. Après une incroyable domination de quinze minutes, les protégés du public perdent leur avantage dès la première action gapençaise du tiers. Jamais plus les champions en titre ne montreront un aussi beau visage dans ce match, malgré une nouvelle supériorité numérique à 35’59. Clément Fouquerel aura arrêté quatorze des quinze tirs rouennais tandis que, plus malheureux, Papillon aura laissé passer le seul lancer des visiteurs. Frustration donc pour les Normands au retour aux vestiaires.

KINGkevin201609148478Mais il reste vingt minutes à jouer, et rien n’est ni perdu ni gagné. À 41’59, une pénalité de chaque côté : cinq minutes pour Dan Koudys pour crosse haute, deux pour Raphaël Faure pour obstruction. La partie est beaucoup plus équilibrée, et les tirs fusent de chaque côté. Un lancer de King s’envole bien au-dessus de la cage de Papillon avant que son homologue gapençais ne réalise une sortie lointaine et dangereuse pour éviter un retour de Matt Hussey. L’attention se reporte alors sur les cages rouennaises. Le jeune portier normand reste solide et permet à son équipe de garder espoir en bloquant des tentatives de Di Dio Balsamo (45’37) et Bernier (48’05), ce dernier manquant le quatre à deux sur un tir à bout portant. À 49’07, Jesse Craige est pénalisé pour obstruction. C’est l’occasion ou jamais pour égaliser, à dix minutes de la fin du match. Mais le power-play des Dragons peine à se mettre en place. À 51’00, le premier buteur du jour Jordan Perret s’empare du puck sur la ligne rouge et fond sur la cage de Fouquerel. Mais le gardien international bloque sa tentative de la jambière. Retour à cinq contre cinq et Rech repart déjà sur la gauche mais ne parvient pas à armer.

Rouen donne tout. Craige retourne encore en prison (53’26). Yorick Treille déborde la défense sur la gauche mais Miller ne parvient pas à dévier sa passe. Une nouvelle fois, le power-play des locaux se révèle inefficace. Gap joue ensuite la sécurité et renvoie tous les palets. Arrivé à deux minutes du terme, Fabrice Lhenry n’a plus le choix : il fait sortir Papillon. Le temps file, mais toujours pas de délivrance pour les Dragons. Il ne reste qu’une poignée de secondes lorsque que McEachen s’empare du palet en zone défensive et l’expédie au loin sur Isackson. Le numéro 11 américain scelle le titre des Rapaces en cage vide. Les visiteurs laissent exploser leur joie : ils sont champions de France pour la seconde fois en trois ans. Un dernier shoot anecdotique depuis la zone défensive pour Rouen et Monsieur Barbez siffle l’ultime coup de sifflet du match.

RAPACESles201609148391Les joueurs de Luciano Basile ajoutent un quatrième titre de champion dans l’armoire des Rapaces, alors que l’entraineur italo-canadien glane lui un troisième sacre en quatre saisons. Dany Sabourin et Marc-André Bernier profitent tous deux de ce match pour stopper leur carrières, dans la peine pour le premier et dans la joie pour le second. Les deux gardiens Quentin Papillon et Clément Fouquerel sont désignés hommes du match, Anthony Rech meilleur joueur de la série finale.

Les Rouennais n’ont pas démérité, et peuvent même nourrir des regrets tant leur domination a été écrasante dans le deuxième tiers, mais doivent finalement céder la Coupe Magnus aux Gapençais.

Commentaires d’après-match (dans le Dauphiné Libéré)

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « Cette équipe est tout ce qu’il y a de plus beau dans le sport. C’est incroyable tout ce qu’on a réussi à faire cette saison. C’est bien de gagner un trophée à domicile, mais c’est tellement particulier sur la route, quand on se retrouve seuls contre tous. J’ai senti à un moment que la rencontre nous échappait, c’est pour cela que j’ai pris un temps mort, qui nous a fait du bien. Je savais que ce serait compliqué. Après l’exclusion de Sabourin, Rouen est reparti plus fort. »

Marc-André Bernier (capitaine de Gap) : « Pour une fin de carrière, je ne pouvais pas demander mieux. J’ai connu un début de carrière en dents de scie, puis j’ai trouvé un nid en France. J’ai été chanceux et capitaine du meilleur groupe qui existe. Le début de match était bizarre, on était mal parti, cela nous a vite mis dans l’ambiance. Après, on a commencé à travailler, j’ai marqué un gros but qui nous permet de revenir à 1-1. Dans le deuxième tiers, on a connu la misère, ils nous ont imposé leur rythme. Mais finalement on a su reprendre les devants et gagner. »

 

Rouen – Gap 2-4 (1-2, 1-1, 0-1)
Vendredi 7 avril 2017 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs (guichets fermés).
Arbitrage de Nicolas Barbez et Geoffrey Barcelo assisté de MM. Gwilherm Margry et Thomas Caillot.
Pénalités : Rouen 27′ (25′, 0′, 2′) ; Gap 18′ (6′, 6′, 6′).
Tirs : Rouen 29 (9, 16, 4) ; Gap 17 (12, 1, 4).
Supériorités : Rouen 1/6, Gap 0/1.

Évolution du score :
1-0 à 00’19 » : Thinel assisté de Miller et Perret
1-1 à 10’21 » : Bernier assisté de Carr et Serer
1-2 à 14’21 » : Rech assisté de McEachen
2-2 à 32’20 » : Guénette assisté de Lampérier et S.Treille (sup.num.)
2-3 à 35’35 » : Di Dio Balsamo assisté de Craige et Isackson
2-4 à 59’48 » : Isackson assisté de McEachen (cage vide)

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Sacha Treille
Jordann Perret – Adam Miller – Marc-André Thinel
Joris Bedin – Damien Raux – Dan Koudys
Fabien Colotti – Matt Hussey – Yorick Treille (A)

Défenseurs :
Olivier Dame-Malka – Chad Langlais
Florian Chakiachvili – Mark Matheson
Patrick Coulombe (C) – Patrick Koudys

Gardien :
Dany Sabourin (6/8) puis à 15’46 » Quentin Papillon (7/8) [sorti de 57’54 » à 59’48 »]

Remplaçants : Aurélien Dorey, Vincent Nesa.

Gap

Attaquants :
Branislav Rehus – Sean Ringrose – Anthony Rech
Kevin Da Costa (A) – Kevin King (A) – Christian Isackson
Dimitri Thillet – Maurin Bouvet – Cédric Di Dio Balsamo
Marius Serer – Kyle Essery – Marc-André Bernier (C)

Défenseurs :
Jesse Craige – Maxwell Ross
Patrick McEachen – Thomas Carr
Raphaël Faure – Pierre Crinon

Gardien :
Clément Fouquerel

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G), Kristaps Bazevicsn Benoit Valier. Absents : Loïc Chapelier, Ryan Bullock, Dave Labrecque.