Rouen - Angers (Ligue Magnus, quart de finale, match 5)

Le 5, un remake du 2 ou presque et c’est toute la différence ! 

À égalité deux victoires partout dans la série, la victoire dans le match 5 de ce quart aussi serré sera un atout psychologique indéniable pour le match suivant.

Pour cela, Fabrice Lhenry a décidé de renouveler la titularisation de Quentin Papillon, le second de Sabourin, devant la cage, après sa performance et le meilleur comportement de sa défensive dans le match numéro quatre à Angers (remporté 3 à 6). Jean-François Jodoin, lui, doit faire sans un ailier de sa première ligne, Robin Gaborit qui, avait déjà quitté la glace, dimanche, touché au genou. Le Français est numériquement remplacé, sur la glace, par le jeune Gibert. Par contre, l’entraîneur des Ducs peut compter sur le retour de Michael Busto à l’arrière.

BUSTOmichael201611113402

Les coéquipiers de Julien Albert ont bien abordé le match. Ils sont les premiers à tirer (Lessard à 0’53) et à obtenir une occasion d’ouvrir la marque quand Walls dévie à côté un lancer de Lévèque. Et le natif de Calgary d’exploiter le retour de la bande que Papillon détourne adroitement de la jambière (3’12).

Après cette alerte, grâce à un rapide patinage, et à un rythme constant, sans temps-mort, que ne refusent pas les Ducs, les comparses de Patrick Coulombe vont monopoliser le palet et les chances. Ils obtiennent la première supériorité qu’ils jouent avec du mouvement et des bons déclenchements de tirs, non cadrés ou contrés, et même une adroite combinaison qui n’a pu être lucrative. Angers encore frais a bien résisté. Joris Bedin en bonne position face au but n’est pas précis sur la première chance des Dragons (6’40). Bertein sera solide sur un lancer de Matheson (6’47) et devant Guénette qui se présente en contre surnuméraire (8’02). Perret ne peut prendre un lancer lorsqu’il est servi par Thinel (8’39). Juste après, l’ailier vétéran est dans un angle trop fermé pour trouver une trajectoire idéale à son lancer pourtant chirurgical (8’46).

On souffle à peine car Langlais dans le slot reprend le long rebond d’un tir de Guénette qui passera au-dessus (10’33). Les Angevins ne contrôlent pas leur enclave et l’ouverture du score rouennaise passera par là. D’abord, il faut une interception, sur Tavzelj, de Miller en zone neutre. Le joueur de centre lance ensuite Perret qui profite que Thinel fixe un arrière pour filer plein axe et feinter Bertein (1-0 à 11’24).

Les Rouennais poursuivent leurs efforts. Fabien Colotti en haut du cercle gauche, servi en retrait par Yorick Treille, ne cadre pas son tir (12’47). Puis, l’ailier gauche, dévie un lancer frappé de Chakiachvili sur le poteau de Bertein (13’17). La pression normande est assez imposante. Angers est asphyxié. François-Pierre Guénette redouble précisément la passe de Sacha Treille, à l’origine d’une traversée de glace puissante malgré Tavzelj, et l'international français se présente en duel devant Bertein pour trouver une solution dans le haut des filets au-dessus de la plaque, imparable (2-0 à 13'43).

BILLUS201611113717

L’attitude du RHE76 reste intensive mais une faute offensive perturbe l’hégémonie des joueurs locaux de ces dernières huit minutes. En supériorité, l’ASGA peut désormais entrer en zone offensive mais les Normands résistent avec l’aide de Papillon concentré sur les envois retors d’Henderson (15’04) et de Campbell (15’48). Mais, sur la sortie de prison de Bedin, le bon pressing des visiteurs en zone neutre ne permet pas un bon contrôle de la rondelle rouennais. En plein jeu de transition, Mark Matheson, maladroit en tentant un passe-passe à la ligne bleue, se fait chiper le palet par Jonathan Lessard. En bon rôdeur, celui-ci part en échappée pour aller provoquer Papillon et déjouer le gardien de belle manière (2-1 à 16'58). Ce but ravive les Ducs qui se procurent une occasion sur une accélération de Lacroix (18’06). Mais les Normands ne se découragent pas et ne sont pas loin d’enfiler, par Bedin, quelques secondes avant la première pause (19’35).

BILLUS201611113838

À la reprise, les premières secondes sont tout de suite en faveur des coéquipiers de Julien Albert. Walls ne met pas à profit une erreur de Dame-Malka (20’43). Par contre, ils interceptent une passe aussi longue qu’aventureuse de S.Treille. Henderson de sa ligne bleue lance Campbell, qui venait de monter sur la glace, pour son shift dans le dos de la ligne d’arrières rouennais, en breakaway. L’ancien champion de NCAA laissait échapper le puck qui passe un peu facilement sous les jambières de Papillon et égalise (2-2 à 20'56).

Le jeu est plus équilibré désormais. Mais le score de parité ne restera que peu de temps affiché. Moins de deux minutes plus tard, D.Koudys, en bas du cercle droit, redonne l’avantage d’un tir sans contrôle à ras la glace, après une passe en retrait d’Hussey qui s'est débarrassé de son adversaire (3-2 à 22’28).

Les Dragons n’ont pas eu le temps de tergiverser mais Papillon doit aider ses coéquipiers en stoppant, de la mitaine, une soudaine déviation de Walls, suite à un tir de l’arrière effectué par Hendrikx (23’48). Matheson, au point d’engagement du cercle gauche, n’est pas précis sur son lancer frappé pour lequel il avait pourtant eu le temps d’ajuster le cadre (24’27). L’arrière rouennais n’est pas plus inspiré en défense lorsqu’il tente une interception à sa ligne bleue, finalement manquée, qui profite à Lessard pour déborder à gauche, le long de la bande. Le buteur angevin envoievivement la rondelle au centre. Sa passe est admirablement coupée par Campbell devant Papillon impuissant (3-3 à 24’49).

CAMPBELLcody201611113697

Jusqu’à présent le scenario de ce match est rigoureusement identique du match n°2, qui avait vu les Angevins l’emporter sur la glace de l’île Lacroix. Alors, quand Gibert, lisant bien le jeu et délibérément placé en haut du slot, reçoit une offrande d’Arrossamena... Papillon sort à ce moment-là l’arrêt décisif de son bouclier et justifie la confiance du staff rouennais placée en lui (26’21). Ce réflexe conjugué à la déviation subtile de Thinel sur un tir de la pointe de Chakiachvili (4-3 à 27’48) est peut-être le tournant de la rencontre.

Un cinglage d’Igier sur D.Koudys en zone neutre met les Ducs dans la difficulté et quand Lévèque dégage directement dans la tribune, c’est la misère qui tombe sur les hommes du président Juret. À trois contre cinq pendant 1’40, les visiteurs craquent. Après vingt-cinq secondes en double supériorité, Guénette, à gauche, se dirige vers le premier poteau. Le joueur de centre paraît avoir repéré une faille dans la cuirasse de Bertein. D’un lancer des poignets laser, il semble faire traverser la rondelle à travers le gardien (5-3 à 28’46). Les 75 secondes encore à jouer en power-play sont encore mises à profit par les joueurs du dirigeant Thierry Chaix. Ils n’ont pas laissé passer leur chance. C’est encore Thinel qui s’y colle. L’autre tireur d’élite rouennais passe le caoutchouc au-dessus de l’épaule gauche de Bertein (6-3 à 30’08).

THINELmarcandre201611113794

Jean-François Jodoin demande alors son temps mort. À la mi-match, ses joueurs peuvent encore recoller au score. La quantité des buts qu’il leur manque, ils les ont déjà inscrits ce soir en 26 minutes ! Cependant leur retour au jeu n’est pas aussi agressif que ce que nous pouvions attendre. Lampérier provoque une chance rouennaise dans le trafic (32’56). Par contre, Lessard n’est pas chanceux lorsque vers une cage ouverte, il « écrase » un lancer dont se saisit facilement Papillon de la mitaine (34’02).

Les Ducs ne parviennent pas à passer à la vitesse supérieure. Campbell est condamné à une visite du cachot pour une faute offensive. En avantage numérique, les Dragons terminent la période médiane plus tranquillement que leurs adversaires qui s’en remettent à Bertein sur les lancers appropriés de Guénette (37’05 et 37’15), Langlais (37’40) et surtout d’Hussey (38’30).

JODOINjeanfrancois201611113767

Au retour du vestiaire, les blancs et rouges sont un peu plus frais. Lacroix essaie d’en profiter mais manque le cadre (40’33). Le jeu est plus fermé. La projection offensive des Rouennais est plus parcimonieuse. Le RHE subit un désavantage numérique et alors que le box-play rouennais semble plutôt bien résister, il se relâche dans un jeu sur un faux rythme. Lacroix remet en retrait pour Campbell qui dévie la remise dans le haut des filets en passant devant le but (6-4 à 45’43). Les minutes suivantes sont encore rouennaises avec un Thinel assez intenable ce soir qui obtient une occasion du revers (47’07). Tout cela jusqu’à ce qu’une nouvelle faute offensive des locaux. Une prison pendant laquelle les unités spéciales de Fabrice Lhenry n’ont cette fois rien lâché face à des attaques à cinq manquant de fraîcheur (50’33).

Rouen n’est pas inquiété outre mesure dans les dix dernières minutes et le power-play des Normands ne prend pas de risque en jeu de puissance dans les trois dernières minutes. Le remplacement de Bertein par un attaquant supplémentaire ne change pas le cours d’une rencontre numéro cinq qui donne la balle de match aux Dragons dans la série. Ils ont prouvé ce soir qu’ils savaient dorénavant saisir leur chance. Il leur faudra le reproduire au moins une fois pour jouer une demi-finale, un vœu qu’Angers n’a pas abandonné en sachant souvent revenir au score, voire prendre l’avantage, sur des erreurs individuelles répétitives.

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Fabrice Lhenry (entraîneur du RHE) : « La victoire est là, c’est l’essentiel, mais je suis partagé par rapport à ce que j’ai vu ce soir. J’ai aprécié notre bonne entame, l’efficacité du power-play, qui nous a bien sauvés ce soir, mais j’ai beaucoup moins apprécié toutes ces erreurs individuelles qui nous ont coûté cher. Une fois de plus, on prend des buts largement évitables. C’est frustrant, décevant même, car c’est récurrent. Je ne sais pas si c’est parce que l’envie de bien faire était forte mais je trouve qu’on s’est un peu trop livré. On a eu des absences de concentration qui, à chaque fois, ont remis Angers dans le match. Il faut tout de suite penser au match 6 car, par rapport à la récupération et à la préparation d’une éventuelle demi-finale, c’est important de se qualifier dès vendredi et d’éviter un match 7. »

GUENETTEfrancoispierre201611113581

Élus joueurs du match : François-Pierre Guénette (Rouen, photo ci-dessus) et Cody Campbell (Angers, photo ci-dessous)

Étoiles du match : Cody Campbell *** (Angers), Marc-André Thinel ** (Rouen) et François-Pierre Guénette * (Rouen).

CAMPBELLcody201611113858

(Photos issues d'archives)

Rouen – Angers 6-4 (2-1, 4-2, 0-1)
Mercredi 8 mars 2017 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2518 spectateurs.
Arbitres : MM. Geoffrey Barcelo et Adrien Ernecq assistés de MM. Yann Furet et Sébastien Levasseur.
Pénalités : Rouen 6' (2', 0', 4') ; Angers 10' (2', 6', 2').
Tirs : Rouen 35 (15, 14, 6) ; Angers 25 (9, 9, 7).
Chances : Rouen 15 (9, 5, 1) ; Angers 7 (2, 4, 1).
Supériorités : Rouen 2/5, Angers 1/3

Évolution du score :
1-0 à 11'24" : Perret assisté de Miller
2-0 à 13'43" : S.Treille assisté de Guénette et Langlais
2-1 à 16'58" : Lessard
2-2 à 20'56" : Campbell assisté de Henderson
3-2 à 22'28" : D.Koudys assisté de Hussey et Coulombe
3-3 à 24'49" : Campbell assisté de Lessard et Busto
4-3 à 27'48" : Thinel assisté de Chakiachvili
5-3 à 28'46" : Guénette assisté de Dame-Malka et Thinel (double sup.num.)
6-3 à 30'08" : Thinel assisté de Guénette et S.Treille
6-4 à 45'43" : Campbell assisté de Lacroix et Henderson (sup.num.)
 

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Sacha Treille
Jordann Perret – Adam Miller – Marc-André Thinel
Joris Bedin – Matt Hussey – Dan Koudys
Fabien Colotti – Damien Raux – Yorick Treille (A)

Défenseurs :
Olivier Dame-Malka – Chad Langlais
Florian Chakiachvili – Mark Matheson
Patrick Coulombe (C) – Patrick Koudys

Gardien :
Quentin Papillon (21 arrêts).

Remplaçants : Dany Sabourin (G), Aurélien Dorey et Vincent Nesa.

Lyon

Attaquants :
Brian Henderson – Maxime Lacroix (A) – Braden Walls
Jonathan Lessard – Cody Campbell – Julien Albert (C)
Gauthier Gibert – Mathieu Briand – Nicolas Arrossamena
Augustin Nalliod-Izacard – Matthieu Frecon – Hugo Casini

Défenseurs :
Andrej Tavzelj – Mathieu Gagnon
Gary Leveque (A) – Michael Busto
[Tavzelj] – Kevin Igier
Trevor Hendrikx – [Gagnon]

Gardien :
Léo Bertein (29 arrêts) sorti de 59’04 à 60’00.

Remplaçants : Alexis Neau (G) et Paul Bahain. Absents : Robin Gaborit (genou), Yannick Riendeau (adducteurs) et Charles-Olivier Roussel (départ).