Gap - Bordeaux (Ligue Magnus, demi-finale, match 5)

La série de demi finale se poursuit ce soir à l’Alp’arena avec le match 5. Chaque équipe a gagné une partie sur la glace adverse et donc, au mieux il faudra 6 matchs pour conclure, au pire 7 avec un retour sur la glace de Gap.

Les Rapaces reviennent de Bordeaux en ayant gagné la manche 3 (2-3) avec une défense solide en 3e période. La partie 4 a été beaucoup plus compliquée face à un impact physique infernal des Boxers et un Sébastian Ylönen des grands soirs. Cette demi finale est moins déséquilibrée que prévu et chaque erreur se paiera cher.

La bande à Bozon s’appuie sur le meilleur bloc d’infériorité numérique avec 87,5% d’efficacité et seulement 5 buts concédés dans les play-offs. Face à la rudesse du jeu bordelais, l’équipe de Gap oppose une discipline plus importante et se retrouve la moins en infériorité des demi-finalistes avec 38 jeux à 4 ou 3 contre 5. Les statistiques des portiers du dernier carré sont plutôt faibles, Ylönen tourne à 91,7% face à Fouquerel avec ses 89,7%. Au niveau des marqueurs, Sean Ringrose domine les play-offs avec 17 points. Anthony Rech est 3e avec 13 points. Pour Bordeaux, c’est l’ancien Julien Desrosiers qui est le plus prolifique avec 10 points.

Le décor est planté ! Les deux équipes vont tout donner ; Gap pour s’imposer sur sa glace et Bordeaux pour pouvoir conclure à domicile au match 6 !

Gap compte toujours l’absence de Dimitri Thillet et maintenant Kristaps Bazevics. Bordeaux voit le retour de Nicolas Besch mais fera sans Andreï Esipov.

Sur la scène politico-sportive, la député des Hautes-Alpes, Karine Berger, vient de communiquer sur le sujet du maintien du club sur le terrain financier. Elle exprime une demande au Maire de Gap, et à l'agglomération, « de relever de manière conséquente le soutien au club, en le montant a minima au même niveau que Briançon. Pour rester dans le top 8, et encore plus pour rester dans le top 4, nous devons faire cet effort collectif ».

Sébastien Oprandi, le manager des Rapaces de Gap a précisé que le club touchait 147 000 et non 250 000 euros de la mairie de Gap. Entre avenir du hockey de haut niveau dans la préfecture des Hautes-Alpes et échéances électorales, l’avenir des Rapaces fait déjà couler de l’encre

La partie commence sur un gros rythme et l’ambiance est déjà bien chauffée ! À l’image de Crinon qui place une lourde charge sur Kara qui s’écroule au sol. Dès le premier lancer sur Ylönen qui capte la rondelle, c’est déjà l’échange de baffes (2’50). Balsamo prend deux minutes sur cette distribution d’amabilités. Bordeaux installe le jeu de puissance et place Salmivirta en tour de contrôle devant Fouquerel. Le Finlandais dévie par trois fois les shoots de la bleue mais sans succès.

Les Boxers imposent un gros patinage et une forte intensité. Les duels sont en faveur des Bordelais à l’image de Kara qui récupère un puck en zone neutre et coupe l’attaque de Gap. Un sérieux pressing des noirs et rouges dans la zone neutre empêche une remontée de palet saine pour les bleus. Gilbert remonte à pleine vitesse, gagne son duel et se présente devant Fouquerel. Le tir est capté sans rebond (6’35). Dans le sens inverse, Faure en zone défensive expédie une passe laser pour Valier qui s’avance et shoote (7’53). Bordeaux impose un gros défi physique, gagne des duels et continue à faire le jeu. Bernier qui conserve le palet en zone offensive transmet juste devant la cage mais Ylönen se jette sur la rondelle (9’47). Les Rapaces sont réduits à placer des contres, quand ils peuvent passer vers l’avant. Gap joue son premier power-play mais connaît des problèmes dans la bande pour garder le puck. Par contre, au retour au complet, Rech se projette vers l’avant en grande vitesse, exécute un tour de cage et remet sur Rehus qui ouvre la marque (13’13 : 1-0).

Ce but permet aux Rapaces de prendre le dessus. King traverse le rideau défensif entre deux Boxers et lance sur le portier bordelais qui dévie (13’36). La réponse vient de Peter Valier avec un tir puissant (17’06). Gap continue à chercher l’attaquant bien placé. Isackson transmet, de loin, une passe idéale pour Balsamo qui part de la bleue. Tout en vitesse il prend les devants et shoote sur le cerbère bordelais (17’54). Même Crinon s’essaye à l’offensive. De sa zone défensive, il remonte le puck, passe deux joueurs et distribue un caviar à Ringrose qui peut reprendre, mais Ylönen est bien en place (18’52). Les Boxers toujours aussi solides ont pesé sur le terrain physique et imposé leur jeu pendant la première moitié du tiers. Gap a mis du temps pour marquer et continue avec de belles percées mais Bordeaux est encore solide.

Deuxième période : les Boxers reviennent avec à nouveau un jeu offensif intense mais Gap parvient à récupérer des palets à la bleue défensive. Petit parvient, tout de même, à gagner un duel en zone offensive et transmettre à Salmivirta seul devant la cage. Fouquerel se jette au sol pour capter le puck et arrêter le danger (23’20). À noter le bon travail de Faure en remiseur de palets. Par deux fois, il place une bonne passe dans le slot qui peut être exploitée devant le portier adverse (28’11). Bordeaux obtient plusieurs supériorités dont certaines sont un peu sévères. À quatre contre cinq, les Rapaces pressent fort sur le joueur à l’image de Serer qui se jette sur le porteur du palet. Les Boxers butent sur un gros bloc défensif et ne mettent pas assez de vitesse. Les bleus proposent beaucoup de blocs sur les tirs et dévient les shoots. De nouveau à égalité c’est Rehus qui, depuis la bande, fait une passe pour Bernier qui reprend mais le rebond bouillant n’est pas exploité (31’45).

Bordeaux parvient à rester dans le match, à proposer du jeu rapide et à se lancer à l’avant, mais il n’y a pas d’ouverture suffisante pour une occasion chaude sur Fouquerel. Gap trouve encore deux belles occasions. L’une de Rech sur un service de Ringrose (32’58). L’autre par Bouvet qui exécute un tour de cage rapide (37’05). Bordeaux compense avec un jeu physique et des batailles gagnées dans les bandes pour récupérer les palets. Mais dans ce tiers, Gap a fait le dos rond en infériorité et placé de la vitesse à l’avant pour déborder le rideau défensif. Les Boxers, en infériorité ont gagné la bataille de la possession en ramenant le palet dans les bandes de la zone offensive et le laisser mourir pour perdre du temps. Rien n’est joué dans ce match, Bordeaux reste au contact.

Troisième vingt : Gap intensifie son pressing avant et reprend les rênes sur le secteur des grattages de palets. C’est sur un de ces duels gagnés que Bernier hérite d’un bon palet. Esseulé il reprend à mi-distance (42’01 : 2-0).

L’étau ne se desserre pas ! Balsamo utilise son patinage extra rapide et s’avance pour un tir dans les bottes (42’32). Le tournant du match arrive sur une supériorité et ensuite double supériorité en faveur des Boxers. Mais les Rapaces proposent un jeu défensif intense et une rapidité de déplacement pour boucher les axes de tirs. Résultat, Bordeaux ne shoote pas à la cage et ne trouve aucune solution de tir.

Passée cette chance, Paquin est pénalisé pour une charge contre la bande sur Bouvet. En supériorité, Rech nous offre un coast to coast royal. Il traverse la zone neutre dribble les joueurs et se présente face à Ylönen. D’un revers, tout en vitesse il crucifie le portier (50’25 : 3-0). Balsamo, tout en explosivité, réitère le même schéma mais à mi-distance dans la zone offensive décoche un slap rapide qui transperce le portier (51’36 : 4-0).

Bordeaux ne lâche pas pour autant et reprend son pressing avant et tire à la cage, mais Fouquerel est impeccable ou bien secondé. Lorsque qu’un palet est perdu, Crinon se sacrifie pour bloquer le tir. Les Rapaces contrôle maintenant le puck et gagne de plus la conservation du palet. À nouveau la boite à gifles est sortie sur un arrêt sous pression d’Ylönen. Dusseau tente un shoot depuis la bande ; et le gros rebond est nettoyé en catastrophe (54’55). Bordeaux tente bien des jeux en combinaisons mais qui ont du mal à fonctionner. Julien Desrosiers trouve, tout de même, Dusseau avec une longue transversale qui traverse toute la largeur de la glace pour un shoot capté de la mitaine par Fouquerel (57’01). Bouvet trouve le dernier tir à bout portant (58’23). Et Ylönen dégage de la crosse jusqu’à Fouquerel pour évacuer une situation chaude (59’08).

Bordeaux a déployé son jeu imposant dès le début mais n’a pas concrétisé, et pire, a échoué en supériorité. Gap a su imposer une grosse défense et un jeu rapide vers l’avant, non sans avoir subi le pressing. Il a fallu du temps pour prendre les devants mais c'est un match parfait dans tous les secteurs. Retour à Mériadeck vendredi pour conclure la série, ou bien pour les Boxers obtenir un répit et avoir une chance d’aller en finale au bout du 7e match.

À l’issue de la rencontre un vibrant hommage a été porté à Marc-André Bernier pour sa belle carrière qui prendra fin cette saison. Un « trophée » lui a été remis avec les photos de son parcours dans les Hautes Alpes à Briançon et Gap. Des hommages ont été diffusés sur le grand écran avec François Pierre Guénette – Aurélien Bertrand ainsi que de sa famille, son épouse et ses enfants ainsi que de son frère Jonathan Bernier. Une belle émotion pour le géant canadien.

Réactions d’après match

Luciano Basile (coach de Gap) : « On fait face à un gros adversaire, regardez la maîtrise technique qu’ils ont, les mains. C’est une équipe qui est très posée, qui est toujours dangereuse quand elle a le palet. De notre côté, l’engagement est irréprochable, il n'y a pas eu un moment faible du match. On a retenu la leçon du dernier match. (...) J’ai dit aux gars qu’on ne peut plus gaspiller du temps, on ne peut plus jeter par la fenêtre 10 minutes ou un tiers. Il faut aller à fond jusqu’au bout pour ne pas avoir de regrets. On aurait pu se mettre à l’abri un peu plus tôt. Maurin Bouvet a eu une grosse occasion. Si on avait été un peu plus calme sur le power-play... On a quand même donné beaucoup de palets à l’adversaire. Il n’y a absolument rien à reprocher... Un match plein ! Bordeaux peut aller en finale mais il va falloir qu’ils nous marchent dessus pour y arriver ! »

Philippe Bozon (coach de Bordeaux) : « C’était assez serré après deux périodes à 1-0. Les gardiens ont fait un bon match pendant deux tiers. On a raté le coche dans les situations de supériorité numérique. On n’a pas été bon, notre power-play n'a pas été bon du tout ce soir, on n'a pas fait le travail ! Le jeu à 4 contre 5 de Gap a travaillé plus que nous. (...) On avait la possibilité, avec ce jeu de puissance, de revenir dans le match. On ne l’a pas fait et après le deuxième but nous fait mal. Comme souvent, ici à Gap, quand ça prend le momentum, que ça prend l’avance c’est difficile à arrêter. (...) Là c’est compliqué, vendredi arrive vite, avoir le voyage pour revenir, donc travailler sur la glace le power-play, (...) là il n’y a pas beaucoup de temps pour travailler des choses. »

Jonathan Janil (défenseur de Bordeaux) : « On a un petit peu plus de difficultés dans le premier tiers. On a réussi à sortir du premier tiers à 1-0. C’est plutôt bon pour nous. On a eu une bonne réaction sur le deuxième tiers et puis on s’est complètement effondré au troisième. Ça fait partie des play-offs maintenant on a juste à réagir vendredi. J’espère qu’on va revenir dimanche. (...) Forcément notre objectif c’est d’aller en finale. Je suis convaincu qu’on a l’équipe pour aller chercher ce match vendredi à Bordeaux. Après on verra dimanche ici. (...) On a du talent, on a de la combativité, et je pense que sur ce match c’est la combativité dans le troisième tiers qui a fait la différence. Il va falloir qu’on fasse preuve de caractère vendredi, qu’on s’impose un peu plus physiquement ».

 

Gap – Bordeaux 4-0 (1-0, 0-0, 3-0)
Mercredi 22 mars 2017 à 20h30 – Alp’arena. 2331 spectateurs.
Arbitres : MM. Bergamelli et Garbay assistés de MM. Goncalvès et Caillot.
Pénalités : Gap 24' (6', 4', 14') ; Bordeaux 16' (0', 4', 12')
Tirs : Gap 35 (12, 9, 14) ; Bordeaux 22 (5, 8, 9).

Évolution du score :
1-0 à 13’13" : Rehus assisté de Rech et McEachen
2-0 à 42’01" : Bernier assisté de Faure et King
3-0 à 50’25" : Rech assisté de Mc Eachen (sup. num.)
4-0 à 51’36" : Di Dio Balsamo assisté de Craige et Fouquerel

Gap

Attaquants :
Anthony Rech – Sean Ringrose – Branislav Rehus
Marius Serer – Kevin King – Cédric Di Dio Balsamo
Kevin Da Costa– Maurin Bouvet – Christian Isackson
Benoit Valier – Kyle Essery

Défenseurs :
Jesse Craige – Max Ross
Thomas Carr - Patrick Mc Eachen
Raphael Faure – Pierre Crinon
Loic Chapelier

Gardien :
Clément Fouquerel

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absent : Dimitri Thillet.

Bordeaux

Attaquants :
François Bouchard - David Gilbert – Felix Petit
Peter Valier - Ilpo Salmivirta - Francis Charland
Tomas Rubes - Julien Desrosiers - Vincent Kara
Lionel Tarantino – Matthias Terrier – Julien Guillaume
Aina Rambelo - Vincent Cadren

Défenseurs :
Nicolas Besch - Jean Philippe Coté
Kevin Dusseau - Jonathan Janil
Maxime Moisand - François Paquin

Gardien :
Sebastian Ylönen

Remplaçant : Victor Goy (G). Absent : Andreï Esipov