Publicité

Rouen - Grenoble (Ligue Magnus, demi-finale, match 4)

Qui ne marque pas, ne gagne pas, hey !

Grâce à trois buts de Chouinard et un blanchissage pour Horak, Grenoble s’est bien repris ce soir après la lourde défaite de la veille (7-2) sur les bords de Seine.

Les Brûleurs de Loups, d’une part, reviennent à égalité (deux victoires partout) dans la série, mais les favoris retrouvent désormais l’avantage de la glace !

Pourtant, rien ne fut facile au premier tiers pour les hommes d’Edo Terglav qui a retouché ses alignements de départ. Bly débutait et Tartari passait sur une ligne d’arrières (sauf en supériorité) à la place de Gervais cloué sur le banc. Les joueurs de Fabrice Lhenry domineront la première période, par leur maîtrise du palet et leur intensité. Mais leur réalisme de la veille, ils ne le retrouveront jamais.

TERGLAVedo201610283002

Lampérier est le premier à se mettre en évidence lorsqu’il débride un lancer entre les oreilles (1’14) et sur la séquelle d’un tir de l’arrière de Dame-Malka (1’30). Les deux tentatives du Lovérien passeront légèrement à côté. La tonicité rouennaise est mesurable lorsqu’Horak est sanctionné pour une trouée directement au-dessus des vitrines. Le jeu de puissance rouennais est sémillant (Guénette à 4’12) mais ne trouve pas le chalut. Horak est déjà sur les rails. Chaud, le gardien s’exhibe devant Perret, entravé par Miettinen, qui se présentait en échappée devant lui (6’43). Horak et sa plaque sont le remède face à Thinel pendant que l’ailier finlandais purge sa faute sur Perret (7’29). À la faveur d’une crosse haute maladroite des Rouennais en zone neutre, les locaux vont devoir tuer une pénalité pendant laquelle Grenoble connaîtra son premier tir cadré de la rencontre (11’21) !

MILLERadam201610283174

De retour à parité, les Normands reprennent les commandes d’une période qu’ils dominent sans partage. Thinel dans le slot est frustré d’un nouveau coup de bouclier d’Horak (13’21). Le cerbère est tout aussi influent sur la déviation de Lampérier d’un envoi de Guénette à la ligne bleue (14’48).

À Grenoble, dans ce premier acte, tout repose sur le n°61. Car quand les « blancs » jouent une nouvelle supériorité, pauvrement (zéro tir), face au dynamisme de Patrick Koudys, Coulombe et Bedin, ils semblent offensivement fébriles à l’image d’un Texier, inhabituel, donnant une passe mal ajustée (16’35). À cinq contre cinq les coéquipiers de Coulombe renouent avec leur rythme offensif. Miller en haut de l’enclave ne cadre pas malgré un temps d’ajustement (17’24). Perret en plein trafic ne peut saisir la passe-centre de Coulombe (17’33) et une autre en profondeur de Miller bloqué par des défenseurs adverses (19’31).

HORAKlukas201610283114

Les Isérois changeront de dégaine au retour sur la glace. Cette fois, leurs contres sont aiguisés. Miettinen en faisant le tour de la cage contraint Sabourin à un arrêt aussi difficile que salvateur (21’30). C’est une autre équipe qui joue désormais. En infériorité numérique, mais en contre surnuméraire, Baylacq échoue sur un solide gardien rouennais (23’23). Cette métamorphose des BDL est aussi visible en power-play. En moins de vingt secondes, l’unité spéciale est productive. Chouinard de la pointe ouvre la marque d’une décharge frappé fort et limpide (0-1 à 26'16).

Le RHE ne pourra pas réagir car le match s’embourbe, pendant dix longues minutes, dans une série d’emprisonnements néfastes au spectacle (et au sport ?). Les arbitres, déjà sur la brèche, oscillant sans savoir où poser le curseur, depuis l’entame du match entre clémence et sévérité, qui frustre, deviennent les stars du match jusqu’à ce qu’ils décident de laisser jouer plus régulièrement.

Quand il faut jouer, le jeu reprend ses droits. Grenoble force et Rouen, au rythme coupé, est à la peine en relance courte. Dame-Malka déjà précédemment peu inspiré, prend alors un risque sur une relance longue et trinque sur le dégagement interdit qui est sifflé. Sur la remise en jeu, Miller est chassé face à Golicic qui, systématiquement, frappe ses trois coups sur la glace. Chouinard qui profite d’un mauvais choix d’un défenseur rouennais peu prendre un tir à l’esgourde gauche. Hé vlan ! (0-2 à 35'28).

En cette fin de tiers médian, Grenoble dispose du momentum. Texier accélère en zone neutre et décale Miettinen qui permet à Sabourin d’oublier ses misères (36’25). Abramov (36’56) et Hardy (37’04) inquiètent le portier normand. Malgré tout, Rouen reprend des couleurs. Baylacq engendre un dégagement refusé. Edo Terglav ne prend aucun risque. Pour relaxer son bloc, l’entraîneur slovène prend son temps-mort (37’48). Cela permet à son équipe de bien gérer la fin de période – en obtenant une dernière occasion par Chouinard contré des jambières (38’24) – et d’aller au vestiaire en conservant le break.

CHOUINARDeric201610282807

Le début du dernier vingt sera équilibré. Mais les Dragons n’abdiqueront pas. Chakiachvili est imprécis de loin (40’48) et Langlais dans le cercle gauche servit par Hussey est contré in-extrémis (46’26). Entre eux deux, Sabourin gagne son duel avec un Grenoblois (Baylacq?) qui avait débordé Matheson sur la gauche (45’43). Les Normands vont avoir deux possibilités en avantage numérique. Horak sera solide face à Guénette du revers (48’19) et doté d’un don d’anticipation sur un retour pris par Miller, capté par sa mitaine, après un frappé fort de Sacha Treille (49’10). Sur la seconde pénalité grenobloise, avec 39 secondes à cinq contre trois, Fabrice Lhenry appellera son temps-mort. Ce sera à Perret de se mettre en évidence mais l’ailier ne cadre pas (51’00). Sacha Treille s’écorche à gorge déployée sur un temps de shift quasiment doublé. Un dépouillement douloureux qui provoque un lancer de Dame-Malka dérouté de la jambière par Horak (53’25).

Le temps passe. Grenoble, bien organisé et accrocheur, ne craque pas. Les Dragons ne maîtrisent pas toujours tout. Kuralt déguerpit en contre, mais Sabourin lui dit non (54’50). Juste avant le moment où tout se joue, Matt Hussey obtient une terrible occasion close de la mitaine par la sentinelle grenobloise postée devant le filet (56’04). Fabrice Lhenry remplace son gardien par un attaquant supplémentaire mais Thinel est puni par les arbitres qu’on avait presque oubliés. En dépit de cette pénalité, Sabourin quitte sa cage de nouveau lorsque Rouen reprend la possession du palet, jusqu’à ce que Grenoble le récupère et parte en contre-attaque avec Chouinard pour conclure dans une cage vide malgré un jet de crosse à ras la glace pour entraver le lancer du franc-tireur isérois (0-3 à 58’40).

PERRETjordann201610283138

Dominer n’a pas suffi à faire de nouveau chuter Grenoble sur l’île Lacroix. Les Grenoblois n’ont pas beaucoup joué en première période, mais au retour des vestiaires, ils avaient changé de visage et, s’appuyant sur Horak et Chouinard, ils sont allés chercher cette égalisation dans la série avec opportunisme et un coaching millimétré. L’envie a été égale de chaque côté.

Les Normands, parfois frustrés par l’environnement, ont peut-être manqué de patience et de concentration. Malgré un arbitrage hétérogène et confondant, mettant en danger la rencontre à chaque instant, ceux qui jouent leur survie chaque soir ont encore livré une sacrée rencontre. Il y en aura encore deux autres à se mettre sous les dents avec un souhait : que l’assaisonnement des sifflets soit si possible plus digeste !

Elus joueurs du match : Loïc Lampérier (Rouen) et Lukas Horak (Grenoble).

Etoiles du match : Lukas Horak *** (Grenoble), Eric Chouinard ** (Grenoble) et David Rodman * (Grenoble).

HORAKlukas201610282938

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « Les matches ne se ressemblent pas. Hier, on avait eu beaucoup de réussite. Ce soir, on en a eu beaucoup moins. Le scénario de la rencontre ne nous a pas souri. Ce soir, je crois qu’on aurait encore pu jouer plus longtemps qu’on n’aurait pas marqué... On n’a pas su profiter de nos temps forts pour prendre le large. Et comme Grenoble a aussi mieux défendu que la veille, se montrant plus agressif sur le porteur du palet, cela n’a pas souri. C’est décevant mais, ce soir, on ne peut pas dire que les gars n’ont pas fait les efforts. On va tourner la page de ce match et penser tout de suite à aller chercher cette troisième victoire mercredi à Grenoble. Gagner à Pôle Sud, on l’a déjà fait cette saison, en saison régulière comme en play-offs. On sait qu’on en est capable. »

François-Pierre Guénette (attaquant de Rouen) : « On a fait une super entame. Notre premier tiers était l’un des tout meilleurs qu’on ait fait cette année. On était en contrôle. »

Damien Raux (attaquant de Rouen) : « On a manqué d’efficacité. Contrairement à la veille, on a un peu manqué d’agressivité à l’approche du but adverse. On aurait aussi dû mettre un peu plus de trafic pour gêner le gardien. Il y a beaucoup de frustration, oui. On manque une belle occasion de mener la série trois victoires à une. C’est dommage mais le moral n’est pas entamé pour autant. On savait que cette demi-finale face à Grenoble serait longue et difficile. S’il faut aller au bout du septième match pour se qualifier, on le fera. On est prêt. »

 

Rouen – Grenoble 0-3 (0-0, 0-2, 0-1)
Dimanche 19 mars 2017 à 16h00 au centre sportif Guy Boissière. 2493 spectateurs.
Arbitres : MM. Jimmy Bergamelli et Laurent Garbay assistés de MM. Thomas Caillot et Clément Goncalves.
Pénalités : Rouen 16' (6', 8', 2') ; Grenoble 16' (6', 6', 4')
Tirs : Rouen 34 (12, 8, 14) ; Grenoble 22 (3, 14, 5)
Chances : Rouen 12 (8, 0, 4) ; Grenoble 7 (0, 5, 2)
Supériorités : Rouen 0/5, Grenoble 2/5

Évolution du score :
0-1 à 26'16" : Chouinard assisté de Rodman et Hardy (sup.num.)
0-2 à 35'28" : Chouinard assisté de Golicic et Rodman
0-3 à 58’40" : Chouinard assisté de Golicic (but automatique, sup.num)

Rouen

Attaquants :
Jordann Perret – Adam Miller – Marc-André Thinel
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Sacha Treille
Joris Bedin – Matt Hussey – Dan Koudys
Fabien Colotti – Damien Raux – Yorick Treille (A)

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Mark Matheson
Chad Langlais – Olivier Dame-Malka
Patrick Coulombe (C) – Patrick Koudys

Gardien :
Dany Sabourin (19 arrêts) sorti de 57’43 à 58’17 et de 58’30 à 58’40.

Remplaçants : Quentin Papillon(G), Aurélien Dorey et Vincent Nesa.

Grenoble

Attaquants :
Julien Baylacq – Sébastien Rohat – Mathias Arnaud
Eric Chouinard (C) – Bostjan Golicic – David Rodman
Camilo Miettinen – Alexandre Texier – Anze Kuralt
Rhett Bly – Sébastien Gauthier – Norbert Abramov

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Nicolas Favarin – Teddy Trabichet (A)
Aziz Baazzi – [Bisaillon]
Christophe Tartari (A) – [Hardy]

Gardien :
Lukas Horak (34 arrêts)

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Stéphane Gervais et Quentin Scolari. Absent : Tomas Pitule (non conservé).

FAVARINnicolas201610283006