Publicité

Gap - Rouen (Ligue Magnus, finale, match 1)

En ce mardi débute la grande finale de la Ligue Magnus, opposant les deux derniers tenants du titre. Gap fera ce soir sans Anthony Rech qui se ressent d’une douleur au genou ainsi que Kristaps Bazevics blessé, et sans Dimitri Thillet toujours indisponible.

Mais les Rapaces voient le retour de Dave Labrecque. Rouen ne placera pas Olivier Dame-Malka, malade, dans l’effectif ce soir.

Gap honore l’équipe U17 finaliste du championnat de France mais battue face à... Rouen. Les jeunes pousses gapençaises forment une haie d’honneur lors de l’arrivée sur la glace des Rapaces.


GapRou11La partie commence avec deux équipes bien en place et qui laissent peu d’espace. Jordann Perret est le premier à gagner, en vitesse son duel et se présente face à Fouquerel. Mais McEachen revient et intercepte le palet (1’05). Bouvet répond en s’extirpant de la défense jaune et lance sur Sabourin (2’02). Sacha Treille le long de la bande peut shooter à la cage. Fouquerel provoque un rebond mais gèle le palet en deux temps (3’13). La première pénalité est sifflée contre les Rapaces. Isackson presse très haut et empêche la sortie de zone défensive rouennaise. Les Dragons ne peuvent pas installer de jeu de puissance et c’est Balsamo qui est à deux doigts de récupérer la relance de Sabourin juste devant la cage rouennaise (5’04). Mais au retour à 5 contre 5, Patrick Coulombe lance dans le trafic et la rondelle passe juste à côté de la cage (5’43).

Rouen domine dans le sens du jeu et avec de nombreuses récupérations de palet. Lampérier remonte et transmet à l’autre bord de glace à Sacha Treille qui shoote sur Fouquerel en one timer (6’33). Les chocs sont appuyés et les gestes des Dragons sont toujours à la limite de l’accrochage. Les gains des duels dans les bandes sont relativement équilibrés. Gap sait gratter des pucks en zone offensive et va au charbon pour prendre les coups mais s’imposer. À nouveau Rouen est dangereux avec Hussey qui dribble et traverse toute la défense. Il provoque la faute et Gap va une nouvelle fois jouer en infériorité (8’32). Le penalty-killing gapençais continue de gêner à l’image de Carr et Essery qui trouvent une occasion. Mais sur la contre-attaque Thinel ajuste le palet devant la cage et ouvre la marque (8’57 : 1-0).

GapRou12Le pressing intensif des Dragons gène les bleus et provoque des problèmes de contrôle de palet pour Gap. Il faut encore un sauvetage de Mc Eachen qui se couche devant Perret qui pouvait transmettre en 2 contre 1. Gap est contraint aux tirs de loin mais le block défensif de Rouen devance les trajectoires de tirs. Jusqu’à ce que sur un jeu vers l’avant, Bernier transmette une passe royale à Ringrose esseulé au second poteau (15’32 : 1-1).

En zone défensive gapençaise on peut noter des ratés de sortie de zone qui redonnent le puck aux Rouennais. Mais sur une action ultra rapide Ringrose remet sur Bernier. Le capitaine effectue une nouvelle passe, (de trop), dans le slot, qui n’est pas utilisée (17’10). Gap termine le tiers à fond en raflant les duels dans la bande et réussi toutes ses combinaisons en zone offensive.



Deuxième tiers, Rouen est revenu sur la glace avec des intentions de domination. Mais la flamme est de courte durée car Gap reprend les commandes du match. Un jeu de puissance est organisé et Rouen ne parvient plus à sortir le puck de sa zone. Seuls les shoots des Rapaces sont systématiquement déviés. Les Dragons sont bien en place et sur toutes les trajectoires de tirs.

Le jeu de passe est millimétré et rapide pour les bleus qui régalent le public. Labrecque est dans le rythme. Il arrive le premier sur la balustrade avec le puck et Matheson lui assène un cinglage. C’est ensuite une double supériorité qui se présente. La pression sur Sabourin est énorme. Bernier distribue encore un caviar à Bouvet bien placé et laissé seul (27’13 : 2-1).

GapRou13À cinq contre quatre, le jeu de puissance reste bien huilé mais ne trouve pas d’espace de tir. Les Gapençais contrôlent maintenant la totalité du jeu et imposent des actions rapides vers l’avant en deux ou trois passes que Rouen peine à suivre. À l’image d’un duo Da Costa-Bouvet qui du revers remet juste devant Sabourin et passe au ras du poteau (31’47).

Fabrice Lhenry est obligé de prendre un temps mort pour relancer son équipe totalement perdue. Ce coup de coaching est gagnant car le groupe repart de l’avant. Jesse Craige, sur une chaude alerte parvient à contrer deux fois sur Langlais. Mais une perte de palet en zone défensive, et c’est Lampérier qui hérite de la rondelle pour égaliser (33’51 : 2-2).

Le fore-checking des Dragons est imposant et permet de stationner l’équipe en zone offensive. Gap se rebelle et met une pression supplémentaire pour forcer le but en fin de période. À l’image de Di Dio Balsamo qui reçoit un palet dans le slot. La reprise est bloquée sans rebond par Sabourin (38’27). Mais dans la dernière minute Rouen termine fort.

Gap a dominé une très grande partie de cette période sans avoir réussi à faire le break dans ses temps forts. A contrario c’est bien Rouen qui sort gagnant en ayant subi puis revenu dans la partie.



GapRou14Troisième vingt : dès le démarrage on retrouve Cédric Di Dio Balsamo qui lance l’offensive, repique au centre, et shoote. Il ne peut se saisir de son propre rebond (40’58). Réponse de Patrick Koudys qui lance à la cage ; le rebond est dégagé dans l’urgence (41’30). Rouen remet la machine en route et impose une grosse intensité. Fouquerel doit faire un double arrêt sur deux tirs puissants de Chakiachvili et Thinel (43’33). Sur la pénalité qui suit, l’équipe normande obtient une supériorité. Rouen force son jeu avec Guénette qui shoote sur une reprise en one-timer à ras glace, mais le puck frôle le poteau. La réponse vient d’Isackson qui démontre ses capacités de conservation du palet pour anéantir l’infériorité. Da Costa y met du sien en rôle de poison au pressing.

La partie s’est, de façon surprenante, déroulée jusque là sans aucune bagarre. Mais Isackson jette les gants devant Miller qui a porté un violent cinglage sur le joueur de Gap. Sur le quatre contre quatre qui se présente, Gap gagne les batailles de contestation du palet. Le répit est de courte durée puisque c’est un nouveau jeu en infériorité que subissent les bleus. Miller lance à la cage. Gap défend efficacement et dégage le rebond. Au retour au complet, Rouen prend le dessus sur le jeu, et les Rapaces semblent avoir perdu de l’énergie en route. Les combats deviennent trop durs à subir. Les Dragons prennent l’emprise sur la partie.

De plus, les mises au jeu sont exclusivement gagnées par Rouen. Sur l’une d’elles, Yorick Treille hérite de la rondelle dans le cercle d’engagement en zone offensive et tire sur Fouquerel qui capte d’une belle mitaine (52’50). Coulombe prend sa chance de la bleue et démontre l’envie de pilonner les cages gapençaises (54’35). Da Costa prend bien un shoot et provoque un rebond mais c’est l’arbre qui cache la forêt !

Gap n’y est plus. Les passes deviennent compliquées et n’arrivent pas au bon endroit, et plusieurs dégagements interdits sanctionnent l’équipe. L’arbitre Bergamelli vient même au banc pour faire revenir le bloc trop vite sorti au coup de sifflet. Le duo Bernier-Ringrose parvient tout de même à reprendre la rondelle sur Sacha Treille mais aucune possibilité de tir ne se concrétise. Rouen verrouille et se place sur toutes les trajectoires de tir. L’ultime chance se présente avec une pénalité rouennaise. Luciano Basile prend son temps mort. Mais cela ne servira à rien, Rouen dégage tous les pucks en dehors de sa zone. La partie se termine sur ce score de parité.



La mort subite va continuer avec une vingtaine de secondes à 4 contre 3. Bernier y trouve une bonne occasion au 2e poteau mais Sabourin fait le job (60’21). Thomas Carr se jette et sauve une chaude alerte en deux contre un mais cela ne fait que retarder l’échéance car Hussey crucifie Fouquerel avec un joli tour sur lui-même de Lampérier pour donner le palet vainqueur (61’59 : 2-3).

Gap a donc pris le match par le bon bout mais s’est cassé les dents sur un bloc défensif rouennais solide. Le break n’a jamais été fait sur les moments de totale domination. Les bleus ont démontré un jeu collectif bien huilé capable de surpasser les Dragons. Mais le jeu sérieux et solidaire de Rouen a émoussé l’envie gapençaise. La série ne fait que commencer mais encore une fois Rouen a démontré que pour gagner il faut être présent 60 minutes et être hyper réaliste !


Réactions d’après match

Luciano Basile (coach de Gap) : « J’ai trouvé qu’il nous a manqué un peu de focus, de concentration. On l’a vu sur notre efficacité qui nous a manqué avec le palet. Je trouve qu’on les a mis en difficulté par moment. J’ai trouvé les dix dernières minutes du premier tiers très bonnes, les quinze premières du deuxième également. Après ils ont repris le momentum après leur but en power-play en fin de deuxième. Mais on a fait des erreurs, on prend la pénalité de Pierre Crinon à sept minutes de la fin. On frôle le désastre, on est obligé d’aller à trois contre quatre. (...) À trois contre trois on n’a pas été bon. Il y a eu des gros trous d’air, On a manqué un peu de concentration. (...).Tout le monde parle de fraicheur mais c’est peut-être à la fin qu’on va l’avoir la fraîcheur, pas en début de série. Parce qu’eux ils ont joué à Grenoble, ils ont gagné, ils arrivent avec du momentum. (...) J’ai dit aux joueurs de retourner à la maison, et de réfléchir à ce qu’ils veulent faire de cette finale. S’ils sont contents d’être là et satisfaits d’un excellent parcours ou s’ils veulent faire les efforts nécessaires pour aller la chercher ! »

Fabrice Lhenry (coach de Rouen) : « La fin du premier tiers, les deux, trois dernières minutes ont été difficiles. Je pense qu’on était resté au vestiaire au début de deuxième tiers. Je pense qu’il fallait recadrer tout ça sinon, effectivement, on ne pouvait pas gagner ce match là. (...) C’est vrai qu’après ce temps mort on s’est remis à jouer et on a été plus actif. Parce que là on regardait Gap jouer. On a fait une bonne fin de deuxième tiers, ça nous a permis d’attaquer le troisième tiers avec un peu plus d’ambition et de confiance. Sinon, si on continuait comme ça, on allait droit dans le mur. Notre penalty-killing, ce soir, a vraiment bien marché. (...) On a vraiment bien défendu et les gars se sont vraiment sacrifiés. Dany Sabourin a fait les arrêts nécessaires, il nous a bien tenu dans le match aussi. Gagner le premier match, c’est toujours bien, mais j’ai trouvé les deux équipes assez crispées. C’était, un peu, un match bizarre. Je sais que l’équipe peut mieux jouer. (...) C’est vrai que c’était dur de se remettre en route deux jours après mais ça va aider pour demain. »


Gap – Rouen  2-3 après prolongation (1-1, 1-1, 0-0, 0-1)
Mardi 28 mars 2017 à 20h30 – Alp’arena. 2435 spectateurs.
Arbitres : M. Bergamelli et Garbay de M. Furet et Barbez.
Pénalités : Gap 12’ (4', 2', 6') – Rouen 12' (2', 6', 4').
Tirs : Gap 32 (16, 7, 8, 1) – Rouen 24 (10, 5, 8, 1).

Évolution du score :
0-1 à 08'57" : Thinel assisté de Guénette et Coulombe (sup. num.)
1-1 à 15'32" : Ringrose assisté de Bernier et Rehus
2-1 à 27'13" : Bouvet assisté de Bernier et Ringrose (double sup. num.)
2-2 à 33'51" : Lampérier assisté de Thinel et Perret (sup. num.)
2-3 à 61'59" : Hussey asisté de Lampérier et Matheson

Gap

Attaquants
Marius Serer – Kevin King – Cédric Di Dio Balsamo
Kevin Da Costa– Maurin Bouvet – Christian Isackson
Marc André Bernier – Sean Ringrose – Branislav Rehus
Kyle Essery – Benoit Valier – Dave Labrecque
Joris Rama

Défenseurs
Jesse Craige – Max Ross
Thomas Carr - Patrick Mc Eachen
Raphael Faure – Pierre Crinon
Loic Chapelier

Gardien
Clément Fouquerel

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absents : Dimitri Thillet, Anthony Rech, Kristaps Bazevics

Rouen

Attaquants
Sacha Treille – François-Pierre Guénette – Loic Lampérier
Yorick Treille – Jordann Perret – Adam Miller
Dan Koudys – Matt Hussey – Marc André Thinel
Fabien Colotti – Florian Chakiachvili – Joris Bedin
Damien Raux – Vincent Nesa

Défenseurs
Chad Langlais – Aurélien Dorey
Patrick Koudys – Mark Matheson
Patrick Coulombe – Camil Durand

Gardien
Dany Sabourin

Remplaçant : Quentin Papillon (G). Absent : Olivier Dame-Malka