Rouen - Gap (Ligue Magnus, finale, match 3)

Pas de canular sur l’île Lacroix !

Rouen a remporté ce match 3 alors que la série finale est à égalité parce qu’il ne s’est pas vraiment mis en danger dans une patinoire pleine (guichets fermés), qui a poussé les siens, et qui s’est vu récompensée de ce soutien.

Gap n’a pas été réaliste sur ses deux ou trois moments forts de la partie et sur ses supériorités obtenues avant que le match ne tourne à l’avantage des Dragons.

Le premier tir dangereux de ce bon match était l’œuvre de Colotti (1’20). Gap répondait par Bernier contré in-extremis (2’02) tout comme Dan Koudys (2’15). Après un moment fort des Gapençais, les Rouennais prenaient le momentum et ouvraient le score. Dame-Malka sautait dans l’axe sur un rebond acquis sur un contre surnuméraire du duo Hussey-Bedin (1-0 à 6’40).

Ensuite, les deux équipes ont eu chacune des possessions de la rondelle jusqu’au premier jeu de puissance de la rencontre où l’on a vu un Fouquerel assez incroyable sur des chances de Thinel (12’19), Langlais (13’52) et Dan Koudys (14’16). Après avoir tué leur première infériorité, les Haut-Alpins ont exercé une grosse pression sur la cage rouennaise et obtenu à leur tour un jeu de puissance, pendant lequel ils ont buté sur un solide Sabourin et un killing-play opiniâtre et altruiste (14’43).

En fin de tiers, Rouen joue à un homme de plus et parvient à mettre la défensive adverse et son gardien en très grande difficulté quand le palet est propulsé dans la cage sur un plongeon de Perret. D’abord accordé, ce but a été finalement refusé sans qu’aucune raison ne soit annoncée (18’03). Ce fait de jeu a contribué à chauffer une atmosphère de finale déjà naturellement tendue. Toujours lors de cet avantage numérique, Sacha Treille aura une occasion détournée de la plaque par Fouquerel (19’40).

Les Normands démarrent mieux le tiers médian avec une opportunité de Raux servi par Coulombe (21’30). Mais au lieu de faire une cassure, en power-play, ils sont négligents en défense et encaissent l’égalisation. Au terme d’un trois-contre-un, Craige, à mi-hauteur côté plaque, ne laisse aucune chance pour Sabourin (1-1 à 22'34).

Malheureusement, les Rapaces ne sont pas disciplinés. Ils abandonnent 34 secondes à trois contre cinq. Ce court laps de temps est mis à profit par les Dragons. Dans un jeu en surcharge à gauche, Thinel est esseulé et fait mouche d’un tir frappé instantané en bas du cercle droit, après une fixation à la pointe de Coulombe (2-1 à 27'31).

Il reste encore du temps en supériorité aux Normands. Perret (28’13) et, à parité, Lampérier dans l’axe (29’12) ont chacun une opportunité. La défensive rouennaise est assez exemplaire quand il s’agit de bloquer des rondelles mais elle est sévèrement punie sur une charge. À la mi-match, c’est sans doute le tournant. Les hommes de Luciano Basile vont le manquer. Bernier (31’43 & 32’50), Rech (32’31), Essery puis Isackson (33’32) ne trouvent pas la solution au problème Sabourin ! Une minute après le retour du prisonnier rouennais, Thinel, le long de la ligne de but, glisse le rebond de la reprise de Perret derrière Fouquerel (3-1 à 34’39).

Néanmoins, les visiteurs réagissent. Rech échoue sur Sabourin (35’48) et Isackson manque le cadre (37’12). Mais ils ont au bord de la rupture juste avant de rentrer au vestiaire quand Guénette s’échappe... Heureusement, Fouquerel n’est pas pris par la feinte du joueur de centre (37’50).

Dans la dernière période, Luciano Basile tente d’ajouter de la rapidité sur sa première ligne et de l’expérience sur sa troisième, en échangeant ses deux ailiers droits (Bernier par Rech). Cela aurait pu fonctionner car les deux premiers lancers du tiers sont l’œuvre de Rech (40’17) et de Bernier (41’42). Après cette introduction, les joueurs de Fabrice Lhenry vont assommer leurs rivaux. Coulombe qui se procure une bonne position en haut du slot peut frapper à ras la glace (4-1 à 43’32).

Gap ne réagir aussitôt car il évolue désormais en infériorité mais s’en sort sans autre dommage car le casque de Fouquerel, imparable devant Sacha Treille (45’42), est décisif sur un lancer de Thinel (46’01). Une fois l’infériorité annihilée, Luciano Basile bluffe et remplace son gardien par son remplaçant, Bertrand (46’58). Mais les Normands, en dépit des occasions de Thillet (48’46), Essery (51’00) et King (51’18) toutes détournées par Sabourin, ne se laissent pas avoir par le canular du coach d’en face. Ils s’accrochent toujours en défense et ajoutent même un cinquième but par Sacha Treille en supériorité (5-1 à 52’27).

Rouen a réussi un match plein, il lui reste à en refaire au moins deux autres dans les parties suivantes. Quant à Gap, il nous doit une revanche, le jeûne est terminé.

Etoiles du match : Dany Sabourin *** (Rouen), Marc-André Thinel ** (Rouen) et Olivier Dame-Malka * (Rouen).

 

Rouen – Gap 5-1 (1-0, 2-1, 2-0)
Samedi 1er avril 2017 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2746 spectateurs.
Arbitres : MM. Jimmy Bergamelli et Laurent Garbay assisté de MM. Matthieu Barbez et Yann Furet.
Pénalités : Rouen 18' (2', 2', 4'+10') ; Gap 16' (4', 6', 6')
Tirs : Rouen 34 (12, 12, 10) ; Gap 38 (13, 11, 14)
Chances : Rouen 13 (5, 4, 4) ; Gap 10 (2, 4, 4).
Supériorités : Rouen 2/8, Gap 0/4.

Évolution du score :
1-0 à 06'40" : Dame-Malka assisté de Bedin et Hussey
1-1 à 22'34" : Craige assisté de Da Costa (inf.num.)
2-1 à 27'31" : Thinel assisté de Coulombe et Guénette (double sup.num.)
3-1 à 34'39" : Thinel assisté de Perret et Miller
4-1 à 43'32" : Coulombe assisté de Guénette et S.Treille
5-1 à 52'27" : S.Treille assisté de Lampérier et Thinel (sup.num.)
 

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Sacha Treille
Jordann Perret – Adam Miller – Marc-André Thinel
Joris Bedin – Mat Hussey – Dan Koudys
Fabien Colotti – Damien Raux – Yorick Treille (A)
puis Vincent Nesa (à 53’58)

Défenseurs :
Olivier Dame-Malka – Chad Langlais
Florian Chakiachvili – Mark Matheson
Patrick Coulombe (C) – Patrick Koudys

Gardien :
Dany Sabourin (37 arrêts).

Remplaçants : Quentin Papillon (G) et Aurélien Dorey.

Gap

Attaquants
Branislav Rehus – Sean Ringrose – Marc-André Bernier (C) [puis Rech à 40’00]
Kevin Da Costa (A) – Kevin King (A) – Christian Isackson
Dimitri Thillet – Maurin Bouvet – Anthony Rech [puis Bernier à 40’00]
Marius Serer – Kyle Essery – Cédric Di Dio Balsamo

Défenseurs :
Jesse Craige – Maxwell Ross
Patrick McEachen – Thomas Carr
Raphaël Faure – Pierre Crinon

Gardien :
Clément Fouquerel (21 arrêts) sorti de 39’59 à 40’00, puis à 46’58, Aurélien Bertrand, (8 arrêts).

Remplaçant : Benoit Valier. Absents : Loïc Chapelier, Ryan Bullock et Dave Labrecque (?).