Les Bleuets impressionnent (Championnats du monde U18)

Après avoir battu l'Allemagne 4-2 en ouverture, l'équipe de France des moins de 18 ans s'est offert le scalp du Danemark samedi, 4-2. Les Bleuets prennent la tête du championnat du monde.

Le menu s'annonçait copieux : les deux derniers relégués de l'élite mondiale. Les jeunes Français ont joué sans complexe et avec autorité, pour signer deux victoires convaincantes sur les deux principaux favoris des championnats du monde de division 1A.

À Bled, en Slovénie - qui accueille conjointement deux tournois en même temps - l'équipe de France a brillé d'entrée vendredi. Il faut dire que l'Allemagne a débuté de la pire des manières en concédant trois pénalités d'affilée. Si le jeu de puissance français n'a pas conclu, il a mis l'équipe dans le bon sens. Teo Sarlieve-Fonfraid ouvrait ainsi le score (1-0, 08'14"). L'équipe spéciale allemande se montrait plus réaliste puisque Tom Knobloch profitait d'une pénalité de Jules Gallet pour égaliser (1-1, 13'49"). Bis repetita quelques minutes plus tard, Nicolas Appendino profitant de la pénalité de Lauric Convert (1-2, 18'23").

Loin d'être abattus, les Bleuets reprennaient le fil. Faute de convertir, encore, deux supériorités, les Français égalisaient peu après la mi-période par Teemu Loizeau (2-2, 33'37"). La partie se décantait en troisième tiers grâce à la première ligne tricolore. Le capitaine Alexandre Texier, très attendu, s'octroyait une assistance en combinant avec Louis Olive pour le but de Jules Gallet (3-2, 44'20"). Gaëtan Richard, impérial dans les cages, tenait le score pendant une pénalité de Texier. Et le meilleur espoir français de la saison signait un deuxième point à cinq minutes du terme pour le but de Louis Olive (4-2, 54'38"). Un succès majeur pour les Bleuets.

France 4-2 Allemagne (1-2, 1-0, 2-0)
Vendredi 7 avril 2017, 12h30, à Bled, Slovénie. 140 spectateurs.
Arbitrage de Andrea Benvegnu assisté de Tommi Niittyla et Viktor Zinchenko.
Tirs : France 32 (14, 11, 7), Allemagne 28 (7, 9, 12)
Pénalités : France 12' (4', 6', 2'), Allemagne 14' (6', 8', 0')

Récapitulatif du score
1-0 à 08'14" : Teo Sarlieve-Fonfraid assisté de Samuel Rousseau
1-1 à 13'49" : Tom Knobloch assisté de Mike Fischer (sup. num.)
1-2 à 18'23" : Nicolas Appendino assisté de Cedric Schiemenz (sup. num.)
2-2 à 33'37" : Teemu Loizeau assisté de Adel Koudri
3-2 à 44'20" : Jules Gallet assisté de Louis Olive et Alexandre Texier
4-2 à 54'38" : Louis Olive assisté de Alexandre Texier

 


La victoire contre l'Allemagne à peine digérée, les Bleuets affrontaient le Danemark, autre gros poisson de la poule. Et encore une fois, la France impose son rythme, son jeu et se pose en équipe dominante. Gaëtan Richard toujours solide dans les buts, la France ouvre le score rapidement. Hugo Sarlin part en débordement sur l'aile droite et tente sa chance en fond de glace, en angle fermé. Mads Soegaard couvre mal son poteau (1-0, 05'23"). Un but qui récompense le temps fort français. Le Danemark réagit un peu contre le cours du jeu, à la faveur d'une montée de palet en ligne. La défense se fait aspirer et David Madsen trouve Daniel Andersen seul en retrait (1-1, 06'55").

C'est alors que les Danois tombent dans l'indiscipline et enchainent les pénalités. Comme la veille, le jeu de puissance français ne profite pas de l'aubaine, mais a pris le jeu à son compte. La France finit fort et, après un gros travail de Jules Gallet, Alexandre Texier, servi en retrait dans le slot, force Soegaard à laisser un rebond qui n'échappe pas à Louis Olive (1-2 à 19'19").

Le deuxième tiers tourne à l'avantage des Bleuets dans les premières minutes, mais ils se font piéger à mi-match. Jonas Rondberg se montre réaliste au cercle (2-2 à 29'01"). Un but qui déstabilise un peu les hommes de Romain Guibet. Le Danemark finit fort le tiers temps, sans convertir une faute de Benjamin Berard. Dans les buts, Gaëtan Richard se montre intraitable.

Fort heureusement, la défense et le gardien assurent pendant ce passage à vide, et ne craquent pas durant deux pénalités en début de dernière période. Loizeau, puis Kalisa reviennent sur la glace sans encombre, leurs coéquipiers limitant bien les espaces. Le Danemark ne crée plus grand chose au fil des minutes. Orphelins de Louis Olive, blessé dans un contact appuyé en défense, les attaquants de la première ligne finissent par passer. Jules Gallet (8 tirs) et Alexandre Texier (7 tirs) prennent les choses en main. À 1'24" de la sirène, Gallet travaille fort dans la zone et lance vers la cage. Ce centre-tir trouve la palette de Texier, qui traînait devant le but (2-3 à 58'36"). Euphorique, le banc bleu exulte, et ce n'est pas fini. Sur la présence suivante, Hugo Sarlin contre un tir à la bleue et Texier décolle en échappée. Il contrôle et ajuste Soegaard (4-2 à 58'59").

Une victoire méritée, tant la France a paru dominer son sujet. Rigoureuse en défense, précise à la relance, elle a contrôlé les bandes et multiplié les petits jeux, avec précision. Avec 40 tirs, l'attaque tricolore s'est mise en valeur, autant que Richard, serein dans son but. La France remporte donc son deuxième match de suite et compte désormais six points, soit un de plus que la Norvège, qui a eu besoin de la prolongation pour se défaire de l'Allemagne. Les Bleuets joueront contre la Hongrie, dernière, lundi, avant de défier la Norvège dans ce qui ressemble à la finale du groupe. Les Bleuets en élite, c'est possible !

Danemark 2-4 France (1-2, 1-0, 0-2)
Samedi 8 avril 2017, 12h30, à Bled, Slovénie. 260 spectateurs.
Arbitrage de Pawel Meszynski assisté de Matjaz Hribar et Tommi Niittyla.
Tirs : Danemark 29 (9, 12, 8), France 40 (17, 12, 11)
Pénalités : Danemark 6' (6', 0', 0'), France 10' (2', 4', 4')

Récapitulatif du score
0-1 à 05'23" : Hugo Sarlin assisté de Benjamin Berard et Enzo Guebey
1-1 à 06'55" : Daniel Andersen assisté de David Madsen et Max Olesen
1-2 à 19'16" : Louis Olive ssisté de Jules Gallet et Alexandre Texier
2-2 à 29'01" : Jonas Rondbjerg assisté de Lucas Andersen
2-3 à 58'36" : Alexandre Texier assisté de Jules Gallet et Hugo Sarlin
2-4 à 58'59" : Alexandre Texier assisté de Hugo Sarlin