France - Suisse (Euro Hockey Challenge 2017, à Cergy)

Deuxième match préparatoire France-Suisse après la défaite 3-4 hier à Amiens. Le capitaine Laurent Meunier est au repos. Kevin Hecquefeuille, devenu hier le 14e joueur à passer le cap majeur des 200 sélections avec l'équipe de France, porte le "C" à sa place ce soir. Les jokers de circonstance Rudy Matima et Nicolas Leclerc étrennent leurs premières capes internationales : le premier au centre de la quatrième ligne et le second non comme défenseur mais en position d'attaquant pour l'infériorité numérique.

2017 04 09 France Suisse

Outre le fait de ne pas encaisser un mauvais but d'entrée, l'équipe de France joue mieux qu'hier. Elle est solide dans les duels, fait le jeu à cinq contre cinq et domine la Suisse. Le premier trio se crée toujours de bonnes occasions. L'action la plus chaude se déroule toutefois devant la cage locale. Après onze minutes de jeu, la quatrième ligne française est transpercée puis mise en grande difficulté dans son enclave, traversée de passes et de rebonds ; Maxime Moisand dégage le palet in extremis.

Les Bleus sont pénalisés à deux reprises : une obstruction de Gabin Ville sur une contre-attaque suisse et un cinglage de Stéphane Da Costa en zone offensive. La seconde pénalité est transformée en quelques secondes par la Nati. Le lancer croisé de Vincent Praplan se loge au-dessus de la jambière gauche de Florian Hardy (0-1). Juste avant la pause, Damien Fleury percute le gardien suisse Flüeler et Chris Baltisberger essaie de le châtier dans un début d'altercation vite arrêté par les juges de ligne. Le Français prend deux minutes de prison de plus que son adversaire, mais la pénalité à cheval sur la pause sera sans conséquence.

Dès le retour à cinq contre cinq, la France reprend sa domination. Le signal est donné par le "bleu" Rudy Matima qui va presser en fond de zone avec beaucoup d'envie pour récupérer un palet remis en retrait à Gabin Ville. Le Chamoniard ne conclut malheureusement pas. Puis c'est un centre de Teddy Trabichet dévié dans l'axe par Teddy Da Costa qui est arrêté par les bottes de Flüeler, mais Trabichet vient lui-même prendre le rebond vainqueur (1-1, 26'39"). C'est le troisième but en bleu pour le guerrier grenoblois, qui célèbre ce soir sa 60e sélection. Trabichet provoque aussi l'occasion suivante par un tir de la ligne bleue qui cherche le rebond, mais la tentative de Floran Douay est captée au vol par la mitaine de Flüeler (31').

2017 04 09 France Suisse3

On le sait, Damien Fleury prend sa chance dans toutes les positions, et c'est encore le cas depuis une position excentrée sur l'aile droite. Un tir plein de conviction comme on lui connaît, mais qui semble repoussé par Flüeler. Trop tard ? C'est un but qui est signalé à la surprise générale du public. Antonin Manavian harangue la foule pour obtenir les applaudissements (2-1, 32'37").

Un tir croisé à mi-hauteur de Maxime Lacroix oblige aussi Flüeler à un arrêt difficile de la mitaine. La Suisse réplique toutefois par une longue séquence installée en zone offensive : tir de Herren repoussé au-dessus de la cage par Hardy, passe transversale de Geering pour la reprise d'Almond, sur laquelle le gardien français s'est bien déplacé. Les trois dernières minutes sont nettement en faveur des blancs, mais la France préserve l'avantage qu'elle a travaillé pour obtenir.

Les Bleus retombent dans leurs travers amiénois en encaissant un but dès le début du troisième tiers-temps, sur un tir à mi-distance de Chris Baltisberger (2-2, 40'10"). Hardy effectue aussi un arrêt assez délicat de la mitaine sur un tir axial de Yannick Herren. Une pénalité de Romy pourrait permettre à la France de retourner à l'offensive, mais elle est annulée par une obstruction en zone neutre de Fleury.

2017 04 09 France Suisse2

Cette troisième période n'a plus rien à voir avec les précédentes. On se croit revenu hier à Amiens : la France subit le jeu et court après le palet. A-t-elle moins de jus que son adversaire ? Elle ne parvient à ranimer le match.

Après avoir commis une crosse haute, Cody Almond tient à tout prix à se battre avec Teddy Da Costa, qui ne souhaite initialement pas jeter les gants. Il oblige le Français à la bagarre... et a tort car il finit vite ceinturé au sol par son vis-à-vis et n'en conserve pas moins deux minutes de pénalité supplémentairesn pour sa faute initiale. Cette altercation ayant eu lieu à 2'18" de la fin, la France tient une supériorité numérique providentielle. Kévin Romy coupe les passes dans l'enclave face à la première ligne tricolore, aidée de Hecquefeuille en artilleur et de Claireaux dans le slot. Une seconde unité très jeune (Maia-Matima-Lacroix !) a alors sa chance, avec les deux barbus à la ligne bleue, elle s'installe mais n'arrive pas à se dépêtrer hors des bandes.

On a donc droit à une prolongation à 3 contre 3. Les deux vedettes françaises de KHL y font immédiatement la différence. Damien Fleury feinte deux Suisses, dont un laissé au sol, avant de servir Stéphane Da Costa seul devant la cage. L'attaquant du CSKA Moscou n'a alors plus qu'à dribbler le gardien pour glisser le palet derrière lui (3-2).

Désignés meilleurs joueurs du match : Kevin Hecquefeuille pour la France et Chris Baltisberger pour la Suisse.

Commentaires d'après-match

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "J'avais demandé certaines choses aux joueurs, ils l'ont fait. On ne peut être que satisfait, du résultat comme de la façon dont ils ont joué. Nous avons incorporé deux joueurs des moins de 20 ans, Bastien Maia hier et Rudy Matima qui est entré aujourd'hui. Quand on ramenait des joueurs de cet âge autrefois, ils avaient du mal à s'exprimer. Ceux-ci sont talentueux offensivement et ont su être performants. Cela démontre le travail bien fait en club et dans les sélections de jeunes. Nous partirons à 25 joueurs en Russie pour pouvoir ménager les organismes, personne ne jouera les huit matches."

2017 04 09 France Suisse HecquefeuilleKevin Hecquefeuille (défenseur de la France) : "La Suisse est une belle nation de hockey, cela fait plaisir de la battre aujourd'hui, car ça faisait longtemps. Hier on était déjà assez proche. Bien sûr, ils ont un gros réservoir et il n'y a pas beaucoup de ces joueurs qui seront aux Mondiaux. On a un réservoir un peu moins gros qu'eux, mais on est capable de compétitionner. Il faut féliciter les p'tits jeunes, les Maia, Ville ou Matima, ce n'est jamais facile de jouer en sélection, et ils ont bien joué, honnêtement. Ils ont bien intégré l'équipe avec beaucoup d'humilité. Il ne faut pas s'enflammer, on a atteint le quart de finale une fois en dix ans au Mondial. Le niveau s'est vachement resserré, il est très homogène, une victoire ne suffit plus pour se sauver. Il faudra garder de la fraîcheur avec 7 matches en 10 jours. On est bien accueilli dans toutes les patinoires, on l'a été hier à Amiens comme aujourd'hui, il manque le côté médiatique. On espère que le championnat du monde y aidera, c'est à nous de faire les résultats pour."

Damien Fleury (attaquant de la France) : "Après ma blessure à la fin de la saison régulière de KHL, je me suis bien préparé à Caen avec mon préparateur physique Johann Franchequin. Je ne suis pas encore à 100% mais ça va. C'est toujours plaisant de battre une équipe du top-8, on a montré qu'on était présent. J'ai tiré à la cage, c'est ce qu'il faut faire, je sais que le but est un peu bizarre, cela a dû taper le poteau puis le gardien. Cela va être super dur d'aller en quart de finale, on le sait, il faut d'abord jouer le maintien. Mais dans nos têtes, on est chez nous, on veut aller le chercher. [...] J'ai des touches mais je me suis fixé de ne signer nulle part avant le championnat du monde."

 

France - Suisse 3-2 après prolongation (0-1, 2-0, 0-1, 1-0)
Dimanche 9 avril 2017 à 15h00 à l'Aren'Ice de Cergy-Pontoise. 1652 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli et Damien Bliek assistés de Yann Furet et Joris Barcelo.
Pénalités : France 14' (10', 0', 4', 0'), Suisse 12' (6', 0', 6', 0').
Tirs : France 33 (14, 12, 6, 1), Suisse 24 (8, 9, 7, 0).

Évolution du score :
0-1 à 16'44" : Praplan assisté d'Almond et Herzog (sup. num.)
1-1 à 26'39" : Trabichet assisté de T. Da Costa
2-1 à 32'37" : Fleury assisté de Valier et S. Da Costa
2-2 à 40'10" : C. Baltisberger assisté de Geering
3-2 à 60'27" : S. Da Costa assisté de Fleury


France

Attaquants :
Damien Fleury (A, +1, 8') - Stéphane Da Costa (A, +1, 2') - Peter Valier
Bastien Maia (+1) - Teddy Da Costa (+1, 2') - Maxime Lacroix (+1)
Romain Gutierrez - Valentin Claireaux - Floran Douay
Vincent Kara - Rudy Matima - Gabin Ville (2')
Nicolas Leclerc (en infériorité)

Défenseurs :
Kévin Hecquefeuille (C, +1) - Jonathan Janil
Antonin Manavian (+1) - Teddy Trabichet (+1)
Kevin Dusseau - Maxime Moisand

Gardien :
Florian Hardy

Remplaçant : Sebastian Ylönen (G). En réserve : Ronan Quemener (G), Nicolas Besch (fracture du sternum), Nicolas Ritz (dos), Laurent Meunier (ménagé).

Suisse

Attaquants :
Fabrice Herzog (+1) - Cody Almond (4') - Chris Baltisberger (+1, 4')
Pius Suter (-3) - Kévin Romy (A, -2, 2') - Vincent Praplan (-2)
Matthias Bieber (A) - Reto Schäppi (2') - Damien Riat
Yannick Herren - Etienne Froidevaux - Julian Schmutz

Défenseurs :
Patrick Geering (C, -1) - Dave Sutter
Christian Marti - Romain Loeffel
Joël Genazzi (-1) - Phil Baltisberger (-1)
Lukas Frick

Gardien :
Lukas Flüeler

Remplaçant : Niklas Schlegel (G). Ménagés : Jonas Hiller (G), Damien Brunner (A), Denis Hollenstein (A), Gaëtan Haas (A).