Publicité

Mondial à Paris (III) : il ne manquait plus que la grève !

S'il y a bien un risque redouté par les organisateurs de compétitions sportives internationales en France, c'est la grève. Au point de s'assurer auprès d'une compagnie britannique ?

Dans ce troisième volet de notre rétrospective exceptionnelle des premiers Championnats du monde à Paris en 1951, avec les documents d'archives et les articles les plus complets jamais publiés à ce jour sous quelque forme et en quelque langue que ce soit sur ce tournoi, vous verrez que l'anticipation (ou la crainte) était une vertu de la fédération à l'époque.

À quel point la grève de la RATP, qui a éclaté lors de l'avant-dernière journée, a-t-elle perturbé la tenue et l'affluence des rencontres États-Unis - Grande-Bretagne et Canada - Suisse ? À vous le découvrir sur ces liens.

Tout était en tout cas prêt pour le dénouement de la dernière journée. Pendant que Finlande - Grande-Bretagne se tenait avec pour enjeu d'éviter la dernière place, la Suisse avait fixé par son résultat l'objectif de goal-average pour le titre de champion d'Europe.

Tout se jouait donc dans l'ultime grande finale Canada - Suède : le titre mondial, le titre européen, et le dernier souvenir que les spectateurs parisiens auraient du hockey mondial de haut niveau avant 66 ans...