Les Bleuets dans l'histoire

Mardi soir, l'équipe de France des moins de 18 ans a écrit la plus belle page de son histoire en décrochant la médaille d'or de Division 1A à l'issue d'un quatrième match complètement fou.

Ils l'ont fait ! Les Bleuets n'avaient jamais joué dans l'élite mondiale : la génération 2000 le découvrira l'an prochain. Face à la Norvège, il fallait gagner dans le temps réglementaire pour décrocher la médaille d'or. Les joueurs de Romain Guibet l'ont fait, mais non sans rebondissements...

Car la Norvège devait impérativement gagner pour y croire encore. Et les Nordiques ont mis une pression folle sur la cage de Gaëtan Richard dans un premier tiers quasiment à sens unique. Les deux équipes entamaient par une pénalité chacun, presque en même temps, et cette situation ouverte ne donnait rien. Derrière, Richard réalisait 13 arrêts, les tireurs français ne testant Jonas Wikstol qu'à trois reprises.
Le deuxième tiers se révélait plus spectaculaire. Timide depuis le début du tournoi, le jeu de puissance tricolore convertissait enfin une occasion. Kristian Marthinsen sortait pour cinglage dès la première minute et Teemu Loizeau ouvrait le score (1-0, 22'02"). Pas plus en veine dans cet exercice, la Norvège connaissait finalement la même réussite peu après. Benjamin Berard puni pour un coup de genou, c'est Samuel Solem qui égalisait (1-1, 28'12"). Plus incisifs, les Bleuets se montraient dangereux dans ce tiers (14 tirs). S'ils ne convertissaient pas trois supériorités numériques, ils doublaient toutefois le score par Louis Olive (2-1, 34'13").
Un petit but d'avance à vingt minutes du bonheur... et Richard tenait le fort. Le gardien repoussait l'échéance, contribuant à tuer une pénalité d'Alexandre Texier. La Norvège jetait toutes ses forces dans la bataille et pilonnait le portier tricolore, qui cédait finalement à cinq minutes de la sirène sur une action de près signée Kristian Marthinsen (2-2, 54'57").
Arc-boutés sur leur cage, les Français résistaient, se sacrifiaient pour bloquer les tirs et dégager les abords du but de Richard. Un point serait déjà bien, quitte à tout jouer contre le Kazakhstan jeudi... L'abnégation défensive des quatre lignes françaises leur permettait de tenir, encore... Et La Norvège sortait alors son gardien ! En effet, les Scandinaves tentaient le tout pour le tout, espérant conquérir la médaille d'or à la faveur de la victoire dans le temps réglementaire. A quinze secondes de la fin, Alexandre Texier se retrouvait à l'attaque mais ne parvenait pas à trouver la cible dans la cage déserte. Le contre nordique forçait Richard à un double arrêt exceptionnel à cinq secondes de la fin. La mise en jeu qui suivait dans la zone française achevait le match en apothéose. Texier la remportait, et Enzo Guebey, quasiment du coin, expédiait le palet de l'autre côté de la patinoire, et le disque franchissait le but vide à une seconde du buzzer (3-2, 59'59"). Les Bleuets exultaient et se ruaient sur le buteur et le gardien - contraignant les officiels à leur assigner une pénalité, car il restait 1.9 seconde à jouer ! Mais peu importe, la France pouvait célébrer cette conquête phénoménale : le titre de division 1A, synonyme de montée en élite. Quelques mois après le bronze en U20, la formation française recevait une nouvelle fois une récompense remarquable.

France 3-2 Norvège (0-0, 2-1, 1-1)
Mardi 11 avril, 20h. Bled, Slovénie, 250 spectateurs.
Arbitrage d'Andrea Benvegnu assisté de Raivis Jucers et Ludvig Lundgren
Tirs : France 20 (3, 14, 3), Norvège 41 (13, 10, 18)
Pénalités : France 10' (2', 4', 4'), Norvège 12' (2', 10', 0')

Récapitulatif du score
1-0 à 22'02" : Teemu Loizeau assisté de Hugo Sarlin et Lauric Convert (sup. num.)
1-1 à 28'12" : Samuel Solem assisté de Joachim Hermansen et Sander Thoresen (sup. num.)
2-1 à 34'12" : Louis Olive assisté de Samuel Rousseau
2-2 à 54'57" : Kristian Marthinsen assisté de Mathias Emilio Pettersen
3-2 à 59'59" : Enzo Guebey (cage vide)