Le contour (très large) de l'équipe tchèque pour le Mondial en France

Depuis des années, la République Tchèque a toujours réuni des camps de l'équipe nationale avec plus de monde que nécessaire, et les amène sur place pendant les championnats du monde, quitte à ce que beaucoup de joueurs fassent le voyage sans espoir de jouer.

Cette stratégie prudente ne changera pas avec le sélectionneur : l'ancien adjoint Josef Jandač tient à continuer de trimbaler ses six lignes offensives alors même que des renforts doivent encore arriver. On aurait pu penser que ce second match permettrait un peu de resserrer le cadre. Il est en effet l'occasion d'ajouter plusieurs titulaires potentiels comme Jiří Sekáč et la ligne Řepík-Vrána-Birner qui a déjà joué ensemble il y a quatre ans dans l'éphémère projet KHL du Lev Prague.

SEKAC Jiri 140509 624Un débutant est par ailleurs testé : Jan Košťálek, un jeune défenseur de 22 ans qui joue en AHL depuis deux ans dans le système de Winnipeg et espère percer en NHL l'an prochain. Le premier jugement du sélectionneur (voir plus bas) lui montre clairement le point à travailler s'il veut faire partie de l'effectif final aux championnats du monde.

Pour ce qui est du trio Řepík-Vrána-Birner en revanche, il ne tarde pas à faire monter sa cote. Certes, Petr Vrána manque une cage ouverte sur le premier jeu de puissance. Mais le premier but vient d'une passe parfaite de Michal birner à destination du défenseur Jan Kolář monté dans l'enclave. Le deuxième but est inscrit sur déviation par Michal Řepík... sur une assistance du treizième attaquant Radan Lenc qui n'était monté sur la glace que depuis treize secondes. Le premier tiers-temps s'achève à 2-1, car dans l'intervalle, Jørgen Karterud a conclu en cage ouverte après un tir sur le poteau de Haga.

Le score reste serré mais la Norvège ne produit rien en zone neutre. Elle n'envoie même aucun tir cadré en deuxième période. Elle se contente de tenir défensivement. Mais peu avant la pause, le lancer lointain du défenseur Tomáš Kundrátek trouve la lucarne pour le 3-1.

Le second jeu de puissance des Tchèques est converti en à peine neuf secondes. Jakub Lev se place dans le slot et dévie le tir de Vrána pour son premier but en équipe nationale. Néanmoins, Vrána puis Hyka partent en prison. à cinq contre trois, Thomas Valkvæ Olsen peut aisément réduire la marque en cage ouverte. Les Tchèques continuent leurs offensives et leurs buts : Robin Hanzl exploite les espaces laissés devant la cage, et Robert Kousal vise précisément la lucarne (6-2).

Néanmoins, neuf secondes plus tard, le tir précis de Sondre Olden a poteau opposé (6-3) signifie que Dominik Furch a encaissé trois buts en dix tirs. Pas idéal dans la lutte ouverte pour le poste de titulaire. Il part avec un temps de retard sur Francouz et sur le prochain renfort NHL Petr Mrázek. Mais hormis le gardien superflu Machovský, dont on savait qu'il ne serait que réserviste, personne  n'est renvoyé à la maison.

L'effectif tchèque va donc continuer d'enfler, même si Michal Birner risque de partir à un moment vers la naissance imminente d'une petite Julie. Jan Rutta, le défenseur de Chomutov, doit se joindre au groupe après l'élimination de son équipe en demi-finale d'Extraliga. Un autre arrière doit arriver de NHL, Jakub Kindl. Et il reste Michal Jordán, certes blessé au premier match de finale de Conférence Est de KHL avec Kazan. Les médecins russes avaient diagostiqué de quatre à six semaines d'arrêt, mais comme il avait du mal à se faire comprendre sur le plan médical avec la barrière de la langue, il est rentré à Prague où le médecin de l'équipe tchèque Tomáš Vyskočil lui a dit qu'il restait une chance pour le Mondial. À ses 12 noms potentiels, on peut en rajouter plusieurs de la meilleure défense du championnat tchèque Liberec...

Idem en attaque où il y a déjà six lignes complètes. La star offensive Jakub Voráček arrivera dans une dizaine de jours. Pourtant, le sélectionneur se plaint de n'avoir "que" trois équipes supplémentaires dans lesquelles piocher (dont le titulaire évident Jan Kovář à Magnitogorsk). Peut-être a-t-il été refroidi par la nouvelle que Radko Gudas et le jeune Pavel Zacha n'avaient pas passé leur examen médicale de sortie à la fin de saison NHL, mais quand on voit les possibilités nombreuses qui s'offrent encore à lui, on se dit que certains sont habitués à l'abondance.

Commentaires d'après-match

Josef Jandač (entraîneur de la République Tchèque) : "Pavel Musil quitte l'équipe sur blessure. Et le gardien Matěj Machovský, parce que Petr Mrázek arrive mardi. Je ne veux pas réduire le cadre, parce qu'il n'y a plus que les finales en cours et que seuls les joueurs de Magnitogorsk, de Liberec et du Kometa Brno peuvent nous renforcer. Nous avons bien joué dès le départ et contrôlé le match entier. Nous avons apporté des points de système dans notre jeu, mais notre adversaire ne nous a pas testés défensivement. Řepík, Vrána et Birner sont habitués les uns aux autres, il est évident qu'ils sont bien coordonnés. Un premier match est difficile pour un débutant qui tend à être nerveux. Je suis donc prudent dans mon jugement sur Jan Košťálek, mais la première impression est qu'il garde bien longtemps le palet. J'ai pensé qu'on joue comme ça dans le hockey junior. "

 

République Tchèque - Norvège 6-3 (2-1, 1-0, 3-2)
Jeudi 13 avril 2017 à 17h00 à la SD aréna de Chomutov. 4112 spectateurs.
Arbitrage de René Hradil et Robin Šír (TCH) assistés de Vít Lederer et Libor Suchánek (TCH).
Pénalités : République Tchèque 6' (0', 2', 4') ; Norvège 4' (2', 0', 2').
Tirs : République Tchèque 36 (11, 11, 14) ; Norvège 10 (4, 0, 6).

Évolution du score :
1-0 à 16'32" : Kolář assisté de Birner et Košťálek
1-1 à 18'17" : Karterud assisté de Haga et Roest
2-1 à 18'27" : Řepík assisté de Lenc
3-1 à 28'08" : Holík assisté de Kundrátek et Sekáč
4-1 à 42'09" : Lev assisté de Vrána et Řepík (sup. num.)
4-2 à 44'47" : Valkvæ Olsen assisté de K.A. Olimb et Reichenberg (double sup. num.)
5-2 à 48'56" : Hanzl assisté de Lev et Doudera
6-2 à 51'53" : Kousal assisté de Polášek et Klok
6-3 à 52'02" : Valkvæ Olsen assisté de K.A. Olimb et Reichenberg


République Tchèque

Attaquants :
Michal Řepík (+2) - Petr Vrána (+2) - Michal Birner (+1)
Lukáš Kašpar (+1) - Petr Holík (+2) - Jiří Sekáč (+1)
Tomáš Hyka (+1, 2') - Roman Horák (+1) - Robert Kousal (+1)
Jakub Lev - Robin Hanzl (-1) - Dominik Kubalík (-1)
Radan Lenc (+1)

Défenseurs :
Jan Košťálek (+2) - Jan Kolář (+2)
Tomáš Kundrátek (+1) - Libor Šulák (+1)
Lukáš Klok (+1) - Adam Polášek (+1, 2')
Milan Doudera (-1) - David Sklenička (-1)

Gardien :
Dominik Furch

Remplaçant : Matěj Machovský (G). En réserve : Pavel Francouz (G), Jakub Jeřábek (D), Roman Červenka, Lukáš Radil, Tomáš Zohorna, Robert Říčka, Pavel Musil (A).

Norvège

Attaquants :
Aleksander Reichenberg - Ken Andre Olimb - Sondre Olden (-1)
Thomas Valkvæ Olsen - Mathias Trettenes - Andreas Stene
Michael Haga (-1) - Niklas Roest (-2, 2') - Jørgen Karterud
Andreas Heier (-2) - Magnus Brekke Henriksen (-1) - Thomas Olsen (-2)

Défenseurs :
Jonas Holøs (-3) - Erlend Lesund (-3)
Daniel Sørvik - Villiam Strøm
Stefan Espeland (2') - Adrian Saxrud Danielsen
Sebastian Johansen - Kristian Østby

Gardien :
Lars Haugen

Remplaçant : Henrik Haukeland (G). En réserve : Steffen Søberg (G), Andreas Klavestad (D), Christian Bull (D).