Solide dans les cages, la Suisse domine l'Euro Challenge

La France est pour l'instant la seule à avoir battu cette équipe de Suisse, installée à la première place provisoire de l'Euro Hockey Challenge.

HOLLENSTEIN Denis 130518 361Le succès de la Nati repose, comme souvent, sur la qualité de ses gardiens. Lukas Flüeler a déjà donné satisfaction : même lors de la défaite à Cergy, il avait donné une impression visuelle plus convaincante que son partenaire et concurrent zurichois Niklas Schlegel (dont les stats en club sont pourtant meilleures cette saison) qui débutait en sélection à Amiens. Flüeler a ensuité été désigné joueur du match à Trenčín.

Pour ce quatrième match de préparation à Žilina, Jonas Hiller a pris le relais. Au début de la partie, le jeu s'est déroulé principalement dans son camp, et il a été solide aussi bien face à la puissance de tir de Dravecký que face au revers plus pernicieux de Vandas. Avec 25 arrêts, Hiller a été crédité d'un blanchissage, son quatrième en équipe nationale. Les deux derniers dataient des Jeux olympiques de Sotchi. Si l'on ajoute les prestations de haute volée du gardien Leonardo Genoni (champion avec Berne ce week-end), les cages helvétiques seront entre de bonnes mains.

L'éternel problème de la Nati, on le sait, réside plutôt dans l'efficacité offensive. La grande occasion manquée par l'expérimenté Kévin Romy à la douzième minute en est le symbole. Même le nouveau venu Damien Riat n'arrive plus à débloquer la situation. Ce jeune joueur de 20 ans avait fait sensation en février avec deux buts pour ses deux premières sélections. Il a décliné l'offre de Washington Capitals qui voulaient l'appeler pour finir la saison en AHL, car il a reçu sa convocation et espère aller au Mondial. Le Genevois s'est encore créé des occasions, mais a échoué sur Jaroslav Janus.

La Suisse se repose donc toujours sur un petit nombre de joueurs capables d'être décisifs. Denis Hollenstein est l'atout numéro 1 en la matière : 90 sélections, et déjà 29 buts, grâce à un tir en pivot qui bat Janus en fin de deuxième période. L'autre joueur qui montre l'exemple, c'est Andres Ambühl : le forechecking du capitaine est si intense que sa mise en échec fait perdre le palet au pilier défensif slovaque Dominik Graňák et amène ainsi le 2-0 signé Fabrice Herzog. Le troisième but, Ambühl l'inscrit même personnellement, en repiquant devant la cage de Janus.

JANUS Jaroslav 130506 020La Suisse doit désormais terminer sa préparation entièrement à domicile - et majoritairement en Romandie - jusqu'à son départ pour Paris. Elle a coupé trois joueurs, Enzo Corvi, Phil Baltisberger et Yannick Herren, et recevra en retour le renfort du défenseur Philippe Furrer (Lugano) et de l'attaquant Denis Malgin (Florida Panthers) avant d'affronter la Russie à Fribourg et à Bienne. Les deux autres attaquants de NHL Sven Andrighetto et Sven Bärtschi soignent des blessures et devraient, si tout se passe, rejoindre l'équipe la semaine suivante à Bâle, en même temps que les finalistes du championnat.

La Slovaquie, pour sa part, a écarté les attaquants Marek Bartánus - qui avait participé au dernier Mondial - et Patrik Svitana pour les remplacer par Dávid Skokan (Chomutov) et surtout par Michel Miklík (JYP), dès qu'il aura fini le match pour le bronze du championnat finlandais : avec 5 buts marqués dans ses 4 dernières rencontres, elle a besoin d'urgence de ce buteur naturel (dans ses bons jours).

Désignés joueurs du match : Jaroslav Janus pour la Slovaquie et Jonas Hiller pour la Suisse.

Commentaires d'après-match

Jaroslav Janus (gardien de la Slovaquie) : "Nous avons des problèmes dans la conclusion. J'ai eu beaucoup de travail car nous avons laissé trop d'espaces aux Suisses devant la cage."

Ivan Švarný (défenseur de la Slovaquie) : "Dans la seconde moitié du match, nous étions dominés dans les duels, mais le déroulement global de la partie n'était pas si mauvais que le résultat le laisse croire. Nous avons manqué de forces sur la fin."

 

Slovaquie - Suisse 0-3 (0-0, 0-1, 0-2)
Jeudi 13 avril 2017 à 17h00 à la Tisport Arena de Žilina. 2497 spectateurs.
Arbitrage de Vladimír Baluška et Daniel Konc (SVK) assistés de Michal Orolín et Peter Šefčík (SVK).
Pénalités : Slovaquie 2' (0', 2', 0'), Suisse 4' (0', 2', 2').
Tirs : Slovaquie 25 (8, 5, 12), Suisse 21 (8, 5, 8).

Évolution du score :
0-1 à 37'13" : Hollenstein assisté de Praplan et Genazzi
0-2 à 55'01" : Herzog assisté d'Ambühl et Brunner
0-3 à 59'03" : Ambühl assisté de Brunner et Paschoud


Slovaquie

Attaquants :
Libor Hudáček (-2) - Patrik Lušňák (-2) - Vladimir Dravecký (-2)
Martin Bakoš - Lukáš Cingeľ - Andrej Kudrna
Marek Bartánus (-1) - Jakub Suja (2') - Marek Hovorka (-1)
Michael Vandas - Miroslav Preisinger (-1) - Patrik Svitana (-1)

Défenseurs :

Dominik Graňák (-2) - Michal Čajkovský (-2)
Juraj Mikuš - Martin Gernát
Ivan Švarný (-1) - Peter Čerešňák (-1)
Lukáš Kozák - Eduard Šedivý

Gardien :
Jaroslav Janus [sorti de 58'29" à 59'03"]

Remplaçant : Patrik Rybár (G). En réserve : Július Hudáček (G), Ján Brejčák, Andrej Šťastný (malade), Adam Lapšanský, Tomáš Hrnka.

Suisse

Attaquants :
Fabrice Herzog (+1) - Andres Ambühl (+2) - Damien Brunner (+2)
Denis Hollenstein (+1) - Gaëtan Haas (+1) - Vincent Praplan (+1)
Reto Schäppi - Cody Almond - Chris Baltisberger (+1)
Pius Suter - Kévin Romy - Damien Riat
Yannick Herren

Défenseurs :
Christian Marti (+1) - Joël Genazzi (+2)
Patrick Geering (2') - Fabian Heldner
Claude-Curdin Paschoud (+2) - Romain Loeffel (2')
Phil Baltisberger - Dave Sutter (+1)

Gardien :
Jonas Hiller (2')

Remplaçant : Niklas Schlegel (G). En réserve : Lukas Flüeler (G), Enzo Corvi.