L'Allemagne part de loin

L'Allemagne a organisé la préparation de ses championnats du monde à domicile de façon à ce que les rencontres à domicile viennent à la fin, ce qui permettra de faire monter la pression avant le début de la compétition à Cologne.

EHRHOFF Christian 130503 499Elle orchestre ainsi une montée en puissance. Montée d'autant plus facile qu'elle est partie de bas, avec ses deux défaites initiales en Norvège. Il faut dire que ses renforts arrivent petit à petit et qu'elle attendra d'être devant son public pour présenter une équipe plus complète. L'incoroporation très attendue du "joueur de l'année" en DEL (pour la troisième fois) Patrick Reimer a ainsi été repoussée d'une semaine. Il sera là en même temps que son collègue de NHL Tobias Rieder. Les finalistes de DEL et les deux autres joueurs de NHL (le défenseur Dennis Seidenberg et le gardien Thomas Greiss) ne seront là qu'en quatrième semaine.

Néanmoins, l'Allemagne se devait de réaliser une prestation digne pour fêter les 100 sélections de Christian Ehrhoff, défenseur offensif qui a souvent été très précieux pour elle. Un cap franchi dans l'anonymat de la province biélorusse, dans la ville sidérurgique de Zhlobin, dans une petite patinoire de 2000 places.

L'échauffement a même commencé devant des gradins vides. Raison de cette atmosphère morte ? Les services de sécurité à l'entrée de la patinoire, qui n'ont laissé entrer aucun spectateur jusqu'à une heure avant le coup d'envoi. Ils attendaient d'avoir installé un portique de sécurité qui détectait les métaux. Ensuite, le public est entré aux gouttes-à-gouttes, soumis aux fouilles. Mais les tribunes ont fini par se remplir, puisque le match était à guichets fermés. Cela n'était pas arrivé depuis quatre ans à Zhlobin, lors de la dernière médaille du "Metallurg" local, car le championnat biélorusse moribond ne passionne plus.

STAS Andrei 160506 497Outre la curieuse absence de capitaine (trois joueurs portent un A mais le C ne sera désigné que plus tard dans la préparation), le Bélarus présente une autre nouveauté : pour la première fois, l'oncle (Andrei Stas) et le neveu (Sergei Stas) sont partenaires de ligne. Il faut dire qu'ils n'ont que trois ans d'écart. Mais ce ne sont pas eux qui ouvrent le score, c'est la troisième ligne. Sergei Drozd - qui fête ses 27 ans le jour même - tire en lucarne sur passe d'Evgeni Lisovets. L'Allemagne égalise vite sur un but-gag : c'est un ricochet sur le patin d'Ilya Shinkevich qui a poussé le palet contre son camp.

Le Bélarus dispose de nombreuses supériorités numériques, notamment après un coup de genou d'Oppenheimer sur Kovyrshin (qui vaut aussi au fautif une bagarre avec Stepanov), mais n'arrive pas à conclure. Comme souvent, les frères Kostistsyn sont particulièrement poussifs en jeu de puissance... C'est la deuxième unité d'avantage numérique qui finit par marquer, grâce à Aleksandr Kogalev, pendant une pénalité du "centenaire" Ehrhoff. Trois minutes plus tard, Evgeni Lisovets porte le score à 3-1 sur une belle passe d'Andrei Stas. Le gardien Dennis Endras évite un résultat plus lourd, notamment face aux tirs de Sergei Stas... qui ne joue paradoxalement qu'en deuxième division allemande (avec un double passeport).

Au troisième tiers-temps, un peu tard, l'Allemagne met la pression et crée du trafic devant la cage, mais se heurte à un solide Kevin Lalande, le gardien canado-biélorusse qui a déjà été désigné comme numéro 1 par son sélectionneur pour le Mondial de Paris.

Désignés joueurs du match : Aleksandr Kogalev pour le Bélarus et Dennis Endras pour l'Allemagne.

 

Bélarus - Allemagne 3-1 (1-1, 2-0, 0-0)
Vendredi 14 avril 2017 à 19h15 à la patinoire Metallurg de Zhlobin. 2009 spectateurs.
Arbitrage d'Andrei Shrubok et Vladimir Nalivaiko (BLR) assistés d'Ivan Dedyulya et Nikita Polyakov (BLR).
Pénalités : Bélarus 6' (2', 4', 0') ; Allemagne 16' (4', 10', 2').
Tirs : Bélarus 26 (9, 12, 5) ; Allemagne 27 (6, 9, 12).

Évolution du score :
1-0 à 12'08" : Drozd assisté de Kogalev
1-1 à 16'27" : Mo. Müller
2-1 à 32'18" : Kogalev assisté de Kovyrshin et Vorobey (sup. num.)
3-1 à 35'55" : Lisovets assisté de A. Stas


Bélarus

Attaquants :
Mikhail Stefanovich (-1) - Sergei Kostitsyn - Andrei Kostitsyn
Sergei Stas (+1) - Andrei Stas (+1) - Aleksandr Pavlovich (2')
Andrei Stepanov (4') - Yevgeni Kovyrshin - Aleksandr Kulakov
Aleksandr Kogalev (+1) - Yegor Shrangovich - Sergei Drozd (+1)
Maksim Parfeevets

Défenseurs :
Yevgeni Lisovets (+2) - Dmitri Korobov (+2)
Ilya Shinkevich (-1) - Kristian Khenkel (-1)
Nikolaï Stasenko - Roman Graborenko
Pavel Vorobey

Gardien :
Kevin Lalande

Remplaçant : Vitali Trus (G). En réserve : Mikhaïl Karnaukhov (G), Vladimir Denisov (D, malade), Danila Karaban, Artyom Volkov, Artyom Demkov (A).

Allemagne

Attaquants :
Philip Gogulla - Patrick Hager - Felix Schütz
David Wolf - Brent Raedeke (2') - Matthias Plachta
Marcus Kink (-1) - Kai Hospelt (-1) - Thomas Oppenheimer (-1, 6')
Nicolas Krämmer - Marcel Noebels (2') - Sebastian Uvira
Frederik Tiffels

Défenseurs :
Pascal Zerressen (-1) - Christian Ehrhoff (C, -1, 2')
Moritz Müller - Denis Reul (2')
Bernhard Ebner - Sinan Akdag
Stephan Daschner (2')

Gardien :
Dennis Endras [sorti de sa cage de 58'28" à 59'12" et de 59'26" à 60'00"]

Remplaçant : Timo Pielmeier (G). En réserve : Mathias Niederberger (G), Frank Hördler (D), Yasin Ehliz (A).