Norvège - Finlande (Mondial 2017, groupe B)

L'enjeu des quarts de finale pèse déjà ce samedi avec deux équipes nordiques aux trajectoires bien différentes.

DSC 8428La Norvège, solide défensivement, compte sept points et affrontera lundi le Canada et mardi la Biélorussie. Portée par son trident offensif composé de Thoresen et des frères Olimb, elle a cassé les pieds de tous ses adversaires avec une tactique menée de main de maître : endormir l'adversaire.

La Finlande compte elle aussi sept points mais parait en pleine crise d'identité, avec comme point culminant la défaite face aux Bleus. Avec la Suisse et le Canada dimanche et lundi, le parcours des Finlandais est semé d'embûches. Manquer les quarts pour la première fois depuis la nouvelle formule qui date de 1992 donnerait une bien mauvaise image d'un pays finaliste l'an dernier... Mais la colère gronde dans la presse et chez les supporters envers l'entraîneur Lauri Marjamäki.

L'équipe jouera avec un brassard noir, à la mémoire de Mauno Koivisto, décédé vendredi, qui fut président de la Finlande de 1982 à 1994 et contribua à l'entrée du pays dans l'Union européenne.

DSC 8447

Une Norvège plus audacieuse

Autant dire que, devant un public finlandais venu en nombre, il ne faut pas manquer son entame. Pourtant, c'est la Norvège qui débute le mieux, expédiant trois tirs sur Korpisalo dès la première présence des frères Olimb. Gêné par l'échec-avant et les gabarits norvégiens, la Finlande peine à approcher du but de Haugen et commence à concéder beaucoup de lancers.

La première chance revient à Sebastian Aho, parfaitement servi au cercle par un tour de cage de Mikko Rantanen. Le jeune attaquant de Carolina patiente bien mais Haugen ne cède pas. Une action qui équilibre un peu la partie, bien plus ouverte qu'attendu.

Ce rythme élevé rend la partie plaisante, mais les deux équipes ne s'amusent pas sur la glace. Les contacts sont appuyés et, sur l'un d'entre eux, Thoresen est sanctionné pour obstruction. La Finlande s'installe pendant deux minutes entières sans que la Norvège ne réussisse à changer de joueurs, mais ne parvient pas à réellement menacer Haugen. La défense coupe bien les lignes de passe et bloque plusieurs tirs.

La séquence a eu le mérite de redonner confiance à la Finlande. Rantanen travaille fort et sert deux fois Aho dans le slot, pour un double arrêt de Haugen décisif. Hännikäinen prend malgré tout deux minutes sur la présence suivante. Une erreur coupable. Le début du jeu de puissance se montre brouillon, mais la Norvège travaille fort dans les bandes. Elle libère Nørstebø seul plein axe. Depuis la bleue, le tir trouve la déviation de Bastiansen - photo ci-dessous - qui s'était déplacé devant la cage (1-0).

Sonnés, les Finlandais concèdent une nouvelle pénalité inutile, une charge avec la crosse de Aho en zone offensive. L'essentiel de la supériorité aura lieu en deuxième tiers et, en attendant, la Norvège vire en tête 1-0 après vingt minutes...

DSC 8441

La Finlande reprend confiance

Le jeu de puissance de donne rien. La solidité de la défense norvégienne, avec un système qui évolue très haut pour gêner la relance finlandaise, impressionne. Les rares incursions nordiques sont contrées. Toutefois, un tour de cage menace Haugen et Sveum fait le ménage : deux minutes. Il ne faut que six secondes au jeu de puissance pour convertir, lorsque le centre de Hietanen vers le slot depuis la ligne de fond surprend Haugen, pas brillant pour le coup (1-1).

Soulagée, la Finlande repart au combat et provoque deux minutes de Martinsen. L'avantage numérique manque de ryhme et cafouille ses changements de ligne, n'obtenant finalement qu'un tir peu dangereux de Lehtonen. La pénalité est tuée mais il y a un engagement. La mise au jeu est gagnée et le palet revient sur Julius Honka, qui frappe à travers la foule (1-2).

Haugen reçoit de plus en plus de tirs. Savinainen tente un lancer en force que le portier de Farjestad contrôle mal. Il laisse quelques rebonds, bien dégagés par sa défense. Le match reste rythmé et physique, ponctué de quelques belles phases de jeu, notamment finlandaises.

Une faute de Järvinen replace la Norvège vers l'attaque. Malheureusement pour les joueurs de Peter Thoresen, ils se montrent incapables de s'installer durablement. Le compteur de tirs ne grimpe pas : un seul tir en vingt minutes, et, pour couronner le tout, Trettenes commet un accrochage au buzzer...

DSC 8501

Une égalisation au bout du suspense

Le jeu reprend avec cet avantage finlandais et plusieurs situations chaudes : Kemppainen et Rantanen se heurtent à Haugen. La Norvège disparaît complètement offensivement mais résiste et attend son heure.

Un surnombre - un peu sévère - est alors appelé contre la Finlande. Et encore une fois, l'attaque norvégienne demeure aux abonnés absents, incapable de s'installer réellement et d'ouvrir des lignes de tir dangereuses.

La Finlande ne compte toujours qu'un but d'avance tout en témoignant de meilleures intentions. La qualité technique est supérieure, avec un peu trop d'individualisme et un manque de mouvement qui permettent à Haugen de ne pas subir un bombardement en règle. Du coup, le portier norvégien n'a finalement que peu de travail dans ce dernier tiers.

De plus, les joueurs de Lauri Marjamäki se montrent indisciplinés. Filppula se rend coupable d'une obstruction inutile en zone offensive. Et toujours, la ligne Thoresen-Olimb au temps de jeu conséquent, qui trouve le poteau par Mathis d'un lancer puissant du cercle. Holøs enchaîne de la bleue et Korpisalo peine à contrôler.

DSC 8555La Finlande se complique sérieusement la vie, multipliant les jeux de passes à rallonge au lieu de réellement tenter sa chance. Aho et Rantanen notamment combinent, mais le tir tarde tellement que Haugen sort la mitaine sans trembler.

Sørvik et Puljujärvi se chauffent dans le slot ce qui ouvre un quatre contre quatre. Malgré l'espace sur la glace, les deux équipes ne laissent rien passer. A 1'48", la Norvège utilise son temps mort et sort Haugen.

Après avoir peiné à entrer en zone, la Norvège bénéficie d'un dégagement interdit très litigieux - Savinainen avait légèrement devancé son défenseur. La Norvège gagne la mise au jeu et lance à la cage, où deux attaquants se précipitent et grattent un rebond. Martinsen est crédité du but (2-2). Il ne restait que 29 secondes.

Sur l'engagement, Ohtamaa vient asséner une charge bien trop haute et prend deux minutes. Il est même puni d'une méconduite, qui se déroulera surtout durant la prolongations. La Finlande a bien trop reculé sur la fin...

Toujours surveiller la prison !

La Norvège campe dans la zone finlandaise mais ne parvient pas à s'ouvrir une ligne de tir, avec un seul lancer à leur actif. Et lorsque Pyörälä bloque un tir, il voit Hännikäinen remettre le pied sur la glace. L'attaquant de Columbus reçoit une longue passe, contrôle à la bleue offensive et se présente seul devant Haugen, pour offrir le deuxième point à son équipe (2-3).

La Finlande s'en sort donc, et reprend espoir pour les quarts de finale. Elle pourra s'en vouloir d'avoir gaspillé un point après un troisième tiers temps très décevant, face à une formation norvégienne toujours aussi limité offensivement. Finalement, aucune des deux équipes n'a pris le pas sur ses concurrents dans la course aux quarts de finale...

Désignés joueurs du match : Mattias Nørstebø (Norvège) et Julius Honka (Finlande).

Commentaires d'après-match :

Sebastian Aho (attaquant de la Finlande) : "La Norvège a très bien défendu devant un super gardien. On a réussi à se procurer pas mal d'occasions. Mais c'était un match difficile. On peut être fiers de l'avoir gagné."

DSC 8670Lauri Marjamäki (sélectionneur de la Finlande, photo) : "On s'attendait à un match compliqué, serré, rude face à une Norvège qui défend dur. L'horaire (12h15) était en plus assez inhabituel. Maintenant, je suis fier de mon équipe. On a encore des progrès à faire. Il nous reste encore des rencontres pour montrer de quoi nous sommes capables."

Anders Bastiansen (attaquant de la Norvège) : "Je crois qu'on fait un match plutôt bon. On a vraiment dû pousser pour égaliser à la fin. On a montré tout notre caractère. Bien sûr, nous sommes déçus de ne pas avoir pu marquer en prolongation. Maintenant, on doit se satisfaire de ce point pris face à la Finlande. On aurait aussi pu repartir sans rien. Globalement, on fait un super tournoi. On est juste passé à côté de notre rencontre face à la Suisse, mais sur des tournois de ce genre, on ne peut pas être tous les jours au top. Il nous reste deux matchs. On va les jouer à fond pour essayer de passer en quarts de finale."

Petter Thoresen (sélectionneur de la Norvège) : "Je suis content que l'on ait réussi à prendre un point. Avant le match, on s'était promis d'être combatif, costaud dans le travail défensif, de ne pas avoir peur de bloquer les tirs adverses. On voulait marquer les premiers et prendre les devants. On ne joue peut-être pas le plus beau hockey du tournoi. Mais on se bat à chaque instant, on montre du caractère et ça fait plaisir à voir. On a juste manqué d'un peu de chance en prolongation."

 

Norvège - Finlande 2-3 après prolongation (1-0, 0-2, 1-0, 0-1)
Samedi 13 mai 2017, 12h15. AccorHotels Arena de Paris. 8108 spectateurs.
Arbitrage d'Antonin Jerabek (TCH) et Jozef Kubus (SVK) assistés de Ivan Dedioulia (BLR) et Aleksandr Otmakhov (RUS)
Pénalités : Norvège 12' (2', 8', 2', 0'), Finlande 24' (4', 2', 18', 0')
Tirs : Norvège 21 (6, 3, 10, 2), Finlande 28 (10, 12, 5, 1)

Récapitulatif du score
1-0 à 18'38" : Bastiansen assisté de Nørstebø (sup. num.)
1-1 à 25'33" : Hietanen assisté de Aho et V. Lajunen (sup. num.)
1-2 à 28'11" : Honka assisté de Ohtamaa et Hännikäinen
2-2 à 59'31" : Martinsen assisté de Roest (attaquant supplémentaire)
2-3 à 61'55" : Hännikäinen assisté de Pyörälä
 

Norvège

Attaquants
Ken Andre Olimb (-1) - Patrick Thoresen (A, 2', -1) - Mathis Olimb (A, -2)
Mats Rosseli Olsen (+1) - Anders Bastiansen - Martin Røymark
Andreas Martinsen (4') - Kristian Forsberg (+1) - Aleksander Reichenberg
Sondre Olden - Niklas Roest (+1) - Mathias Trettenes (2')
Jorgen Karterud

Défenseurs
Mattias Nørstebø - Jonas Holøs (C, -1)
Henrik Ødegaard (-1) - Dennis Sveum (2', -1)
Alexander Bonsaksen - Johannes Johannesen
Daniel Sørvik (2', +1)

Gardien
Lars Haugen [sorti de sa cage de 58'12" à 59'31"]

Remplaçant : Henrik Haukeland (G). En réserve : Steffen Søberg (G), Thomas Valkvæ Olsen. Blessé : Erlend Lesund (D)

Finlande

Attaquants
Sebastian Aho (2', -1) - Valtteri Filppula (A, 2', -1) - Mikko Rantanen
Antti Pihlström - Tomi Sallinen - Veli-Matti Savinainen (-1)
Mika Pyörälä (+1) - Joonas Kemppainen - Jesse Puljujärvi (2')
Markus Hännikäinen (2', +2) - Jani Lajunen (+1) - Oskar Osala (+1)

Défenseurs
Atte Ohtamaa (2'+10', +1) - Julius Honka (+1)
Mikko Lehtonen (-1) - Juuso Hietanen (-1)
Ville Lajunen (+1) - Topi Jaakola (A)
Joonas Järvinen (2', +1)

Gardien
Joonas Korpisalo

Remplaçants : Harri Säteri (G), Lasse Kukkonen (C). Réservistes : Joni Ortio (G), Miro Aaltonen, Juhamatti Aaltonen.