Une substance étrange versée sur la glace ?

Les renforts Kuznetsov et Orlov sont arrivés à l'aéroport ce matin mais ne sont pas encore disponibles. La Russie a encore un match à jouer avec un effectif diminué. Le capitaine Mozyakin est définitivement rentré au pays et Artemi Panarin, qui ne s'est déjà pas entraîné hier, est également blessé.

RussieFans 170513 285Il était donc urgent d'activer l'ultime joker. À la grande déception de pas mal de supporters russes, ce ne sera pas le grand espoir Kirill Kaprizov, mais plutôt un ex-espoir, l'ailier fort Valeri Nichushkin. Cela permet de "limiter les dégâts" en jouant à onze attaquants. Tant qu'il y a la ligne du SKA Saint-Pétersbourg... Elle attaque de front dès sa première présence, et Evgeni Dadonov dévie le centre de Nikita Gusev.

Ne devait-il pas y avoir un adversaire sérieux ? La Slovaquie a encore une chance de participer aux quarts de finale, mais elle devra sérieusement hausser son niveau de jeu en affrontant les trois favoris. Or, elle n'a apparemment guère d'arguments à opposer à cette équipe russe : ni physiques, ni techniques, ni dans l'énergie. Elle joue comme une équipe de bas de classement, surclassée par le haut niveau mondial. La différence est nette.

Russie Slovaquie 170513 248La première pénalité slovaque, un croc en jambe de Libor Hudacek sur Telegin, est exploitée. Vadim Shipachyov n'a besoin que de feinter l'arrêt pour entrer en zone plein axe sans opposition. Le jeu de puissance s'installe donc et Nikita Gusev derrière la cage donne en retrait pour l'inévitable Evgeni Dadonov dans le slot. Julius Hudacek, masqué, encaisse encore un tir de la ligne bleue d'Andrei Mironov avant la pause (3-0).

Les deux équipes reviennent sur la glace... et doivent repartir aux vestiaires ! La glace est en effet dans un piteux état. On remet de l'eau par endroits et les arbitres attendent dix minutes pour qu'elle prenne correctement avant que le match puisse continuer.

Russie Slovaquie 170513 463La Slovaquie commence un peu mieux le deuxième tiers, avec des intentions offensives. Las, c'est la Russie qui enfonce le clou. Vladimir Tkachyov envoie à la cage dans un angle très réduit et l'objectif est atteint : faire traîner le palet dans le slot. Nikita Kucherov se précipite et propulse ce palet... avec le patin. L'attaquant de Tampa Bay est-il en freinage ou en mouvement volontaire ? C'est la difficile question posée au juge vidéo. La réflexion est longue et le but est finalement validé.

Les Russes sont en démonstration et multiplient les beaux jeux. Le capitaine slovaque Vladimir Dravecký, vigilant au repli défensif, intercepte in extremis une passe en cage ouverte.

Russie Slovaquie 170513 314Les attaquants slovaques ne semblent jamais trouver de solution face aux grands compas de Vasilievski. Un seul d'entre eux semble avoir le sens du but, c'est encore et toujours Michel Miklík, qui n'est pas loin de tirer sous le bras du grand gardien russe. La stérilité des offensives slovaques contraste avec le réalisme russe en fin de période. Le palet frappe la balustrade et revient très près de la cage. Ivan Telegin marque de l'arrière de la ligne de fond, via le masque de Julius Hudacek couché.

Il n'y a plus grand-chose à espérer de la troisième période. On notera que Dadonov se procure une énorme occasion à chaque jeu de puissance : d'abord un tir du haut de l'enclave sur le poteau, ensuite une reprise de volée repoussée de justesse par le gardien. La boîte slovaque n'arrive toujours pas à contrôler ce poison en son sein.

C'est toutefois à cinq contre cinq que la ligne du SKA Saint-Pétersbourg - phénoménale aujourd'hui - marque le dernier but. Gusev puis Dadonov sont tour à tour pris en un contre un par leurs vis-à-vis, mais le gardien et l'organisation défensive ne sont plus en place, et Shipachyov remet intelligemment en retrait pour le défenseur Vladislav Gavrikov qui en profite (6-0).

SlovaquieFan 170513 434Andrei Vasilievski, quant à lui, préserve son blanchissage avec un dernier gros arrêt du bras devant un Marcel Haščák toujours actif offensivement. La Russie termine le match en faisant monter Antipin au centre de la quatrième ligne (et en mettant Tkachyov à l'aile du duo de Tampa qui n'arrête pas de changer de partenaire). Le vrai alignement définitif attendra de toute façon Kuznetsov, qui peut être centre ou ailier.

Quant au problème de l'état de la glace, critiqué par tous les participants après le match, le directeur de la compétition Franz Reindl sera cité par la célèbre agence de presse russe TASS avec les étranges propos suivants : "Tout va bien avec la qualité de la glace à Cologne, les travailleurs et les surfaceuses fonctionnent bien. Le problème survient uniquement pendant les matches de l'équipe slovaque, tout se passe normalement dans les autres rencontres. Ce n'est pas la glace, c'est une substance extérieure. Quelqu'un doit verser un liquide sur la surface."

Désignés joueurs du match : Evgeni Dadonov pour la Russie et Michal Sersen pour la Slovaquie.

Russie Slovaquie 170513 473Commentaires d'après-match

Zdeno Cíger (entraîneur de la Slovaquie) : "Il faut être réaliste. Nous étons dominés dans tous les compartiments, et quand nous avons eu une chance, nous ne l'avons pas saisie. En première période nous n'y croyions pas, nous avions peur. Les Russes sont dans une autre dimension sur le plan de la qualité individuelle et de la technique. Mais nous savions qu'ils peuvent commettre des erreurs. Mais nous étions nerveux. Nous avons offert les deux premiers buts. Les gars doivent dormir et se détendre. Je pense que ce sera plus facile contre les Américains. Je les ai vus contre la Lettonie, c'est un adversaire abordable. Il faut vite oublier les Russes."

Mário Bližňák (attaquant de la Slovaquie) : "On dirait que nous avons peut des grands noms. Ils sont forts avec le palet et on leur a donné trop d'espace. Contre de tels adversaires, il faut tenir le 0-0 le plus longtemps possible, et ils marquent sur leur deuxième présence... Nous nous sommes amérliorés en deuxième période, dommage de ne pas avoir marqué au moins en supériorité numérique. Peu importe contre qui on joue, ce sont des joueurs faits de chair et d'os comme nous. Je ne sais pas quoi dire sur la glace, c'est une honte. Je ne sais pas si c'est un problème de surfaceuse, mais cela arrive à chaque match. Il y a des irrégularités et des sillons sur la glace, je ne comprends pas."

Vladislav Gavrikov (défenseur de la Russie) : "Le match n'était facile que par le score. La Slovaquie est une bonne équipe, ils nous ont pressés au début, ils étaient agressifs. La glace ? C'était comme une planche à laver. On sentait des secousses dans les patins, et aussi dans la crosse. C'était juste trop dangereux de jouer. J'ai lu qu'il y avait eu le même problème dans un match de l'Allemagne. Je ne sais pas à quoi c'est lié. C'était la première fois aujourd'hui. Remplie, la glace était meilleure, et les arbitres ont dit qu'on ne pouvait rien faire de plus. Inutile d'en parler. [...] Shipachyov m'a fait une passe parfaite et a ramassé le palet pour moi pour mon premier but en championnat du monde."

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "Nous pouvons mieux jouer, mais nous avons essayé diverses combinaisons. Panarin allait mieux aujourd'hui, mais nous avons décidé de le préserver. Kuznetsov et Orlov joueront contre la Lettonie. Si Washington s'était qualifié, nous aurions incorporé Kaprizov. Nous avons pris Valeri Nichushkin parce que nous avons besoin d'un joueur en infériorité numérique."

Russie Slovaquie 170513 449 700

 

Russie - Slovaquie 6-0 (3-0, 2-0, 1-0)
Dimanche 7 mai 2017 à 20h15 à la Lanxess Arena de Cologne. 18591 spectateurs.
Arbitrage de Mark Lemelin (AUT) et Daniel Piechaczek (ALL) assistés de Lukas Kohlmüller (ALL) et Judson Ritter (USA).
Pénalités : Russie 6' (2', 2', 2'), Slovaquie 8' (2', 2', 4').
Tirs : Russie 39 (17, 10, 12), Slovaquie 22 (6, 12, 4).

Évolution du score :
1-0 à 01'12" : Dadonov assisté de Gusev et Shipachyov
2-0 à 13'32" : Dadonov assisté de Gusev et Shipachyov (sup. num.)
3-0 à 19'19" : Mironov
4-0 à 22'53" : Kucherov assisté de Tkachyov et Kiselevich
5-0 à 32'50" : Telegin assisté de Zub et Plonikov
6-0 à 55'47" : Gavrikov assisté de Shipachyov et Dadonov


Russie

Attaquants :
Ivan Telegin (+2, 2') - Sergei Andronov - Sergei Plotnikov (+2)
Nikita Gusev (+2) - Vadim Shipachyov (A, +2) - Evgeni Dadonov (+2)
[Gusev/Nishuchkin/Plotnikov] - Vladislav Namestnikov (+2, 2') - Nikita Kucherov (+1)
Valeri Nichushkin - Vladimir Tkachyov (+1) - Aleksandr Barabanov (+1)

Défenseurs :
Bogdan Kiselevich (+2, 2') - Vladislav Gavrikov (+3)
Viktor Antipin (+1) - Anton Belov (A, +2)
Ivan Provorov - Andrei Mironov (+1)
Artyom Zub (+1)

Gardien :
Andrei Vassilevski

Remplaçant : Ilya Sorokin (G). En réserve : Igor Shestyorkin (G), Sergei Mozyakin (tête), Artemi Panarin (blessé).

Slovaquie

Attaquants :
Michel Miklík (A) - Mário Bližňák - Marcel Haščák
Andrej Kudrna (-1) - Lukáš Cingeľ (-2) - Tomáš Hrnka (-2)
Pavol Skalický (-1) - Libor Hudáček (2') - Vladimir Dravecký (C, -1)
Andrej Šťastný (-1) - Tomáš Zigo (-2, 2') - Tomáš Matoušek

Défenseurs :
Adam Jánošík (-1) - Peter Čerešnák (-1)
Juraj Mikuš (A, -1) - Martin Gernát (-1, 2')
Michal Sersen - Michal Čajkovský (-1)
Peter Trška (-3, 2') - Eduard Šedivý (-2)

Gardien :
Július Hudáček

Remplaçant : Jan Laco (G). En réserve : Jaroslav Janus (G), Dávid Skokan (blessé), Jakub Suja (A).

Russie Slovaquie 170513 268 700