France - République Tchèque (Mondiaux 2017, groupe B)

Fini les déclarations "à la Guy Roux" : le maintien est acquis, la France doit voir plus haut. Le rêve d'un quart de finale à domicile occupe les esprits depuis le début du tournoi, mais pour se concrétiser, les Bleus ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Les résultats de la veille - victoires de la Suisse et de la Finlande après prolongations - compliquent la donne. La victoire contre les Tchèques devient impérative pour continuer à garder son destin en mains. Une équipe que les Bleus n'ont jamais battu au Mondial...

Dave Henderson a choisi Florian Hardy pour ce match, fort de ses deux solides prestations contre la Finlande et le Canada. Le futur gardien des Ducs d'Angers a pris une solide envergure dans ce tournoi et la prestation en demi-teinte de Cristobal Huet contre la Biélorussie a rebattu les cartes. Le reste de l'effectif change peu : Lampérier rejoint Meunier et Perret, Douay descend treizième attaquant.

Les Tchèques sont loin d'être en quarts de finale. Troisièmes avec dix points, il ne leur manque qu'un succès pour assurer la qualification. Une victoire aujourd'hui leur éviterait un match couperet contre les Suisses mardi après-midi. L'arrivée de Vladimir Sobotka est officialisée, et l'ailier des Blues de Saint-Louis est directement propulsé en première ligne contre Plekanec et Voracek. Francouz - qui veut dire Français en tchèque - débute.

Sous les yeux de l'équipe de France U18 championne du monde de D1A, le coup d'envoi est donné !

DSC 9396

Les équipes spéciales font la différence

Et les Bleus débutent bien. Fleury envoie au fond, Treille est le premier et donne en retrait en première intention. Le sniper du Red Star Kunlun reprend et les lumières s'allument... Non, Francouz a sauvé de la mitaine d'un réflexe étonnant !

Le début des Français est remarquable et ils obtiennent plusieurs situations à l'image d'une déviation de Teddy Da Costa sur un tir de Dame-Malka. La deuxième ligne tricolore, très en vue, se crée un peu plus tard une autre chance lorsque Fleury lance Sacha Treille sur le côté : Francouz sort encore la mitaine.

Claireaux enchaîne d'un tir de l'aile, péniblemment bloqué par le gardien tchèque. Raux lance de la bleue sur une mise au jeu, au-dessus - peut-être avec l'aide de la barre. Ce début remarquable des Bleus s'interrompt pour un retenir de Meunier dans le coin défensif, battu sur un pas par Repik. Une faute qui coûte très cher lorsque David Pastrnak (photo ci-dessous), qui avait raté sa reprise en cage ouverte, récupère, fixe la défense et fusille Hardy entre les deux cercles pour son premier but du tournoi, en vingt-deux tirs (0-1).

DSC 9343Un petit coup au moral qui désorganise et Pastrnak manque de doubler la mise lorsqu'il dépasse la défense et se présente seul devant Hardy. Le portier tricolore étend bien la jambière et sauve son camp. Le but a donné confiance aux Tchèques et les joueurs de Dave Henderson subissent.

Recroquevillée en défense, l'équipe de France contient bien le jeu sur le périmètre mais se précipite à la récupération et n'arrive plus à entrer dans la zone offensive. Petit à petit, les Bleus reprennent des couleurs sans réellement construire.

Une interception de Bellemare permet aux Français de repartir vers la cage : Stéphane Da Costa slalome dans la défense et se heurte à Francouz. Sur le contre tchèque, Cervenka commet un accrochage en zone offensive. Le jeu s'installe et Hecquefeuille teste Francouz de la bleue. Les Bleus peinent à entrer en zone mais Auvitu est atteint par une crosse haute de Kempny : double pénalité mineure et 46 secondes de cinq-contre-trois. Le palet circule trop mal et la première pénalité est tuée. Puis, Fleury et Roussel bagarrent dans le slot, cherchant à gratter le palet, mais Francouz le gêle, avec l'aide de Gudas. Les Tchèques résistent et virent en tête 1-0, avec encore 2'42" de supériorité pour la France à la reprise.

Un manque d'efficacité criant

DSC 9424Cette fois, les Bleus s'installent mieux. Stéphane Da Costa trouve Fleury ouvert, la volée est à côté, mais la France tient le palet en zone. Da Costa prend ses responsabilités et sort du coin, tricote encore et, comme le disent ses coéquipiers, "abracadabra". Francouz cherche encore le palet (1-1).

Les Tchèques font n'importe quoi et Meunier prend une crosse haute au visage : quatre minutes contre Sobotka. La première partie reste poussive, puis, sur la deuxième Fleury reçoit une belle passe de Da Costa pour une volée sauvée par Francouz. Repik accroche Sacha Treille et offre alors 50 secondes de cinq contre trois. Ce sera le tournant du match.

Stéphane Da Costa joue le chef d'orchestre : Roussel est à deux doigts de dévier au fond, Fleury manque sa volée hors cadre et Sacha Treille se heurte à Francouz au deuxième poteau. La France a manqué sa chance, pas les Tchèques. Michal Repik, sorti du banc des pénalités, reçoit une passe lobée de Kundratek, contrôle à la bleue française, lance en entrée de zone et surprend Hardy d'un tir dévié par Manavian (1-2).

C'est quasiment la seule action tchèque de ce premier quart d'heure du deuxième tiers. La France a plutôt la possession, sans réussir à s'installer, face à une défense agressive et parfois très limite, à l'image d'une charge dangereuse sur Claireaux de Kovar, oubliée par les officiels. Pire, Besch se fait pulvériser par une crosse haute de Plekanec et rien n'est sifflé, alors que l'on perd cinq minutes à nettoyer la glace du sang répandu... Il reviendra avec un nouveau maillot (photo ci-dessous).

DSC 9580La France domine copieusement. Une attaque lancée aboutit à un slap en retrait de Dame-Malka, et un rebond de Lampérier est sauvé par Francouz. Ce temps fort s'étiole peu à peu et les Tchèques repartent vers la cage de Hardy, décrochant une belle chance de Pastrnak sauvée de l'épaule, puis un jeu de puissance pour un accrochage de Stéphane Da Costa. Treize secondes plus tard, les Tchèques font le trou avec un tir de la bleue de Jan Rutta en hauteur à travers le trafic (1-3).

Sonnés, les Bleus concèdent une nouvelle chance lorsque Vrana, seul devant la cage, dévie un tir de la bleue. Hardy sauve de justesse. Cervenka expédie alors le palet dehors à 46 secondes de la pause. Une volée de Manavian que Claireaux ne peut reprendre sera la seule occasion. Il reste 1'14" de jeu de puissance à terminer dans l'ultime période.

Des Bleus épuisés

L'avantage numérique est inexistant et les minutes défilent, avec une équipe tchèque parfaitement placée. L'attaque française ne parvient pas à entrer en zone dans de bonnes conditions, complètement engluée dans la toile dans la neutre, manquant de vitesse et de précision. Le public, amorphe et pas vraiment lancé par le spectacle, ne pousse pas non plus...

DSC 9387Les Tchèques, à leur main, manquent de creuser l'écart sur une sortie derrière son but hasardeuse de Hardy. Le palet volé par Voracek revient devant le but désert mais le tir est contré.

Partie remise. Michal Repik décolle sur l'aile droite, prend de vitesse Besch et trompe Hardy côté mitaine (1-4). La France et son public paraissent résignés depuis la reprise.

Il reste dix minutes lorsque Radko Gudas se fait contrer à la bleue. Roussel démarre en échappée et réduit le score, réveillant une arena jusque là bien triste (2-4). Mais pas longtemps, tant le public ne pousse pas son équipe...

La France n'arrive pas vraiment à profiter de ce deuxième but, face à une défense bien en place, habile pour relancer face à l'échec-avant tricolore. Dame-Malka est alors puni dans le coin pour avoir mis au sol un adversaire. Hardy doit sortir quelques palets chauds et la France tue enfin une pénalité.

Le temps s'égrène et Hardy laisse sa place à un attaquant. Après une première occasion sauvée, les Tchèques finissent par marquer dans les filets déserts par Zohorna (2-5).

La France s'incline, usée physiquement et mentalement. Après un excellent début de match, les joueurs de Dave Henderson ont manqué le coche sur une série de pénalités adverses, avant de prendre un coup de poignard sur le deuxième but, signé Repik. Dès lors, les Tchèques ont contrôlé l'essentiel de la deuxième partie de rencontre, capitalisant sur les erreurs adverses. Les Bleus ont beaucoup utilisé les mêmes joueurs, usés au fil des matchs, et qui ont manqué d'énergie pour faire fonctionner la magie en fin de période. La qualification en quarts de finale relèverait désormais du miracle.

Désignés joueurs du match : Stéphane Da Costa (France) et Pavel Francouz (République Tchèque)

DSC 9651

Commentaires d'après-match :

Yohann Auvitu (défenseur de la France) : "Les Tchèques sont une grande équipe et nous avons du mal à multiplier les exploits contre les gros. Tout est possible, mais nous ne contrôlons plus notre destin. Il faut déjà prendre trois points demain, se concentrer et finir sur une note positive, pour nous déjà. C'est le sixième match, toutes les équipes sont fatiguées, cela fait sept matchs en dix jours, et même neuf pour nous. Le calendrier n'est pas favorable mais il vient du ranking de l'année dernière. Nous pouvons l'améliorer en gagnant demain, c'est pour cela que c'est un match important, qui peut nous permettre d'avoir un meilleur calendrier l'année prochaine. Cela montrerait un bilan positif et une bonne image de notre sport. Nous devons apprendre à confirmer les exploits. Jouer à domicile, dans une patinoire pleine, c'est toujours un plaisir énorme, c'est une bonne expérience et on en profite encore demain, car ce sera peut-être le dernier match."

DSC 9685Anthony Rech (attaquant de la France, photo) : "Nous avons des chances en supériorité et on ne marque pas, et eux marquent un deuxième chanceux et un troisième qui tue le match. Il faut leur tirer notre chapeau, ils se sont montrés efficaces, c'est une bonne équipe. C'est la différence entre eux et nous, même si nous nous améliorons au fil des années. La Slovénie, demain, il faudra finir sur une note positive. Il faut voir aussi à quel point c'est serré, il y a deux ans on se sauve à la dernière minute à Prague, donc là, avoir l'occasion de faire dix points, et de bien finir pour Cristobal et Meuns, c'est important."

Damien Fleury (attaquant de la France) : "On s'attendait à un match très difficile, et globalement dans ce tournoi nous faisons de bonnes performances. Cette défaite contre la Norvège en ouverture nous fait mal mais bon, on nous aurait dit dix points avant le début, c'était inespéré, et il faut retenir cela et aller chercher ces trois points demain."

Kevin Hecquefeuille (défenseur de la France) : "Forcément, on ressent de la frustration. Ce match, on pouvait le gagner. On n'est pas mauvais, mais on ne concrétise pas nos supériorités numériques. La clé, elle était là. On y croyait, avec tout ce qu'on a fait depuis le début du Mondial. On savait que l'on était capable de battre n'importe qui. Cet après-midi, on est simplement tombé sur plus fort, sur plus réaliste. C'est dommage. parce que ça se joue sur des petits détails, on manque d'expérience à des moments-clés. On manque de fraîcheur physique aussi. Nos top joueurs ont été très sollicités depuis le début du tournoi. Mais on a donné une bonne image de l'équipe de France. On doit continuer et jouer un bon match contre la Slovénie. Pour les quarts de finale, on va attendre les résultats de la Finlande et de la Norvège. On n'a plus les clés en main. Si on a une petite chance, on la jouera à fond."

Pierre-Édouard Bellemare (attaquant de la France) : "On a joué les yeux dans les yeux contre l'une des meilleures nations mondiales. 5-2, c'est un peu cher payé, vu le match qu'ils font. On prend un bon départ, on a des occasions, mais on n'arrive pas à les mettre au fond. Leur gardien fait un bon match. Après, on a moment où on peut prendre le momentum à cinq contre quatre. Mais on n'arrive toujours pas à marquer. Et en plus, on en prend un juste derrière. Il va falloir qu'on se rende vite compte qu'on a fait un très gros match contre une grosse nation. En supériorité, on est présent sur les rebonds, on prend les shoots. Les Tchèques ont surtout très bien joué à quatre. On a eu des petits passages à vide. Mais sur 60 minutes, je suis assez fier de cette équipe de France. Pour les quarts, on verra demain."

DSC 9675Damien Raux (défenseur de la France, photo) : "Nous avons fait un bon début de match, avec beaucoup d'occasions, notamment en supériorité. À la fin, avec deux buts à remonter, la fatigue est là. Au final, ça reste un bon match contre une grosse nation et nous n'avons pas de regret. Nous avions prévu une grosse entame, débuter plus fort qu'eux, et nous l'avons fait. Leur but ne nous a pas destabilisés, c'est plutôt le deuxième après notre power-play qui nous fait le plus mal, avec un tir dévié. Cela se joue sur de petits détails. C'est toujours difficile de marquer contre des équipes comme cela, même avec de grosses occasions. On ne mettra pas cinq buts contre ce type d'équipes. La Slovénie ? On est chez nous, donc on jouera à fond quoi qu'il arrive, il faut montrer la fierté de porter ce maillot et ce qu'il représente."

Vladimir Sobotka (attaquant de la République Tchèque) : "Est-ce que l'on avait peur de la France ? Non, pourquoi ? On sait qu'il y a du talent offensif dans cette équipe. Ils ont fait un bon match. On leur a laissé trop d'occasions, on a pris trop de pénalités. Mais on a été efficace en infériorité."

Josef Jandac (sélectionneur de la République Tchèque) : "Tout s'est joué sur les unités spéciales. Mes joueurs ont été très bons en supériorité, très bons en infériorité, et mon gardien a sorti un grand match. Voilà."

Dave Henderson (sélectionneur de la France) : "On a eu beaucoup d'occasions. Les autres jours, ça rentrait. Pas cette fois-ci. Le gardien tchèque a fermé la porte en couvrant beaucoup le bas de sa cage. On n'a pas réussi à trouver l'ouverture. Florian (Hardy) n'a pas fait une mauvaise partie. Il prend deux buts sur des déviations. On était peut-être un peu moins vifs que les autres jours sur le forecheck et sur les reprises en zone neutre, en retard, face à une très bonne République Tchèque. Le deuxième but ne nous a pas fait du bien. Mais les joueurs ne se sont pas effondrés. Seulement, quand ça veut pas, ça veut pas. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé. On a été réaliste contre la Finlande, pas là. C'est le hockey. Commençons par battre la Slovénie, on verra ensuite pour le reste. Demain, ce sera peut-être le dernier match international de Cristobal Huet et Laurent Meunier. Ce sera particulier pour tout le monde. Eux, les joueurs, le staff. On ne peut que leur tirer notre chapeau pour tout ce qu'ils ont donné à l'équipe de France pendant toutes ces années. Ce sont des monuments du hockey français. Ils vont nous manquer. On veut sortir un grand match pour eux."

DSC 9545

 

France - République Tchèque 2-5 (0-1, 1-2, 1-2)
Dimanche 14 mai 2017, 16h15. AccorHotels Arena de Paris. 13 003 spectateurs.
Arbitrage d'Olivier Gouin (CAN) et Jozef Kubus (SVK) assistés de Aleksandr Otmakhov (RUS) et Hannu Sormunen (FIN)
Pénalités : France 6' (2', 2', 2'), République Tchèque 14' (6', 8', 0')
Tirs : France 24 (10, 11, 3), République Tchèque 28 (8, 13, 7)

Récapitulatif du score
0-1 à 08'32" : Pastrnak assisté de Horak et Voracek (sup. num.)
1-1 à 20'53" : S. Da Costa assisté de Fleury (sup. num.)
1-2 à 26'52" : Repik assisté de Kundratek
1-3 à 37'01" : Rutta assisté de Cevrenka (sup. num.)
1-4 à 48'03" : Repik assisté de Kempny
2-4 à 50'38" : Roussel
2-5 à 58'56" : Zohorna asisté de Horak (cage vide)


France

Attaquants
Antoine Roussel - Pierre-Édouard Bellemare (A, +1) - Stéphane Da Costa (2')
Sacha Treille (-1) - Teddy Da Costa - Damien Fleury (-1)
Loïc Lampérier (-1) - Laurent Meunier (C, 2', -2) - Jordann Perret (-1)
Anthony Rech (-1) - Nicolas Ritz - Valentin Claireaux (-1)

Défenseurs
Yohann Auvitu - Kevin Hecquefeuille (A, -1)
Antonin Manavian (-2) - Nicolas Besch (-1)
Olivier Dame-Malka (2') - Jonathan Janil
Damien Raux

Gardien
Florian Hardy

Remplaçants : Ronan Quemener (G), Florian Douay (A). Réservistes : Cristobal Huet (G), Florian Chakiachvili (D), Maurin Bouvet (A).

République Tchèque

Attaquants
Vladimir Sobotka (4') - Tomas Plekanec (A) - Jakub Voracek (C)
Roman Cervenka - Jan Kovar (A) - David Pastrnak
Michal Birner - Petr Vrana - Michal Repik (2', +1)
Roman Horak (+1) - Robin Hanzl (+2) - Tomas Zohorna (+2)
Lukas Radil

Défenseurs
Radim Simek (-1) - Radko Gudas (-1)
Jakub Jerabek (+1) - Jakub Krejcik (+1)
Michal Kempny (4', +2) - Jan Rutta
Tomas Kundratek (+2)

Gardien
Pavel Francouz

Remplaçant : Petr Mrazek (G). Réserviste : Tomas Hyka (A).