Publicité

Canada - Norvège (Mondial 2017, groupe B)

Un match poussif face à la France, une défaite contre la Suisse après avoir gaspillé un 2-0... Le Canada ne domine plus son sujet. Du coup, afin d'assurer la première place de la poule et reprendre confiance, il faut vaincre la Norvège.

DSC 0046Les Vikings, sans spectacle, doivet eux réussir l'exploit de prendre un point pour rêver encore de quarts de finale.

Le début de partie reste fermé, mais, à la deuxième minute, Ryan O'Reilly perce le coffre-fort norvégien. Il est nettement accroché et les officiels signalent un tir de pénalité, que l'attaquant de Buffalo ne cadre pas, avec sans doute une courte déviation de la mitaine de Haugen.

Une action qui confirme la forte domination - attendue - du Canada. Duchene sort du coin et attaque la cage, il sert De Haan qui est contré. Duchene, en vue, manque peu après une nouvelle occasion...

Un nouveau slalom aboutit à un tir repoussé par Haukeland sur Simmonds, qui rate une cage grande ouverte. Le palet reste en zone et cette fois, l'attaquant des Flyers reçoit le palet au deuxième poteau et ne manque pas le but désert. La défense était à la rue, mais Haukeland a dessoclé la cage en cours de route. Suffisant pour refuser le but après révision vidéo...

Une occasion manquée, tout comme un débordement de Scheifele qui, inexplicablement, tente une improbable passe en retrait au lieu de tirer. Dans la foulée, Konecny concède deux minutes. La Norvège ne construit rien de dangereux, ce qui ne surprend guère.

En revanche, les capacités norvégiennes à endormir l'adversaire fonctionnent à plein et le Canada peine à sortir de la léthargie. Le jeu manque de précision, de mouvement et surtout, de finition.

DSC 0001

À quatre minutes de la première pause, Mathis Olimb assène un mauvais coup de crosse dans le dos de Konecny et sort deux minutes. Le jeu de puissance s'installe mais tourne sans vitesse, très poussif. Le Canada arrive à changer de joueurs à la volée et finit par lancer de la bleue. Schenn gratte le rebond dans l'enclave et ouvre le score en désquilibre (1-0).

Mathis Olimb, décidément, se montre indiscipliné. Encore puni, il assiste au deuxième but canadien d'un maître tir placé de Colton Parayko mi-hauteur à travers le trafic (2-0). L'écran de Scheifele a bien aidé. Le Canada s'est bien rassuré et vire en tête grâce à l'indiscipline adverse.

DSC 0134

Le deuxième tiers prend le même schéma : le Canada domine de manière stérile et ne concède quasiment aucun tir en vingt mminutes. En revanche, le jeu offensif reste cantonné aux extérieurs et il y a toujours une crosse ou un patin pour couper les passes. Les minutes défilent et les tirs aussi, sans énorme danger sur la cage norvégienne.

À cinq minutes de la fin, Sørvik sauve sur sa ligne un palet tiré par Giroud, qui avait transpercé Haukeland (photo). C'est la meilleure occasion canadienne de la période.

DSC 0049

Partie remise : sur la présence suivante, Scheifele marque enfin le troisième but du match. Matheson empêche une sortie de zone et lance à la cage. Le gardien laisse un rebond dont s'empare le pivot de Winnipeg (3-0).

Après un nouveau cafouillage dans le slot, qui ne rentre pas de manière inexplicable, le Canada grave le score sur un missile de Parayko de la bleue (4-0).

Le match tourne à la démonstration et Konecny se promène, slalome dans dans les pieds des défenseurs et trouve le poteau. Le Canada, costaud en supériorité, contrôle parfaitement la partie face à une attaque norvégienne anémique.

DSC 0137

Doit-on vraiment commenter un troisième tiers sans intérêt ? Le Canada lève sérieusement le pied (8 tirs, contre 40 aux deux premiers tiers) et la Norvège se montre incapable de faire quoi que ce soit. Même un avantage numérique consécutif à une faute de Chris Lee ne donne rien et les joueurs de Petter Thoresen terminent à zéro tirs, pour dix au total dans le match. Un souci d'équipement de Haukeland, brièvement remplacé par Søberg, reste le seul fait d'armes de l'équipe...

Le Canada exploite encore son arme fatale : la supériorité numérique, qui marque un cinquième but. Scheifele, ligne de fond, trouve O'Reilly entre les cercles pour une volée décisive (5-0).

Le Canada a mis du temps à percer le coffre-fort, mais, une fois ouvert, n'a pas tremblé. Comme d'habitude, la stratégie norvégienne ne fonctionne que si l'équipe ouvre le score. Cette fois, elle n'avait pas les armes face à bien meilleur.

Désignés joueurs du match : Colton Parayko (Canada) et Henrik Ødegaard (Norvège)

DSC 0073

Commentaires d'après-match

Alex Killorn (attaquant du Canada) : "Nous voulions réagir après le match de la Suisse où nous avions eu quelques rebonds défavorables, ce qui peut arriver. Nous devons travailler à être plus constants dans un match. Notre jeu de puissance a été excellent tout le tournoi, mais nous devons être meilleurs à cinq contre cinq. C'est bien de savoir que le jeu de puissance peut nous aider. Avant de penser aux quarts, nous allons nous concentrer sur la Finlande. Nous avons sécurisé la première place ce soir, mais demain ce sera un gros match. Il faut s'assurer de ne pas prendre de mauvaises habitudes et jouer un match solide avant les quarts."

Colton Parayko (défenseur du Canada) : "Jusque là tout va bien ! Tout le mérite en revient aux coéquipiers qui m'aident beaucoup. Vlasic m'aide beaucoup et c'est en le côtoyant qu'on se rend compte à quel point il est fort, même si je l'ai vu en playoffs l'an dernier. Notre jeu de puissance a été efficace. Nous avons mis le palet à la cage, avec des écrns, des rebonds et nous avons bien bougé. C'est toujours important de représenter notre pays, j'en suis très fier. L'occasion de jouer avec des joueurs différents et d'autres styles est un autre atout du tournoi. Et l'occasion de découvrir la France et l'Allemagne, aussi. La Finlande, ce sera difficile et nous devrons faire notre meilleur match avant les quarts."

DucheneMattMatt Duchene (attaquant du Canada, photo) : "Nous avons eu beaucoup d'occasions mais peu de buts à cinq contre cinq. Nous avons fait notre meilleur match ce soir. La défaite contre la Suisse nous a servi d'alerte. La Finlande est toujours un adversaire difficile, mais nous voulons continuer à poser notre meilleur jeu avant les quarts."

Jon Cooper (entraîneur du Canada) : "Nous avons très bien joué. Les joueurs étaient en colère après les deux dernières matchs et ont attaqué avec énergie. Il y a eu beaucoup d'occasions en première période, nous ne voulions pas laisser passer nos chances. Le résultat contre la Suisse était dans toutes les têtes. Nos équipes spéciales ont été bonnes, tout comme leur gardien. Mais c'était bien de voir l'équipe un peu plus libérée. Nous voulions terminer premier, et atteindre notre pic de forme au bon moment. Nous avons un peu modifié les lignes afin de mettre en confiance des joueurs qui manquaient de réussite jusque là. Après le but refusé et le tir de pénalité, et les deux matchs difficiles où nous ne marquons pas, nous aurions pu douté, mais c'était une question de temps et le jeu de puissance a fait la différence. Parayko ? Il s'adapte bien, son atout c'est son tir canon et, s'il est mis en bonne position, il tient en respect un penalty-kill. MacKinnon ? On voit pourquoi il a été numéro 1 de draft, c'est une rare combinaison de vitesse et de puissance, un talent exceptionnel, qui travaille fort. un atout précieux pour nous. Chris Lee ? Il se montre très patient avec le palet, il sait où se placer et réagit bien sur grande glace. Il est très calme, c'est impressionnant. Nous avons été chanceux de l'avoir avec nous au bon moment. Personne ne devrait regarder son âge mais juste sa capacité à jouer avec les meilleurs. La Finlande ? Ils sont qualifiés en quart mais ils sont fiers et ce n'est pas le genre à laisser tomber un match. Ils voudront tout comme nous bien finir cette première phase et arriver en confiance en quarts de finale."

Petter Thoresen (entraîneur de la Norvège) : "Ils étaient trop forts, nous avons défendu comme nous avons pu. Ils ont confisqué le palet et nos joueurs ont bataillé. Le Canada est très fort, mais n'a marqué qu'une seule fois à cinq contre cinq, ce qui est plutôt bien de notre part. Heureusement, car ça aurait pu donner un score très sévère."

DSC 0148

 

Canada - Norvège 5-0 (2-0, 2-0, 1-1)
Lundi 15 mai 2017, 16h15. AccorHotels Arena de Paris. 5093 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gofman (RUS) et Marcus Linde (SUE) assistés de Roman Kaderli (SUI) et Libor Suchanek (TCH)
Pénalités : Canada 8' (4', 2', 2'), Norvège 10' (4', 4', 2')
Tirs : Canada 48 (21, 19, 8), Norvège 10 (8, 2, 0)

Récapitulatif du score
1-0 à 17'48" : Schenn assisté de Simmonds (sup. num.)
2-0 à 18'42" : Parayko assisté de MacKinnon et O'Reilly (sup. num.)
3-0 à 34'57" : Scheifele assisté de Matheson et Skinner
4-0 à 38'14" : Parayko assisté de MacKinnon et Marner (sup. num.)
5-0 à 57'20" : O'Reilly assisté de Scheifele et MacKinnon (sup. num.)

Canada

Attaquants
Nathan MacKinnon (+1) - Mark Scheifele (+1) - Jeff Skinner (+1)
Ryan O'Reilly (A) - Claude Giroux (C) - Wayne Simmonds (2')
Alex Killorn (2') - Sean Couturier - Matt Duchene (A)
Travis Konecny - Brayden Point - Mitch Marner
Brayden Schenn

Défenseurs
Marc-Édouard Vlasic (A) - Colton Parayko
Jason Demers - Calvin de Haan
Michael Matheson (+1) - Chris Lee (2')
Josh Morrissey (+1)

Gardien
Chad Johnson (G)

Remplaçant : Calvin Pickard (G). Blessé : Tyson Barrie (D, jambe gauche)

Norvège

Attaquants
Ken André Olimb - Patrick Thoresen (A) - Mathis Olimb (A, 4')
Mats Rosseli Olsen (2', -1) - Anders Bastiansen - Martin Røymark (-1)
Andreas Martinsen - Kristian Forsberg - Aleksander Reichenberg
Sondre Olden - Niklas Roest (4') - Jorgen Karterud
Mathias Trettenes (-1)

Défenseurs
Mattias Nørstebø (-1) - Jonas Holøs (C, -1)
Henrik Ødegaard - Daniel Sørvik (2')
Alexander Bonsaksen - Johannes Johannesen
Dennis Sveum

Gardien
Henrik Haukeland [Steffen Søberg de 45'45" à 48'12"]

En réserve : Lars Haugen (G), Thomas Valkvæ Olsen (A). Blessé : Erlend Lesund (D)