Le catenaccio ne fonctionne pas au hockey

L'Italie peut se sauver de la relégation en battant le Danemark dans le temps réglementaire... et envoyer probablement la Slovaquie en enfer pour un an (car elle organise ensuite en 2019...).

Danemark Italie 170515 337Quelle est la motivation des Danois ? Assurés de leur maintien en tant que prochains organisateurs, ils veulent avant tout offre une sortie digne à leur capitaine Morten Green, qui a annoncé sa retraite internationale.

Les Transalpins ont passé leur temps à défendre depuis une semaine. Prendre trois points implique d'autres intentions offensives, qu'ils semblent développer en début de match. Néanmoins, le Danemark ne tarde pas à prendre le dessus et le contrôle du palet.

Un joueur en particulier est comme prévu très au-dessus du lot, Nikolaj Ehlers. Toutes les offensives dangereuses du Danemark impliquent le "Jet" de Winnipeg, véritable fusée. Après deux minutes à peine, il signe la passe en retrait vers Morten Madsen sur l'occasion majeure : un tir qui ricoche sur le corps d'Egger dans le slot, touche la transversale et retombe devant la ligne ! Ehlers prend aussi de vitesse Armin Helfer, mais le gardien Andreas Bernard le devance d'un poke-check parfait.

Danemark Italie 170515 359Même si l'Italie n'a pas produit grand-chose (juste un tir de l'enclave de Scandella qui frôle le montant), elle tient le 0-0. La deuxième période prend une tournure similaire. Le Danemark doit faire le jeu mais se prend dans la nasse d'une défense bien organisée en zone neutre.

On s'ennuie ferme et la mi-match ramine les esprits. Le centre de la droite de Morten Madsen est repris au second poteau poar Peter Regin. Le palet passe de peu à côté. Giulio Scandella lance aussitôt le jeu dans l'autre sens et sa passe en retrait au premier poteau trouve Giovanni Morini pour un tir capté sans problème par Dahm. Une occasion nette de part et d'autre, et puis plus rien. Sinon l'application et le sens du sacrifice des Italiens.

Danemark Italie 170515 070"Null null", comme on dit en danois. Zéro zéro, en d'autres termes. Les Italiens ont réussi à importer le catenaccio au hockey sur glace. Le Danemark fait face à une équipe très compacte et, en dernier ressort, à un mur nommé Andreas Bernard. Il capte de la mitaine un bon lancer d'Ehlers, et même quand il lâche un rebond, Regin ne profite pas du rebond et manque le cadre en déséquilibre. Patrick Russell a un contre favorable et se présente seul mais bute sur le gardien italien. Bernard arrête aussi deux tirs consécutifs de Morten Madsen dans le slot alors qu'on entre dans les neuf dernières minutes.

Comme les Italiens savent qu'il leur faut la victoire, ils pressent plus quand le jeu est dans la zone danoise, c'est vrai. Sauf que le jeu n'est presque jamais en zone danoise...

Danemark Italie 170515 106Alors que l'équipe de Stefan Mair n'arrive pas à garder durablement le palet, Thomas Larkin prend une pénalité bête pour une crosse haute sur Ehlers... à 2'49" de la fin. Cela réduit le temps pour revenir à peau de chagrin... Surtout que l'avant-dernier jeu de puissance de ce Mondial fait mouche, face à la pire équipe en infériorité, trop passive. Le palet circule parfaitement et à grande vitesse entre les cinq joueurs (!) sur la glace, jusqu'à arriver à Nichlas Hardt seul au poteau droit. Une action collective parfaite.

Mair sort son gardien pour jouer le tout pour le tout. Le Mondial italien s'achève de la pire des manières, sur un but-gag. Alexander Egger reçoit le palet devant sa cage vide... et il tombe ! Le palet s'échappe de sa crosse... vers les filets déserts. Un improbable but contre son camp. Autant d'efforts défensifs pour qu'Egger finisse en probable cible des railleries dans une vidéo qui fera le tour d'internet... Le but est attribué à Regin, dernier Danois à avoir touché le palet.

Slovaques et autres Biélorusses ne riront pas : ils sont soulagés de se maintenir. L'Italie est, logiquement, reléguée au niveau inférieur. Elle se sera battue avec ses armes, mais - comme on le savait - elle n'était pas au niveau.

Désignés joueurs du match : Morten Green (pour saluer ses adieux) pour le Danemark et Armin Helfer pour l'Italie.

Danemark Italie 170515 216Meilleurs joueurs danois du tournoi : Julian Jakobsen, Jesper B. Jensen, Nikolaj Ehlers.

Meilleurs joueurs italiens du tournoi : Andreas Bernard, Thomas Larkin, Giovanni Morini.

Commentaires d'après-match

Stefan Mair (entraîneur de l'Italie) : "Félicitations aux gars pour l'engagement, le dévouement et la disponibilité qu'ils ont mis dans le jeu et aussi à suivre une méthode et des consignes non seulement aux Mondiaux mais pendant toute la longue préparation. Ils ont joué jusqu'à la fin avec tellement de passion. Nous avons pris très peu de pénalités durant tout le tournoi, chose rare pour une formation italienne, signe que nous avons beaucoup patiné. Nous aurions sûrement dû oser plus conre la Slovaquie au vu de la partie. Mais personne ne doit critiquer les joueurs pour ce qu'ils ont fait. A posteriori, je dois dire que la chance ne nous a jamais aidés. J'ai reçu des compliments sincères de beaucoup d'entraîneurs rencontrés sur notre parcours."

Morten Poulsen (attaquant du Danemark) : "Nous voulions être certains d'aller aux prochains championnats du monde en méritant notre place et nous l'avons fait. [...] Morten Green est probablement le premier grand joueur que nous avons sur la scène internationale. Je n'ai jamais joué un match en équipe nationale sans lui. Ce sera dingue de venir à ces tournois sans lui. Il tient une telle place dans cette équipe, sur la glace comme en dehors. C'est comme une figure paternelle et il nous manquera."

Danemark Italie 170515 286 700
 

Danemark - Italie 2-0 (0-0, 0-0, 2-0)
Lundi 15 mai 2017 à 20h15 à la Lanxess Arena de Cologne. 5653 spectateurs.
Arbitrage de Stefan Fonselius (FIN) et Eduards Odins (LET) assistés de Judson Ritter (USA) et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : Danemark 2' (2', 0', 0') ; Italie 4' (2', 0', 2').
Tirs : Danemark 38 (10, 12, 16) ; Italie 16 (4, 6, 6).

Évolution du score :
1-0 à 57'36" : Hardt assisté de Storm et Jakobsen (sup. num.)
2-0 à 58'47" : Regin (cage vide)


Danemark

Attaquants :
Nikolaj Ehlers - Peter Regin (A, +1) - Morten Madsen (A, +1)
Nichlas Hardt - Julian Jakobsen (+1) - Frederik Storm
Mads Christensen - Morten Green (C) - Morten Poulsen
Patrick Russell - Mikkel Aagaard - Mathias Bau
Steffen Klarskov [une présence]

Défenseurs :
Jesper B. Jensen (+1) - Nicholas B. Jensen
Emil Kristensen - Markus Lauridsen
Oliver Lauridsen (+1) - Matias Lassen
Philipp Bruggisser

Gardien :
Sebastian Dahm

Remplaçant : George Sørensen (G). En réserve : Simon Nielsen (G), Nicolai Weichel, Nicolai Meyer.

Italie

Attaquants :
Marco Insam (-1) - Raphael Andergassen (-1, 2') - Giulio Scandella (-1)
Giovanni Morini (-1) - Simon Kostner - Diego Kostner (A)
Tommaso Traversa - Anton Bernard (C) - Markus Gander
Alex Lambacher - Tommaso Goi - Michele Marchetti

Défenseurs :
Luca Zanatta - Thomas Larkin (-1, 2')
Armin Helfer (A) - Armin Hofer
Stefano Marchetti - Alexander Egger (-1)

Gardien :
Andreas Bernard [sorti de 58'01" à 58'47"]

Remplaçants : Frédéric Cloutier (G), Daniel Glira, Enrico Miglioranzi. Absents : Gianluca Vallini (G), Luca Frigo (poignet), Daniel Frank (commotion).

Danemark Italie 170515 206 700